Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerDernières imagesConnexion
Le Deal du moment :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 ...
Voir le deal
12 €

 

 L'arrivée d'un perturbateur...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




L'arrivée d'un perturbateur... Empty
MessageSujet: L'arrivée d'un perturbateur...   L'arrivée d'un perturbateur... EmptyLun 10 Jan - 19:40

On se croirait dans un tableau. Au dessus de moi, le ciel d'un bleu pâle, immaculé si l'on ne tenait pas compte des quelques lambeaux de nuages qui filaient vers l'ailleurs et la liberté. Le globe solaire était presque au zénith, d'un blanc pur, dardant ses rayons sur ma peau, sur les rares parties de mon corps qui n'étaient pas couvertes par mon hakama. Ce hakama qui signifiait la réussite de ce pour quoi je m'étais entrainé pendant des années. J'étais entré au sein des 13 divisions de protection, cette organisation que l'on appelait le Gotei 13. J'étais devenun shinigami d'élite chargé de la protection de la Soul Society.
La Soul Society, cette société de caste. Avec ses intouchables du Hueco Mondo, ses habitants du Rukongai, et les membres du Gotei 13, en haut de l'échelle. Et la hiérarchie au sein de cette hiérarchie, au sein de chaque division. Un petit monde bien ordonné...qui ne collait pas du tout avec ma personnalité...

Debout sur les dalles du "chemin du devoir", cette allée qui mène de l'académie aux bâtiments des différentes divisions, je me laissais réchauffer par le soleil en repensant à toutes les épreuves que j'avais pu traverser pour arriver là ou j'en étais. Ma vie sur terre, dont les souvenirs auraient du disparaitre, et pourtant toujours présente dans mon esprit; ma mort, face à trois lâches incapables de satisfaire leurs épouses et incapable d'exiger réparation dignement, venus m'assassiner en pleine nuit, victorieux même si j'en avais eu un sur les trois; l'apparition de ce shinigami alors que la colère montait en moi et rongeait la chaine de mon âme...

Je secouais la tête, vidant ma tête de ces souvenirs inutiles pour le moment. Mon réveil au 68eme quartier du Rukongai, ma découverte de la Soul Society, du monde des shinigamis et tout le reste... Mes souvenirs de l'académie étaient encore frais dans mon esprit, mais ces mauvais souvenirs étaient derrière moi. Je sentais contre ma peau, à travers mon hakama, la lettre d'affectation que m'avait remise le chargé de l'académie. Un sourire de prédateur sur mes lèvres, découvrant mes dents comme sourit un chien sur le point de mordre, je me remémorais la scène.

******************
Le shinigami chargé de donner les résultats d'entrée au Gotei 13 était un petit homme replet, aux yeux dissimulés par d'épaisses lunettes aux verres ronds. Le peu de cheveux qui lui restaient étaient tirés en un chignon dans la plus pure tradition des samouraï japonais. Il tenait à la main les résultats de tous les examens que nous avions passés, nous étudiants shinigamis. moi et mes "non-camarades". Il faut l'avouer, je ne m'étais pas intégré au sein des classes d'étudiants shinigamis. et pour de bonnes raisons, je ne m'en plaignais pas. Réajustant ses lunettes, le petit vieux commença a énoncer, l'un après l'autre, par ordre alphabétique, le nom des étudiants, leur résultats, et leur admission...

-Etudiant And...Andre...Andrej...


-Andreijz Chiewakzesky. C'est moi. Alors, mes résultats?

- Zanjustsu. Trés Bon. Shunpo. Passable. Hakuda. Excellent. Kido. Passable.

Je souriais en coin, les yeux plantés dans ceux de mon interlocuteur, le défiant presque. Je m'attendais à ce type de résultats. Je me contrefoutais du Shunpo et du Kido, qui ne m'intéressait que très moyennement. Et mes excellents résultats dans les vrais arts de combat venait du plaisir que j'avais pris à humilier mes adversaires, des étudiants shinigamis imbus de leur personne qui me traitaient comme un sous-étudiant à cause de mes origines européennes. Le gaijin qui voulait être shinigami...le barbare occidental... je ne comptais plus les surnoms que j'avais eu à entendre... les profs aussi mettaient en doute mes capacités à cause de mes origines... Bon, pour eux, faut avouer que mon comportement n'avait pas aidé à me faire apprécier...

Je croisais les bras sur mon torse et me redressais de toute ma taille, confiant. Avec ces résultats, j'étais accepté dans le Gotei 13, ca ne faisait aucun doute. Je discernais quelques mâchoires crispées parmi mes "confrères" étudiants, certains même serraient les poings. Quel plaisir d'humilier tous ces "bien-nés"...

- Alors, verdict?

-Vous avez réussi l'examen. Votre affectation se trouve dans cette lettre...


*********************

Glissant la main entre les couches de tissu, je retirais la lettre que le vieil homme m'avait remise, et l'ouvrais sans cérémonie. Un seul caractère. Un seul chiffre. Celui de ma division. De ma nouvelle "famille".

Le Huit. La huitième division. Capitaine Kyoraku Shunsui, lieutenant Nanao Ise. Plus communément appelés l'alcoolique et la psychorigide au sein de l'académie. Je souriais. Les gens sont ce que leurs actes en font, et non le regard des autres. Si ce regard avait été révélateur, je serais au Hueco Mondo ou sur terre en train de dévorer des âmes... Les gens sont des moutons. Sauf qu'ils ne font même pas de laine... J'avisais un banc pour m'y asseoir, faisant glisser mon zanpakutoh hors de l ceinture de tissu qui ceignait ma taille. La huitième division... Qu'est ce que j'avais appris sur cette division? Son capitaine était Shunsui Kyōraku, un des plus anciens capitaines en place, un des premiers étudiants sortis de l'académie. Une réputation peu flatteuse de coureur de jupons, alcoolique et fainéant. Le parfait opposé de sa lieutenante, Nanao Ise, connue pour être méthodique, organisée et limite monomaniaque du travail. Mais au moins, elle était fiable, chose qui ne se disait pas toujours du capitaine Kyoraku. L'emblème était la fleur d'oiseau de paradis, la Strelitzia, qui signifiait la satisfaction. Ca m'allait parfaitement, c'est ce que je recherche en toute chose que je me décide à faire. Et cette division n'avait pas de rôle particulier, à la différence de la 3eme ou de la 12eme, par exemple. Une division lambda, qui se singularisait par son capitaine...

La tête penchée en arrière, je poussais un long soupir et levais mon sabre devant moi, le soleil accrochant le fourreau noir laqué. la main sur la tsuba, je poussais légèrement, dévoilant quelques centimètres de lame d'acier poli. Je fouillais dans ma mémoire, retrouvant les souvenirs de la classe de zanjutsu ou l'on nous avait expliqué que ces sabres étaient la matérialisation de nos âmes. Qu'ils étaient nous, sous la forma adaptée au combat. Mais que comme l'on ne se connait jamais vraiment, ils pouvaient aussi nous sembler étrangers lorsque l'on tenterait de communiquer avec eux. L'exercice pratique de la leçon s'était rapidement conclu. Après avoir médité pour communiquer avec mon zanpakutoh, j'avais été conduit à l'infirmerie, couvert de brulures et de coupures, répétant en boucle le nom de mon arme. le nom de mon âme. Kaze no Chakunan. Je n'avais aucun souvenir de l'expérience, je m'étais réveillé trois jours après.
Les yeux dans le vague, je sentais mon sabre trembler, frémir dans ma main. Lui aussi mourrait d'envie de faire ses preuves. Lui aussi voulait s'élever et entrer dans l'histoire de la SOul Society. Au moins dans cet objectif, nous allions nous entendre...

D'un mouvement du pouce, je rengainais les quelques centimètres d'acier, faisant tinter la garde de mon arme contre son fourreau, puis me relevais, rangeant mon sabre dans mon obi. il était l'heure de se mettre en route et de quitter l'académie pour les quartiers de la 8eme division.

Et puisque j'étais désormais un shinigami à part entière, j'allais m'en donner à cœur joie. Quittant le "chemin du devoir", je fermais les yeux, concentrant mon reiatsu sous la plante de mes pieds, comptant le nombre de pas qu'il allait me falloir pour rejoindre le point que je fixais. une impulsion et...
Fsshhht...

Je réapparaissais à un mètre de mon objectif. Ouais. passable, comme ils avaient dit. Mais maintenant j'avais un objectif dans mon entrainement. Une motivation, chose qui me faisait si souvent défaut de mon vivant et même après. Si je voulais devenir puissant, si je voulais monter dans la hiérarchie, je devais maitriser toutes les facettes du shinigami... Déplacement et sortilèges compris. je courrais quelques minutes pour récupérer mon reiatsu, puis repartais d'un shunpo... De shunpo en course-repos, j'arrivais au quartiers de la 8eme division, devant une immense arche portant le symbole sur son linteau. Posant la main sur la poignée de mon Trancheur d'âmes, calmant mon souffle, je serrais dans ma main la lettre du vieil homme et pénétrais dans des quartiers déserts...

-Hey?? Y'a quelqu'un ici??

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




L'arrivée d'un perturbateur... Empty
MessageSujet: Re: L'arrivée d'un perturbateur...   L'arrivée d'un perturbateur... EmptyMar 18 Jan - 11:03

Déserts. les quartiers de la 8ème division étaient complètement déserts. Pas un chat. Le vent soufflait dans les portes entrouvertes, bousculant les carillons, des sifflements et des tintements parvenaient à mes oreilles, mais c'étaient bien les seuls bruits qui me parvenaient. La main posée au bout de la poignée de mon sabre, j'avançais au hasard des bâtiments, regardant à droite et à gauche, cherchant à percevoir une quelconque émanation d 'énergie spirituelle. Mais rien. La 8eme division ressemblait à une division fantôme., et ses quartiers à un décor de cinéma sans figurants.
Poussant un long soupir, je m'adossai à un mur et glissai la main à l'intérieur de mon hakama pour en retirer un paquet de "Menthines" de petits rouleaux de papier rempli d'une pâte d'herbe que l'on cultive dans certains quartiers du Rukongai. Ces petits rouleaux avaient un effet déstressant et permettait d'avoir un gout frais dans la bouche. Et à l'académie des Shinigamis, la pression était telle sur certains esprits faibles qu'il s'en faisait un véritable trafic. Je n'en avais pas eu besoin, mais j'appréciais la sensation de fraicheur qu'elle dégageaient. Et puis ca m'occupait, d'une certaine façon. D'une chiquenaude, je faisais tressaillir le paquet, calant entre mes lèvres le tube qui s'était surélevé, et commençais à laisser fondre la pâte dans ma bouche, savourant à la fois le gout et la forte odeur de frais qui s'élevait du fin rouleau calé au coin de ma bouche, alors que je me perdais dans mes pensées, les yeux fermés

-LES PRODUITS DE CONTREBANDE SONT INTERDITS AU SEIN DU GOTEI 13!!

Je sursautai violemment, me redressant d'un coup, complètement désemparé, à moitié aveuglé par le soleil qui frappait mes yeux brusquement ouverts sous la surprise. D'un mouvement j'étais debout la main sur la poignée de mon zanpakutoh, les doigts tellement serrés sur la poignée qu'il allait vite me falloir un pied-de-biche, les dents crispées sur le rouleau de papier rempli de pâte mentholée qui craquait déjà sous la pression de ma mâchoire. j'avais toujours eu les nerfs à fleur de peau, mais là, j'avais été pris par surprise comme un débutant. Je clignais des yeux, m'habituant à la lueur du soleil, avisant la silhouette devant moi. Un tête de moins que moi, une corpulence fluette mais pas malingre. Mes yeux s'habituaient à la lueur du soleil derrière mon "agresseur". je distinguais alors les cheveux d'un noirs de jais et le regard sévère derrière une paire de lunettes. L'insigne de lieutenant visible sur son uniforme ne laissait aucun doute sur l'identité de mon interlocutrice

Lieutenant de la 8eme division, Ise Nanao, la psychorigide.

D'un geste je faisais disparaitre ma Menthine, puis lissais rapidement mon hakama. J'avais beau être un chien fou, j'étais pas assez dérangé pour me mettre mon lieutenant à dos. Un coup d'œil à l'énorme registre qu'elle tenait me dissuadait d'en prendre un coup sur le crâne, comme je l'en pensais largement capable. Je fouillais dans mes poches et sortais la lettre signifiant mon affectation, que je tendais à la lieutenante sans dire un mot, faisant de mon mieux pour avoir un air sérieux, alors même que j'avais été pris en train de glander et de mâchonner un produit censé être interdit quelques secondes auparavant. Les sourcils froncés, La lieutenante prit d'un mouvement sec la lettre et la déplia. Réajustant ses lunettes, elle lut à voix haute.

-Andreijz Chiewakzesky. Affecté à la 8eme division. Fortes tendances violents et problèmes de comportement. Facilité dans tous les domaines, mais ne veut pas fournir d'efforts. Excellent en combat, dangereux en diplomatie et relations humaines. Cet étudiant fera un excellent missile. Tirez, oubliez.


Les salops. Mes supérieurs à l'académie s'en étaient donné à coeur joie sur mon "bulletin de notes". Je jurais intérieurement de leur faire payer un jour de me considérer comme un shinigami jetable. je serrais les dents et tentais de dissimuler ma colère aux yeux de ma lieutenante qui relevait les yeux, un sourcil haussé en signe d'incompréhension.

-Il est inhabituel pour les professeurs de l'académie de se laisser aller à ce point sur un étudiant...


-Ca doit être parce qu'il n'aimais pas mon côté Gaijin...

Mon origine polonaise avait choqué lorsque j'étais entré à l'académie. Et cette particularité m'avait vite attiré le mépris voir la haine de mes "camarades". Et c'est ca qui m'avait rendu fort. Prendre plaisir à être meilleur que ceux qui me méprisaient ou me détestaient, il n'y avait pas de sentiment plus grisant. Endurer les remarques sur l'origine? On serre les dents. Être considéré comme inférieur par ses professeurs à cause de son origine européenne? On fait encore plus d'efforts. Humilier un Sendo Takari ou un Shino Senju dans une exercice de maniement du katana, ca n'a pas de prix...

La lieutenante de la 8eme division en semblait pas concernée par mon origine. Tant mieux. Elle ouvrit son livre monstrueux et nota quelque chose que je ne vis pas, puis claqua sèchement son registre qu'elle recala sous son bras. Elle me désigna un bâtiment qui s'élevait plus haut que les autres au sein du quartier de la 8eme.

-Là-bas, vous avez la salle d'entrainement. Tous les nouveaux arrivants doivent y passer pour que l'on puisse juger de leurs capacités. Allez-y en enclenchez le programme numéro 1. Je surveillerai et interviendrai si nécessaire. Soyez cependant prudent, les salles ont été conçues par le capitaine de la 12eme division.

Lui aussi on en avait entendu parler à l'académie...Kurotsuchi Mayuri... Je tournais le regard vers la salle d'entrainement, et revenait vers Nanao Ise, qui avait déjà disparu d'un Shunpo. Il ne me restait plus qu'à la rejoindre pour faire mes preuves... Programme numéro 1, hein? Je souriais en coin, avide de prouver ce que je valais.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée d'un perturbateur...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Soul Society :: Le Seireitei :: Quartier de la 8e Division de Protection-
Sauter vers: