Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerDernières imagesConnexion
Le Deal du moment : -33%
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur ...
Voir le deal
99.99 €

 

 Retour des blessés... encore!

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyMar 16 Nov - 22:02

Argh! Je ne sentais plus rien, mon pouvoir ne faisait plus rien, plus aucun effet. Il fallait qu'on me soigne de toute urgence. Le sang coulait de toutes parts comme si la prochaine étape était que j'explose comme une écluse faible et débordée. Je regardais le ciel se déchirer de nouveau où nos ennemis s'enfuyèrent rapidement. Ils allaient revenir, je le sentais. Ce n'était pas terminé, il n'y avait aucune chance que ces criminels aient terminé leur voyage ainsi. Je les repousserai de nouveau, que je sois seule ou entourée d'alliés, mon rôle à jouer c'est défenseur de la Soul Society, il n'y a pas lieu à ce que je perde mon temps ailleurs alors qu'ils seront à nos portes. Il fallait les repousser une dernière fois, une toute dernière fois, avoir les informations nécessaires pour les piéger dans leur base. Il ne fallait plus rien laisser passer. Je me devais de gagner en puissance encore plus. S'il fallait que je me ramasse une fois de plus seule sur le champ de bataille, s'il fallait que je combatte ces monstres par moi-même, il me faudrait être plus forte, il me fallait surtout d'être plus rapide et plus confiante. Il fallait élaborer une nouvelle stratégie, il fallait les coincer dans des pièges. Ce fut dans une dernière expiration consciente que mon corps tomba sur le dos raidement contre le sol sabloneux. Les yeux clos, mon corps, mon âme combattait la mort. Si les soins n'arrivaient pas rapidement j'allais y passer. Quelqu'un... un homme m'a ramassé sur ce champ de bataille et m'a amené ici. Je ne savais pas qui, j'étais inconsciente. Je pouvais le déduire parce que je ne me rappelle pas d'avoir vu une femme sur le champ de bataille... Si c'était le cas, pourquoi serait-elle arrivée si tard? Était-ce elle qui manigançait tout cela? Faisait-elle partie de nos ennemis? Pourquoi n'était-elle pas intervenue plus tôt? Que faisait-elle? Qu'est-ce qui l'avait retenue si longtemps? Ces gens qui se croient des héros, ces gens qui font croire des choses aux autres... ils ne méritent aucun statut. Les gens qui agissent, qui sont toujours les premiers sur les lieux, ceux qui frôlent la mort sont ceux qui méritent le statut.

J'étais couchée dans un lit, on me soignait rapidement, longtemps... très longtemps. Mes blessures étaient profondes, nombreuses, c'était à se demander si j'allais passer à travers. Je ne voulais pas mourrir... même si la mort nous atteint tous un jour, je ne la sentais pas, je n'ai pas encore accompli ce que je me devais d'accomplir. Quand nous connaissons notre devise, quand nous savons la raison de notre présence sur Terre, nous savons que la mort ne nous atteindra pas tant que ce but n'est pas achevé. Mon but, c'est de me rendre à Aizen et du moins, donner tout ce que j'ai en énergie pour mettre un terme à sa vie. Ce traitre cause tant de tort dans notre monde, il faut l'éliminer. Aizen... tout le monde est après toi, tu as tué tant de gens, comment fais-tu pour encore être capable de dormir avec ça? Qui es-tu? Qu'est-ce que t'es? Comment en es-tu arrivé-là? Papa... comment était Aizen dans ton temps? Comment est-ce que c'était? Y avait-il autant d'hollows? Autant de traitres? Autant de ténèbres qui vous engorgeaient? Quel âge as-tu? Quel âge ont-ils? Depuis combien de temps vivez-vous tous? Comment me situer dans ces mensonges, dans cette ignorance? Les vérités sortent de toutes parts, elles n'en finissent plus, combien de temps allons-nous tenir?

Je rêve... encore. Cette forêt, ce chien, cette chienne: ils y sont encore. Ils ne sortiront jamais, enfin, ils me donnent l'impression de... Ce chiens, c'est mon zanpakuto, il restera toujours dans mes rêves, dans mon monde intérieur et cette chienne, c'est une véritable maladie. Elle me ressemble physiquement sans être de la bonne couleur. Je les fixe sans arrêt. La fille disparaît, elle en a marre d'être fixée. Le chien se lève sur ses quatre pattes, il me regarde et s'avance vers moi. Je ne bouge pas, puis je change d'avis et je m'avance vers lui et le cajole. Après cette petite accolade, il recule d'un pas, me fixe dans les yeux et me dit d'une voix grave:

Je crois que tu es prête Yin...

Prête à quoi?

À voir ma véritable forme...

Quoi?!


Le chien se mettait donc à illuminer d'une lumière aveuglante, m'empêchant de voir ce qui se passait réellement. La lumière se dissipait lentement et devant moi se trouvait un homme mûr, les traits sérieux, de longs cheveux noirs qui volaient au vent. Il était plus grand que moi, une carrure agile et pleine d'expérience. Sa peau était aussi pâle que la mienne. Il était habillé de noir de la tête aux pieds, très classe, mais nu pied. Il avait aussi un recouvrement de fourrure au niveau des épaules et dans le dos.

Spoiler:

En le voyant, je me mis à rougir et à dévier mon regard du sien, fixant l'herbe au sol qui se faisait aller la couette au gré du vent. Je sentais l'homme s'approcher de moi lentement et m'obliger à remonter la tête pour me fixer dans les yeux. Je rougis encore plus, tremblant de tous mes membres, les mains humides par la gêne. Son regard devint encore plus grave dans le mien, il commençait à me faire peur. Il me repoussa avec force, me faisant arriver directement dans un arbre.

Ne reconnais-tu pas dans mon regard le zanpakuto? Le reflet de ta propre âme?

Mais jamais je n'aurais cru que le reflet de mon âme serait aussi...

Aussi quoi?!

Aussi beau et masculin...

Oseras-tu dire la même chose en face d'Aizen, Yin?

Mais ce n'est pas la même chose...

Justement, c'est la même chose, mais tu ne comprends pas... Aizen, tu ne l'as jamais vu, tu ne sais pas qui il est, mais il essaiera de te manipuler pour arriver à tes fins. Tout ce qu'il fait, tout ce qu'il dit est calculé... Cesse de te tourner vers tes émotions et tourne-toi vers la bonne voie, vers la loyauté et la combativité... Deviens une machine à tuer...

Mais... je ne peux pas...

Pourtant, tu l'as fait contre tes ennemis... Tu n'as pas hésité à leur trancher la tête. Si tu veux continuer dans la bonne voie, devenir plus forte, tu te dois de mettre tes émotions de côté!

D'accord...


Les mains dans les poches il s'approchait de moi sans émotion. Devrais-je devenir comme lui? Devrais-je devenir insensible face à la vie? Il me remit sur pieds en me tenant le collet de l'uniforme et me regardait de haut. Mon regard traversait le sien, mais le courrant ne passait pas. Je n'arrivais pas à me concentrer. C'était comme si mon corps, comme si mon reiatsu n'était pas compatible avec le mien. Qu'est-ce qui se passait?

Tu penses trop... Concentre-toi!

Il me soulevait dans les airs sans mal, me plaquant contre l'arbre durement. Je serrais les dents pour éviter de crier, sinon, ça le mettrait encore plus en colère. Je fronçais les sourcils en combattant son regard. Des gouttes coulaient de chaque côté de mes joues, la concentration y était, la volonté aussi, les émotions avaient de la difficulté à se mettre de côté. J'avais l'impression qu'il m'hypnotisait et que je combattais son attaque. Je me sentais comme si à chaque seconde je pouvais perdre connaissance. Les yeux quasiment sortis de la tête, je combattais ce regard froid, ce masque de marbre infranchissable. Alors que je pensais cela, je vis un rictus. Ce simple mouvement me fit perdre toute concentration, il me balança de nouveau contre un arbre en me disant:

Je n'ai pas envie que ma forêt brûle, Yinoa! Réveille-toi, bon sens!

Projetée dans les airs, j'essayais de contrer l'effet de vent avec mes jambes, mais une telle puissance ne pouvait être contrée. L'impact contre l'arbre fut amoindrie, mais la douleur était toujours-là. Il se rapprochait de moi de nouveau, il n'était pas nerveux du tout. Je me relevai debout par moi-même, il ne fut même pas impressioné que je n'attende pas après lui pour me remettre sur pieds. Je le confrontais. On se regardait, le visage à quelques centimètres de l'autre. Quand je sentis que mon âme résistait à la tentation, que mes émotions étaient mises de côté, j'engageais le combat contre lui. au corps à corps bien sûr. Il était très rapide, très fort, il évitait tout ce que je lui envoyais, il ne ripostait jamais, il n'était jamais à bout de souffle. Des coups de poings, des coups de pieds, des coups de coudes, de genoux et même de tête, ça ne servait à rien. Il n'avait pas d'ouverture puisqu'il était en mode défensif. Je m'essouflais, j'étais à bout de force, mes poumons cherchaient l'air.

Tu n'es pas encore prête pour me vaincre, Yinoa... Mais c'est quand même un bon motif pour te remettre à ta place...

De nouveau un rictus, je me pris un uppercut, puis un coup de pied donné pleine puissance vers le bas. Mon atterrissage résulta un cratère dans cette clairière. Je crachais du sang dans mon monde intérieur et dans le vrai monde. Quand ce cauchemar allait-il finir? Quand allait-il me laisser partir? Quand allais-je me réveiller? Je me devais de prévenir ceux qui ne savaient pas qu'ils allaient attaquer de nouveau... Je me devais de faire mon devoir de shinigami, je me devais de sortir de cette emprise qui me semblait sans fin...
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue1200/1800Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptySam 20 Nov - 23:43

Son attaque avait échoué, et pourtant, elle avait été déterminante pour la suite des évènements. Cette offensive avait distrait Mizuumi Kurenai suffisamment longtemps pour qu’elle ne puisse pas voir la succession d’attaque qui lui était tombé dessus. Mais Hisoka n’y faisait déjà plus attention. Projeté contre un mur après la contre-attaque, il tomba dans un semi-coma aussi tôt qu’il senti les durs briques arrêter sa folle course à travers les airs du Rukongai. Il perdait connaissance et n’entendait plus ce qui se déroulait autour de lui. Il ne vit pas non plus l’armée des envahisseurs quitter ce monde après l’échec de leur offensive, il n’entendait plus rien. C’était vraiment agréable comme sensation. Ne plus rien sentir. Il était nulle part et partout à la fois. Son esprit ne se posait plus de question, son corps ne le faisait pas souffrir, il était bien dans ce monde inconnue qu’il n’avait même pas envie de connaitre. La passivité était un paradis pour son âme trop longtemps torturé par ses interrogations. Il allait sans doute mourir mais qu’importait. Qu’importait sa vie, qu’importait ses recherches, qu’importait son passé, si son avenir devait se trouver dans ce bien-être éternel. Mais ce n’était pas terminer. La vie voulait encore le faire souffrir. La mort chaleureuse qui lui tendait ses bras bienveillant s’effaçait. Retrouvant une partie de ses esprits il pu voir un bref instant une troupe de shinigami se pencher sur tous les corps qui jonchait le sol, y compris le sien, avant de se rendormir et de retomber dans un coma bien moins plaisant ou les rêves devenaient cauchemars et les cauchemars enfer.

***

Il ne savait pas ou il était. Cet endroit ne lui disait rien. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait. Quelque secondes encore auparavant il était allongé sur le sol du Rukongai, et maintenant, il était là, debout, au centre d’un immense carré flottant dans le vide le plus totale. Il n’y avait rien ici. Rien à part lui et cet incroyable sol carrelé de gris sous ses pieds. Avançant quelques secondes pour atteindre le rebord de cette immense arène, il put contempler son état de prisonnier. Pas de cage, pas de grille mais du vide. S’il sautait, là, maintenant, tout de suite, il n’était même pas sur de s’écraser avant longtemps. Il resterait sans doute dans une chute sans fin, jusqu’à se que son corps se décompose au fil du temps. Mais que pouvait-il faire d’autre à cet instant ? Rien sans doute. Tournant le dos à ce monde infini il fit quelque pas vers le centre de l’arène au moment ou une immense porte se matérialisa sur le rebord en face de lui. Subtile mélange de blanc, de noir et d’or, elle était splendide et, bien qu’il ne l’ait pas encore ouverte, Hisoka savait déjà ce qu’il y trouverait. Son passé. Oui. Il était là, derrière cette porte, il en était certain…

***

« Vous croyez qu’il est encore en vie avec toutes ces blessures ? »

« J’ai du mal à y croire moi aussi mais cet enfoiré à l’air plus solide qu’il veut bien le montrer. Equipe 2, mettez ce type sur la civière et emmené le d’urgence dans les quartiers de la quatrième… grouillez-vous ! »

***

Il était restez figé devant tant de beauté. Cette porte était splendide. Il voulait l’ouvrir mais son corps refusait de bouger. Il luttait de toutes ses forces et tout ce qu’il avait pu faire s’était lever sa main pour attraper une poigné encore éloigné d’une bonne dizaine de mètres. Il était figé sur place.

***

« Merde ! Son cœur ne bat plus. Réanimez le bordel ! »

« On peut pas faire ça ici ! Fait chier ! Faut pas qui claque maintenant, on est bientôt arrivé! »

***

Ca y est ! Son corps répondait de nouveau à sa volonté. Courant à toute vitesse vers la porte de son passé, il attrapa la poigné et, alors qu’il s’apprêtait à tirer d’un coup sec les deux battants blancs, le sol se déroba sous ses pieds. Le carrelage qui l’avait soutenu jusque là s’effondra sous lui le faisant sombrer dans le vide. Il ne pouvait que contempler impuissant cette porte s’éloigner de lui. Jamais il ne pourrait remonter en haut. Jamais il ne reverrait cette lueur d’espoir. Jamais il ne pourrait retrouver sa mémoire. Tout jouait contre lui. Qu’était donc son passé pour qu’on lui en empêche l’accès avec tant de violence ? Il continuait de tomber, attendant un impact qui ne viendrait sans doute jamais, lorsqu’un grondement sourd naissait en dessous-lui. Sa cage de vide tremblait sous cette force monstrueuse. Lorsqu’il regarda sous lui pour en voir la provenance, l’espoir renaissait en lui… tout n’était pas perdu…

***

« Ok on y va ! Réanimez moi ce type maintenant ! »

« Ok ! »

« Dites moi chef vous êtes sur de ce que vous faites. Après tout on ne sait pas qui c’est. Il fait peut-être partis des envahisseurs qui ont attaqué le Rukongai »

« J’en ai rien à foutre de qui c’est. Je suis médecin, pas juge. Si tu es si préoccupé par son identité, tu n’auras qu’à l’attaché quand on l’aura sauvé. Et puis si il s’agit d’un de ces foutus envahisseurs, il sera plus utile vivant que mort quand il faudra l’interroger. Maintenant occupe toi des autres blessés, j’ai un homme à sauver ! »

« C’est bon ! Son cœur est reparti ! »

« Parfait ! Mais grouillez-vous de le soigner je ne veux pas de mort ici ! »

***

Alors qu’il poursuivait sa chute incroyable dans le vide infini de ce monde inconnu, il vit se dresser à côté de lui une immense tour de fer et de verre. Elle était splendide malgré l’aura sombre qu’elle pouvait dégager. Alors que lui tombait vers une terre inconnue, elle montait, montait dans le ciel, montait vers la porte de ses rêves. Lorsqu’il arriverait en bas, lorsqu’il aurait atteint le sol, il grimperait cette tour, il en atteindrait le sommet et il ouvrirait cette porte. Mais avant ça, il devait retenir sa respiration. Ce vide avait finalement une fin. Une fin qui se trouvait être un incroyable océan noir. Lorsque son corps plongea à l’intérieur, il fut surpris de voir qu’il était encore en vie. L’impact aurait du briser ses os mais il était entier. Remontant à la surface à la force de ses bras, il finit par retrouver son souffle et cette tour à quelque brasse de là. Arrivé à son pied, il le contempler de plus près. La crainte et la violence qu’elle pouvait dégager avait quelque chose d’incroyablement irrésistible. Son cœur battait à tout va lorsqu’une porte s’incrusta miraculeusement dans sa paroi. Prenant une grande inspiration, il se décida finalement à l’ouvrir… la lumière qui se dégageait l’obligea à fermer les yeux un instant avant de les rouvrir sur un tout nouveau monde…

***

Allongé sur son lit d’hôpital, Hisoka pu contempler la salle de réanimation de la quatrième division. Il était complètement perdu. Ou était la tour ? Ou était la porte ? Ou était-il ? N’était-ce qu’un rêve ? Non, il ne pouvait pas le croire. Il ne voulait pas le croire. Il voulait retrouver ce monde ou son passé était à porté. Il voulait retrouver l’excitation ressenti en ouvrant la porte du premier étage de la tour. Tentant de se relever, il ne compris pas tout de suite ce qu’il se passait. Ses pieds, ses mains et son torse était retenu par de puissante lanière de cuir.

« Bordel ! Mais je suis ou ? RELACHEZ-MOIIIIIII ! »
Revenir en haut Aller en bas
Tania Minio
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Tania Minio


Féminin Nombre de messages : 186
Âge : 31
Date d'inscription : 19/03/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Tenrai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14+2 (Bankaï)
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue8050/9350Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (8050/9350)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyDim 21 Nov - 20:00

    Accompagnée, Tania avait du être emmenée aux urgence le plus vite possible. On n'avait pas remarqué sa perte de vue lorsque tout le monde était arrivé, et que la jeune fille ne reconnaissait plus personne. Perdue par les différents bruits qui tournaient autour d'elle, la Shinigamie qui surveillait jusqu'alors Nao, et était restée calme, venait de piquer une crise et avait même crier à tout le monde de s'arrêter de bouger de partout et de parler. Tout le monde l'avait prise pour une folle. Enfin, au départ, puis on s'était dit que le choc devait y être pour quelque chose, ou bien la douleur. Parce que l'on voyait bien des traces de Reiatsu montrant qu'on avait aidé la rousse à survivre. Bref... Nao fut emmener, avec une Tania qui ne voyait plus rien, qui ne comprenait plus rien. Puisqu'à la suite de sa vue, son esprit vacilla suite à une piqûre au niveau de la nuque. Des bras la retinrent, puis tout fut encore plus noir qu'avant.

    -------------------------------------------------------------------------------------------------


    « Elle se réveille ! Rendormez la ! »


    ------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Réflexe d'ouvrir les yeux. Tania se sentait vraiment mal... La lumière n'était plus présente. Pas comme auparavant. Pas comme avant, là, une impression de peur entra en contact et imprégna tout le corps de la jeune fille, qui sursauta, faisant bouger quelque chose, qui devait être un drap. Quelque chose l'agrippa au niveau des épaules, et elle se débattit comme une tigresse. Mais affolée et complètement déboussolée, le combat ne dura guère longtemps, et elle fut maîtrisée en peu de temps. Des pas se firent entendre, ainsi qu'une porte claquant, avec une seconde personne qui entrait. Où se trouvait-elle ? Etait-ce réellement la Soul Society ? Notre héroïne n'en savait rien, et était trop épuisée pour identifier le Reiatsu de chaque personne.

    « Quels sont les résultats? Toujours en état de choc ? »

    Cette voix était féminine... Sûrement la chef du groupe qui s'occupait d'elle. La seconde personne était, elle, masculine.

    « Oui, malheureusement. Sa folie a même empiré... Je ne sais pas quoi faire... A chaque réveil, elle semble perdue, et se met à devenir violente. Elle a perdu la capacité de parole, mais dans combien de temps, je pense que l'esprit suivra. Je vais la piquer, on ne pourra pas la soigner ainsi. Regardez moi ça, elle bave ! Moi qui pensait qu'elle serait gentille... »

    Une main se décolla de son épaule, et l'on entendit le son d'un objet se détachant d'un support. Une table apparemment. Se remettant à gigoter dans tous les sens, Tania sentit la petite aiguille lui érafler la peau, pour aller se planter dans l'oreiller qui la retenait. Mais aussitôt l'on entendit des vociférations menaçantes, et notre amie se calma alors que l'homme qui voulait la piquer Perdait l'équilibre, pour retirer l'aiguille de l'objet mou, et ainsi se piquer lui même au niveau de l'abdomen, vu la hauteur de laquelle il lâcha un gémissement, avant de tomber inconscient sur la poitrine, de notre héroïne, qui se demandait vraiment ce qu'il se passer.

    « Oh ! Merde ! Kizuku ! Que s'est-il passé ? Merde ! Il est mort ? Ah non... Il n'a pas mis toute la dose, heureusement. Tu es fière toi ? Sauvage ! »

    « Stoooooooooooooooooop ! Arrêtez ça s'il vous plaît ! Je suis où ?! »

    Le corps de l'homme glissa sur le côté et tomba au sol lorsque Tania gigota de nouveau. Le bruit fut étrange, parce que la femme l'avait soutenu. Pas de gros boum, mais juste un petit swip, comme si les onomatopées commençaient à prendre d'assaut la grande ville des noms communs ou autres. L'infirmière semblait terrorisée par ce qu'il se passait, hésitant entre écouter, tuer et même appeler la garde pour qu'ils emmène cette folle qui se leva d'un coup après avoir pris conscience qu'elle était libre. Jamais Tania ne regarda ses mains de stupéfaction, rien... Pourtant elle paraissait... Si vivante. Se dirigeant vers un mur, la Shinigamie était complètement perdue, et se sentait de la même façon, nue. Juste quelques bandages cachant sa féminité et ainsi ses parties intimes.

    « S'il vous plaît, ne me faites pas de mal ! Regardez ! La sortie est par là ! Et euh... »

    « Je suis désolée, madame, je ne vois pas... »

    « Pourtant... Pourtant vous avez l'air vive, et vous me regardez dans les yeux en ce moment là ! Vous voulez dire que... Vous n'êtes pas devenue sauvage ? Mais alors... On nous aurait menti ? L'escouade de secours nous a donné l'information que vous étiez devenue folle en criant de partout. Mais... Que vous arrive-t-il ? »

    Tania afficha un air surpris. Il y avait de quoi lorsqu'une telle information vous venait en tête. Mais aussi respectable soit cette escouade, il était normal de prendre une fille qui hurlait au silence pour une cinglée qui avait trop vue la guerre, et n'était pas faite pour cela.

    « Je... Je ne sais pas comment le dire. Mais j'ai perdu la vue... Il paraîtrait que tout cela soit normal... Pourrai-je aller rendre visite à Inugami Yinoa ? Même dans mon état ? Je suppose que Nao-chan ne doit pas être loin non plus. Je l'espère en tout cas. »

    Un bruit de personne qui se lève se fit entendre, l'infirmière était à présent debout, et ses pas se dirigèrent vers Tania, qui sentit sa main se faire prendre, puis se faire tirer. Tout le corps suivit la route. Percutant les bords de l'entrée de la salle, la Shinigamie sentit quelque chose lui retomber sur les épaules, et une porte se refermer de nouveau. Depuis quand étaient-elles entrées dans une nouvelle salle ? La jeune fille n'en savait absolument rien, mais quitte à faire confiance jusqu'au bout... Elle se laissa faire et se mit à courir, trainée par une personne qui la faisait quelque peu zigzaguer partout.

    « Je n'allai pas vous laisser aller la voire mal habillée... Votre amie est très mal en point... Il paraîtrait qu'elle crache du sang, et semble souffrir, mais de l'intérieur. Les médecins ne peuvent rien faire. Comme vous ne pouvez pas voir, je vous accompagnerai personnellement jusqu'à sa cabine. Elle n'est pas seule je crois... Mais faites attention, il y a quelques gens étranges là bas. On y a mis tous ceux qui sont aller défendre le Rukongaï. Ils s'en sont bien sortis je trouve. Il y a même un nouveau type, il était salement amoché, pourtant encore en vie. Il paraît qu'il ne figure pas dans la liste des gens de la Soul Society. Un héros masqué ? On le prend plutôt pour un spécimen étranger à nous. »

    « Comme vous l'avez fait avec moi... »

    « Non non ! Lui est encore plus étrange ! Il n'a pas de Division approprié ! Il n'est pas dans les données des membres actuels. Nous allons voir avec les anciennes listes si nous trouverons une personne, qui que ce soit. Vous verrez bien ! Ah non, c'est vrai ! »

    Partant dans un rire complètement fou, l'infirmière ne put terminer d'habiller une Tania qui se débrouilla seule pour le faire. Il fallait dire qu'elle n'était pas bien aidée dans ces cas là. Entre une femme qui riait à sa blague merdique et être enfermée das une salle dont on ne connaît pas les dimensions... Le mélange était assez affreux pour une rousse qui avait les joues de la même couleur. Mais l'infirmière avait repris son souffle et semblait être redevenue normale. Enfin... Presque.

    « Euh... Vous pouvez arrêter avec vos grimace s'il vous plaît ? Je vous entends, d'un, et n'allez pas imaginer faire cela juste parce que cette personne ne vous voit pas. De plus, je n'ai pas apprécié votre blague. Nous sommes dans un hôpital, et vous n'être pas sérieuse du tout. »

    « Oui oui, désolée ! Mais c'est la première fois que je me retrouve confrontée à une personne aveugle. L'ancien Capitaine de la neuvième Division l'était lui aussi. Mais par contre, il n'avait p as votre maladresse, ce qui vous rend un peu ridicule, vous voyez ? J'ai toujours pensé que les aveugles savaient utiliser mieux que quiconque leurs autres sens. Mais pas vous. D'ailleurs, vous avez percuté je ne sais pas combien d'objets lorsque vous vous êtes levée. C'était bien drôle. Mais j'avais peur à ce moment là. On dit que je change facilement de comportement. Bon... On y va, d'accord ? On n'a pas de temps à perdre pour le moment. Sinon, pour votre amie, Nao je crois. On m'a dit que personne ne devait aller voir une femme du même nom. Je suppose que c'est elle. Je crois qu'il y a un problème avec elle, et qu'elle soit en train d'être jugée. Enfin, c'est ce que l'on m'a dit. Je ne fais que répéter certains propos. »

    « Mais ! Nao m'a sauvée ! Elle n'a pas à être jugée pour ça ! Je vais aller la voir ! »

    « Non ! C'est inter... Hey ! Reviens ! Tu pourras rien faire avec ton problème ! »

    Oui oui, courant, Tania percuta violemment le mur, avec son épaule, et tomba à la renverse. Lorsqu'elle voulut se relever, quelque chose la tint fermement contre le sol, l'empêchant ainsi de faire le moindre mouvement. Le but semblait clair : Il fallait se résigner... Elle ne savait même pas où elle se trouvait. Merde ! Rien ! La pauvre Shinigamie ne pouvait rien faire. Alors que des larmes coulaient de ses yeux, et que l'infirmière lui expliquait exactement ce qu'elle pensait, notre amie sentit la pression diminuer, pour se faire moindre. Elle se releva donc, et prit la main de la femme qui la dirigeait, obligée de suivre le mouvement.

    « Vous savez que vous m'avez fait peur ? J'ai bien pensé que vous alliez foncer partout jusqu'à en mourir... Mais s'il vous plaît, ne refaites jamais cela. A présent, nous allons voir votre amie Inugami. Vous saviez qu'elle était mariée à Ukitake-taishô ? Je trouve cela étrange. Je pensais réellement que Kiyone avait toutes ses chances. Ah, vous voulez que je me taise. Non ? Attends, j'ai une informaion de la part de la salle où est enfermée ta Nao, je te donnerai des nouvelles. »

    Sans rien dire, Tania venait de fermer la bouche de cette pipelette, qui continua son voyage à la rapidos. Percutant certains médecins, elle s'excusa, sans savoir à qui elle s'adressait. Ou même à quoi... Il faut dire qu'elles entraient, sortaient, tournaient, qu'à la fin, la pauvre Shinigamie en avait par dessus la tête de faire toute cette gestuelle.

    « Alors, pour Nao ? Il se passe quoi ? »

    L'infirmière sortit de sa torpeur et sembla sursauter pour notre amie aveugle.

    « Ah ! Désolée j'avais oublié ! Et bien... Elle a été jugée et on l'a condamnée à être emprisonnée pour désertion... Il paraîtrait qu'elle avait quitté la Soul Society sans autorisation, et parce qu'elle avait envie. Vous, vous êtes une héroïne pour certains. Continuez ainsi. Enfin, si vous le pouvez. »

    Merde... Condamnée, Tania ne pouvait plus rien faire à présent. Elle savait que si la chambre prenait une décision, elle ne revenait jamais sur celle ci. L'infirmière s'arrêta, pour ouvrir une nouvelle porte, où un homme hurla, et demanda où il se trouvait.

    « Nous voilà arrivés. Je vais vous mener jusqu'à Dame Yinoa. »

    Les petites plaisanteries de Madame commencèrent à vraiment énerver la rousse, qui du penser à l'état de son amie pour éviter de lui en mettre une une bonne fois pour toute. De nouveau tirée, elle fut arrêtée peu de temps après. Peu rassurée, elle avança la main, accompagnée par celle de l'infirmière. Là, le contact avec les cheveux longs de Yinoa fut agréable. Mais elle semblait toussoter, et cracher quelque chose.

    « Raaah ! Elle se remet à cracher du sang. Qu'est ce que je te disais ! Oh ! Ne pleure pas petite ! Elle ne va pas mourir hein ? Et toi le type mal coiffé, remercie nous, tu serais mort à l'heure qu'il est. »

    « Ah ! C'est de lui dont vous parliez. Il ressemble à quoi. »

    « Pas envie de te le dire. Et puis, ça te servirai à quoi ? »

    « Vous me tutoyez maintenant ? »

    « Ah oui, je pensais que ça pourrait marcher entre nous. Je... Je me tais à nouveau. Bon et bien... Parlez bien avec l'endormie mademoiselle. Je vais partir. »

    Tellement discrète que Tania l'entendit partir à pas bruyants, puis revenir à pas discrets. Mais elle s'en moquait... Le mieux était que Yinoa-chan allait bien. Elle ne savait pas du tout où elle se trouvait en fait...

    « En fait, monsieur, comment vous appelez vous ? Il paraît que personne ne vous connaît. Dans la Soul Society. Vous ne pouvez pas bouger on dirait ? Qu'est ce qui vous en empêche ? Des fils ? Des menottes ? Et puis... Pourquoi êtes vous ici ? Savez vous ce qu'il est arrivé à Yinoa-chan ? »

    Le pauvre Joker attaché était maintenant soumis à un interrogatoire mené par une aveugle qui ne savait même pas dans quelle position se trouvait ce pauvre homme... Bah, il le lui dira bien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyLun 22 Nov - 3:16

La salle était blanche, les murs semblaient être recouverts de papier qu'on venait de changer. C'était carrelé de cadres en bois, une porte coulissante qui permettait de garder un certain calme dans cet endroit bruyant de cris de souffrance et de pleurs terribles. Ce plancher blanc qu'on pourrait associer à du tapis. Tout est si blanc, le soleil peut facilement pénétrer cet endroit. Le blanc contient toutes les lumières, le noir, c'est l'absence de lumière. Que ferions-nous dans un hôpital aux murs noirs? Deviendrions-nous tous fous les uns après les autres? Sombrerions-nous dans une mélancolie, une nostalgie oue une dépression sans fin? Qu'arriverait-il de notre âme que l'on essaie de purifier? Qu'arriverait-il de nos sourires? Qu'arriverait-il de l'amour? Qu'arriverait-il de la guerre? Ce monde déjà rempli de noirceur dans sa modernité n'a pas besoin qu'on lui rappelle en le cachant de la lumière, de l'espoir que lui donne cette onde lumineuse. Il faut toujours relever la tête vers le haut, regarder vers la lumière que le gouffre nous apporte pour nous redonner de la force, suffisament de force pour rester en vie. Restons sur le dos à regarder ce cercle au-dessus de notre tête briller et vivons dans la meilleure des joies possibles.

Malgré toute cette blancheur, toutes ces lueurs d'espoir, il y avait toujours ces draps rouges sous moi, autour de moi. On voulait éviter que ça tache tout autour. On a eu de la difficulté à penser mes blessures, mes sacrifices. On a donné tout ce qu'on a pu pour moi. Beaucoup furent épuisés par ma faute, beaucoup ont perdu espoir, mais quelques uns sont restés pour voir la suite des événements, pour voir si je valais la peine qu'on continue. Mon cas était limite. On m'a ramenée plusieurs fois, les saignements ont recommencé, des infections sont apparues, on craignait, on avait peur, on ne voulait pas annoncer de mauvaise nouvelle à un Capitaine alors on faisait tout pour éviter le pire. Mon corps n'en peut plus, mais mon âme est si forte, est si pleine de volonté qu'elle survit à ces assauts incessants. Certains ont vomi, d'autres ont perdu connaissance en voyant ma carcasse boursoufflée sur un lit taché. À quoi bon? Ils espèrent, ils savent ce que j'ai accompli pour eux, dans ce monde. Plusieurs infirmiers m'ont reconnue, ils ont presque joué les patrons envers les autres pour que je survive. Ils savent ce que j'ai fait par le passé, ils savent combien de fois j'ai sauvé à l'aide de coéquipiers la Soul Society. Ils savent pour mes enfants, pour mon mari, mais pas pour mon père. J'ai promis de garder ce secret pour moi. Ils ne doivent pas le retrouver, sinon, il sera fichu, ils s'en prendront à lui.


Mais qu'est-ce que...?! Des ecchymoses?! Comment est-ce possible?!

Qu'est-ce qui se passait réellement? Comment mon corps répondait-il à l'appel de mon âme? Il essaie simplement de faire une connexion, il veut donner une autre chance à mon âme. Toutes les blessures de ce combat contre l'âme de mon zanpakuto, elles se retrouvaient sur mon corps. Partout au visage, on voyait des ecchymoses, mes yeux étaient enflés, je crachais du sang, ça ne finissait plus. J'avais les mêmes marques au niveau des côtes, aux bras et aux jambes. Ce combat était difficile, mais il fallait passer à travers. Autrement, on n'y verrait que la mort. J'avais deux chemins à prendre: La vie ou la mort. Je voulais accomplir mon devoir, il ne fallait en aucun temps que je perde la manche.

Une infirmière à mes côtés à essuyer les larmes de sang et les crachats rougeâtres, elle s'inquiétait beaucoup pour mon cas. Elle semblait être une personne qui prend tout à coeur, une personne très sensible à ce qui l'entoure. Elle faisait bel et bien partie de la 4ème Division. Certes, ils avaient besoin de personnes qui voulaient aider les plus courageux, les plus vaillants, les plus forts, les plus populaires. Mais aussi de gens qui voulaient aider les plus démunis de leurs maladies et de leurs blessures. Ils sont-là pour nous permettre de retourner de nouveau sur le champ de bataille. Personnellement, si je n'avais pas été choisie dans la 13ème Division, je me serais aussi vouée aux soins des blessés et des malades...

Malgré les nombreux va-et-viens des soigneurs, rien ne semblait faire dégager les yeux de la dame sur mon visage défiguré. La porte s'ouvrit, on y fit entrer un homme qui fut lui aussi sauvé du champ de bataille des envahisseurs. Allongé sur une civière, il était endormi. On nous séparait d'un rideau pour l'empêcher de me voir. Il se réveilla soudainement en criant pour qu'on le détache, qu'on réponde à sa question. L'infirmière, le motton dans la gorge répondit à l'infirmier qui allait quitter la pièce:


Mais faites-le taire BON SANG!

Une jeune rouquine pénétra dans la pièce à son tour accompagnée d'une infirmière plutôt bavarde. L'infirmière céda sa place et alla pleurer dans le couloir à l'extérieur. Tania me caressait lentement les cheveux en sentant par le même moment qu'ils étaient encore sales, mouillés de sang. Tania aurait pu le sentir juste en ouvrant la porte de cette grande pièce. Elle ne voyait rien, je ne sentais rien, je n'entendais rien, plongée encore dans un coma qui semblait durer une éternité. Cette durée de coma allait être déterminée par la tournure de mon combat contre l'âme de mon zanpakuto.

Justement, dans mon monde intérieur, la routine de me faire donner des baffes, des coups de poing ou me faire projeter contre un arbre, c'était devenu commun. Il était si fort, mais je me devais de continuer de le combattre si je voulais me sortir d'ici. Ici, on commençait à sentir le chauffé, les cendres, le souffre dans l'air ambiant. La forêt brûlait petit à petit. Plus le temps avançait, plus je sentais que l'âme de mon zanpakuto devenait plus forte.

Je ne suis pas plus fort, c'est toi qui faiblis! FRAPPE!

Aussi dur, aussi acharné à me faire comprendre son point de vue, il ne cessait de frapper avec toute sa puissance. J'avais l'impression qu'il voulait me tuer. Était-ce le cas? Si je mourrais, il n'existerait plus. S'il n'existe plus, à quoi bon de se montrer ainsi? Je ne comprends rien. Il matérialisa sa chaîne dans ses mains et prononçais une formule que mon double m'a apprise:

Goumongou...

La chaîne partit dans tous les sens dans le seul but de m'emprisonner tout le corps dans son piège. J'y fus coincée, Hoko faisait les cent pas en me regardant d'yeux qui brûlaient de colère. Il s'enfonça la dague dans la cuisse qui me fit vomir du sang dans le monde réel. Il retira la dague d'un coup sec et la planta dans son autre cuisse en me regardant dans les yeux. J'avais si mal, je pleurais devant lui et lui, il n'avait aucun remord.

J'ai été trop tolérant à ton égard, Yin... Tu m'as déçu et j'hésite encore à te laisser partir. Il y a tant de choses que tu ne sembles pas encore comprendre...

Aide-moi à comprendre alors...

À quoi bon? T'aider me donne l'impression que je suis ton esclave!

Tu n'es pas mon esclave, Hoko...

Ah non? Qui suis-je alors? Qu'est-ce que je fous alors dans ce monde tout à fait ridicule rempli de mauvais souvenirs, hein?

Tu es moi, je suis toi. Ce monde n'est pas rempli que de mauvais souvenirs! J'y vois tous les moments heureux de mon enfance! Vois-y la même chose de ton côté. Si tu m'as choisie, ce n'est pas pour rien. Tu voyais sûrement en moi un attachement quelconque, non?

C'est vrai...

Alors pourquoi doutes-tu de mes capacités? POURQUOI?!

J'ai simplement mal estimé tes capacités.

ARRÊTE! Arrête... ce n'est pas possible... Ce n'est pas terminé. Il y en a tant encore en moi! Hoko! Je suis prête à tout pour le combat, pour protéger ceux que j'aime, mes amis, ma famille, défendre mon pays, la loyauté, la noblesse! Je ne peux pas faire cela seule... Je t'en pris...

Ainsi donc tu me supplies?

Oui... Je te supplie... Continue de m'aider... d'arrêter de douter de moi, je ne te trahirai jamais...

Pourquoi c'est toujours sous les tortures ou au bord de la mort que les gens disent toujours ce qu'on veut qu'ils nous disent?

Je n'en sais rien...


Ainsi donc se terminait notre conversation. Il me détacha du goumongou et me rapatria dans mon corps. Le corps reflétant la douleur des coups reçus, je les sentais maintenant. Je sentais ces ecchymoses, ces coups de sabre, ces enflures, cette fatigue. Je sentais ma bouche pâteuse au goût de fer concentré. Je voulus lever le bras et amener ma main vers ma boucher pour m'essuyer, mais rien à faire, j'avais trop mal. Les yeux encore clos, je sentais une main dans mes cheveux: la seule sensation de bien. Peu à peu, je reconnus qui était tout près. Ça devait faire une éternité qu'elle était-là à attendre une réponse quelconque de ma part, un quelconque signe de vie. Je ne savais pas depuis combien de temps j'étais allongée dans cette marre désastreuse. J'essayais d'ouvrir les yeux tranquillement, mais ça faisait trop mal, je serrais les dents.


T...Tania-chan...? C'est bien... toi? J'ai si mal... Je ... J'ai... ARGH!

Du sang encore dans les poumons je vomir le tout du côté contraire d'où je croyais que Tania était assise. La douleur de cette vomissure dans la gorge était si intense qu'elle me fit perdre connaissance de nouveau. J'avais besoin de repos. C'était la seule façon de pouvoir m'en sortir. Pendant le peu de temps où j'étais consciente, j'avais sentie une autre présence non-loin, elle me disait une nouvelle fois quelque chose... mais quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue1200/1800Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptySam 27 Nov - 20:04

« Le type mal coiffé » ? Et alors ? Qu’est-ce que ça pouvait bien lui foutre à elle qu’il soit bien coiffé ou non ? Ce n’est pas elle qui s’était battu contre une armée de type tous aussi violent les uns que les autres. Et puis, mal coiffé ou non, de quel droit on se permettait de le retenir prisonnier comme ça ? Il s’était battu avec les shinigami, pas contre eux. Il avait fait leur boulot. Et même si ses intentions étaient de protéger les habitants du Rukongai plus que d’apporter son aide au soit disant dieu de la mort, le résultat était le même. Il s’était débarrassé d’une bonne partie de cette troupe envoyé d’on ne sait ou et avait sans doute largement participé à leur retraite. Alors non. Il ne dirait pas merci d’avoir été sauvé. Il aurait préféré mourir plutôt que de rester comme ça, attaché à ce lit par des liens encore trop fort pour lui. Essayant de détendre leur étreinte en bougeant dans tous les sens malgré les douleurs que pouvait provoquer toutes ses blessures tous juste cicatrisé, il fut arrêté dans on entreprise par une voix plus douce, plus calme et qui avait l’air de comprendre sa situation.

« En fait, monsieur, comment vous appelez vous ? Il paraît que personne ne vous connaît. Dans la Soul Society. Vous ne pouvez pas bouger on dirait ? Qu'est ce qui vous en empêche ? Des fils ? Des menottes ? Et puis... Pourquoi êtes-vous ici ? Savez-vous ce qu'il est arrivé à Yinoa-chan ? »

S’il ne voyait pas son visage à cause du rideau qui avait été élevé entre lui et une autre blessée, il pouvait sentir au timbre de cette voix la chaleur douce d’une jeune femme tout juste sorti d’un long sommeil ou d’une période de convalescence. Il n’y avait rien d’agressif, juste de la curiosité mêlé à de l’inquiétude pour cette autre personne à côté d’elle… Yinoa. Il ne savait pas du tout qui c’était mais il n’avait pas trop de mal à l’imaginé. Elle devait surement parler de cette jeune shinigami qui combattait l’envahisseuse avant qu’Hisoka n’intervienne. En reprenant une à une les questions qui venait de lui être posés, Hisoka se rendait compte qu’il ne pouvait répondre qu’à une seule d’entre elle et pourtant, il accepta de parler plus longtemps que ce qu’il aurait du, sans doute pour évacuer sa colère de façon plus pacifique à une femme qui acceptait de lui parler sans l’insulter ou considérer sa situation de prisonnier comme normal.

« Désolé, mais je ne sais pas qui je suis alors je ne vais pas pouvoir vous dires grand-chose sur moi. Quand à votre amie, je n’ai pas plus d’informations à son compte. Elle combattait déjà les envahisseurs quand je suis arrivé mais je me suis évanoui avant de voir leur fuite. Quand à ce que je fais ici, je me pose la même question depuis tout à l’heure. On m’a soigné mais maintenant on dirait que tout le monde à préférer me voir prisonnier de… »

Interrompu par une porte qui s’ouvre, Hisoka pu voir les quatre nouveaux protagonistes entrer dans la pièce avant de foncer directement sur son lit et son corps entravé. Ce fut d’abord l’infirmière qui s’approcha de lui, sans mot dire, regarda ses pupilles ainsi qu’un petit panneau électronique sur la tête de lit avant de faire un signe de tête aux trois hommes qui la suivait de près. Apparemment, ces types avaient des questions à lui poser. Ou du moins, un de ces types avaient des questions à lui poser, les deux autres avaient plus l’air de deux gorilles près à intervenir… au cas où.

« Bien, vous allez me dire qui vous êtes et ce que vous faites là sale envahisseur ? Pourquoi attaquer vous la Soul Society et le Rukongai ? »

La question était sèche et sans ambigüité. On le prenait pour un envahisseur. On le prenait pour l’un de ces monstres sanguinaires, un de ces hommes sans âme capable d’assassiner des familles à coup de sabres sans une once d’hésitation dans le geste ou le regard, comme une machine assigné à une tache. Non mais il se foutait de lui ou quoi ? Lui ! Un envahisseur ? Jamais… Enfin, non… normalement.

La question, qui avait d’abord eut l’effet d’une bombe dans son corps, rependant le poison de la colère dans ses veines, prêt à lui faire arracher ses liens et tuer cet homme qui l’insultait sans preuve, provoqua alors en lui le doute. Après tout, il ne savait pas qui il était. Il s’était réveillé au Rukongai sans rien se rappeler de lui alors peut-être que… Il semblait d’ailleurs que cette attaque des envahisseurs n’étaient pas la première, comme si une vague avait déjà eut lieu dans un passé récent. Peut-être avait-il fait parti de cette unité, avait perdu conscience et avait été laissé pour mort sur le champ de bataille. Cette hypothèse était probable, très probable même et plus il y réfléchissait, plus cela éclairait d’autres interrogations. Pourquoi avait-il un zanpakuto ? Parce qu’il était un envahisseur. Pourquoi savait-il aussi bien se battre ? Parce qu’il était un envahisseur. Pourquoi avait-il l’impression d’être étranger à ce monde ? Parce qu’il était un envahisseur.

Non ! Il ne pouvait pas accepter cette réponse. Il n’en voulait pas, il n’en voulait plus. Tout cela n‘avait aucune valeur. Tout cela ne correspondait en rien au flash qu’il avait pu avoir depuis son réveille au Rukongai. S’il était un envahisseur, pourquoi personne ne l’avait reconnu dès le départ. Itami aurait du reconnaitre son espèce, les envahisseurs eux-mêmes aurait du le reconnaitre pendant leur combat. Non. La réponse était ailleurs et ce n’était pas en restant enfermé ici qu’il trouverait sa réponse.

« Libérez-moi ! »

« Répondez à la question ! »

« Je n’ai pas de réponse, je ne sais pas qui je suis et je ne comprends rien à ces histoires d’envahisseurs alors libérez-moi ! »

« Non ! Vous allez restez là bien sagement jusqu’à ce que vous répondiez à mes questions ! Qui êtes… »

« Libérez-moi ! »

La colère d’Hisoka était décuplée. Oppressé par ces lanières de cuir, oppressé par les questions cet hommes, oppressé par ses propres interrogations, oppressé par ses incertitude, Hisoka avait déchainé toute sa colère, brisant ses liens aux poignets et au torse. Commençant à enlever ceux de ces jambes, il senti un danger venir de sa gauche. L’un des deux gorilles s’apprêtait à le remettre en place lorsqu’il se mit à voler dans les airs pour finalement s’écraser contre le rideau qui s’éparait jusque là les deux blessés de ce combat au Rukongai Nord. A présent complètement libre, Hisoka pu se mettre debout sur ses deux jambes. Tanguant un moment le temps de reprendre ses esprits et de faire passer la douleur de ses blessures passées, il fit un premier pas vers la porte quand le second gorille vain lui coller son poing au visage. Arrêtant net l’offensive avec la paume de sa main droite, Hisoka décocha sa propre attaque dans l’estomac du shinigami qui s’envola sur plusieurs mètres avant de s’écraser contre la porte de sortie qui s’écroula sous l’impact. La voie était libre. Il n’était plus le prisonnier injustement enfermé mais un nouvel homme libre en quête de vérité. En s’approchant de la sortie, il sentit les regards apeurés qu’on portait sur lui mais il s’en fichait, il devait partir. Franchissant le seuil de la porte, il s’arrêta net, tomba à genoux sur le sol et cracha plusieurs flots de sang avant de s’évanouir sur le sol, juste devant le corps inconscient du second garde du corps. Ses blessures n’avaient pas complètement guérit, il était encore très faible et faire autant d’effort pour sortir l’avait épuisé. Sa fuite prenait fin maintenant.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, il était de retour sur son lit d’hôpital complètement privé de ses mouvements. Cette fois-ci, les choses n’avaient pas été faites dans la demi-mesure. Complètement immobilisé par un sort de kido et surveillé de près par cinq shinigami disposé autour de son lit, Hisoka eut le droit aux même questions, posé par le même homme, avec ce même sentiment d’oppression.

« Reprenons, vous allez me dire qui vous êtes et ce que vous faites là ? Pourquoi attaquer vous la Soul Society et le Rukongai ? »

« Bordel mais j’en sais rien. Je ne suis pas un envahisseur. Demandez au lieutenant Itami, elle vous dira que je n’ai rien à voir avec eux. Ou demandé le lui à elle.
Yinoa c’est ça ? Dites leurs que j’ai combattu contre les envahisseurs et pas avec eux. Dites le lui. S’il vous plait, je ne veux pas rester là. »


Le ton de sa voix était dur et violent, mais qui pouvait lui en vouloir ? On sentait rien qu’en le regardant que tout ce qu’il voulait, s’était être libre de chercher ce pourquoi il était là, pas pour se justifier d’avoir sauvé la vie de plusieurs personnes et sans doute aussi celle de la jeune femme qu’il appelait à l’aide.
Revenir en haut Aller en bas
Tania Minio
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Tania Minio


Féminin Nombre de messages : 186
Âge : 31
Date d'inscription : 19/03/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Tenrai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14+2 (Bankaï)
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue8050/9350Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (8050/9350)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyDim 28 Nov - 23:02

    « Yinoa ? Tu m'entends ? Yinoa ! Tu as parlé ! Je sais ! Que se... »

    « Elle a encore vomiiiii ! Ralalala ! Je me sens obligée de faire tout ce boulot. D'ailleurs, cessez de crier Monsieur L'Envahisseur, une condamnée n'est même pas à deux salles d'ici, laissez la tranquille. Pour le moment, elle se trouve en prison, il n'y a rien à craindre. Cependant, nous préfèrerions la soigner. Pour qu'elle survive. Au moins. C'est votre amie je crois, mademoiselle. »

    Là, elle lui tapait sur le système cette mégère qui se moquait des gens. Pour le coup de la personne en prison, elle devait parler de Nao... Mais ce type, était-il un Envahisseur ? Parce que déjà, des médecins semblaient vouloir l'interroger à tout prix. Il semblait souffrir... Le pauvre. Aux premiers instants, on entendit des bruits de cuir qui se déchire, mais aussi de coups de poings. Sur ses arrière, Tania ne voulut rien dire sur ce qu'il se passait. En fait, elle n'avait pas d'avis personnel, et constituerait plus un boulet qu'une aide dans son état. Puis tout se calma, et la présence de cinq ou six personnes se fit sentir. Ceux ci, appelés par les infirmiers, utilisèrent un bakudo en plus des liens qui retenait leur otage. Si l'on pouvait parler de cela. L'homme criait de nouveau, suppliant à ses bourreaux d'interroger Itami, ou bien encore Yinoa, qui, elle, était inconsciente. Mais Tania, elle, avait mal à la tête.

    « Arrêtez s'il vous plaît ! Il n'y est pour rien dans cette affaire. Avez vous déjà identifié le Reiatsu d'un Envahisseur ? Je ne crois pas. Vérifiez bien, et vous remarquerez que lui aussi est un Shinigami. »

    « Mais c'est qu't'en as dans la tête p'tite tête ! Tu nous en mets plein les yeux là ! Mais alors... C'EST PAS UN ENVAHISSEUR ?! »

    Bien... On dirait que l'infirmière avait compris. Tellement qu'elle tomba, évanouie, où le autres vinrent l'aider. Pendant ce temps, Tania s'était levée. Maintenant distinguant les différentes présences autour d'elle, notre jeune fille réussi à reconnaître l'aura de Yinoa, et celle des autres.

    « Allez vous en, Yinoa-chan va bien, et cet homme aussi... S'il vous en êtes un bien sûr. Pouvez vous nous laisser en seul à seul ? Et cette fois, je ne veux pas qu'on m'espionne. J'ai été gentille la première fois... en plus, vous faites un boucan pas possible, vous qui disiez qu'il fallait laisser Nao tranquille... »

    « Ah ! Vous m'aviez remarquée ? »

    « Vous faites plus de bruit qu'un éléphant lorsqu'il barrit. Et encore, je suis gentille sur les mots. »

    Tania ne put voir les joues de l'infirmière rougir, mais elle se les imaginait très bien, tout comme elle s'imaginait tout le monde quitter la salle. Seuls restaient Yinoa, Hisoka, et Tania. Cette dernière se rapprocha du Shinigami, se mettant dans le champs de vision de ce dernier. Fixant le corps du jeune homme sans vraiment le voir, elle essaya de se l'imaginer. Mal coiffé, et tout et tout. Mais aucune bonne image n'arrivait à le décrire.

    « Excusez moi... vous voudriez être libéré je pense, non ? »

    Débouclant les ceintures, et autres outils faits pour faire prisonnier, Tania réussit à enlever la majorité des choses qui gênaient ou empêchaient un moindre mouvement de sa part. Vint ensuite la désactivation du sort de Kido, qui fut assez simple en fin de compte, tout e prenant avec soi l'envie de se défaire de ces liens du présumé Envahisseur.

    « Très bien... Tu es libre, mais s'il te paît, reste ici. Je voudrai savoir quelque chose sur toi. Je te crois innocent, et puis, je ne sis pas en état de me battre. Je ne vois pas pourquoi je te ferai du mal. »

    La Shinigamie hésita un petit moment, le temps de reprendre sa respiration, et de trouver la question adéquate.

    « Quand as-tu perdu la mémoire ? Que s'est-il passé ? Je vais veiller sur Yinoa, raconte moi ce qu'il s'est passé sur le champ de bataille, contre les Envahisseurs, quand tu es arrivé, puis avant ton évanouissement. Surtout... Comme tu n'es dans aucune liste. On pourra te poser les questions suivantes : Que fais-tu ici ? Quelqu'un qui recherche refuge ? Quelqu'un qui recherche pardon ? Moi je crois que tu es quelqu'un, comme tu l'as si bien dit, qui recherche qui il est vraiment. Cependant, il n'y a pas que moi qu'il faut réussir à convaincre, mais aussi les autres. »

    Ceci voulait dire que cet homme était vraiment dans la mouise s'il n'était pas reconnu comme Shinigami. Mais aussitôt ceci dit, qu'elle attira le pauvre homme au chevet de Yinoa, qui dormait toujours. Semblait-il. Tania caressa la joue de son amie, avec une moue de tristesse, mélangée à de la tendresse. Elle ne voulait pas perdre deux amies à la suite. Comme ça. Pourtant, ceci était en train de se produire sous ses yeux. Tania ferma les siens pour se concentrer, puis se mit à pleurer, au dessus du visage de son amie. Les larmes tombèrent sur le visage endormit de la jeune femme. Et la fille, elle, sanglota un long moment.

    « J'aurai du être avec elle ! J'aurai du tout faire pour l'aider ! Je ne veux pas la perdre ! Merci Monsieur... Merci d'avoir combattu à ses côtés. Moi... J'étais dans la même situation, dans Karakura... Mais ce n'était pas une bataille que je voulais. C'était aller chercher Nao, pour la dissuader de revenir. Je ne veux pas les perdre toutes les deux ! Je ne veux pas et je ne peux pas ! »

    Sa bouche formait une grimace qu'elle ne contrôlait pas. Ses sanglots ressemblaient certaines fois à des rires, mais le pire était qu'elle se sentait coupable de tout ce qu'il se passait. Et en même temps elle utilisait cet homme comme psychologue ou autre chose. Quelqu'un qui allait l'aider dans ce moment difficile qu'était le regret.

    « Je suis si faible... Et inutile ! Je ne peux pas rester comme ça ! A pleurer sans rien faire. Je veux me réveiller, ou bien rêver d'un monde meilleurs ! Je ne veux pas perdre ce qui m'est précieux à mes yeux ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyLun 29 Nov - 4:29

Si flou, si blanc, si clair: je ne sais plus si je suis consciente, si je regarde vraiment quelque chose. Suis-je en train de fixer une ampoule en marche? Le soleil? Le reflet d'une lumière sans fin? Est-ce la couleur des murs qui a été imprégnée dans ma tête si profondément que maintenant je ne vois que cela? Pourquoi blanc? Pourquoi si clair? Cela laisse une facette imprécise de ce que je suis capable de voir. C'est vague la signification du blanc. Certes, on peut considérer cette couleur comme la pureté de toutes choses, mais est-ce vraiment le cas? Elle peut aussi bien refléter le mal à travers les yeux des autres. On peut très bien dire arme blanche, mais d'après vous, une arme sert à quoi? Tuer, bien sûr... Se défendre aussi, mais se défendre de quoi? D'un être qui nous veut du mal... Bref, ça tourne toujours autour de la violence, du mal qui fait surface pour s'en prendre au bien. Ce blanc n'est pas si pur qu'il n'en laisse paraître, n'est-ce pas? À moins que cette pureté soit celle de la violence-même? Le problème du centre d'un événement sanguinaire est enfin résolu. Le blanc est le coupable. Il devra donc être saigné à blanc! Quelle sera donc la couleur qui jailliera de ceci? Rouge? Blanc? Noir? Je suis certaine que, pour bien se représenter, son sang serait noir charbon, dégoulinant à grosses pelletés visqueuses... Ce blanc est traître, ce noir est honnête, lequel est le mieux?

Ainsi donc, ce blanc si pur se transforma en noir ténèbres. Tout ce que je pouvais constater de ce qui m'entourait était de l'écho. Des échos qui faisaient résonner les ondes de diverses voix autour de mon corps inerte. Ces ondes variaient d'intensité contre toutes mes pores de peau et mes tympans qui vibraient peu. Étant sans connaissance, ils réagissaient beaucoup moins bien qu'à l'habitude, mais quand même. Les ondes au départ étaient aigüs, puis plutôt graves. Je voulais me réveiller de cette inconscience. Il se passait quelque chose autour de moi, je voulais voir, entendre ce qui se disait. Mon corps ne répondait pas. Il faut croire que ma curiosité n'était pas assez forte pour me permettre de bouger. La suite des ondes étaient irrégulières, il n'avait rien à y comprendre. Ça se calmait, puis ça repartait. Mes paupières battaient, mais rien ne se passait. J'espérais que Tania ne soit pas blessée, qu'il ne se passe rien de négatif envers elle. Il y avait déjà un moment que je voulais la voir: Depuis mon accouchement en fait... Je voulais lui annoncer une nouvelle, je voulais qu'elle sache à quel point je tenais à elle. Tania était presque la soeur que je n'ai jamais eu. Je voulais qu'elle le sache... Tania... La jeune rouquine que je surveillais sur le champ de bataille contre la première vague d'envahisseurs... Elle a vraiment progressé depuis, j'aimerais que nous passions plus de temps ensemble... avec Nao aussi... je ne sais pas ce qu'elle est devenue en fait...

Les gouttes salées sur mon corps provoquèrent un cliché. Bien sûr, ces fameuses larmes magiques qui peuvent même réanimer les morts à la vie... Les ondes de sa voix aigü dans mes oreilles m'avaient en même temps poussée à forcer mon corps à se réveiller. Quelque chose n'allait pas bien, je devais le savoir, je ne devais pas la laisser seule dans ce monde de brutes. Sa main délicate sur mon visage meurtri résulta des frissons sur tout mon épiderme. Mon corps était encore vivant malgré les coups reçus, malgré la maltraitance de la vie et de la mort. Je sentais la tristesse autour de moi, je sentais le désespoir. Je me demandais même si j'étais morte en fin de compte... Pourquoi tant de peine, tant de larmes alors que nous sommes en vie? À quoi bon avoir peur de la mort si on sait tous qu'elle viendra vers nous un jour ou l'autre? Pourquoi s'en faire avec les choses les plus banales de la vie? Pourquoi toujours en vouloir plus? Pourquoi ne pas se contenter de ce que l'on a? Pourquoi ne pas vivre le moment présent sans se soucier du lendemain? Pourquoi ne pas chérir nos paires pendant qu'il en est encore temps?

J'ouvris finalement les yeux devant la vie, devant ce chagrin représenté par une jeune fille au chevet d'une autre? Je ne voyais pas grand chose, ma vue était encore embrouillée, mais j'écoutais ce qui se disait autour de moi en fixant le plafond au-dessus de ma tête. Je l'écoutais parler et me mis moi-même à verser des larmes en silence. L'homme à côté me verrait peut-être, mais moi, je ne le voyais pas... pas encore... Tania parlait de Nao comme si elle était partie... Je n'avais été mise au courrant de rien. Bon sang, que s'est-il passé? Pourquoi personne ne m'a avertie? Que s'est-il produit? Je voulais des explications à tout prix, mais ma gorge me faisant vraiment mal: probablement à cause du nombre de vomissures. Malgré les larmes qui brouillaient ma vue, celle-ci revenait peu à peu sans que je ne m'en rende compte moi-même. Je ravalai le peu de salive que j'avais pour articuler tranquillement:


T... Tania...-chan... Cesse de... pleurer. On pleure les morts... pas ... les vivants...

Dans une grimace digne du plus grand Pierrot, je bougeais mon bras pour que ma main soit par-dessus celle de Tania. C'était doux et silencieux. Je ne savais plus quoi dire dans des moments pareils, il n'y avait rien à dire non plus. Je me contentais de fermer les yeux pour quelques secondes pour lui permettre de se calmer. Quand j'ouvris de nouveau les yeux, je cherchais du regard l'homme qui l'accompagnait à mon chevet. Dans quelques clignements de yeux, je pus le reconnaître enfin. Je ne savais pas si c'était lui qui était sur le champ de bataille, mais chose certaine, c'était l'homme d'il y a plusieurs nuits de cela. Un homme... fort... puissant qui avait affronté Juushiro, papa et Kyoraku-sama...

Vous...?! Hi...so...ka! Vous... êtes-là pour... m'achever... n'est-ce pas?

Mon regard se tourna de nouveau vers le plafond. Je ne pouvais rien faire contre lui s'il voulait s'en prendre à moi. À cause de mon piteux état, me défendre mènerait lâchement à ma perte. Je préfèrerais voir la suite des choses que de me fatiguer alors que je pourrais perdre connaissance à n'importe quel moment. Les yeux remplis d'eau, je regardais ce bourreau dans les yeux, incapable de prononcer quoi que ce soit sur le coup.

Laissez ma famille... en dehors de ça... pitié...

De mains tremblantes, j'enlaçais Tania une dernière fois. J'avais mal, mais si on s'en prenait à mes enfants, j'allais encore plus en souffrir. Si on me tue, Juushiro s'arrangera pour que notre progéniture soit en sécurité. Mais qui sait, n'importe quel malade pourrait trouver des enfants très bien cachés. Le visage dans mes mains, je sanglotais ma vie, me disant que j'allais être tuée par celui qui a failli tuer mon mari... Tout ça, ça ne faisait pas de sens à mes yeux... Quelque chose clochait, certainement...
Revenir en haut Aller en bas
[Scellée] Kyoko Ryougi
Shinigami exilé
Shinigami exilé
[Scellée] Kyoko Ryougi


Masculin Nombre de messages : 331
Âge : 38
Date d'inscription : 20/08/2010
Fiche Technique : Psycopathe girl

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Satsume
Niveau: Combattant Puissant / LVL 11
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue5150/5750Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (5150/5750)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyLun 29 Nov - 11:29

Chronique a écrit:

" Une nouvelle fois, tu as ignorer mes conseil et une nouvelle fois te voici encore à l'article de la mort. Je ne sais pas se qui se passe dans ta tête ma très chère Nao mais on dirait que tu ne tiens pas à la vie ! "

" Et alors ? "

" Comment ça et alors ? Tu te moque de moi ? Je te l'ai répétée plusieurs fois ! Ce n'est pas parce que tu veux mourir que c'est le cas pour moi, je suis désolée mais je vais être obligée d'avoir recourt à ta mémoire pour te maintenir docile... "

" Que veux tu dire ? Qu'à tu encore en tête Julia ? "

" Assit-toi et admire, je vais te faire faire un petit voyage dans tes propres souvenir, lorsque tu aura vu cela, tu saura enfin ce que nous avons en commun hihihi "

" Attends... "


Trop tard. Quelque soit l'idée que pouvait avoir Julia, l'image du monde intérieur de Nao commençais à se brouillé, la cascade d'eau, les cerisiers, tout ce que connais la Shinigami de ce refuge où son esprit prend asile à chaque fois que son corps est dans le coma commençais à disparaitre. Si dehors, son corps se remettait de ses blessures, elle savait parfaitement que dés qu'elle reprendrait conscience, les Shinigami la jugerons pour avoir déserté, dans son esprit par contre, une autre image se reformais... Très vite elle reconnu l'endroit ou elle se trouvait...

Un paysage vert, majoritairement composé d'arbre, une foret dont elle connaissais le moindre recoin par cœur, une rivière, le ciel parfaitement clair dominer par un soleil d'été dont les rayons apportais bonne humeur. Pas de vent. Le chant des oiseaux. Pas de doute, la jeune fille est de retour environ deux cent ans en arrière, cet endroit où elle avait vécu durant son vivant, il n'avait pas changer... Mais elle comprit aussi ce que julia cherchait à faire, jouer avec ses souvenirs ? Lui faire revivre l'horreur de cette journée ou son propre père prit sa vie ? Dans quel but ?


Retour en arrière


La Nao que nous connaissons apparait comme une sorte de spectre totalement invisible coupé du temps au milieu de se souvenir, elle se trouvait à l'endroit où, dans son souvenir, elle était supposée se trouvé au moment dramatique ou son vrais père, un homme perfide qui n'avait que pour seule ambition faire de son enfants une grande assassin comme son père l'avait fait pour lui la génération précédente et se, depuis les arrière grand parents de la fillette.

Elle se rappelais avoir refuser ce destin et avoir quitter sa vrais famille pour s'installer dans un village de campagne plus bas dans la montagne sur laquelle elle vécu, elle fut adopté par le village et s'installa même avec l'une des familles qui accepta de l'accueillir comme leurs propre fille. La période de félicité de sa vie qui dura un an avant que, de retour de la pèche à la rivière, elle ne retrouve ce même village détruit et sa population massacrée... Le seul homme encore debout au centre du carnage n'était autre que son père biologique !


" Nao "

" P.... Père... Q... Qu'avez vous.... "

" Ma fille... "

" Non.... Tout cela, c'est vous ? "

" Tu... "

Les souvenirs de la fillette se figèrent alors à ce moment précis. La silhouette de Julia apparu derrière le père de Nao, une jeune femme magnifique d'une vingtaine d'année au yeux rouge, une longue chevelure noir, une robe blanche tachée de sang et une paire de griffes à la place des mains, les siennes n'avais rien de commune avec la forme Shikai que Nao lui connaissait... Dans cette vision, Julia pointa du doigt son alter égo, apparemment le père de cette dernière ne la voyais pas, le ciel s'assombrit quand Nao regarda ses mains, elle eu un sanglot quand elle constata qu'elle était tachée de sang, sa robe blanche également... Ses souvenirs avait été altéré de manière spectaculaire !

" Tu vois, le meurtre es dans ton sang, tu ne te souvient pas de cette journée comme elle c'est déroulée réellement ! "

" Tu mens, arrête de me tourmentée ! "

" C'est toi qui te mens à toi même "


Puis, d'une même vois, Julia et le souvenir du père de Nao lui dévoilèrent la vérité: " C'est dans le sang de la famille Ryougi, ton arrière grand père était un monstre sanguinaire complètement fou, il ne savait rien faire d'autre que massacrer autrui, mais il trouva tout de même quelqu'un à qui parler lorsqu'il rencontra sa futur épouse qui lui apprit à contrôler sa folie.

Chaque membre de cette famille maudite se retrouve affectée un jour ou l'autre par ce sang... Cela arrive en générale à la puberté vers les treize, quatorze ou quinze ans, mon but était de te protéger de toi même, de t'apprendre à te contrôler le moment venu, mais tu as refusé, je t'ai cherchée, mais il était trop tard... Tout ces gens... C'est toi qui les a tué ! "


Nao Ryougi tomba à genoux, les images en quoi elle avait cru jusque là s'effaçait dans sa tête et les vraies, celle de la vérité reprenais place dans son esprit comme ci un puzzle incomplet venait d'être agrémenté des pièces manquante, tout se remit en place y comprit les circonstances de sa propre mort. Naturellement elle avait mit fin à la vie de son père pour lui avoir dit la vérité ce jour là, par la suite, le reste de son clan l'avait mise à mort pour trahison et surtout parce qu'ils savaient que désormais rien ne pourrait empêcher la jeune fille de devenir un monstre... Comment avait-elle échapper à l'enfer pour devenir une Shinigami ?

Son œil s'ouvrit, elle contemplât la pièce sombre ou elle se trouvait avec un certain dégout, deux gardes protégeait la seule porte permettant de sortir, elle même, était suspendue à quelque mettre du sol complétement entravée par des bandes bleue spéciale l'empêchant d'utiliser tout son Reaitsu, de nombreux autre sort de Kidô était présent cela dit... On croirait voir un psychopathe dans une prison de haute sécurité ! Mais le seul motif de cet enfermement n'est rien de plus que la désertion, et ça, Nao le savait...


" Huh ~~ Je sais que vous allée m'aider... Mes amies ~~ "

Malgré l'entrave, Nao réussi tout de même à augmenter la pression de son Reaitsu, son but était clair: attirer l'attention sur elle de certaine personne, elle savait parfaitement que Tania ne devait pas être loin, mais que se passerait-il ensuite ? Car si Tania pouvait la détectée, alors les autres aussi, le risque de se retrouvé dans cette posture inconfortable pendant des siècles est bien grand !
Revenir en haut Aller en bas
Daï
Fullbringer / Draconien
Fullbringer / Draconien
Daï


Masculin Nombre de messages : 103
Âge : 29
Double compte : The National Kid
Date d'inscription : 12/09/2010
Fiche Technique : Mera!

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Ryû no Maho / Ryû no Mârku
Niveau: Humain Surpuissant / LVL 14 (lvl uped)
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue9500/9700Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (9500/9700)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyLun 29 Nov - 12:39

Daï avait été rapatrié à la Soul Society en même temps que les 2 Shinigami ayant combattu avec lui les envahisseurs au lycée de Karakura.Bien sur,les renforts arrivés pour ramener les leurs auraient pu laisser le jeune humain la mais sans soins il mourrait surement.Emmené dans un état critique à l'hôpital de la 4ème Division,il fut rapidement hospitalisé : côtes cassées,multiples fractures aux membres,visage tuméfié et tailladé,il n'était vraiment pas beau à voir...tout comme Jiro.Daï aurait pu y rester mais son incroyable vitalité lui permit de survivre et de s'en sortir.Son état jugé par la suite stable,il fut laissé en réanimation durant de longues heures puis gardé en soins durant plusieurs jours,ses blessures résorbant rapidement et son reiatsu reprenant son niveau habituel.Enfin,au bout de presque 2 semaines,le jeune garçon fut autorisé à sortir.

Merci m'dame la Shinigami.

Il savait qu'il devait repartir illico car les êtres vivants n'avaient pas leur place dans celui des morts mais maintenant qu'il était ici,autant en profiter pour mener ses investigations.Feu son maître provenait de ces lieux alors pourquoi ne pas en apprendre davantage sur lui?Alors qu'il s'engageait dans un couloir de l'hôpital,il percuta quelqu'un et tomba à la renverse.

Aïe!Vous pourriez pas faire un peu attention?!

Le Shinigami bafouilla quelques excuses tout comme le jeune garçon qui regretta de s'être emporté pour si peu.Alors que l'homme en noir allait continuer son chemin,Daï lui demanda s'il y avait une bibliothèque dans les environs.

Il y en a une dans chaque Division,rapportant les faits et autres évènements majeurs de leur campement.Mais je doutes qu'un humain puisse être autorisé à y entrer...
Ah?Bon,je me débrouillerais.Merci m'sieur le Shinigami.

Il s'éloigna en marchant,les mains croisées derrière sa chevelure hirsute : de quelle Division faisait partie son maître avant de s'exiler déjà?Ah oui,la 1ère il lui semblait.Souriant,il prit donc la direction du QG de la 1ère Division après s'être renseigné.


Dernière édition par Daï le Jeu 9 Déc - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Soi Fong (inactif)
Capitaine de la 2nd Division
Capitaine de la 2nd Division
Soi Fong (inactif)


Masculin Nombre de messages : 22
Âge : 31
Date d'inscription : 23/01/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Suzumebachi
Niveau: Capitaine / LVL 7
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue3770/3770Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (3770/3770)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyMar 30 Nov - 17:53

Soi Fon était soulagée, cet enorme poids qu'elle trainait depuis sa rencontre avec Unohana s'était envolé, çe n'était peut être pas definitif mais pour le moment son titre de capitaine lui avait été de nouveau accordé, elle n'était pas reniée par la Soul Society pour ses actes qui, en prenant du recul, lui semblait de plus en plus ridicule, qu'est-ce qui a bien pu lui passer par la tête a essayer d'espionner seule les ennemis, pourquoi ne s'était elle pas rendu compte plus tôt que ce départ était totalement futile, qu'elle n'a jamais recuperer d'information vraiment importante, et que tout ce qu'elle savait, la Soul Society le savait certainement aussi. Cependant si elle a pu recuperer son titre de capitaine c'est aussi principalement grace a Unohana, elle avait su se montrer extremement persuasive avec la chambre des 46, et c'était aussi la premiere fois que Soi Fon voyait un tel sentiment s'émaner de la capitaine de la 4éme, certe elle n'était pas capitaine depuis longtemps, mais toujours elle a entendu parler d'elle comme etant le calme a l'état pur, et pourtant, pour son propre grade de capitaine et, qui sait, peut être aussi pour Fon, elle s'était mise en colére et sans cela les sages n'aurait peut être jamais accepter la reintegration des 2 capitaine a leur poste.

Malgré cela, il ne lui restait pas seulement a convaincre les 46 de ses capacités a reprendre son rôle, il lui restait surtout et même avant ça, à se convaincre elle même, car même si cette décision était la plus belle chance qu'elle aurait pu avoir, cette cicatrice dans son coeur ne se refermerait pas de si tôt, pour une si jeune capitaine, se remettre du fait d'avoir abandonner tous ses camarades n'allait pas être si aisé, et a vrai dire elle ne savait même pas par ou commencer, elle ne savais d'ailleurs pas si ça serait possible, mais elle y était décidée, un peu pour elle et sa fiérté, certe, mais principalement pour ses camarades de la Soul Society. D'ailleurs est-ce qu'il vont la comprendre, ou plutôt la pardonner, car maintenant même elle ne parvenait plus a comprendre son acte. Allait elle réussir a les convaincre? Ou même affronter leur regard? Au final tout se bousculait dans sa tête, et rapidement toute les inquietudes qui avait étaient été éffacés il y'a quelques instants étaient remplacés par beaucoup d'autres, quand cette tourmente s'arrêtera donc? Mérite elle même qu'elle se termine? Peut-être, apres tout elle avait deja Unohana de son côté...

Merci... Unohana Taisho, Je vais aller rejoindre le lieutennt dont ils m'ont parler... Je vous doit beaucoup, apparement elle se ferait soigner de plusieurs blessures aux quartiers de la 4éme division, je ne sais pas si vous compter vous y rendre, mais si je peut vous tenir compagnie...

En vérité elle ne savait même pas qui avait besoin de compagnie, qui sait si Fon se retrouvait seule que deviendrait elle? Dans l'hypothese ou elle resterait quelque chose... Au fond d'elle elle le savait pourtant, seule elle ne pourrait pas faire face a une telle epreuve, et pourtant même dans cette situation son ego avait le dessus, par une force plus grande qu'elle elle ne pouvait se resoudre a demander de l'aide, même à Unohana qui se trouvait dans la même situation qu'elle, qui était la seule a vraiment pouvoir la comprendre, elle ne pouvait pas. Elle se mit alors en route pour les quartiers, sans même regarder si Unohana la suivait, son esprit était totalement bouleversé, la mettre dans une telle situation engendrait des reactions que même Fon ne comprenait pas. Elle arriva finalement rapidement aux quartiers de la 4éme.

Elle se retrouva devant la porte de l'unité de soin, au moment de saisir la poignée elle se rendit compte qu'elle allait reveler son "come back" à déja un bon nombre de personne, elle se méfiait de leur réaction, comment allait ils reagir, bien, mal, et Fon comment allait elle reagir, calmement, peut être allait elle completement perdre le contrôle d'elle même, encore une fois mille et une question ( ouais elle reflechi vite) se bousculait dans sa tête, et quand elle se décidait enfin a ouvrir la porte, elle entendit des bruit derriére elle:

Dégagez le passage! On a un bléssé grave, Bougez de la!

4 medecins, peut être même 5, ainsi qu'un shinigami agonisant sur un brancart accourait vers la porte, Fon se recula, et le bléssé pénétra rapidement dans l'immense bâtiment, accompagnés par ces quelques médecins qui semblaient plus que déborder, mais ce qui choqua le plus Fon, c'était l'ignorance totale de sa presence, la capitaine mis quelque temps a se remettre de cette scene qu'elle n'avait même pas soupçonnée, elle releva la tête en se dirigeant vers l'hôpital, et de nouveau elle fut surprise, en effet la porte était rester grande ouverte, à l'intérieur un hall gigantesque s'étendait devant elle, à l'intérieur même de ce hall quelques dizaines de personnes qui receptionnait, patientait, discutait, mais personne n'avait encore remarquer sa presence. Décidant qu'il en était peut être mieux comme ça pour l'instant, elle avança en direction de l'accueil, et demanda la chambre de la lieutenant

Où est la chambre de... du prochain lieutenant de la 2éme division

Oh! Inugami Yinoa, c'est la numéro 658

Merci
(Fon signa un papier et se dirigea vers l'escalier)

Hé, c'était pas Soi Fon elle?


Maintenant que tu le dit, même si je me souviens plus tres bien d'elle, elle y ressemble beaucoup...

La capitaine était déjà en route, avait entendu l'hôtesse d'accueil chuchoter son nom, elle se hâta de prendre l'escalier, elle ne voulait pas encore affronter les autres, elle ne voulait pas encore avoir a s'expliquer, elle n'y était pas encore prête, elle marchait dans les couloirs, préssée d'être dans cette fameuse chambre, et en même temps apeurée d'y être, elle se retrouvait d'un coup au milieu de temps de shinigami, et malgré tout, au milieu de toute cette agitation, quelques personnes la reconnaissait et se retournait, pendant qu'elle se dépechait de s'en allait. Mais qu'allait elle bien pouvoir faire lorsqu'elle sera arriver, elle allait bien devoir affronter le regard, et peut être même les remarques de son futur lieutenant. Il ne lui fallut pas longtemps pour finallement arriver devant cette porte, une fois passée, quelque chose se produirait, elle ne savait pas quoi, mais elle était certaine qu'il allait y avoir quelque chose.

Elle se decida alors assez rapidement a entrer, et rabattit lentement la porte coulissante, et elle n'y vit, ni une, ni deux, mais 3 personnes était presentes, Fon ne comprenait pas grand chose, elle se retrouvait avec un homme mal coiffé et étrange, mais surtout mal coiffé, a côté de lui deux femmes, l'une qui semblait griévement bléssé, et l'autre, debout, mais n'étant pas dans un bien meilleur état. De quelques maniére que ce soit, ces trois la semblaient liés, Soi Fon était encore pérturbée, mais maintenant qu'elle était redevenue capitaine elle devait assumer ses responsabilités, et savoir rester calme devant toutes situations, même dans ces cas la, elle fit alors de son mieux pour prendre un air calme posé, et en même temps autoritaires

Qui est le prétendant lieutenant de la 2éme division!?

Malgré ses efforts elle savait que l'effet rendu n'était pas celui d'avant, ce n'était pas exactement celui souhaité, mais allait elle devenir comme avant? Et même, le pouvait elle? Elle resta debout, un peu devant la porte, apportant un petite touche de noir au milieu de cette piece d'une blancheur divine. Elle avait posée cette question, mais elle ne savait même pas ce qui allait en découdre, selon qui pretendait être le futur lieutenant, qu'allait elle repondre? Elle se retrouvait encore totalement perdue, mais elle devait tout de même faire face.
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue1200/1800Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptySam 4 Déc - 18:27

Elle était inconsciente ou quoi ? Il voulait bien qu’elle soit agréable et extrêmement gentille mais de là à le libérer. Lui ? Lui qui venait de retourner en un instant cette salle, lui qui avait mit au tapis deux hommes à mains nues, lui encore qui avait tenté de s’éclipser. Hisoka ne savais pas bien quoi pensé de son geste. Est-ce qu’elle le sous-estimait et se sentait capable de l’affronter si cela devait arriver ? Est-ce qu’elle avait suffisamment confiance en lui pour savoir qu’il ne lui ferait pas de mal ? S’il la remerciait intérieurement de son geste, il ne la comprenait pas et encore une fois, se sentir redevable de quelqu’un qu’il ne connaissait pas le mettait mal à l’aise.
Il avait beau être libre, il ne savais toujours pas ce qu’il devait faire, rester là à écouter cette jeune femme tomber en larme sur le corps blessé de son ami ou partir pour échapper à ce flot de question auxquels il n’avait en général pas de réponse. La voyant détruit, Hisoka ne pu se résoudre à partir. Il devait au moins lui parler, dire quelque chose. Si ce n’était pas « merci », il devait au moins répondre au mieux à des questions auxquels il pensait avoir quelque chose à dire.

« Quand je suis arrivé sur le champs de bataille, ton amie était déjà là et combattait leur chef avec un autre shinigami. Quand je suis arrivé à leurs hauteur j’ai attaqué le leader du groupe des envahisseurs mais j’ai été prit par surprise et je me suis évanouie avant de voir ce que faisait les autres. J’ai été amené ici, soigné et interrogé.
Mais je dois t’avouer que je suis assez content. Je voulais arriver ici. J’ai l’impression que je peux trouver des choses sur mon passé ici. Je ne sais pas encore pourquoi, mais je suis persuadé que quelqu’un pourra m’aider ici. Désolé mais je ne veux pas perdre de temps. »


Abandonnant lâchement celle qui l’avait aidé, Hisoka avança quelque pas vers la sorti de la chambre avant que quelqu’un ne fasse son apparition dans l’entrebâille de la porte défoncée. Elle était un peu plus petite que lui. Le réiatsu qu’elle dégageait était juste incroyable. Hisoka avait du mal à croire qu’une telle chose soit possible. Il sentait en elle une puissance hors du commun et pourtant, il n’en était pas inquiété. Pire. Il était comme… excité. Pas par le physique de la jeune femme ni par son allure mais seulement par la puissance qu’elle dégageait. Il avait une envie irrépressible de la combattre. Lui, cet homme qui refusait la violence gratuite sentait ses entrailles lui dire de sortir son arme et d’attaquer.
Il continuait de l’observer et son regard se posait instinctivement sur des indices qui lui donnaient des informations précieuses sur cette femme. Ses yeux bougeaient tout seul pour observer la garde, le zanpakuto, la posture de cette arrivante. Son analyse était méthodique et presque naturelle. Il ne décidait rien, son corps travaillait pour lui et la réflexion qui s’en suivait était incroyablement précise. C’était une tueuse, un assassin. Il le savait en la regardant. Son zanpakuto caché dans son dos ne signifiait que cela. Elle le mettait en retrait de son corps. Elle ne considérait pas son arme comme la chose essentielle. Non. Son truc à elle devait être le corps à corps. La position de ses bras et sa posture en général trahissait ses capacités hors norme. Elle avait beau être dans un lieu sécurisé ou personne n’était censé l’attaqué, ses gestes répétaient ceux d’une tueuse expérimentée.

« Qui est le prétendant lieutenant de la 2ème division!? »

Les mots de la jeune femme l’avaient déconnecté de son analyse. Il était resté hypnotisé sur ce qu’il venait de faire. Il ne comprenait pas cette capacité. Il l’avait plusieurs fois expérimenté mais c’était la première fois que cela prenait de telle proportion. Comme si sentir la puissance de cette femme le mettait dans une transe qui le préparait à un combat. Pourtant, il se contenait. Il ne devait pas se battre. Il était encore blessé et il devait rester ici le plus longtemps possible pour découvrir son histoire. Réprimant sa pulsion, il continua sa marche vers la sortie, près à la dépasser lorsque, pour la seconde fois de la journée, il resta figé à la porte. Cette fois-ci, ses blessures n’avaient rien à voir. C’était une voix. Une nouvelle voix qui l’avait retenu. Derrière lui. Quelqu’un avait parlé… de lui.

Hisoka ! Comment connaissait-elle ce nom ? Il ne l’avait pas encore dit… à aucune moment il n’avait parlé de lui. De toute façon, il n’avait rien à dire sur son compte si ce n’est qu’il était un mystère insondable. Si ce n’est qu’il était en colère contre lui-même. Enervé de voir qu’il était capable de comprendre les autres en ne faisant que les regarder et que lui n’était qu’un vide impénétrable. Pourtant… elle… Elle avait dit son nom, ou du moins, celui que Kairi lui avait donné. C’était impossible qu’elle l’est entendu et pourtant, il était intiment persuadé que c’était à lui qu’elle s’adressait. Elle l’avait appelé Hisoka et ce nom avait agit en lui comme une bombe, révélatrice de son identité. Entendre ces lettres raisonnées à travers la pièce le persuadait que ce nom était le sien. Il n’était pas seulement le terme à défaut d’une petite fille mais bien son véritable nom… Hisoka. Oui. Il en était persuadé maintenant. C’était son nom, à lui, rien qu’à lui.

Sans qu’il ne puisse rien contrôler, des larmes se mirent à couler le long de ses joues salit par la sueur. Il ne pouvait pas arrêter cette expression né du sentiment procuré par une parcelle d’un passé retrouvé. Son nom était la première étape d’un long parcours. Faisant volte face, il se précipita sur Yinoa sans écoutez ce qu’elle avait pu lui dire par la suite, s’approcha de son corps et le dévisagea avaec une intensité incroyable. Le visage de la jeune femme était couvert de bleu et l’excitation qu’il ressentait l’empêchait de faire une analyse aussi complète qu’avec Soi Fon. Il tentait de se rappeler d’elle mais rien ne lui venait. Il ne lui restait plus qu’une chose à faire… rester et parler.

« Vous me connaissez ? Qui je suis ? Dites-moi ! Je m’appel bien Hisoka n’est-ce pas ? D’où nous connaissons nous ? Dites le moi s’il vous plait ! Parlez-moi ! »

Attrapant la blessée par les épaules, il commença à la secouer pour qu’elle parle, ne faisant même plus attention aux blessures qu’elle supportait difficilement. Il avait besoin de savoir… il devait la faire parler et rien… absolument rien… ne l’empêcherait d’avoir les réponses qu’il attendait, même s’il devait se montrer violent. Son obsession de savoir le rendait presque fou, infligeant la torture qu’il venait de subir à une jeune femme bien plus blessé que lui. Mais qu’importait. Il voulait connaitre la vérité.

« Parles ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptySam 4 Déc - 22:02

Je marchais tranquillement en direction vers les quartiers de la quatrième division, à l'hôpital . J’avais Kazeshini à ma hanche gauche dans un fourreau, j’étais habillé comme d’habitude mais j’étais seul. J’étais bien équipé, pour une mission. Apparemment, ça faisait longtemps que je n’en avais pas eu...Depuis la trahison de mon capitaine...Je m’arrêtais tout de suite dès que j’avais prononcé ce nom, mais alors, il était parti de la Soul Society sous prétexte de choisir le bon chemin de la justice...Ça je ne le comprenait pas...Avec Komamura, nous avions tous les deux, décidé de lui ouvrir les yeux. Mais un jour d’été, j’avais appris que Tousen-Taicho était parti à la dimension Royale. J’étais tellement surpris de cette nouvelle que je ne donnais pas toute mon attention pendant la réunion qui parlait comment aller à la Dimension. Sans doute Komamura avait agit comme moi...Tient ! Au fait, qu’était-t-il advenu de capitaine Komamura ? La dernière fois, il y avait des envahisseurs qui massacraient sur leurs chemins, les habitants de Rukongai . C’était à ce moment là où j’avais en même temps rencontré une nouvelle recrue qui venait de la troisième division, elle se nommait Natsume si j’avais bon souvenir. Elle était ivre, j’avais dû l’arroser afin qu’elle reprenne ses esprits...Finalement ça avait marché ! On a discuté et puis la jeune fille était partie se changer pendant que je me pressais pour aller rejoindre Komamura-Taicho qu’ainsi que Kuchiki-Taicho et d’autres personnes... Je me rappelais de même que lors de ma route avec Natsume, j’ai été surpris par un envahisseur qui m’avait sauté dessus ! J’ai dû me battre contre celui-ci, après il y en avait eu d’autres qui étaient arrivés ! Ils étaient très nombreux ! Finalement j’avais réussi à m’en débarrasser avec mon shikai ( à contrecoeur) . J’avais aussi perdu Natsume ! En même temps, les pressions spirituelles dont j’avais voulu les rejoindre avaient disparus, j’avais compris qu’ils avaient tous finis...J’étais parti dans un coin éloigné de Soul Society, là où j’avais donné rendez-vous avec Capitaine Tousen pour me rétrograder...Pendant quelques jours, j’y étais resté, à observer le paysage, à communiquer avec Kazeshini. Et puis quand j’étais retourné aux quartiers, une personne m’avait attendu et m’a proposé une mission. J’étais étonné par le fait qu’il savait quand j’allais arriver et que j’avais donné signe de vie !


Ma mission consistait à interroger un ancien membre de cette division même. Qui, m’avait-t-on dit qu’elle avait déserté son unité... Pour devenir Shinigami exilée, il fallait l’interroger...Je soupirai, il y avait une autre mission, le but était de récolter des informations mais pas seulement sur cette shinigamie, mais il y avait un autre, qui parait-t-il qu’il ne savait pas qui il était,il logeait dans la même chambre que la shinigamie qui n’allait pas tarder à devenir une lieutenante de la deuxième division...(je m’étais renseigné avant de partir) et il y avait des chances que ça devrait être un envahisseur. Personnellement, je ne pensais pas comme ça. Sans que je sache pourquoi je pensais comme ça.Il doit avoir un raison,mais je ne la connaissais pas...C’était embêtant ça...


-POUSSEZ- VOUS ! VOUS BLOQUEZ LE CHEMIN!!!!


Je m’écartai et vit un groupe de médecin avec un blessé ! Les envahisseurs ne sont pas allé de main-morte... À peine entré dans cet hôpital me mit mal à l’aise pas seulement pour les blessés, mais parce que comme je n’étais pas apparu depuis longtemps devant tout le monde. Je me dirigeai vers l'accueil et lui demanda:

-Bonjour madame, je voulais voir un shinigami qui loge dans votre hôpital. Il se nomme Nao Ryougi et j’aimerais bien voir la future lieutenante de la deuxième division et...

-Ah non ! Vous ne pouvez pas la voir ! Ça suffit comme ça !! D’abord une jeune fille qui a perdu sa vue ! Après c’est la capitaine Soi Fon ! Et je ne vous autorise pas à voir Nao la jeune fille shinigami exilée ! C’est formellement interdit par la chambre 46 de Chuo ! Sortez immédiatement de cet hôpital !"

Je restai ici, sans parler, avec un air surpris . Capitaine Soi Fon ?! Mais qu’était-elle donc en train de faire ?! Dire que ça faisait longtemps que je n’avais pas entendu son nom ! Je sentis qu’il devrait avoir du monde dans la chambre de la demoiselle qui se nommait Yinoa...Je pensais qu’il serait préférable d’aller voir Nao en premier. D’un coup, j’observai la femme d’acceuil et lui dit avec froideur:

-Écoutez mademoiselle, je suis pas simplement venu pour les rendre visite, en plus je vois bien que vous êtes débordée, ça ne m’étonne pas ! Vu qu’il y a des envahisseurs qui sont là en ce moment même en train de démolir tout ce qui est sur leurs chemins. Et moi, je n’ai pas de temps à perdre comme ça à me faire jeter dehors parce que je n’ai pas le droit de voir Nao ! Et enfin, je voulais dire, lorsque vous m’avez légèrement coupé ma phrase, je voulais vous montrer que je suis en mission et je devrais les interroger !

-Ooh excusez-moi monsieur...Monsieur... Je ne savais pas...

-Shuuhei Hisagi, vice-capitaine de la neuvième division !

-Hiiic ! Ah...Pardon...Mon vice-capitaine...Veuillez m’excuser de mon comportement...Je suis...très gênée...Vous pouvez...Suivre l'infirmière...Sans...Doute...Elle...A entendu no...tre conver...sation !

-Merci madame."


Je lui tournai le dos et commença à suivre l’infirmière qui a été sélectionnée pour m’accompagner vers la chambre de Nao. J’allais pouvoir commencer ma mission tranquillement ! Derrière mon dos, j’entendis les deux femmes qui se parlaient entre elles sur mon sujet. Je m’en doutais ce que ce moment allait arriver... L’infirmière ralentit son rythme et m’adressa la parole en souriant avec sa tête légèrement en haut:

-Vous êtes Hisagi Shuuhei ? Ça faisait longtemps qu’on vous a pas vu dans ce coin !

-Je sais...J’étais très occupé.

-...Vous vous êtes occupé de quoi au fait ?

-Ça ne vous regarde pas, ça concerne que ma division !

-...

Je ne voulais pas qu’elle sache que je n’avais rien fait du tout pendant tout ce temps là ! Si elle l’apprenait, le bruit va être dans tout le Sereitei et la réputation de ma division sera ternie à jamais ! Ça je n’y tenais pas...


-ATTENTION !

J’évitai de justesse un médecin qui courut avec un lit de patient et je manquai de tomber ! Heureusement que le mur était là !

-Voilà mon vice-capitaine nous sommes arrivé devant la chambre de Nao, si après cet interrogatoire, la chambre de Inugami Yinoa est en face ! Bonne chance !"

Les deux gardes m’observaient, ils étaient tous les deux plus grand que moi ! Je sortis la feuille de mission et le leur montra. Ils m’avaient laissé passer. La jeune fille ouvrit la porte qui était fermée à double tour. Mais au fait, pourquoi fermer à double tour ?! Sans doute pour éviter de fuir....La chambre de la future lieutenante était le numéro 658. Je mémorisai pendant un court instant ce numéro et entrai dans la chambre de Nao. Dans cette chambre elle était assez sombre...On voyait rien ! J’entendis:


" Huh ~~ Je sais que vous allez m'aider... Mes amies ~~ "

Soudain je sentis une pression spirituelle qui monta !C’était celle de Nao, mais pourquoi ? Pour appeler quelqu’un ? Qui ? «mes amies» c’étaient plusieurs personnes...Des shinigamis...Mais comment cette fille pouvait faire ça ?! Je savais bien qu’elle était suspendue à quelques mètres du sol qui normalement doit empêcher d’utiliser son reiatsu. Je vis Nao, oui, c’était exactement comme je l’imaginais, d’après la lettre de la mission . Je m’approchai d’elle silencieusement tout en masquant ma pression spirituelle, sans doute elle n’avait pas fait attention à mon arrivée. J’étais à quelques petits mètres de cette jeune fille,elle avait l’air d’être torturée psychologiquement mais pas à la même manière que Hinamori je lui adressa la parole d’un ton calme, qui ne devrait pas l’effrayer :

-Ça va Nao ?
Revenir en haut Aller en bas
Tania Minio
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Tania Minio


Féminin Nombre de messages : 186
Âge : 31
Date d'inscription : 19/03/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Tenrai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14+2 (Bankaï)
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue8050/9350Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (8050/9350)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyDim 5 Déc - 10:15

    Ça n’était à rien y comprendre là ! Mais Tania était tout de même heureuse de sentir proche de sa meilleure amie, et de pouvoir toucher sa peau encore chaude, qui respirait. Mais alors qu’elle sentait encore la tristesse la toucher, notre héroïne entendit quelque chose. Quelque chose qui allait sûrement changer sa vie à jamais. La voix de Yinoa, qui sembla sourire pour la rassurer, ce qu’il fallait bien pour le moment. Le contact de la main de la jeune femme sur celle de son amie fut accueillant, chaleureux. Comme toujours dirons-nous. Yinoa avait réellement un pouvoir dans ces cas-là, et le montrait très bien.

    « Non… Je ne pleure pas… Pour ça. Mais j’ai juste eu peur… Je suis désolée Yinoa ! J’aurai dû être là pour t’aider. »

    Ne pas parler de son handicap était difficile dans ces cas-là, puisque Tania n’arrivait à ne rien voir. Mais c’était bel et bien une personne qui était entrée. Elle était assez puissante pour se prétendre capitaine, mais notre héroïne n’avait jamais vu de pouvoir aussi grand que celui-là. Enfin, il ne ressemblait en rien avec ceux qu’elle avait déjà connus. C’est pour cela que la Shinigami se retourna en même temps que cet homme inconnu qui était pris pour un Envahisseur. La démarche de cette inconnue, vue qu’il s’agissait d’une femme, était gracieuse et assez féline. On pourrait même dire qu’elle était trop discrète pour être perçue facilement. Une membre de la seconde Division ? Capitaine ? On lui avait parlé d’une ancienne, appelée Soi Fon, qui avait, après des choses que personne n’avait voulu expliquer à notre héroïne, disparue. Tout comme la Capitaine de la quatrième Division Unohana. Ceci faisait quand même beaucoup de Capitaines disparus en si peu de temps.

    « Bonjour madame. Vous recherchez la prétendante à la seconde Division ? Ce n’est pas moi en tout cas, et cet homme est trop inconnu pour pouvoir l’être. Tout le monde devrait le connaître s’il faisait partie de la Soul society. Ce qui veut dire que… Yinoa ? Tu vas être Lieutenante de la seconde Division ?! Oh ! C’est… si b… »

    Elle ne put terminer sa phrase car déjà Yinoa avait sorti quelque chose en s’adressant au type que Tania essayait de s’imaginer avec sa voix et les descriptions qui lui avaient été attribuées. Cependant, le seul mot qui fut stocké dans la tête de notre héroïne fut Hisoka. Quel nom étrange. Assez fou. Mais Tania en resta bouche bée. Retournée depuis la promotion de son amie, elle essaya de la regarder dans les yeux, avec des difficultés, puisqu’elle était complètement déboussolée à cause de tous ces gens qui arrivaient. La demande de Yinoa fit frémir notre amie de peur. Elle ne voulait pas qu’il la tue ? Mais pourquoi ? Qui était-il réellement ?

    « Mais… Yinoa ? Tu… Tu le connais ? Tu connais cet homme ? Et… Il s’appelle Hisoka ? Mais… Pourquoi voudrait-il te tuer ? Il a… Hé ! »

    Plusieurs informations arrivaient en même temps là ! C’était mauvais pour la santé d’une aveugle ! Et puis… ce n’est pas moi qui dis ça, c’est Tania, qui, elle, n’arrivait plus à suivre ce qu’il se passait. Quelque peu poussé par le seul homme dans la salle, le reste étant constitué essentiellement de femme, notre amie perdit l’équilibre et tomba au sol, comme une loque qui n’avait rien pu faire pour se protéger d’une attaque quelque peu étrange. Hisoka, vu qu’il s’appelait ainsi, se mit presque à hurler en demandant comment Yinoa le connaissait. Même si ce n’était pas une réelle attaque physique, destiné à tuer, il était en train de…

    « Arrêtez s’il vous plaît ! Elle est blessée ! S’il vous plaît ! Vous allez la tuer si vous continuez à la secouer ! Arrêtez ! »

    Se relevant, la Shinigamie ne savait plus où elle était. Plus du tout. Sa vue brouillée, ainsi que son esprit ne lui donnaient aucune information sur le monde extérieur. Il fallait donc enlever toute cette cacophonie, et vite ! Le poing frappa Hisoka en pleine joue alors qu’il essayait de faire retirer des arguments à Yinoa tout en la violentant. Le corps vola un peu.

    « J’AI DIT ARRÊTEZ ! »

    Rouge de colère et de larmes, Tania tomba à genoux, juste sous les yeux de la jeune femme, pour voir si elle était encore en vie ou non. Ce n’était pas le moment de frapper des gens, surtout dans un hôpital. Pas de bruits.

    « Ha ! J’vous l’avais bien dit qu’elle allait faire une boulette ! Regarde ! T’as détruit le mur bakaaaa ! Et en plus t’as libéré ce fou ! Regarde ce qu’il a fait à ton amie… Il a perdu la mémoire, il serait prêt à tuer pour avoir ne serait-ce la moindre information. »

    « Je vous ai demandé de partir s’il vous plaît… »

    « On ne va pas rester sans rien faire alors que notre bâtiment se fait détrurie par deux attardés. Mais laissez nous passer à présent. Ce mur nous séparait de la cellule de Nao Ryougi. Vous pourrez revoir votre am… Ah oui ! C’est vrai ! Vous ne pouvez plus la voir ! Bien dommage pour vous, mais vous êtes bien impuissante pour me dire ce que je dois faire, petite Shinigamie. Oh ! Bonjour Soi Fon Taishô ! On nous avait prévenus pour votre arrivée. Vous cherchiez Inugami Yinoa, n’est-ce pas ? Elle est dans son lit, à côté de gens comme cette pleurnicharde aveugle et d’une sorte de fou avec du maquillage un peu partout. »

    Oh ! Quelle joyeuse petite infirmière que voilà ! Soudainement, Tania eut envie de briser les reins de cette dernière et de lui faire ravaler ses paroles. Mais elle pleurait au chevet de Yinoa. Ses larmes montraient son impuissance, mais aussi sa peine.

    « Nao… Nao est là-dedans ? Vous l’aviez fait exprès, non ? »

    L »infirmière émit un petit ricanement.

    « Moi ? Oh non ! Je ne suis pas aussi méchante. Cependant, il n’y avait plus assez de place pour la mettre ailleurs. On ligote ce type, et on voit pour vous. Mais sans vue, vous pourriez toucher votre amie, ou même taper dans le vide. HAHAHArgh… Argh… ! »

    Pitoyable… Tania était-elle ainsi face à cette infirmière, qui s’étouffait avec son propre rire. Personne ne l’avait deviné pour le moment, surtout pas Tania qui pensait qu’elle riait toujours sous son nez. Ses poings se crispèrent. Elle voyait bien cette pimbèche aveugle, elle mourrait en s’étouffant.

    « Vous êtes… Inhumaine comme personne. »

    Tania la sentit rougir, mais de joie. Comme si ce caractère plaisait à cette infirmière, dont le rouge vira au violet. C’est à ce moment que notre amie prit conscience, ainsi que tout le monde, que cette femme s’étouffait dans son propre rire, sans demander à l’aide. C’était assez idiot, n’est-ce pas ? Et, tellement honteuse, essayait de le cacher tout en tombant au sol. Une bonne claque dans le dos lui changea les idées. Tania, main levée, remarqua que celle qu’elle avait sauvée toussotait.

    « La prochaine fois, je vous laisse comme ça, et j’attendrai tranquillement, feintant que mon handicap m’empêchait de voir que vous vous étouffiez. »

    Et elle était sérieuse. En colère, Tania retourna à son chevet. Cet homme… Hisoka, allait sûrement vouloir se venger de l’affront qui lui avait été fait. Mais pour le moment, elle s’en moquait. Les seules personnes importantes en ces lieux étaient Yinoa et Soi Fon, qui déterminaient l’avenir de la fille aux cheveux vert émeraude. Une voix vint alors aux oreilles de notre amie. Quelque chose de faible, qui venait du trou d’où était une fille prisonnière parce qu’elle avait tenté de déserter la Soul Society. Une fille que connaissait très bien Tania. Mais la voix entendue était masculine, inconnue. Notre héroïne ignora donc totalement l’infirmière qui s’excusait d’avoir été aussi méchante. Mais la rousse s’en doutait un peu, qu’après cet évènement, notre élément comique et méchant de ce passage fasse quelque chose de bien pour elle.

    « Ça va Nao ? »
Revenir en haut Aller en bas
[Scellée] Kyoko Ryougi
Shinigami exilé
Shinigami exilé
[Scellée] Kyoko Ryougi


Masculin Nombre de messages : 331
Âge : 38
Date d'inscription : 20/08/2010
Fiche Technique : Psycopathe girl

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Satsume
Niveau: Combattant Puissant / LVL 11
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue5150/5750Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (5150/5750)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyDim 5 Déc - 13:02

" Huh ~~ Je sais que vous allez m'aider... Mes amies ~~ "


Ce fut la dernière et ultime phrase prononcée à haute voix par la partie de conscience de ce corps meurtrit et entravé qui s'appelait Nao Ryougi, une dernière pensée pour les deux seules personnes vraiment importante à ses yeux qui lui apparu comme un flash suivit d'un épais voile noir recouvrant son esprit et même son œil restant, elle tomba dans le coma l'espace de quelque instant, un moment pendant lequel une personne pénétra dans la pièce, à partir de ce moment, les images d'une toile tissée devant les yeux de Nao lui faisait reprendre conscience peu à peu, mais était-ce bien elle ?

Il peu arriver dans certaine condition, rare mais toutefois possible que le Zanpakuto, son esprit du moins prenne partiellement ou totalement le contrôle de la conscience de son utilisateur, cela arrive avec les personnes les plus faibles psychologiquement et ce genre de personne subit des tortures mentale que nul ne peu imaginer ! Il n'y a qu'à regarder cette jeune fille qui avait autrefois des cheveux rouge éclatant qui avait quasiment viré au blanc, une teinte rosée très clair qui ajoutait un aspect plus qu'inquiétant au personnage... Finalement, le mur sur la gauche c'était effondrer et Tania en émergea... La bonne blague. Elle se trouvait dans la pièce juste à côté, ou en face ? Quoi qu'il en soit, elle se trouvait actuellement dans l'angle mort de la visibilité de Nao, elle même borgne de l'œil gauche, suspendue à ses entraves, elle remua légèrement en levant la tête: Si Tania se trouve à gauche, et que parmi les autres Reaitsu présent dans cette autre pièce Yinoa était également présente, dont deux particulièrement puissants, alors qui est l'autre ?

Levant la tête doucement, puis d'un mouvement mécanique fit bruyamment craqué les articulations de son cou, elle tourna sa tête vers l'inconnu et ouvrit l'œil, la nette différence que celui-ci ne pouvait pas reconnaitre n'ayant jamais rencontrer Nao auparavant était l'apparition d'une toile d'araignée dans la pupille même de la jeune fille luisante de cette curieuse lumière émeraude, inexpressif mais magnifique et de sa voix légèrement plus adulte que la normal demanda froidement en réponse à son petit
:

" ça va Nao ? "
" Je n'ai pas le plaisir de vous connaitre monsieur, qui êtes vous ? "

La phrase finie, toute les entraves qui maintenait la jeune fille dans sa position si inconfortable lâchèrent toute en même temps, comment ? Pourquoi ? Nul ne saurait l'expliquer tout de suite, mais il est clair que les précautions employée pour la maintenir tranquille n'était pas exagérée...

Huh huh huh, n'ayez crainte, il reste deux sorts de Kido pour me maintenir tranquille, deux gardes derrière la porte, une armée entière et deux Reaitsu de niveau capitaine à quelque mètre, de plus, j'ai une entaille de sept centimètre en plein torse, un trou dans le bide... Je pense pas que j'irais loin mais je me sentais inconfortable la haut... Huh huh huh huh... Alors ? Que voulez-vous ? J'aimerais pouvoir converser avec mon amie...

Nao n'avait pas oublier Tania, juste qu'elle se focalisait sur l'inconnu, à ce stade, l'ex-shinigami n'avait pas encore vu comme se portait son amie depuis qu'elle l'avait aidée sur terre... Et cet autre homme ? Qui est-il ? Il porte l'écusson des vices-capitaines, son rôle doit donc être important.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyMar 7 Déc - 2:42

Définitivement, il y avait trop de gens dans cette petite salle d'hôpital. Pourtant, la 4ème Division n'a pas l'habitude d'avoir un cirque. En temps normal, on blâmerait la onzième Division pour cela. Dans cette même chambre, il y avait un clown, un acrobate et la fille de canons: Dans le sens où je suis tellement en mauvais état qu'on aurait pu me prendre pour celle qui s'est faite projetée au mauvais endroit au mauvais moment. La seule différence avec un cirque et ici, c'est qu'ici ce n'est pas un lieu de divertissement et d'amusements, c'est un lieu pénible et rempli de douleurs. J'aurais aimé amener mes enfants au cirque juste pour voir leur visage s'illuminer de bonheur et de rires infinis. Simplement pour voir s'ils ont peur des clowns ou non, s'ils aiment les animaux de foire ou non, s'ils sont heureux ou non... Mes enfants sont une autre partie de ma vie. Sans eux, je crois que je ne verrais pas les choses de la même façon. J'ai, en d'autres mots, grandi avec eux. J'ai vieilli intérieurement et extérieurement. Avec l'accouchement et tout, il a bien fallu que je me remette en forme, non? Avoir ce ventre énorme et rebondissant pour se battre, ce n'est pas la plus flexible des manières. Étrangement, mes convictions pour me remettre au combat ont quasiment mis ma vie en danger. Je voulais perdre ces kilos en trop et ce, rapidement. On me disait de la prendre à la légère, mais ce n'était pas facile pour quelqu'un qui a donné son âme au combat, à la Soul Society. Par chance pour moi, Juushiro acceptait cela et à coeur joie. Il sait que défendre la Soul Society me tient à coeur. iI me demande simplement d'être plus prudente. J'ai beau être prudente, mais regardez l'état dans lequel je me trouve actuellement. Je suis dans un lit d'hôpital et mes visites non-désirées sont composées, pour presque toutes, de gens sortant de l'ordinaire.

Quand j'ai ouvert les yeux une deuxième fois, il y avait Tania. Son regard me regardait, mais je n'avais pas l'impression qu'elle me regardait vraiment. Ses yeux me fixaient, mais quelque chose clochait. Je n'avais pas l'impression que son âme résidait à travers ces yeux, pas cette fois-là. Je voulais lui demander, mais ce fut lorsque je voyais l'homme échevelé en train de sortir que les mots purent passer enfin par ma bouche. Le Capitaine Soi Fon avait déjà fait son entrée, mais il semblerait que ma voix a décidé de rejoindre l'homme qui recherchait tant comment s'en sortir. Par contre, la question du Capitaine résonna à travers tous les conduits de mon cerveau. Qui était le futur Lieutenant de la Deuxième Division? Difficile à dire, mais il suffisait d'en déduire des gens présents dans ce lieu. Le type... Hisoka, il ne pouvait pas être un aspirant lieutenant... c'était un criminel. Tania? Peut-être. Par contre, elle ne semblait pas concernée par les mots justes de la femme. De plus, comment se faisait-il que la Capitaine soit revenue? Le Capitaine de la Deuxième n'était pas Keikoku Toya? Que s'était-il passé? Il y avait tant de choses inexpliquées. Je me devrai de poser un tas de questions à la Capitaine.

Ainsi donc, l'homme se reconnut, par Dieu sait quel moyen, son nom. Je le voyais se retourner et revenir vers moi à toutes vitesses. Je compris par ses questions et par son attitude envers moi qu'il avait réellement perdu toute sa mémoire. Comment? Comment était-ce possible et pourquoi? On me secouait de tous les côtés dans l'espoir de me soutirer une réponse claire, nette et concise. Je voulais bien répondre à ses questions, mais traitée de cette manière, la douleur reprit le dessus, j'avais l'impression d'être transpercée par un fil d'électricité sur tout le corps. Je réussis, malgré cela, à articuler quelques mots sifflés entre mes lèvres:


Arrêtez... vous me faites... mal!

Tania avait trébuché, mais elle avait sû se relever et donner un coup de poing à la mâchoire à ce type un peu trop énervé. C'était une façon comme une autre de lui rafraîchir les idées et de le remettre en place. Ma tête concentrée sur la douleur, mon regard croisa tout de même celui du Capitaine Soi Fon. Je me figeais et plongeais dans une série de flashbacks intérieurs. Je vis mon entretien avec plusieurs Capitaines, Keikoku Toya en particulier. Je vis aussi mes rencontres avec les lieutenants des diverses divisions avec qui je m'étais entraînée. Je me rappelais aussi les mots du lieutenant Kine à propos d'être membre de la deuxième Division. Ainsi donc, ils m'ont référé à plus haut pour me permettre de progresser et d'être vue à ma juste valeur. En effet, ma rétrogradation par le retour de Kuchiki Rukia n'avait pas aidé ma cause, mais je savais qu'un jour ou l'autre, on me reconnaîtrait comme tel. Malgré le Capitaine déserteur, je lui souris et lui fis signe d'approcher. Du même coup, je sentais Hisoka encore sous le choc et prêt à tout savoir, je le fis approcher d'un signe de main.

Écoutez... Hisoka... C'est bel et bien votre nom en passant. Je ne sais pas grand chose de vous. Ce que je peux dire, c'est que nous n'étions pas amis et que vous vous en êtes pris à mon mari. Nous étions à Karakura...et puis, c'est tout...

Je poussai un long soupire. Certes, c'était un soulagement sur le fait qu'il ne voulait pas m'égorger ou m'arracher la tête par pur plaisir. Je ne savais pas ce qu'il allait faire ensuite, mais chose certaine, je ne voulais pas le revoir, pas dans son état normal avec sa mémoire et tout. Il pourrait devenir dangereux et finir le travail... Voilà donc une autre raison du pourquoi je voulais progresser encore plus. Ce... Hisoka était fort, je le savais et je me devais être à son niveau pour pouvoir lui faire face et le vaincre... Le soupire que je venais de faire était aussi une façon d'évacuer la douleur encore présente pour me permettre de parler de façon potable. Je levai de nouveau mon regard vers la Capitaine qui approchait sûrement vers moi.

Capitaine Soi Fon... Je crois être la personne que vous cherchez. Ce sera un honneur pour moi d'être sous votre commandement, Madame.

Sur ces mots, je levais ma main droite vers mon coeur en oubliant la souffrance, m'ouvrant sur le monde qui m'attendait parmi eux. J'entendais par écho la conversation de Tania avec l'infirmière bavarde de ma chambre. Je saisis toutefois un nom qui me fit retourner la tête brusquemment dans la direction de Tania. D'une voix sur le qui-vive, je demandais:

Nao? Elle est réellement ici?

J'écoutais ce que disait l'infirmière sadique, puis lui ordonnai quasiment ceci:

Amenez Tania à Nao je vous pris. Tania? Ne t'en fais pas pour moi, je guérirai un jour ou l'autre! Dis-lui un bonjour de ma part et je viendrai la voir dès que je pourrais marcher, d'accord?

J'espérais que tout le monde, sauf le Capitaine Soi Fon, sorte de la pièce. Je continuais de sourire à son air naturel dur. Il semblerait que ce soit un contraste évident entre nos deux personnes. Malgré cela, je suis disciplinée et compréhensive, alors je ne vois pas pourquoi nous ne nous entendrions pas bien.

Capitaine? Comment fonctionnent les procédures? On ne m'a pas informée de quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Soi Fong (inactif)
Capitaine de la 2nd Division
Capitaine de la 2nd Division
Soi Fong (inactif)


Masculin Nombre de messages : 22
Âge : 31
Date d'inscription : 23/01/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Suzumebachi
Niveau: Capitaine / LVL 7
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue3770/3770Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (3770/3770)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyMar 7 Déc - 21:42

Decidement il commençait vraiment a avoir beaucoup de monde dans cette chambre, peu à peu Soi Fon pensait comprendre la siutation, elle avait observé et analysé les mouvements, les reactions, les paroles de chaque personne presente, il y avait ce type, au look etrange, Fon ne parvenait pas a savoir si il était bon ou mauvais, si il était shinigami au autre, peut être un de ces "envahisseurs" dont lui avait parler la chambre des 46, cependant a ce qu'elle voyait elle n'était pas la seule à ne pas tout savoir sur cet homme, Hisoka... Il semblait que c'était son nom, et etrangement lui même ne paraissait pas le connaître, ou plutôt il semblait l'avoir oublier.
C'était une des deux femmes qui le lui avait rappeler, et la pauvre elle n'aurait peut être pas dû, lorsqu'elle prononça ce nom, le type en personne qui était en train de quitter la piece aprés avoir dévisagé un certain temps la capitaine, se retourna et entra dans un etat second, son caractére changea radicalement, il réagit d'une maniére extrement violente, il était assoifé de connaître son passé, ou plutôt son identité même, si même lui ne savait pas qui il était, comment les autres pourrait le savoir?
Il se jeta sur cette shinigami déjà rudement bléssée et la secoua dans tous les sens en lui demandant des réponses, sans même lui laisser le temps de repondre, et peut être même sans avoir de certitude qu'elle pouvait lui repondre, Fon elle ne bougeait pas au départ, cette femme, Yinoa, lui demandait de la lacher mais rien n'y faisait, et c'est la qu'intervint la troisiéme protagoniste, une certaine Tania, elle commença a hurler elle aussi, suppliant ce timbré de Hisoka de la lacher, cette scene fut au final un veritable brouhaha total, tout le monde hurlait tellement qure personne ne s'entendait plus. Enfin Tania éleva sa voix plus haute que toutes les autres et mit un joli coup dans le visage d'Hisoka qui alla s'écraser sur le mur d'a côté.
Un léger silence s'ensuivit, mais celui-ci fut rapidement brisé par une infirmière un peu trop provocatrice, elle commença a s'exlamée toute seule en finissant ses mots par :

Oh ! Bonjour Soi Fon Taishô ! On nous avait prévenus pour votre arrivée. Vous cherchiez Inugami Yinoa, n’est-ce pas ? Elle est dans son lit, à côté de gens comme cette pleurnicharde aveugle et d’une sorte de fou avec du maquillage un peu partout.


Enfin elle obtenait une reponse, en effet, elle même commençait a oublier la raison de sa venue ici, elle commençait a se perdre dans tous ces gens, dans toutes ces paroles, Fon jeta encore quelques atentions a ce qu'il se passait encore dans la chambre, l'infirmiére s'étouffait dans son propre rire, et Tania fit quelque chose que Fon ne compris pas, elle lui donna une tappe dans le dos afin de lui faire passer ce mal malgré les paroles de celle-ci qui semblait avoir un peu irrité la "pleurnicharde aveugle"telle qu'elle l'avait definie. De plus la destruction du mur apporta encore un autre arrivant, ou plutôt une autre arrivante, une conaissance de Tania apparement, et avec ça une autre personne dont se souvenait Soi Fon: le lieutenant de la 9éme division Hisagi Shuuhei.
Mais cela ne l'interessait plus, elle se tourna vers Yinoa, celle-ci la regarda a son tour et lui repondit aussi elle même, lui disant que c'était certainement elle qu'elle recherchait en accompagnant ça d'une formule de politesse, de ça Soi Fon sut que c'était certainement le genre de personne gentil, parfois trop, respectueuse et toujours maître de soi, et cette derniére caractéristique plaisait assez à la capitaine. Ses soupçons sur son caractére furent soutenus par un sourir maintenu par Yinoa en face de la froideur de Fon. Aprés cela elle demanda comment ce passait les choses, aprés tout elle ne devait pas comprendre, elle ne conaissait peut être pas Soi Fon, ou peut être que de nom.
A ce moment les maux de la capitaine ressurgirent, une nouvelle fois, alors qu'ils semblaient la laisser un peu tranquille, tous ses sentiments revinrent subitement. En effet en se concentrant sur ce qu'il se passait dans la salle elle ne pensait plus beaucoup a ça, mais cette simple question suffit a la destabiliser, combien de temps ça allait durer? Elle se posait cette question et en même temps ne savait pas si il fallait vraiment que ça se termine, si elle en avait le droit. Elle commençait même a se dire que tout serait si simple si il serait possible que tout reprenne sans aucun souvenir de ça, comme si rien ne c'était passé, malgré qu'elle sache que c'etait impossible, aprés tout l'expression est bien connue, "avec des si et des mais, Hisoka serait intelligent" (ouais même Aizen est pas aussi baleze que les si et les mais).

Alors c'est toi, Yinoa Inugami? On m'a rapidement parler de toi, ainsi que des envahisseurs qui causerait beaucoup de probleme a la Soul Society. Je ne comprend pas encore tout à ce sujet, mais je compte me rendre sur place, et j'ai aussi besoin d'un lieutenant capable de se défendre, cette crise pourrait être un bon test... Es tu en état de combattre?


Soi Fon avait bien mit le ton afin de lui faire comprendre que si elle voulait devenir lieutenant, il lui était presque impératif de l'accompagner, de plus la capitaine n'était pas suicidaire, si les envahisseurs avait ravagé presque tout Karakura, ce n'était pas en s'y rendant seule qu'elle pourrait y regler quelque chose, même si la culpabilité la tourmentait au plus profond d'elle même, elle savait que la mort n'était pas la solution, les 46 ne lui avait pas redonnée son poste de capitaine pour qu'elle aille mourrir seule et inutilement. C'était peut être lache de sa part d'emmener quelqu'un de blésser avec elle, mais Fon n'allait pas non plus la laisser mourrir, aprés avoir abandonner toute la Soul Society, la moindre des choses qu'elle pouvait faire était de se battre pour la protection de chacun de ses membres, ete c'est la que l'un de ses plus gros trait de caractère changea, avant elle pouvait voir ses camarades mourrir sans aller les aider, maintenant elle allait faire de son mieux pour les laisser vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue1200/1800Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptySam 11 Déc - 19:57

Il continuait de la secouer, il voulait savoir. Savoir ce qu’elle savait. S’assurer qu’elle savait quelque chose, de son passé, de lui ou de toute autre chose le concernant. Elle lui avait révéler son nom, certes, mais, comme s’il était en face d’un plat succulent auquel il aurait gouté un morceau, Hisoka se jetait sur cette assiette appétissante et régénératrice qui risquait de se briser à force d’être violenter de la sorte. Ce fut Tania qui stoppa net sa gourmandise de compréhension. Elle avait mit un point final à la souffrance d’Yinoa, ainsi qu’à celle de l’amnésique qui mourrait de ne rien entendre sortir de la bouche de la jeune femme, de ne pas entendre les vérités le concernant. Tombant sur le sol, il y resta un moment, comme s’il sortait brutalement d’un rêve. Le temps de reconnexion avait prit quelques secondes et sa démence disparut net au moment ou Soi Fon prit une nouvelle fois la parole. Il n’écoutait pas ce qu’elle disait. D’autres mots raisonnaient en lui. Des mots plus puissants, plus intenses l’avait percuté de plein fouet. Ceux d’Yinoa, ceux de la femme qu’il venait de violenter. Pourtant, tous ces mots, toutes ces phrases qui tournaient et retournaient dans sa tête ne lui apprenait rien. Rien, sinon qu’Hisoka était bien son nom. Seul le mot ‘‘Karakura’’ le surprenait, le questionnait encore et toujours. Il ne savait pas à quoi faisait référence ce lieu. Parce qu’il s’agissait bien d’un lieu. Il s’était battu là-bas, il avait affronté le mari de cette jeune femme à cet endroit et « puis… c’est tout »

C’était tout et beaucoup à la fois. Il en apprenait plus en quelques minutes, aujourd’hui, qu’en plusieurs semaines par le passé. Et pourtant, il aurait aimé en connaitre plus, en savoir plus mais… c’était tout. Tout ce qu’elle savait, elle venait de le lui révéler, tout ce qu’elle connaissait de lui ce résumait à ces mots : « Hisoka », « Karakura » et « c’est tout ». Se relevant, le visage sombre, il essuya le léger filet de sang qui coulait de sa lèvre après l’impact du poing de Tania sur son visage. Elle l’avait raisonné, sortie d’une folie incontrôlée et il lui en était reconnaissant, même si elle l’avait fait de cette manière. Reconnaissant, et pourtant, tout ce que son visage reflétait était haine et dégout, non pas pour ces femmes, non pas pour cet homme qu’il apercevait de l’autre côté du mur, mais pour lui-même. Son désir de connaitre risquait de le perdre. Ses ambitions étaient sans doute encore trop fortes pour lui.

N’interrompant pas la conversation qui venait de s’engager entre la capitaine et la future lieutenante, Hisoka regarda une dernière fois Tania dans les yeux d’une façon si mystérieuse que lui-même ne savait pas trop ce qu’il pouvait dire : Je te hais ? Je te remercie ? Au revoir ? A bientôt ? Il n’en savait rien. Perdu dans le flot de ses pensées, il engagea une troisième tentative pour passer la porte qui le sortirait enfin de cette pièce pour lui révéler le véritable visage de la Soul Society.

Prononçant un « merci » sincère en direction d’Yinoa et de Tania, il disparut dans l’ombre du couloir. Il avait complètement disparut de la chambre. Comme un assassin qui quitte sa scène crime, il s’était volatilisé, comme ça, comme s’il n’avait jamais été là. La dernière chose que l’on entendit, ce fut le bruit d’une fenêtre qui se brise, de pas sautant par la fenêtre pour finalement courir dans ce que l’oreille entrainé aurait reconnu comme du gravier et les voix grondantes d’une petite troupe qui s’injuriait elle-même pour se motiver à rattraper ce sombre inconnu qui tenait pour acquis le nom d’Hisoka.

Les soldats que Tania avaient chassé de la chambre n’était pas sortie pour autant de l’hôpital, espérant avoir les réponses qu’ils attendaient. Pourtant, ils avaient beau être six ou sept, Hisoka courrait à travers la cour des quartiers de la quatrième division, semant ses poursuivants et errant au gré de sa course effrénée pour conserver sa liberté.

A présent, il savait ce qu’il avait à faire. Les indices étaient minces, les informations sans doute trop peu nombreuses, mais il trouverait ses réponses, là-bas… la bibliothèque de la Soul Society. Une institution comme le Gotei 13 devait posséder des archives, c’étaient évident, il fallait seulement qu’il trouve le bâtiment qui corresponde à sa quête. Mais avant ça, il avait deux choses urgente à régler pour entamer ses recherches sans être déranger : se soigner, changer d’apparence et surtout… devenir plus fort

Les hommes et les femmes qu’ils avaient rencontrées jusqu’ici possédaient une puissance incroyable et étonnante. Il devait pouvoir se défendre pour protéger ses ambitions. Les types qui le suivaient, et qui maintenant l’avaient perdu de vu, n’allaient pas abandonner aussi facilement. Incapable de se battre contre les envahisseurs, ils exprimaient leur complexe sur la victime toute trouvé qu’il était avec pour seule faute d’ignorer qui il était à part Hisoka.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyDim 12 Déc - 0:54

Cette pièce...Elle était sombre, très sombre, je voyais mal, ce n’était pas facile de tout voir...Mais mes yeux s’habituaient très vite dans le noir, la pièce était plutôt sinistre...Ça ne donnait pas envie de rire, de sourire, ça donnait envie d’être nostalgique.Quand j’avais prononcé un mot, dont je n’avais pas l’habitude de le dire et que je ne disais jamais aux autres officiers, même pas aux vices-capitaines...Que m’arrivait-t-il? Depuis que j’étais entré dans cette pièce après avoir montré ma mission aux gardes qui surveillaient la porte de la jeune shinigamie Nao...Celle-ci était attaché, suspendu du sol avec les fils bleu qui bloquaient tout nécromancie,tout gestes, moindre reiatsu...Mais ce qui m’avait surpris, c’était que la ancienne shinigami avait utilisé son reiatsu en pensant que ses amis allaient l’aider...Qui ça pouvait être ses amis ? Les Envahisseurs? Ou les voisins de la chambre d’en face? Ça je ne le saurais jamais, sauf si je lui poserai cette question. Mais je pariais que Nao ne voudra pas répondre, soudain j’entendis des bruits de l’autre côté, je tournai ma tête et entendis le fracas d’un mur...J’aurais mieux fait de commencer par cette chambre avant de commencer celui de Nao, j’ignorais pourquoi j’ai pris celle-ci, si c’était le cas, il n’y aurait pas eu ce fracas du mur...Il devrait se passer quelque chose par là, mais j’ignorais, il y avait déjà un capitaine, le capitaine Soi Fon...Celle-ci qui avait été absente comme moi, mais moins longtemps et a repris ses activités mais pas de la même manière que moi, j’avais repris cette activité auprès des deux interrogateurs : Flint et Karel, les deux shinigamis qui n’étaient pas de la même division, l’un était de la troisième division où était Kira, l’autre était de la deuxième division, c’était Flint qui m’avait le plus intéressé, par son intelligence, par sa façon d’analyser des choses, j’ai même appris qu’il avait 238 de Q.I ! Encore plus impressionnant ! Il ira loin ce shinigami, voire très...Je me rappelais même de mon jour où j’avais eu une mission à faire et c’était l’analyse pour savoir si j’étais apte à reprendre au service...

Je n'ai pas le plaisir de vous connaitre monsieur, qui êtes vous ?

La phrase de Nao m’avait retiré de mes esprits, je revenais dans le monde où j’étais...La shinigamie m’avait même posé une question alors que ça devrait être le contraire. Je lui répondis:

-Shuuhei Hisagi, vice-capitaine de la neuvième division...

Huh huh huh, n'ayez crainte, il reste deux sorts de Kido pour me maintenir tranquille, deux gardes derrière la porte, une armée entière et deux Reiatsu de niveau capitaine à quelque mètre, de plus, j'ai une entaille de sept centimètre en plein torse, un trou dans le bide... Je pense pas que j'irais loin mais je me sentais inconfortable la haut... Huh huh huh huh... Alors ? Que voulez-vous ? J'aimerais pouvoir converser avec mon amie...


-vous pouvez parler avec elle après que tu m’ai répondu aux questions, je suis chargé de vous interroger...Pourquoi être partie comme ça ? Pour commencer...

Je lui avais dit tout cela avec un ton sec et froid, je n’avais pas envie d’éterniser dans cette pièce, surtout avec cette shinigami qui avait le don de nous mettre mal à l’aise...Je commençais à la trouver moralement atteinte dans le cerveau, qui avait pu faire ça, elle même ou quelqu’un d’autre ?J’entendis les pas qui s’approchait petit à petit à notre direction, les gardes allaient les empêcher de les laisser entrer, sauf si c’était pour un ordre pour la mission...


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Tania Minio
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Tania Minio


Féminin Nombre de messages : 186
Âge : 31
Date d'inscription : 19/03/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Tenrai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14+2 (Bankaï)
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue8050/9350Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (8050/9350)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyDim 12 Déc - 15:01

    Voilà commence une histoire sans véritable but, et lorsqu’il y a trop de monde autour de soi. Tania se sentait oppressée par ces appels. Mais elle avait remarqué que Yinoa voulait rester seule avec cette Capitaine… Soi Fong, qui allait la recruter pour qu’elle rejoigne la seconde Division en tant que vice-capitaine. Ceci était un très bon grade, mais un moment de solitude semblait s’imposer dans ces cas-là. Tout comme lorsque Hisoka sembla regarder la Shinigamie de la huitième Division, mais qui semblait vouloir la remercier de l’avoir raisonné. Pas dans le regard, Tania n’y voyait rien, mais elle percevait quelques petits mouvements ou sensations, qui lui disaient quels étaient les véritables sentiments de ces personnes, ce qu’ils cachaient. Mais ça ne marchait que lorsque le sentiment était fort, et caché. Un second ‘était plus, celui de la colère… Mais ceci n’était que pour lui-même. L’Homme se releva et partit, laissant derrière lui un mot : Merci, chose à laquelle notre héroïne sourit, et rougit aussi. Il fallait dire qu’il était rare pour elle qu’une telle chose n’arrive, mais voilà… Les choses sont comme elles se passent, pas toujours comme on veut qu’elles le fassent.

    « De rien, Hisoka. A plaisir d’avoir remis vos idées en place. Et je vous souhaite Bonne chance pour la suite. »

    Un homme qui avait perdu la mémoire, et qui la recherchait au plus profond de son être. Il y avait de quoi devenir fou. Un bruit de vitres brisées se fit entendre, alors que Nao, elle, demandait à qui elle avait affaire. D’où une réponse plus grave de l’homme étrange, qui était Hisagi Shuuhei, vice-capitaine de la neuvième Division, et qui demandait pourquoi la Shinigamie avait quitté la Soul Society ainsi. Mais l’état de Nao semblait plus inquiétant aux oreilles de Tania, qui étendait celle-ci dire qu’elle avait un trou dans le ventre et autres blessures graves, qui l’empêchaient de se déplacer tranquillement, tout comme ces fils de Reiatsu, qui la laisser sûrement suspendue en l’air, d’où la provenance assez haute de sa voix.

    « Nao… Tu… Tu veux parler avec moi ? Mais… Non ! Je veux lui parler ! Elle m’a sauvé la vie ! Nao-chan ! Que se passe-t-il ? Tu as… Tu n’as pas pu résister, non ? »

    La vérité faisait bien mal quelques fois, mais il fallait vraiment en parler entre amies dans ces cas-là. Et là, Nao avait quelques problèmes avec son esprit. Avec ses armes et ses pensées. Le problème ne venait pas de l’extérieur, mais de l’intérieur. Cette chose sombre qui essayait de la posséder était puissante. Bien trop puissante pour Tania, qui peinait à retrouver sa véritable amie sous ces fréquences horribles et sombres. Quelque chose avait pris possession du corps de Nao, et notre héroïne, tout comme Yinoa, devait savoir la raison de ce changement de personnalité. Mais… Le dire était important pour Tania, qui se fit retenir par deux gardes, alors qu’elle se relevait pour essayer de se repérer.

    « Laissez-moi s’il vous plaît ! Juste pour lui parler, ne serait-ce qu’une fois ! »

    Un soupire se fit entendre, et l’un des garde voulut frapper notre amie d’un coup de crosse, chose qu’elle esquiva avec simplicité, puis se libéra. Combien de temps ce cirque allait-il durer ? Elle en avait marre, et voulait savoir ce qu’il se passer.

    « J’ai compris… Mais s’il vous plaît, Hisagi fukutaishô ! Laissez-moi lui parler avant l’interrogatoire. Vous pourriez m’interdire de le faire après. Je le sais, vous êtes ma à l’aise face à elle. C’est normal. Moi-même je le suis. Mais laissez-moi lui parler pendant que je le peux encore. La voir m’est totalement impossible à présent. Non pas que je ne veuille pas, mais que je ne puisse plus le faire. Alors, s’il vous plaît. »

    Les gardes hésitaient à présent sur le fait de faire sortir Tania. Ils attendaient donc la réponse d’un Hisagi froid, qui voulait faire son interrogatoire au plus vite. Mais, il allait sûrement avoir plus d’éléments sur Nao si une de ses amies lui parlait, mais aussi allait-il être plus clément sur la sanction. Tania l’espérait de tout son cœur. Parce que perdre une telle amie, qui avait besoin d’autant d’aide, semblait impossible pour notre héroïne, qui retint ses larmes. Il fallait qu’elle devienne forte pour continuer à avancer et devenir plus forte. Nao n’était pas méchante au plus profond d’elle-même. Quelque chose était dans son esprit, et l’empêchait de se comporter normalement.

    « Nao est partie, elle a combattu les Envahisseurs avec nous, Rukia, une inconnue, et moi. Je ne vois pas en quoi un interrogatoire va arranger les choses ?! Nao n’a rien fait qui vaille tout cela ! Nao n’a pas été désignée comme dangereuse, avec des raisons quelconques ! Nao… est innocente.

    Et oui… Pour le moment, la femme araignée n’avait rien fait de mal, si ce n’était avoir tué des méchant pas beaux tous moches.

    « Elle a failli mourir pour nous sauver. Pour me sauver. Laissez-moi lui parler, s’il vous plaît.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyMar 14 Déc - 0:09

Les informations données pour Hisoka ne semblaient pas suffisantes. Cela pouvait se lire sur son visage. Il voulait tellement savoir qui il était et moi, je ne voulais pas le revoir si ce n'est que pour le tuer. Je lui avais tout dit, tout ce que je savais et ça ne suffisait pas. Je ne savais que très peu de choses sur ce type parce que je n'ai pas voulu pousser plus loin mes connaissances sur lui. Je m'étais dit qu'il ne reviendrait pas, qu'il allait se faire liquider par un autre shinigami à Karakura. Je m'étais trompée. Peut-être était-ce mieux ainsi. Cela avait permis au clown de m'épargner pour cette fois. Je deviendrai alors plus forte et je ne serai pas dans les circonstances ici présentes. Peut-être que cette amnésie fera réfléchir l'homme sur sa propre personne. Je ne savais pas pourquoi il avait perdu la mémoire, mais chose certaine, ça a été le choix de quelqu'un de le faire. Ce coupable jugeait sûrement que ce geste ne causerait pas de mal, mais du bien. Enfin, je l'espérais. Parce que comme le ying et le yang le démontrent, dans chacun de nous se cache un alignement contraire au nôtre. J'ai rencontré le bon et le méchant Hisoka, je ne sais pas à quoi ressemblera le prochain. Il remercia Tania et moi avant de quitter la salle d'une manière franche. Malgré ma haine envers cet homme, je lui fis un signe de tête en guise de retour. Je le regardais quitter lentement la pièce. Le silence se plaça quand le bris de fenêtre se fit entendre. On pouvait dire que cet homme trouvait des manières originales de s'en aller. Les gens reprirent leur conversation quand on entendait des gardes crier que le Joker s'était échappé.

La Capitaine me jetait un regard différent de la froideur. Je ne savais pas si c'était la fuite d'Hisoka qui lui avait fait changer sa perception des choses, mais quelque chose venait de changer. Cela m'intriguait, mais poser des questions personnelles à mon supérieur alors que l'on vient tout juste de faire connaissance, il en était inacceptable. Je me devais de me forger d'amitié et de compagnon de guerre avec cette femme. Je ne la connaissais que très peu, même que de nom je dirais. Sa présence auprès du Gotei 13 n'était que de rumeurs. La revoir parmi eux m'inquiétait un peu, mais je me disais que les responsables de son retour l'avaient fait réintégrer son poste et ce, pas sans raison. Était-ce Yamamoto ou la chambre des 46? Ce qui importait maintenant, c'était de faire face à la situation et jouer le rôle que je me dois de jouer. La Capitaine me parlait des envahisseurs. Elle avait sûrement été brièvement informée à ce sujet.


Pour les envahisseurs, je ne pense pas que la situation soit grave à Karakura. J'ai su que les envahisseurs apparaissaient dans les mondes diverses en même temps. S'il n'y en a plus ici, il n'y en aura sûrement pas à Karakura. Par contre, si vous me dites qu'on les aurait repéré encore là-bas, ma condition ne sera qu'une question d'adaptation... Pour être franche, même s'il me manquait mes deux jambes, je trouverai un moyen de vous suivre sans vous nuire, Capitaine.

Je m'aidais de mes bras dont je ne sentais plus la douleur pour me remonter tranquillement assise sur mon lit. Mon corps souffrait en entier, mais cette douleur se devait de partir au plus vite. Je me devais de prouver au Capitaine que j'étais prête à tout pour devenir un lieutenant de bon exemple. Le fait que je me sois levée de par moi-même avait ouvert une de mes blessures, mais je ne sentais rien. C'était l'infirmière qui était encore à proximité qui s'en rendit compte en premier.

Non mais qu'est-ce que vous faites-là hein? On ne dort plus pour guérir vos blessures et vous, vous les abîmez encore plus, non mais c'est pas possible! Recouchez-vous maintenant!

-Écoutez Madame. Si vous feriez votre boulot, ma blessure serait déjà guérie. Alors qu'est-ce que vous attendez?


L'infirmière se sentait insultée par ma façon d'avoir répliqué. Je la dévisageais et me recouchais lentement. Elle poussa un soupir qui en disait long sur sa façon de penser. Elle partit de la pièce à la grande course pour ramener quelques membres de sa Division. Il semblerait que le message soit passé... Je fermai les yeux et laissai les guérisseurs faire leur travail. Après quelques minutes, ils considéraient que j'allais pouvoir être apte à bouger à ma guise sans trop pousser la chose. Je les remerciai et souris à la bonne femme qui sortit de la pièce. Je me relevai lentement pour m'assoir sur mon lit et m'étirer.

Et bien... pour avoir ce qu'on veut, il n'y avait qu'à demander... Capitaine Soi Fon... je suis prête, oh! Juste un instant...

Je venais de toucher à mon corps: il était carrément momifié! Les mains sur les hanches, je cherchais un nouvel uniforme à enfiler à proximité. Sans gêne, je retirais les bandelettes blanches et rosées que je pensais inutiles et enfilais mon uniforme rapidement devant le Capitaine. Je mis mon Zanpakuto à ma hanche et les mains sur les hanches, je lui souris.

Maintenant on peut partir!

Je me tenais prête à partir rapidement. Soi Fon était réputée pour partir en vitesse des lieux qu'elle visite. Peut-être allons-nous nous éclipser d'un simple shunpô? Le guide était elle. Je ne savais pas à quoi consisterait la prochaine étape, mais c'était certain qu'elle n'allait pas être chose facile. Puis je repensais à Nao. À l'entendre des conversations des autres, elle aurait été exilée, puis rattrapée pour être capturée. La justice de la Soul Society pouvait être dure, mais elle n'était pas active sans raison. Je devais la voir plus tard. Pour l'instant, ce qui importait, c'était de faire bonne figure devant mon nouveau Capitaine. Nao attendra...

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
[Scellée] Kyoko Ryougi
Shinigami exilé
Shinigami exilé
[Scellée] Kyoko Ryougi


Masculin Nombre de messages : 331
Âge : 38
Date d'inscription : 20/08/2010
Fiche Technique : Psycopathe girl

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Satsume
Niveau: Combattant Puissant / LVL 11
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue5150/5750Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (5150/5750)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyMar 14 Déc - 15:44

Spoiler:

" Tu sens ça Nao ? Un premier Reaitsu de niveau capitaine viens de disparaitre... Tu comprend se que sa signifie pas vrais ? "

" Je t'en prie... "

" Haha, pitoyable "

Une dispute entre les gardes qui cherchant à empocher Tania de rentrer dans la pièce et le vice-capitaine Hisagi Shuuhei ?! C'est quoi ce cirque ? Un interrogatoire ou une foire ?! En tant que prisonnière, Nao, ou Julia qui que se soit pensait sérieusement qu'il serait très mal venu d'intervenir dans cette conversation des plus bruyante... Jusqu'à un moment ou elle entendit une information intéressante, en réalité cette information lui fit battre le cœur à la chamade !

" vous êtes ma à l’aise face à elle. C’est normal. Moi-même je le suis. Mais laissez-moi lui parler pendant que je le peux encore. La voir m’est totalement impossible à présent. Non pas que je ne veuille pas, mais que je ne puisse plus le faire. Alors, s’il vous plaît. "

* j'ai beau être fêlée, je suis pas stupide pour autant, j'ai toujours ressenti ce mal aise entre moi et toute les personnes que j'ai rencontrée, mais ici, l'information me poussa à lever la tête et me lever brusquement pour regarder Tania de plus près, je me heurtais au sort de Kido qui me retenais et ré-ouvrit ma plaie sur le torse dans le feu de l'action, bien que la tenue que je portait, conçue à partir des fils spirituel de mon Zanpakuto était rouge, le sang de ma blessure était parfaitement visible malgré tout... Personnellement, je ne sentait rien, Nao s'agitait au fond de moi tout comme je m'agitas au fond d'elle même dans d'autre situation, je me risqua: *

" Tu es aveugle ?! "


Sans attendre de vrais réponse, Julia jubilait, évidement elle ne inquiétait pas un seul instant de l'état de Tania, en réalité, cette information sonnait le déclenchement d'une première étape dans un projet complexe et long qui nécessiterais une préparation très minutieuse de la part de notre esprit si rusé et machiavélique, un plan qui devais commencer par une lettre arrivant entre les mains de ce savant fou de capitaine de la douzième division, qui mieux qu'une excellente "amie" et aveugle de surcroit pour lui apporter ? Vraiment, les envahisseurs avait rendu un fier service à l'exilée !

En parlant d'amie. Le Reaitsu de Yinoa semblait s'éloigner. Les sens de Nao/Julia sont très développer, pour elle, voici une occasion, deux gardes à peine assez fort pour la retenir, une infirme qui ne s'est surement pas encore habituée à sa cécité et lui cet Hisagi, ne connaissant rien de lui, cela paraissait risqué... Il fallait gagner le droit d'un entretient seul avec Tania. Plus aucun capitaine ou de niveau équivalent, une aubaine, cela aurait même été plus difficile si Yinoa était venue...


Conversation intérieur

" Tu te souvient comment tu as rencontrer Yinoa ? "

" Oui... Rukia Kuchiki lui avait prit le post de quatrième siège de la treizième division... "

" Tu te souvient de la rumeur entendue il y a quelque heure ? "

" Oui "

" Alors ? "

" Inugami Yinoa à été nommée à la seconde division, au post de vice-capitaine, toutefois, l'ancien dirigeant de la dite division est ré-apparue après une longue absence... Celle-ci ayant été remplacée par Keikoku Toya, partit à la Dimension royal depuis des mois, d'ailleurs je ne l'ai jamais vu pendant mon service les posts de cette division sont fortement bouleverser... Si j'y était encore je pourrais moi aussi prétendre devenir troisième Siège. "

" Stop. Que conclue tu de tout cela ? Il y a à peine quelque minute Yinoa était clouée au lit, blessée, sont capitaine arrive et hop, elle peu comme par magie se déplacer avec elle ? "

" Arrête je t'en prie !! "

" Yinoa est ambitieuse. La vérité est que tant qu'elle peu servir sa division, servir ses propres ambitions, gravir les échelons, tout ce qui ne concerne pas son mari, un capitaine donc, ou ses enfants n'a aucune valeur, et je vais maintenant sortir de cette pièce, m'enfuir une seconde fois de la Soul Sociaty, couper définitivement avec tout ses traitres ! "

" Tu as raison... "


Retour à la réalité

" Hisagi Fuku-Taisho, je vais vous répondre. Voici les raisons qui m'ont poussée à partir: Il y a près de trois mois j'ai découvert la présence d'un Vizard dans l'enceinte de la Soul Sociaty, je l'ai reconnu tout de suite à son apparence simiesque qui avait utiliser son masque contre les envahisseurs lors de la seconde vague à laquelle j'ai participé.

Connaissant l'ordre du commandant de les arrêter à vue, j'ai chercher à l'affronté dans l'espoir de le capturer pour connaitre les circonstances de sont infiltration, il était clair qu'il avait été aidé dans cette tache. J'en voulais le cœur net, suite à un affrontement plus que titanesque la zone où a eu lieu le combat avait été complétement détruite, aucun renfort, le combat c'est soldé par d'importante blessure de mon côté et la fuite du Vizard, par la suite, un shinigami dont j'ignore le nom ma attaquer... "


Nao retira le bandage autour de con œil gauche, Tania ne pouvait le voir mais Hisagi, lui, fut très surprit, une entaille horrible partait du haut du front jusqu'au bas de la joue tranchant littéralement sont visage en deux, il ne restait presque rien de l'œil à demi clos de jeune Shinigami !

" Cela fait très mal, et cette plaie descend parfaitement verticalement jusqu'à ma cuisse... J'ai décider qu'après ma rémission je poursuivrait le Vizard, malheureusement... Mes blessures ne me permirent pas de revenir avant cette troisième fameuse vague "

La fin du récit n'était que pur mensonge évidement, personne ne pouvait comprendre ce qui arrivait réellement et personne ne pouvait le vérifier, suite à tout ces aveux, Nao demanda à pouvoir restée seule avec Tania, si elle devait payer ses fautes elle le ferait mais à la condition de pouvoir lui parler de seule à seule... Le plan est en marche.

Revenir en haut Aller en bas
Soi Fong (inactif)
Capitaine de la 2nd Division
Capitaine de la 2nd Division
Soi Fong (inactif)


Masculin Nombre de messages : 22
Âge : 31
Date d'inscription : 23/01/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Suzumebachi
Niveau: Capitaine / LVL 7
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue3770/3770Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (3770/3770)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyVen 17 Déc - 17:59

Plusieurs choses se passait encore dans cette chambre, entre les bléssés et les membres de la 4éme regnait un chaos total, entre des coups qui volaient, des arrivants de toutes parts, mais malgré tout, ce chaos commençait a se dissiper, peu a peu les protagonistes s'en allaient de la piéce, d'abord ce clown mal coiffé, puis cette femme qui semblait aveugle, Fon commençait a comprendre la situation, a comprendre les liens entre les differentes personnes presentes ici, mais par dessus ça elle se rendit compte qu'une nouvelle fois personne ne se posait de question sur sa presence, aucune remarque qant a son absence, cet idée était apparut dans son esprit et se développa seule, a un tel point que Soi Fon commençait a esperait que ça continu a se passer comme cela, cette idée remplaçait de plus en celle de l'obligation de s'expliquer aux autres. Elle repris cependant rapidement ces esprits et compris a nouveau que c'etait entierement impossible, un jour ou l'autre elle allait devoir donner ces reponses qu'elle meme ne connaissait pas.
Mais par dessus ça Soi Fon se concentrait principalement sur sa conversation avec Yinoa, elle l'observa attentivement, elle observa ses cheveux, long lisse vert, puis elle abaissa un peu ses yeux pour observer son visage, malgré la froideur que Soi Fon s'efforçait a montrer, sa locutrice avait toujours se visage radieux et souriant, malgré toutes les blessures de son corps, elle souriait, et même si Fon n'était pas trés douée dans ce domaine elle pouvait bien voir que ce sourire était vrai et sincére, c'est la qu'elle se demanda aussi si sa froideur parressait avec autant de realisme, si sa peur et sa honte ne se faisaient pas ressentir... elle observa enfin Yinoa entiere, allongée sur son lit, ses blessures semblaient serieuses, mais si sa motivation était vraie elle devrait reussir a se lever.
Enfin Yinoa commença a repondre a la capitaine, elle commença par faire un rapide rapport sur la situation avec les envahisseurs, et apparement celle ci semblait déjà bien apaisée, plus de signe de leur presence dans la soul society, et maintenant qu'elle y pensait elle n'avait rien croiser a sa venu vers les quartiers de la 4éme division. En consequence Yinoa supposa que la situation a Karakura était stabilisée, supposition que Fon approuva, aprés avoir fait ce rapide point, la "quasi-lieutenant" offra une belle phrase en guise de preuve de sa determination, mais il restait a savoir si les gestes allait suivre, et la capitaine ne fut pas déçue, en s'aidant de ses bras elle commença a se degager de son lit, et rapidement se mit debout, une de ses blessures se réouvrit mais Yinoa ne montra aucun signe de douleur, cette belle demonstration plut beaucoup a Soi Fon, et par la elle commençait deja a gagner des points. L'infirmiere intervenu rapidement afin de stopper le risque que prenait Yinoa qui a ses yeux étaient inutile mais celle ci ne tarda pas a lui retorquer une phrase qui plut tout autant a la capitaine, ses premieres attentions étaient en partie fausses, en effet non seulement elle montrait une forte determination mais aussi elle n'étit pas "trop" gentille.
Les medecins lui octruérent tout de même quelques soins supplémentaire afin de l'aider a tenir, mais rapidement elle retira quelques bandages sous les yeux desespérés des medecins et attrapa son zanpakuto afin de l'attacher à sa hanche, elle était fin prête a partir et Soi Fon avait même l'impression qu'elle était préssée, oui elle était préssée la ou les autres seraient stressés.

Parfait, étant donné que les envahisseurs semblent maitrisés, je ne vais pas avoir l'occasion de faire un test sur le terrain, je vais donc te faire passer le test habituel, je t'attendrai dans les quartiers ouest de ma division, ne perd pas trop de temps... une derniere chose, si tes deux jambes venait a être tranchées, tu n'aurait plus ta place dans cette division.
En effet les jambes sont certainement les membres les plus precieux pour un veritable assassin, pour un membre de la 2nde division tel que Fon en avait l'idée: une véritable force d'assassinat qui peut tuer sans que l'adversaire ne se rende compte qu'il soit mort, chacun de ses membres devait être capable de ça, les capacités d'infiltration, de combat direct passaient aprés ça.
C'est aprés ces mots qu'elle quitta a son tour la piéce, elle se rendit devant la fenêtre que ce type louche avait détruit pour s'enfuir, et l'emprunta a son tour pour se rendre vers les quartiers de sa division, ce qu'elle avait en tête nécéssitait absolument l'aide des membres de sa division, et c'est la que ça posait probléme, ils n'avaient certainement pas été mis au courant de son retour, et se revoiler subitement en pretendant être redevenu capitaine semblait plutôt impensable, mais elle n'avait pas le temps pour ça, Yinoa allait certainement ne pas perdre de temps pour venir et serait rapidement dans les quartiers, qui de plus ne se situaient pas loin de l'hopital. De part sa vitesse la capiatine atteint rapidement sa division, et n'ayant pas de temps à perdre elle ouvrit la grande porte de sa division, et cette fois-ci elle fut surprise de voir tous les membres de sa division en rang, une foule se trouvait devait elle et hurla en choeur

Bonjour et bon retour, Soi Fon Taichô!


Décidement la capitaine n'y comprenait rien, était-ce la chambre des 46? Ou bien Yinoa qui serait bien plus rapide qu'elle ne le pensait, à côté d'elle se tenait une autre membre, elle prit la parole pour expliquer la situation

Bonjour Soi Fon taichô, un émissaire de laa chambre des 46 est venu nous annoncer votre retour et nous a prevenu que serait ici d'ici peu, nous avons donc rapidement préparer vottre accueil mais...


Peu importe, mobilise une vingtaine d'hommes et fait leur se preparer dans le quartiers ouest, ils devront tendre une embuscade à une intrue aux cheveux verts repérée se dirigeant droit vers la bas, dites leur aussi de ne pas la sous estimée... Vite!


Cette femme avait rapidement expliqué la situation a la capitaine, et une fois que Soi Fon commençait a y voir clair elle ordonna le commencement des preparatifs pour le test de Yinoa, qui n'était finallement rien d'autre qu'une simulation de situation reel de combat, et si elle mentait sur la veritable identité de Yinoa s'était bien entendu pour empêcher les soldat noir de retenir leurs coups, aprés avoir donner ses premiers ordre depuis son retour elle se rendit elle même la ou était censée se tenir l'affrontement, elle devait voir ça de ses yeux et aussi intervenir au cas ou la vie de Yinoa serait en danger. Sur la route elle repensait encore a la scene qu'elle venait de vivre, la chambre des 46 avait donc tout prévu, après tout ce n'est pas surprenant, si ils sont au sommet des decisions de la soul society c'est bien qu'il ne sont pas idiots. Et grâce a eux, le répit de Soi Fon par rapport a son depart était encore un peu repoussé.

Spoiler:


Dernière édition par Soi Fong le Mar 21 Déc - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptyVen 17 Déc - 20:28

Je venais à peine de commencer l’interrogatoire et cette jeune fille me mettait déjà mal à l’aise d’après ce qu’elle m’avait dit...Que Nao avait des blessures assez graves, et que ça faisait sans doute mal lorsqu’elle était suspendu à cause de ses fils qui bloquaient son reiatsu...Quelle horreur,mais c’était comme ça, les lois de Soul Society étaient fait pour être respecté, on n’avait pas le droit de partir comme si ce n’était rien...Apparemment il y avait une raison dont laquelle Nao était partie du Sereitei. On devait toujours servir la justice et non pas s’enfuir ou lui tourner le dos contre elle. Mais l’ancienne shinigami de la deuxième division m’avait l’air d’être partie pour chercher quelque chose ou quelqu’un, mais on n’en savait jamais...D’après que la jeune fille borgne, elle ne semblait pas vouloir répondre...Je le ferais de gré ou de force, même si cela ne me plaisait pas...Au moment où j’allais commencer à reposer la même question, j’entendis une voix d’une autre fille, elle me semblait assez suppliante, les gardes l’empêcha de passer et ils faisaient leurs travaux, mais cette shinigamie voulait me parler...J’entendis une voix assez faible dont je n’ai pas pu percevoir quelques mots, je m’approchai de la porte et entendis pour de bon:



« Laissez-moi s’il vous plaît ! Juste pour lui parler, ne serait-ce qu’une fois ! »


Je soupirai, pourquoi cherchait-t-elle à parler à Nao ? Pas le moyen de faire mon interrogatoire tranquillement ! Mais à l’instant, je compris au même moment, où j’entendis un léger coup raté, que cette femme qui me supplia derrière la porte n’était qu’autre une amie de Nao, si je me souvenais bien avant d’entrer et de commencer l’interrogatoire. La traitresse avait parlé de ses amis toute seule avec la pression de son reiatsu. Elles se connaissaient toutes les deux, mais je ne voulais pas ouvrir pour le moment, je préférais de continuer mon interrogatoire envers cette shinigamie exilée. Je tournai le dos de la porte mais si elle en savait un rayon au sujet de la trahison de l’ancienne shinigamie exilée?Il était aussi possible que la shinigami Nao avait dit tout ses secrets, à la future lieutenante Yinoa, l’autre shinigami dont je ne savais pas le nom et aussi celle qui était actuellement derrière la porte, bloqué par les deux gardes...Je laissai un silence, un silence d’ennui, un silence d’envie de sortir et de me faire remplacer par la shinigami qui voulait entrer...Celle-ci ajouta :

J’ai compris… Mais s’il vous plaît, Hisagi fukutaishô ! Laissez-moi lui parler avant l’interrogatoire. Vous pourriez m’interdire de le faire après. Je le sais, vous êtes mal à l’aise face à elle. C’est normal. Moi-même je le suis. Mais laissez-moi lui parler pendant que je le peux encore. La voir m’est totalement impossible à présent. Non pas que je ne veuille pas, mais que je ne puisse plus le faire. Alors, s’il vous plaît.

Tu es aveugle ?!

Une sensation d’effroi m’envahissait tout à coup au moment où j’avais entendu le mot voir, ce qui me faisait chanceler...Cette shinigamie...Était...Aveugle ? Aveugle,aveugle, je ne cessai pas de penser à ce mot, cette fille, qui se trouvait actuellement derrière la porte...Me faisait penser à...Capitaine Tousen, qui lui aussi était aveugle...Je revenais à mes souvenirs...Assez lointain, sa trahison...Pourquoi ? Pourquoi Tousen, qui lui, avait le sens de la justice et commençait à rejeter ses mots qu’il avait jadis dit ? Quelle était la raison de son départ? Si son amie n’était pas morte, elle aurait trouvé un moyen de l’arrêter? Si elle était vivante, capitaine Tousen ne serait pas capitaine Tousen, et je n’en serais pas là...De même pour l’ancien capitaine de la neuvième division, Kensei,qui m’avait sauvé la vie quand j’étais enfant, sans lui, je ne serais pas un shinigami au pire...Même pas un vice-capitaine, mais, cette fille était aveugle...Comment avait-t-elle donc fait? Sans doute les Envahisseurs...Nao devrait être aussi, à ce qu’on m’avait dit, elle s’était laissée faire pour une raison inconnue, sans doute le fait qu’elle était blessé et qu’elle n’avait pas la force de s’enfuir...Vu le fait qu’elle m’avait dit qu’elle avait des blessures assez graves...À ce point, la shinigamie aveugle qui attendait toujours derrière la porte...Les gardes n’en faisaient rien, ils attendaient juste mes ordres, j’éprouvai d’un sentiment de culpabilité de ne pas avoir pu arrêter mon ancien capitaine...Je sentis la goutte de sueur couler sur mon front, je levai mon regard vers la porte puis à la jeune fille exilée qui semblait être ailleurs, je remarquai que le reiatsu d’un inconnu a disparu...Puis il y en avait deux qui avaient aussi disparus, c’étaient ceux de la future lieutenante, peut-être la future vice-capitaine voire une future amie, bien que je ne la connaissais pas encore...Sans doute que je la connaitrais à l’avenir, aussi le reiatsu du capitaine Soi Fon semblait s’éloigner en même temps que la jeune shinigamie. Ce qui m’avait surpris, cette Yinoa, s’était levée à cet état, l’infirmière m’avait dit qu’elle n’allait pas bien...Décidément, il ne fallait jamais se fier à ce qu’elles disent...



Nao est partie, elle a combattu les Envahisseurs avec nous, Rukia, une inconnue, et moi. Je ne vois pas en quoi un interrogatoire va arranger les choses ?! Nao n’a rien fait qui vaille tout cela ! Nao n’a pas été désignée comme dangereuse, avec des raisons quelconques ! Nao… est innocente.



Elle a encore repris sa parole, j’étais toujours muet, de culpabilité...Les personnes aveugles étaient maintenant mon point faible...Mais fallait pas le montrer, je levais la tête et je reformulai les phrases que la jeune aveugle m’avait dit...Je réfléchissais quand:


Hisagi Fuku-Taisho, je vais vous répondre. Voici les raisons qui m'ont poussée à partir: Il y a près de trois mois j'ai découvert la présence d'un Vizard dans l'enceinte de la Soul Society, je l'ai reconnu tout de suite à son apparence simiesque qui avait utiliser son masque contre les envahisseurs lors de la seconde vague à laquelle j'ai participé.

Connaissant l'ordre du commandant de les arrêter à vue, j'ai chercher à l'affronté dans l'espoir de le capturer pour connaitre les circonstances de sont infiltration, il était clair qu'il avait été aidé dans cette tache. J'en voulais le cœur net, suite à un affrontement plus que titanesque la zone où a eu lieu le combat avait été complètement détruite, aucun renfort, le combat c'est soldé par d'importante blessure de mon côté et la fuite du Vizard, par la suite, un shinigami dont j'ignore le nom m’a attaqué...

Nao avait parlé, elle a enfin dit ce qui fallait être dit, c’était grâce à cette fille qui était toujours bloquée derrière la porte, ou...C’était peut-être un pur mensonge ? Je haussai un sourcil bien qu’on ne me voyait pas très bien dans cette pièce, ça ne m’étonnai pas, c’était assez sombre...Je me tournai vers Nao et me dirigeai vers elle pour bien la voir. Celle-ci enleva le bandage et je vis une énorme entaille qui commençait du front et qui descendait vers sa joue, c’était bien pire que la mienne qui avait été infligée pendant l’entrainement des enterrements des âmes avec les premières années quand j’étais en sixième année à l’Académie des shinigamis à l’époque...J’étais assez surpris, enfin...Je m’y attendais pas à que Nao me le montrait, elle voulait le faire pour considérer à ce qu’elle avait dit que ce n’était pas un mensonge...L’oeil de cette jeune shinigamie de la deuxième division était à moitié clos...Elle continua:

Cela fait très mal, et cette plaie descend parfaitement verticalement jusqu'à ma cuisse... J'ai décider qu'après ma rémission je poursuivrait le Vizard, malheureusement... Mes blessures ne me permirent pas de revenir avant cette troisième fameuse vague

Elle a failli mourir pour nous sauver. Pour me sauver. Laissez-moi lui parler, s’il vous plaît.


Je soupirai encore une nouvelle fois, depuis que ces deux jeunes femmes qui s’étaient cherchées à se parler, elles étaient très convaincantes et avaient réussi à me convaincre, de mon côté, j’avais déjà rempli ma mission d’après tout ce que les deux jeunes filles m’avaient témoignées...Je pouvais partir à toute vitesse, je ne devrais plus jamais revoir cette Nao, cette shinigamie avait vraiment le don de mettre les gens très mal à l’aise, je dis enfin après un long silence:

-Gardes, laissez la jeune fille entrer !

Je sentis que les gardes hésitaient à ce que je les avaient demandé de le faire, j’entendis enfin la serrure de la porte bouger légèrement...Je me tournai avec les bras croisés et je vis la jeune fille...Je regardai ses yeux malgré qu’il faisait noir...J’avançai et passa de son côté. Je sortis enfin de cette pièce, je regardai les deux gardes qui étaient toujours aussi grands que moi, la suite de ce qui allait se passer, ça m’était égal, car j’avais au moins remplis ma mission :

-Si vous voyez la jeune fille aveugle sortir, vérifier la prisonnière, elle pourrait s’échapper avec sa complice. On n’en sait jamais...

Après avoir vu cette jeune shinigamie aveugle, j’avais un mauvais pressentiment, depuis que j’avais entendu le mot aveugle de la bouche de Nao, depuis que j’ai pensé de capitaine Tousen pendant quelques petites minutes, dont je n’avais pas eu le courage d’y penser, décidément, j’étais une personne qui voulait maintenant éviter le sujet d’une personne aveugle, ce qui était bizarre, normalement, Tousen-Taicho même s’il était aveugle, il pouvait voir dans le coeur des autres et cette jeune shinigami qui était aussi aveugle, avait aussi compris mon sentiment face à Nao...Je remarquai qu’aussi, que les aveugles avaient peut-être les yeux dans les coeurs des autres et pouvaient les lire...C’était assez surprenant...Et terrifiant en même temps...À l’instant je me sentais moins bien, je sentis encore un autre trouble venant de Komamura, il lui était arrivé quelque chose...Dont je ne savais pas quoi, mais il me semblait de ne plus retrouver son reiatsu, c’était assez étrange...

-Vice-capitaine, vous allez bien ?

Je me tournai, c’était l’un des deux gardes qui s’était peut-être inquiété par le fait que je n’avais pas bougé.

-Oui je vais bien, j’étais en train de réfléchir à quelque chose.

Oui...J’étais en train de réfléchir, il fallait que je me bouge de là, de sortir de cet hôpital, de m’éloigner jusqu’à que Nao et la jeune shinigamie dont je ne savais pas son nom mais ce qui n’était pas grave, il serait plus facile de la reconnaître vu ses yeux...Et comment elle était vêtue, elle était sans doute aussi une amie de Yinoa. Je commençai à marcher, à m’éloigner de la cellule de Nao, je croisai une ou deux infirmières qui s’étaient encore retournées pour mieux me voir, les médecins circulaient de partout, les Envahisseurs y étaient, mais pour le moment c’était calme, c’était le temps de récupérer les blessés et les décédés...Je plaignais à ceux qui devraient pleurer la mort de leurs amis...Certains devraient en réjouir vu que c’était peut-être leur ennemie, mais ils seront quand même triste...Ils devraient au moins avoir vécu un des bon moments ensemble, j’espérai que l’un de mes amis ne mourraient pas. Surtout Komamura et un membre de la deuxième division: Flint, qui celui-ci avait été mon interrogateur qui était assez intelligent...C’était grâce à lui que j’avais pu reprendre mes fonctions de vice-capitaine. Bien sûr que je pensais aux autres vices-capitaines qui étaient restés au Sereitei. Notamment le jeune Karel, le membre de la troisième division... Je marchai et j’arrivai à l’accueil où la jeune gérante m’avait vu, avait poussé un hoquet de surprise et faisait semblant d’être plongé dans son travail. J’étais peut-être allé à un poil un peu trop fort...Mon apparition a été un peu brutale quand même, personne ne s’y attendait au fait. Je remarquai que même certains shinigami que je les avait croisé m’avaient dit bonjour et s’étaient retournés à la même façon que les jeunes infirmières...Je lançai un regard soupçonneux derrière moi et dévisageai les shinigamis. Après j’étais sorti de l'hôpital, toujours avec les mêmes regards des autres et parti
Revenir en haut Aller en bas
Tania Minio
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Tania Minio


Féminin Nombre de messages : 186
Âge : 31
Date d'inscription : 19/03/2010
Fiche Technique : [url="lien de votre fiche]Cliquez ici[/url]

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Tenrai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14+2 (Bankaï)
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue8050/9350Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (8050/9350)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptySam 18 Déc - 19:58

    Tania resta silencieuse lorsque Nao lui demanda si elle était aveugle. Ceci était normal. Mais pour le moment, il y avait toujours un moment de stress, pour savoir comment allait terminer cette aventure. Eh bien, au plus grand bonheur, ce fut quelque chose qu’accepta le vice Capitaine, qui repartit pour laisser les deux personnes avec les gardes. La jeune fille fixa cet homme qui semblait avoir des remords pour quelque chose, ou quelqu’un. Comme si… Ah oui ! Tousen ! De la neuvième Division ! Qui…

    « Merci, sincèrement Hisagi fukutaishô… »

    Ce petit mot, glissé doucement, et pour remonter le moral de cet homme, ne parurent pas être entendue. Mais bon… Il y avait mieux pour le moment. Se rapprochant de Nao, doucement, ses sens la guidant dans ce supposé noir total, Tania se mit devant Nao, et la discussion débuta.

    Une fois tout cela terminé, les gardes ramenèrent notre héroïne en dehors de la salle. Il y avait quelques petites choses à faire à présent. Mais Nao allait très mal pour le moment, et elle le savait pertinemment. C’est pour cela que Tania se mit en route, tout en espérant une amélioration de santé. Qu’elle soit physique ou morale. La salle n’était pas noire du tout. Par contre la prisonnière était si sombre que la ressentir pouvait déjà vous mettre dans un état morne. Mais aussi la peur entrait en vous et vous dévorait jusqu’à ce que la folie ne vienne s’emparer de ce corps. Pensant à sa discussion durant tout son trajet, la jeune fille retourna dans sa Division, pour s’y endormir, et oublier ce qu’elle avait vu. Cependant, un petit tour à la douzième s’était imposé. Quelque chose à remettre au Capitaine, paraît-il. Un lourd fardeau pour une aveugle. Mais maintenant, tout cela était terminé. A son plus grand bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
[Scellée] Kyoko Ryougi
Shinigami exilé
Shinigami exilé
[Scellée] Kyoko Ryougi


Masculin Nombre de messages : 331
Âge : 38
Date d'inscription : 20/08/2010
Fiche Technique : Psycopathe girl

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Satsume
Niveau: Combattant Puissant / LVL 11
Reiatsu:
Retour des blessés... encore! Left_bar_bleue5150/5750Retour des blessés... encore! Empty_bar_bleue  (5150/5750)

Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! EmptySam 18 Déc - 20:22

Petit post pour dire que ce Rp est clos, je posterais directement sur terre et j'expliquerais sur place en Flash Back mon évasion, vous allez bien rire !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Retour des blessés... encore! Empty
MessageSujet: Re: Retour des blessés... encore!   Retour des blessés... encore! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour des blessés... encore!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Massacre des envahisseurs... retour des blessés
» Un retour au RPG
» Retour
» /!\ Retour !
» Qui dit retour dit RP!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Soul Society :: Le Seireitei :: Quartier de la 4e Division de Protection-
Sauter vers: