Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerDernières imagesConnexion
Le deal à ne pas rater :
Où acheter la display japonaise One Piece Card Game PRB-01 One Piece ...
Voir le deal

 

 Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Invité
Invité




Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyMar 18 Jan - 21:15

Juste avant d'en arriver-là, j'étais enfin avec mon maître. Les larmes aux yeux, la boule d'émotions dans la gorge je croyais vivre un rêve. Tout ce temps éloignée de lui, des voix résonnaient dans ma tête me criant que je ne le reverrait plus jamais. La dernière fois que je l'avais apperçu, c'était dans Las Noches. Plus précisément, nous étions dans la salle de trône et j'étais entrée sans permission pour avoir un rendez-vous avec le Tout Puissant. Il y avait Tousen et Gin dans les couloirs. Rien d'intéressant sauf lui en fin du compte... J'avais engagé le combat contre Tousen sous les ordres d'Aizen-sama. Il m'a vaincue, il m'a humiliée, je ne l'oublierai pas. Cela ne se produira pas deux fois.

J'ai évolué depuis le temps et plus rien ne m'empêchera de rejoindre mon maître. Je veux qu'il soit encore plus fier de moi, je veux qu'il voit à quel point je suis prête à tout faire pour lui. C'était en sortant en courant de ce portail pour me précipiter tête penchée derrière mon maître. Il était encore puissant. Était-ce le petit jouet brillant qui le rendait ainsi? Peu importait, il était au sommet de sa forme et plus rien ne l'arrêtera. Il accèdera au trône peu importe les circonstances. Il atteindra ses objectifs, il aura tout un Royaume à gouverner. Aizen-sama se fera respecter de tous et moi, plongée dans mes fantasmes, je serai couronnée Reine...

Reine oui... grande et puissante. Je serais aux côtés de celui qui m'a libérée de mon cauchemar. Je lui obéirai au doigt et à l'oeil, mais nous partagerons la même marche de la salle du trône. Mon accès serait quasi-illimité. Au contraire de devoir résider à la marche du bas, les genoux cloués au sol, le front écrasé contre terre, je pourrai enfin être assise à ses côtés, garder la tête haute et pouvoir enfin le regarder dans ses yeux de charmeur noisettes. Tel serait mon désir... Un fantasme irréalisable, mais comme on dit, il fait bon de rêver!

Agenouillée devant celui que je respectais le plus de l'univers, je l'écoutais me parler. Étrangement, c'était la seule fois où mes oreilles s'étaient débloquées. Par contre, seule sa voix parvint à mes oreilles. Mes coeur, mon âme se sentit bercer par cette voix divine. Était-ce parce que mon âme ne voulait n'entendre que cela? Je voyais seulement les ondes mathématiques de sa voix me parvenir. Le reste m'était encore invisible. Je savais comment les déchiffrer. Était-ce l'âme de mon Zanpakuto qui partageait la même passion que moi? Je souriais sans m'arrêter. Il était heureux de me revoir... Woah... Quelle était cette sensation, si passionée, si enivrante? Je voulais rester dans cet état orgasmique pour le restant de mes jours...

Il reprit alors la marche. Ulquiorra et les autres étaient tout près. J'étais probablement celle qui voulait se tenir le plus proche possible de mon maître. Ils semblaient tous vouloir garder une distance entre eux, mais moi, je voulais me coller, sentir son odeur, son reiatsu, sa présence encore plus proche. Je voyais les yeux d'Ulquiorra toujours aussi neutres et déprimés. J'évitai son regard et pris la même distance qui séparait Aizen-sama d'Ulquiorra avec mon maître. Nous traversions un pont qui passait au-dessus de jets de lave. Il faisait chaud, atrocement, chaud, mais je le sentais à peine. Peut-être était-ce dû à mon entraînement?

Je souriais pour moi-même constatant ma propre ascension de puissance. Un portail s'ouvrit encore, faisant sortir cette Shinigami. Elle en avait mis du temps! Aizen-sama fit émaner sa pression spirituelle, n'épargnant rien ni personne, nous forçant à nous mettre à genoux. Aizen-sama disparut d'à côté de nous pour aller rejoindre à peine quelques secondes la vieille dame. Il revint de la même façon en me confiant une mission spéciale.

Il voulait que je prouve ma valeur en mettant K.O. la femme. À cause de ce vacarne, elle n'entendait probablement rien de ce qu'il me disait. J'eus simplement un sourire en coin, ne voulant pas démasquer le plan que j'avais déjà en tête. Je répondis avec un grand respect et une discipline hors norme:


À vos ordres, Aizen-sama!

Je m'inclinai une nouvelle fois et gambada vers la blonde qui devait se demander ce qu'elle faisait-là, entourée de tueurs sanguinaires. Je souriais telle une enfant qui a eu son jouet et pris la main de la dame dans la mienne. Je la regardais d'en bas, vu ma petite taille. Je lui parlais ensuite d'un ton tout autant différent de celui que j'avais employé plus tôt pour lui parler:

M'dame! Venez avec moi! Aizen-sama veut que je vous montre quelque chose!

Alors, je me mis à courir vers le pont d'où nous venions. Bien sûr, je tenais toujours la main de la femme. Ma course ne s'arrêta seulement lorsque nous étions au centre de ce pont. Je me mis alors sur le bord du pont et regardai en bas... longtemps. Je faisais comme si j'attendais que quelque chose arrive. Puis, un jet de magma éclata et tel une vague, il m'avala. Bien sûr, à la dernière seconde, j'effectuai un vif sonido qui me fit disparaître de la vue de la Shinigami.

Je m'étais volatilisée haut au-dessus d'elle. Je voulais voir sa réaction et la direction que ses yeux prendront pour pouvoir me lancer dans son dos discrètement. Sans un son, je lui affligeai de toutes mes forces un coup de poing en plein centre du dos, où se trouvait sa colonne vertébrale. Le sourire d'un criminel au visage, j'attendais de voir les dégâts que ce coup lui aurait causés.
Revenir en haut Aller en bas
Ran
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Ran


Féminin Nombre de messages : 916
Âge : 35
Date d'inscription : 07/02/2010
Fiche Technique : Cliquez ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Haineko
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue8700/8700Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyJeu 20 Jan - 20:59

Rangiku s’était attendue à une démonstration de force de la part d’Aizen… Mais là, elle crut carrément mourir sur place. En moins d’une seconde, elle se retrouva à genoux, les yeux rivés au sol, incapable du moindre mouvement, la respiration coupée. Haletante, elle n’osa croiser le regard du shinigami traitre… De toute façon, même si elle avait essayé, elle n’y serait sans doute jamais parvenue. Tremblant de manière incontrôlable, elle sentit son corps tout entier lutter contre ce reiatsu envahissant et oppressant, sans toutefois parvenir à un quelconque résultat. Finalement, la pression se relâcha aussi soudainement qu’elle était apparue, permettant à la vice-capitaine de se remettre de ses émotions et de se relever péniblement alors qu’au moment même, l’ex-capitaine de la cinquième division apparue en face d’elle. Stupéfaite, Matsumoto marqua sa surprise en écarquillant les yeux, sans pour autant oser prononcer un seul mot. Le charisme que dégageait cet homme dominait largement la personne qui lui faisait face, aussi, Rangiku ne chercha pas vraiment à communiquer avec lui, soulager plutôt de le voir reprendre sa position initiale, quelques mètres plus loin. Pourtant, elle avait des choses à dire, elle avait des choses à demander. Bien qu’elle y ait songé, elle n’était pas ici pour tenter (en tout cas pour le moment) de stopper Aizen dans sa quête, et elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait plus rien pour Gin… Mais elle avait besoin de réponse, d’exactitude… Mettre fin à toutes les interrogations qui l’accablaient chaque jour pour tourner définitivement la page et avancer. Et pour cela, elle avait besoin d’Aizen, l’homme qu’elle avait cependant toutes les bonnes raisons de détester.

Prenant une profonde inspiration, elle fit un pas en direction du maître de l’espada, bien décidé à avoir une conversation qui n’aille pas à sens unique, afin de pouvoir argumenter sur sa venue à la Dimension Royale. Mais quelques secondes plus tard, voilà que cette « chère » Nu arriva presque en chantonnant… C’était une manière d’agir plutôt étrange compte tenu du fait du cinéma que celle-ci avait fait lors des combats contre les envahisseurs au Hueco Mundo. Cette apparente gaieté parut tellement anormale aux yeux de Rangiku qu’immédiatement celle-ci se prépara à contrer une quelconque attaque, sans pour autant montrer un signe défensif. L’arrancar du nom de Hakujin la prit alors par la main, l’entrainant un peu à l’écart du groupe, beuglant que le « Seigneur » Aizen tenait à ce qu’elle voit quelque chose. Intriguée mais toujours aussi méfiante, la shinigami se laissa entrainer sur un large pont en dessous duquel coulait une lave fluide et relativement… chaude. Pas vraiment rassurée par un tel endroit qui permettait des morts on ne peut plus douloureuses, Matsumoto préféra rester au centre de l’édifice, alors que l’arrancar, au contraire sembla soudainement très attirée par le magma en fusion… Tenait-elle si peu à la vie ? Pas vraiment préoccupée par l’apparente envie suicidaire du hollow, la gradé du Goteï 13 ne détacha pas les yeux de Nu, curieuse de voir ce qu’elle allait faire…


*Allez, saute* pensa soudain Rangiku, qui fut très surprise par sa capacité à avoir ce genre de pensée.

Mais non, l’arrancar ne bougea pas. Elle se contentait de fixer en bas… Ce agaça profondément Matsumoto, qui n’était guère du genre patiente.


« Bon… » commença-t-elle…

Rangiku ne put finir sa phrase. Devant elle se dressait une vague de lave, prête à l’engloutir dans la seconde… L’utilisation du shunpô fut le geste salvateur, car quelques instants plus tard, le pont fut envahi par le liquide visqueux et brulant alors que de son côté, la shinigami atterrit un peu plus loin, à l’abri de telles projections. Les ennuis commençaient… Et ils n’étaient pas prêts de finir. Car au même moment, cette traitresse de Nu arriva dans son dos, apparemment bien décidée à lui briser la colonne vertébrale. Mais c’était mal connaître le niveau un vice-capitaine de l’Armée de la Cour du Roi. D’un geste vif, Rangiku dégaina son zanpakutô avec sa main droite, et le plaça directement dans son dos, bloquant alors le poing de l’arrancar.


« C’est pas très gentil ça… » fit-elle d’un ton froid sans pour autant prendre la peine de se retourner.

Puis, sans laisser le temps à son adversaire de répliquer d’une quelconque façon que ce soit, Rangiku effectua une rotation en prenant appui sur son pied gauche pour se mettre face à ce hollow « évolué », lui balança dans un même mouvement un sort de Kidô bien placé.

« Hadô n°31 : Shakka Hô ! »

[i]Une sphère lumineuse rougeoyante apparut dans la paume de la shinigami, et fut envoyée sur Nu, et ce, à une distance très faible… Aussi, il y avait peu de chance que celle-ci soit capable de contrer de manière efficace cette technique de nécromancie. Bien décidée à ne pas laisser souffler cette petite peste, la vice-capitaine n’hésita pas et lança un deuxième sort quasiment à la suite. Cette fois-ci cependant, elle fit mine de viser un peu à côté de son adversaire…


« Hadô n°33 : Sokatsui ! »

Cette fois-ci, ce furent des flammes bleues qui furent envoyées. Néanmoins, elles ne touchèrent pas Nu, se contentant de la frôler… Mais en réalité, la cible visée n’était autre qu’une énorme colonne de pierre placée juste derrière l’arrancar. L’attaque provoqua une déflagration, et ce fut dans un vacarme des plus assourdissants que l’immense bloc tomba à la renverse sur Hakujin, libérant alors une quantité importante de poussières…

Spoiler:
Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyVen 21 Jan - 20:08

J'avais amené la VIEILLE esclavagiste un peu plus loin. Avec les combats qui faisaient rage d'où nous venions, il n'était pas question de faire écrouler le volcan sur nos têtes. Nous avions tous une bonne pression spirituelle, alors qui sait, ce nouveau monde n'était pas habitué à ce genre de chose. Malgré qu'Aizen-sama m'ait dit que je m'habituerai vite à ce nouveau monde, je ne voulais pas jeter nos vies rapidement dans cette lave. Je viens d'arriver, alors il était inconcevable que je nous tue. L'endroit avec le petit pont était une bonne idée. De plus, il ferait éviter que la grand-mère se sauve bien loin. Avec cette torture que je lui ferai subir, elle voudra peut-être m'en empêcher! Oh non! Je devrai aussi la surveiller de se suicider dans cette lave!

Sur le bord de ce pont, regardant le bouillonnement de ce liquide mortel, je sentais l'impatience de la femme derrière moi. Elle commençait quelque chose qu'elle ne put finir. La vague géante nous bouffa presque. Puis, finalement, je commençais mon assaut sur la femme d'un bon coup de poing qu'elle intercepta de sa lame. Comment a-t-elle pu me sentir arriver? Le temps qu'elle dise sa phrase qui me traitait de méchante, je fis un saut en arrière. Il était évident qu'elle allait en profiter pour essayer de me couper ou me faire autre chose alors que j'étais à portée! Sur mes gardes, j'attendais sa riposte qui ne prit même pas une seconde. Du creux de sa main naquit une boule rouge qui ressemble à un cero, mais beaucoup moins puissant. Sourire en coin, les bras formant un X en avant de moi, accumulant une mince couche de reiatsu en avant, histoire de ne pas me prendre une brûlure sévère, je bloquais l'attaque qui explosa au contact en libérant un nuage de fumée. La femme ne s'arrêta pas là, oh non! Elle était sûrement fâchée par mon assaut. Elle s'attaqua aux roches au-dessus de ma tête pour qu'elles s'écroulent sur moi. Voyant cela, j'effectuai un saut en arrière encore une fois dans cette petite fumée. Le tout s'écroula sur le pont où on entendit légèrement un craquement venant celui-ci. Camouflée dans cet environnement embrouillé, je lui dis:


Pour des questions de sécurité, je nous interdis de nous attaquer à ce volcan. Personnellement, je n'ai pas envie de rester coincée avec toi ici...

Sortant de ce brouillard à toute vitesse avec mon zanpakutô en main, je donnai toute ma puissance dans cet élan où mon attaque s'abattit verticalement sur cette femme. Il s'en suivit alors de violents coups très rapides venant de ma lame, de ma main libre et de mes jambes en variant et en feintant plusieurs fois pour l'avoir à son propre jeu. J'étais infatigable dans cet élan de destruction, dans cet élan meurtrier. Je finis ce combo d'environ vingt coups avec un coup de pied puissant en tournant sur moi-même. Je revins à la charge ensuite, les deux mains sur le pommeau, donnant des coups encore plus puissants que les précédents.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ran
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Ran


Féminin Nombre de messages : 916
Âge : 35
Date d'inscription : 07/02/2010
Fiche Technique : Cliquez ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Haineko
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue8700/8700Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyMar 25 Jan - 20:39

Par deux fois, Nu parvint à échapper aux attaques de Rangiku. Par contre, le pont, lui… Kaput. Il ne résista pas aux roches lui étant tombés dessus et se retrouva complètement détruit. L’arrancar en vint après coup à suggérer de ne pas s’attaquer au volcan ce qui en soit n’était pas idiot mais Matsumoto n’était pas du genre à prêter attention à un adversaire, surtout si c’était pour se voir inculquer de quelque façon que ce soit une leçon et se faire dicter par la même occasion sa conduite.

- Ne t’en fais pas, c’est réciproque, répondit Rangiku suite aux paroles de Nu, celle-ci disant qu’elle ne souhaitait pas se retrouver en présence de la shinigami.

Effectivement, Matsumoto n’avait pas que ça à faire… Bien que se doutant qu’Aizen soit à l’origine de sa confrontation avec la femme hollow, elle avait bien l’intention d’obtenir ce qu’elle était venue chercher ici, à savoir des réponses à ses questions. Qu’importe ce qu’elle devrait à présent faire, la vice-capitaine n’avait pas vraiment l’intention de se laisser faire pour une vulgaire arrancar alors qu’elle était si près du but. Serrant un peu plus fort le manche de son zanpakutô, elle fixa le nuage de poussière derrière lequel se dissimulait son adversaire, attentive au moindre mouvement, l’expérience qu’elle avait des combats l’incitant à attendre que ce soit Nu qui fasse le premier pas vers elle. Et d’ailleurs, elle ne dut pas attendre longtemps. A une vitesse assez impressionnante, l’arrancar fendit les airs avec son sabre en direction de Matsumoto qui eut toutes les peines du monde à stopper cette attaque. Sous l’impact, elle sentit ses pieds glisser sur le sol rocailleux et s’efforça non sans mal de se maintenir debout alors que cette ennemie plutôt coriace maintenait une pression constante. Finalement, après quelques mètres de glissade en équilibre bancal, la shinigami parvint à se stabiliser, et jeta un regard mauvais à Hakujin. Sans attendre, cette dernière enchaina les coups à un rythme endiablé. Concentrée, Rangiku para les attaques, dirigeant la lame de son zanpakutô avec des mouvements vifs et précis, permettant ainsi de se protéger de la violence de son adversaire. Coups de pied, coups de poing, et vas-y que je ne t’épargne pas le moins du monde… Finalement, tout prit fin au moment même où Nu envoya son pied en effectuant un mouvement de rotation, donnant ainsi une plus grande force à cette attaque. Tenant son zanpakutô de la main droite en plaquant la lame au niveau de son avant-bras, Rangiku parvint à se protéger de manière plutôt efficace. Elle chercha derrière à répliquer afin de ne pas laisser l’avantage, mais au moment même où elle plaçait son zanpakutô en position d’attaque, Nu revient à la charge, de manière beaucoup plus rapide et puissante. Voyant la lame du zanpakutô de l’arrancar foncer droit sur elle, Matsumoto eut un ultime reflexe lui faisant avoir un mouvement vers l’arrière. Trop tard cependant… La pointe du sabre venait de lui entailler le visage. Le sang ruisselait le long de sa joue, provenant d’une plaie verticale commençant au niveau du front pour finir au niveau de la pommette… Faisant un bond en arrière, Rangiku porta machinalement une main au niveau de sa blessure et constata les dégâts. Un peu plus et elle aurait pu y perdre un œil… Gênée par la douleur et la quantité de liquide s’écoulant de l’entaille, elle en vint à penser que dans ces cas-là, il aurait été utile d’avoir de cet onguent qu’utilisait Ikkaku… Malheureusement, elle n’en avait pas sur elle…

Tant pis… Comprenant que ce n’était pas la peine d’attendre plus longtemps, Rangiku plaça son zanpakutô devant elle, prononçant la phrase de libération de son shikaï.


- Unare, Haineko !

Dans un souffle, la lame s’effaça au profit d’un nuage de cendres virevoltant vers Nu. D’aspect inoffensif, ces particules énergétiques étaient pourtant belles et bien dangereuses. Les envoyant directement sur le hollow « évolué », Matsumoto avait bien l’intention afin de mettre hors d’état de nuire une bonne fois pour toute la petite peste qui lui faisait face.

Spoiler:


Dernière édition par Rangiku Matsumoto le Sam 5 Fév - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyMar 1 Fév - 3:22

Je lui avais balancé de puissants combos sous ma forme la plus faible. Malgré ma rapidité excessivement au-dessus de la moyenne, elle arrivait à voir mes coups variés et dangereux. Après tout, cette femme n'était pas aussi faible qu'elle le laissait paraître. C'était une shinigami, alors il était nécessairement évident qu'elle soit plus faible que moi. Nous sommes une race supérieure, nous sommes des êtres évolués, nous avons su passer outre l'esclavage. Certains se rebellent, mais là n'est pas la question. Nous n'utilisons pas les autres pour notre propre bien; surtout si ce bien ne mène à rien de très extravagant. Nous sommes supérieurs, nous sommes plus forts, ils périront tous par leur façon de penser si forte. J'obéirai à Aizen-sama, je ferai subir à cette femme une torture qu'elle n'aurait jamais imaginée. Je dois la rendre à Aizen-sama vivante mais en état de parler, donc sa langue devra rester intact: tout comme le reste de sa mâchoire. Ce n'est pas bien grave, l'esclavagiste n'a pas besoin de ses trippes pour parler, elle n'a pas besoin de ses jambes non plus, ni de ses cheveux, ses yeux non plus tiens... et de ses bras... Cela me semble si... intéressant. La maintenir en vie avec une telle condition. Les données que me procurera mon cerveau seront suffisantes pour me permettre de la faire vivre.

Ainsi donc, après ces attaques féroces, le seul résultat convaincant fut ce mince filet qui coulait juste sous son oeil et un peu au-dessus. Elle y porta les doigts pour constater les dégâts. Bien sûr, elle avait fait cela dans un bond de recul, les pieds dans le vide - puisqu'il ne restait plus de pont-au-dessus de la lave bouillante. Cela allait devenir un peu plus dangereux que cela l'aurait été s'il y avait eu un pont. Les jets de lave virevoltaient aléatoirement dans le but de n'épargner rien ni personne à leur passage. Il faisait très chaud, l'odeur du souffre nous encombrait les voies nasales. Avec un bon essoufflement, il serait difficile de s'en remettre à 100%. J'avais déjà plusieurs traces de saleté sur mon visage et sur mes vêtements déjà rouillés par le sang. Les traces de sudation ne m'épargnaient pas non plus. Tout ça et nous ne faisions que commencer le combat. Je ne m'imaginais pas en train de m'y mettre à fond, mon corps s'évaporerait à vue! Tant pis, si je dois en venir-là, j'en arriverai-là!

Après avoir constaté le peu de dégâts causés, la femme plaça sa lame en avant d'elle et prononça sa formule magique. Ainsi donc, elle voulait rapidement en finir? C'était tant pis pour elle, elle devra souffrir plus rapidement que prévu et c'est elle qui l'aura souhaité! C'est donc dans des particules de cendres que sa lame s'évapora dans cet environnement rougeâtre et bouillonant. Je voyais les cendres courir dans ma direction dans l'espoir que je tombe dans le panneau. Le sourire aux lèvres, les canines en avant-plan, je fermais les yeux. Puis, juste à temps, je disparus et réapparus à côté de la femme la lame déjà à portée. Dans un élan dévastateur, ma lame effectuait une rotation de 180 degrés en suivant la rotation de mon corps, puis, cela se termina d'un nouveau coup de pied au niveau du visage de la blonde. À mon tour, je pris du recul d'un bond toujours dans les airs et prononçai la formule à mon tour:


Annihile... Alas de la Hoja!

Mon armure se plaça alors sur mon corps, les huit lames placées dans mon dos comme des ailes d'ange, j'étais prête à en finir moi aussi. Le visage devenu complètement neutre, c'était à croire que mon masque m'empêcher de m'exprimer. Flottant dans les airs, articulant comme une poupée, je pointai la Shinigami du doigt et lui envoyai mes lames à ses trousses de nouveau. Elle aussi les avait déjà confrontées, mais elle pouvait déjà reconnaître une différence dans l'agressivité des choses coupantes. Elles frappaient plus forts aussi et avec beaucoup plus de précision dans leurs gestes. La rapidité était aussi quelque chose de marquant.

Puis, le temps se figea autour de moi soudainement. Il me semblait que seule moi était capable de bouger dans cet espace glacé de la notion du temps. Puis, une voix féminine ressemblant grandement à la mienne, mais résonnant comme dans une boîte de conserve me parvint aux oreilles. Je reconnaissais cette voix et j'en souriais intérieurement. Elle me chuchotait:

Nu?... Nu?! Un nouveau programme peut être installé... Tu le veux?

Pourquoi pas?


C'est alors que je venais d'accepter une nouvelle progression de mon corps. Peut-être que cela pourrait m'être utile pour un futur proche, qui sait? Je fermai les yeux pour me transporter dans l'intérieur de ce système complexe injustifié. Je voyais encore cette machine au centre de cette pièce. Elle était branchée au reste de la salle où des machines grognaient. Je m'avançais et l'armure s'alluma. Deux lumières faites sur le long d'une couleur rougeâte me fixaient d'un air pas terrible. C'est alors que presque indifférente, les bras croisés, le regard sévère, je lui demandai sèchement:

Alors?

Programme en téléchargement... progrès du téléchargement à trente-huit pourcents. Téléchargement... Téléchargement...


Je soupirais et me mis à tourner en rond. Elle signala enfin le cinquante pourcents. Un écran descendit du plafond me montrant une neige sans fin. Je me sentais agacée intérieurement ce qui alluma l'image. Elle me montrait l'état du robot sous tous ses angles sur une image verte. C'est alors qu'elle m'expliqua le fonctionnement de ce nouveau programme. Il s'appelait Clon del holograma. Il me permettait de me cloner comme une sorte d'hologramme électronique à partir de ma visière. Je souriais, je réfléchissais déjà à d'autres tactiques qui me permettraient de vaincre mes ennemis plus facilement et habilement sans me casser la tête encore plus. Nos cerveaux reliés par une sorte de réseau, ce clone pouvait penser comme moi. Alas de la Hoja m'informa d'autre chose par le fait-même:

Programme «La fuerza de vida » en attente. Téléchargement de clon del holograma fait avec succès.

Plus tard... J'dois butter la blonde!


Je m'éclipsais alors de ce monde étrange pour revenir au monde réel qui n'avait pas bougé d'un poil depuis mon départ. Mes lames attaquaient toujours la femme, je bougeais encore mes doigts de la façon d'un pianiste expérimenté. Le fil du temps redevenait à la normal graduellement, le temps que je puisse me remettre mentalement dans le bain de ce combat sanglant. Puis, mes lames s'alignèrent toutes en cercle autour de la femme pour ne permettre aucun échappatoire. De mon autre main, je fis ouvrir un portail juste au-dessus d'elle pour que les centaines de lames se projettent sur ma cible avec une vitesse extrême:


Todo lo que Desaparecen!

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ran
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Ran


Féminin Nombre de messages : 916
Âge : 35
Date d'inscription : 07/02/2010
Fiche Technique : Cliquez ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Haineko
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue8700/8700Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyMer 2 Fév - 21:35

Si elle avait pu prédire en quoi consisteraient les évènements de la journée, Rangiku serait restée au lit, bien au chaud sous les draps, évitant ainsi les nombreux ennemis qui lui auraient été causés. Mais non, elle n’avait pas ce don et elle vivait à présent des heures difficiles, enchainant les combats et s’épuisant à trouver des réponses. Rangiku regarda les cendres se diriger vers Nu… Quand celle-ci disparut de son champ de vision. Les particules d’air vibrèrent au moment même où l’arrancar réapparut, permettant à la shinigami de connaître sa position. Plaçant sa main juste devant elle, un quelconque adversaire aurait pu penser qu’elle tentait de se défendre avec ses seuls membres, ce qui était tout à fait faux. Ce geste rappela promptement les cendres, qui se placèrent entre leur maîtresse et l’ennemi, permettant alors de protéger Matsumoto du coup qu’avait donné Hakujin. Observant l’arrancar, la vice-capitaine allait réitérer son attaque quand la pression spirituelle de son adversaire s’éleva brusquement sous l’effet de la libération.
Serrant les dents, la belle blonde garda finalement les cendres près d’elle, consciente que sous cette forme, le hollow évolué qui lui faisait face possédait une toute autre puissance. Bien lui en prit car à peine la résurrection effectuée, Nu lui envoya une série de lames énergétiques. Lançant les cendres afin de contrer le maximum d’attaques, Rangiku en esquiva plusieurs autres, parvenant à garder le rythme et ainsi, ne pas se faire toucher.

Enfin le rythme… Pendant les heures précédentes, Matsumoto s’était épuisée psychologiquement et physiquement dans le seul but d’achever une quête qui pourtant, était loin d’être terminée. Le facteur déclencheur avait été Yomaku, et obnubilée par des questions toujours sans réponses, Rangiku l’avait suivi, trouvant là un moyen, certes dangereux, de connaître une bonne fois pour toute la vérité… Mais à trop chercher, elle s’était épuisée vainement au cours de cette journée alors que la patience lui aurait surement permis d’économiser des forces… trop tard pour y penser maintenant, et la shinigami sentait que ce combat était un combat de trop. Elle avait l’impression que ses gestes s’effectuaient au ralenti, bien que ses réflexes parvenaient encore à mettre en échec les tentatives de Hakujin pour blesser la jeune femme.

Soudain, les lames s’alignèrent, encerclant par ailleurs la vice-capitaine de la dixième division qui écarquilla les yeux, comprenant où voulait en venir l’arrancar… Enfin… Croyant comprendre. Une lueur apparut au-dessus de Rangiku, et c’est médusé qu’elle constata qu’elle était piégée. L’action dura quelques secondes. Concentrant son énergie alors qu’elle voyait la technique redoutable de l’arrancar foncer droit sur elle, la shinigami usa elle-même d’une de ses techniques. En réalité, elle ne prit même pas la peine de réfléchir, et agit presque par automatisme, tentant simplement de survivre…


- Gyôkaigan.

Aussitôt, les cendres se compactèrent, jusqu’à englober entièrement Matsumoto, l’isolant alors du reste du monde. Dans sa protection grisâtre, elle entendit dans un premier temps les lames se fracasser sur la roche… Jusqu’à ce que certaines parviennent à briser le cocon, certaines se perdant dans le vide, d’autre effleurant à certains endroits la shinigami, notamment au niveau du bras droit. Grimaçant de douleur, Rangiku constata qu’outre le fait que cela puisse être une blessure handicapante, elle n’était en rien en danger de mort…
Finalement, les attaques cessèrent de se fracasser sur la protection, qui vola alors en éclat, emportant avec elle les lames énergétiques qui disparurent… Et la gradée du Goteï 13 profita de ce moment de flottement pour riposter comme il se devait.

Plaçant sa main devant elle, elle fit l’incantation d’un Shakka Hô, sachant qu’elle n’avait pas grande chance de toucher l’arrancar, qui se trouvait à bonne distance. Mais qu’importe, la stratégie consistait simplement à faire en sorte que pendant une fraction de seconde, l’intérêt de l’arrancar soit complètement portée sur la sphère rougeoyante, afin de pouvoir mettre en place une attaque beaucoup plus dévastatrice. Lançant le sort de nécromancie, la shinigami envoya de manière plutôt furtive les cendres s’éparpiller dans la zone qu’occupée Nu, sans montrer aucune agressivité. Elles ne faisaient qu’occuper l’espace, et avec le volcan à proximité, il était plutôt difficile de repérer les fines particules ainsi placées.


- Wani arashi… Désolée Arrancar, mais tu n’as pas l’air de vouloir faire de cadeau, je n’en ferai pas non plus.

L’ordre avait été donné. Doucement, les cendres commencèrent à grésiller… Puis vint un éclair… Puis un autre, et finalement, elles libérèrent tout le potentiel électrique qu’elles possédaient, électrifiant l’ensemble de la zone, promettant alors à quiconque se trouvait là de profondes séquelles et une grande douleur. De son côté, Rangiku observa le spectacle, essoufflée, constatant que sa fatigue devait de plus en plus une gêne dans ses mouvements… Et sans y croire, elle espérait que cette attaque signe la fin du combat…

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyMar 8 Fév - 3:10

Yomaku... Je... Je ne sais pas quoi penser de ce que tu me disais, je ne sais pas quoi penser de tes mensonges, je ne sais pas ce qu'en pensera Aizen-sama, je ne sais pas où tout cela nous mènera. Nous... pour nous... en équipe comme nous l'avions déjà été. Une équipe composée d'un maître et de son élève, une équipe où une amitié est née sans qu'on ne s'en apperçoive, une amitié née par le combat, la violence et le sang. Cette amitié est aussi née par l'entraînement des sept vies du diable: une amitié entre deux démons. Un démon de nature et une qui en est devenue avec le temps. Qu'en est-il devenu réellement? Est-ce que tout ce que nous avons vécu s'est évaporé comme une vulgaire flaque sur du ciment en plein soleil? Que s'est-il passé tout ce temps, lorsque nous fûmes séparés, lorsque je t'ai cherché. Sans Aizen-sama, il ne me reste que toi. Vers qui d'autres pourrais-je me tourner, hein? Tsuhide est... mort. Mon meilleur ami... Et je n'ai personne d'autre sauf toi et Aizen-sama. Tousen... je le tuerai le moment propice, je te le jure, mais toi et moi... Sommes-nous toujours amis? Sommes-nous toujours compagnons de route? Partageurs de cruauté? Dis-moi que celui que j'ai connu existe encore dans cette tête vide, dis-moi qu'il y a encore de l'espoir... Déjà qu'il n'y en ai aucun pour que je puisse marier Aizen-sama et devenir sa Reine pour l'éternité. Dis-moi que tu seras encore là quand j'aurai besoin de me défouler, je crier des insultes et de mordre dans quelque chose... S'il te plaît, fais-moi parvenir un message simple pour que je puisse comprendre, que je puisse voir celui avec qui j'ai grandi (même s'il n'y a que moi qui ai grandi). Yomaku, fais-moi ch*er de n'importe quelle manière que je connaisse et je comprendrai... Balance-moi ton cero, défonce-moi la gueule, mais... pour que ça réponde à mon incompréhension sur toi-même...

Sincèrement,

Nu

***

Même pendant ce combat où mon adversaire était ma pire ennemie, je repensais à Yomaku. D'après ce que j'en avais déduit, Aizen-sama n'était pas du tout au courant de la présence de la femme à la Dimension Royale. Il m'a obligé de l'épargner, de la laisser vivre, intacte. Le sol que ses pieds fauche: j'en suis surprise qu'il ne se soit pas mis à fondre littéralement. Rien de tel ne mérite de se faire piler dessus par cette chose. Pourquoi... pourquoi elle? Elle n'a rien pour elle qui puisse séduire un homme... enfin je crois. Que lui trouve-t-il? J'ai beau ne pas être tout à fait une femme, mais j'arrive à comprendre quelques unes de ces choses. Chose certaine, la seule personne au monde que j'aimerais marier est Aizen-sama. Pas que ce soit parce qu'il est mon supérieur et que je l'aime bien, mais bien parce que... je ressens ces papillons dans mon ventre quand je le vois et que c'est la seule personne dont j'ai réellement envie de prendre dans mes bras...

C'est probablement en repensant à Yomaku que ça allait me sauver contre cette femme. Pourquoi? Lisez la suite... La femme avait réussi par une autre de ses techniques à bloquer ma technique de portail. Il semblerait qu'elle avait plus d'un tour dans son sac et décidément, ces cendres pouvaient servir à n'importe quoi. C'était à se demander si elles pouvaient aller nous chercher un verre d'eau! Mes lames frappaient ces cendres comme si elles se fracassaient contre de la roche... ou bien la tête de Yomaku! La blondasse ne s'arrêtait pas là... oh non! Main placée devant, elle allait encore me balancer un de ces sorts magiques. Je voyais encore cette boule rouge au creux de sa main. Je l'avais avertie de ne pas lancer d'autres décharges de ce genre! Quelle tête enflée! Les mains devant en forme de X, j'empêchais l'éclatement du shakka hô contre les parois du volcan. Une légère fumée se dégageant de mes bras, je ne sentis pas le piège qu'on allait me tendre. Par contre, je pouvais savoir qu'il y avait quelque chose d'anormal dans l'air sans pouvoir dire ce que c'était.

Sur mes gardes, j'attendais avec impatience la suite de ce combat. La femme me dit qu'elle ne me ferait pas de cadeau non plus. Sourire au coin des lèvres, je ne me doutais de rien... jusqu'à ce que je vois le gris apparaître tout autour de moi. J'étais encerclée par ses cendres. Mais qu'avaient-elles à s'illuminer ainsi? Faisant une mine coléreuse, je savais qu'elle m'avait eu. Puis d'une particule à une autre, une éclair se transférait et m'électrocuta. Tous les membres en hypertension, le cou pointant vers la tête du volcan, je ne pouvais m'empêcher d'insulter cette femme:


EEENNNNNNNNFOIIIIIIIIIIIRÉÉÉÉEEEEEE!!

Lorsque la lumière mortelle se tut, mon armure robotique tomba en morceaux, pièce par pièce. Mon corps fumait et s'écrasa violemment contre un tas de roches: le seul qui restait dans toute la place. La seule chose qui me couvrait le corps était ma visière toujours apposée à mon visage. Mon corps ne répondait que peu à mes exigences. Levant la tête que légèrement pour voir une dernière fois celle qui croyait m'avoir battue, je confectionnais un hologramme dans ma tête. Puis, quand il fut complété, je soupirai de soulagement et laissa retomber ma tête dans le vide. Si mon corps ne pouvait pas bouger, aussi bien en alimenter un autre! Un clone de moi-même se forma derrière la blondasse alors que je chuchotais les quelques mots:

Clon del holograma...

Ce clone était en parfait état. Il avait mon armure et mes ailes coupantes. Dans la même seconde qu'il apparut, ses ailes allèrent se planter dans chaque épaule de la femme, dans chaque derrière de genoux et les quatre autres formaient deux «X» qui se croisaient d'un côté de façon serrée, Rangiku au centre. Si elle bougeait, elle allait sûrement se prendre un coup de rasoir, à moins qu'elle ait réellement d'autres trucs que ceux-là... Pendant ce temps-là, je reprenais lentement des forces, des forces qui allaient me permettre de transporter cette chose dégoûtante sur mon épaule jusqu'à Aizen-sama...

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ran
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Ran


Féminin Nombre de messages : 916
Âge : 35
Date d'inscription : 07/02/2010
Fiche Technique : Cliquez ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Haineko
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue8700/8700Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptySam 12 Fév - 18:37

Bien que se faire insulter ne plaisait en aucune façon à la vice-capitaine de la dixième division, celle-ci se sentit soulager d’entendre le hurlement poussé par l’arrancar. Elle l’avait eu. Elle l’avait touché. Ereintée, Rangiku respirait bruyamment alors que son regard était toujours porté sur Nu, laquelle semblait s’écroula, son armure se détachant de son corps. A voir son adversaire dans cet état, la shinigami soupira de soulagement… Le combat était à présent fini, et elle était toujours entière… Epuisée mais entière. D’ailleurs, ce fut en se décontractant quelque peu que Matsumoto se rendit compte combien se battre dans ces conditions était particulièrement difficile. L’adrénaline cessait peu à peu d’agir sur son organisme et dans un même temps, elle put prendre conscience que la chaleur des lieux et l’atmosphère étouffante avaient demandé à son corps de solliciter beaucoup plus d’énergie que d’habitude, épuisant par la même occasion toutes ses forces. La Dimension Royale était vraiment un monde dangereux et la gradée ne douta pas qu’elle devrait s’adapter si elle voulait survivre dans un lieu aussi hostile, entourée par des personnes tout aussi hostile. D’un pas lent, elle s’approcha d’Hakujin, balayant d’un geste de la main le sang qui lui coulait encore sur le visage, l’empêchant alors de distinguer clairement dans quel état elle pouvait être.

Progressant sur quelques mètres, Rangiku s’arrêta, posant alors un regard froid à l’arrancar qui gisait là. C’était réellement fini. Finalement, c’était peut-être elle qui allait devoir ramener Nu à Aizen… L’idée lui plut, bien qu’elle ne pensa pas un seul instant que l’ex-capitaine de la cinquième division puisse se préoccuper un temps soit peu des hollows incapables d’effectuer un travail correctement… D’ailleurs, la shinigami était certaine que ce genre de réflexion achèverait littéralement Nu, et ne voulut se priver d’exprimer sa façon de penser. Elle n’en eut pas le loisir… Hakujin prononça des paroles inaudibles, coupant par la même occasion Rangiku dans son élan.


- Si tu veux qu’on t’entende, faudrait penser à parler plus f…

Les mots se perdirent dans sa bouche lorsqu’elle entendit un bruit derrière elle. Ecarquillant les yeux, elle ne comprit que trop tard ce qu’il se passait. C’était impossible… Comment une telle chose pouvait exister ? Puisant dans ses dernières ressources, Rangiku parvint à esquiver la première lame, qui passa à seulement quelques millimètres de sa chair. La seconde fut bloquée par son zanpakutô. Mais parce que pas assez rapide, elle ne put rien faire contre les suivantes. Se protégeant machinalement les organes vitaux avec son bras gauche, celui-ci fut transpercé par la troisième attaque et finalement, la dernière aile vint se planter au niveau de son épaule droite, la transperçant entièrement. Le sang gicla. Comme paralysée, Rangiku resta un moment à regarder le double de Nu, ne comprenant pas vraiment ce qui était en train de lui arriver, la douleur envahissant son esprit pour que peu à peu, elle ne soit même plus capable de penser. Sa main relâcha avec une infinie lenteur la garde de son zanpakutô. Il tomba, tinta au contact du sol, reprit son apparence d’origine alors que de son côté, la vice-capitaine restait debout, la lame plantée dans son épaule ne lui permettant pas de s’écrouler… Fichtre, quelle situation gênante. Décidément, ce n’était pas son jour…

- M-merde.

Faire tout ce chemin pour ça… Devoir supporter Yomaku pour que ça finisse ainsi… Perdre contre le chien-chien d’Aizen pour avoir simplement oser une chose qu’elle n’aurait jamais tentée auparavant. Décidément, la témérité ne lui réussissait pas…
Gin.
C’était pour lui qu’elle était venue. Ou tout du moins, pour obtenir des réponses à ses questions, pouvoir enfin aller de l’avant. Rangiku savait que l’idée de réclamer à Aizen certaines réponses était complètement folle et pourtant, elle n’avait pas trouvé d’autre moyen pour obtenir la vérité. Mais qu’avait-elle espéré ? Qu’il lui tende les bras grand ouverts en la rassurant d’un ton solennel qu’il allait satisfaire sa requête ? Quelle idiotie… Elle n’était pas dupe, elle avait été parfaitement consciente du danger. Mais échouer à ce stade, c’était assez minable, elle se l’avouait volontiers.
Yomaku.
Bordel… Elle aurait mieux fait de ne jamais le rencontrer !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyDim 13 Fév - 3:16

Tsss! Pfff! Pas de pitié pour les faibles et encore moins pour les forts! À quoi cela servirait-il? Avoir cet être en esclave? Il trahirait sans doute son maître! Dès que celui-ci serait en train de dormir, l'esclaves se vengera et tuera son maître. En fait, cela arriverait seulement si le maître est méchant et cruel avec son esclave et qu'il ne le paie même pas! D'ailleurs, si en partant, les deux sont des ennemis jurés, il ne servirait à rien qu'un essaie d'amadouer l'autre puisque ça ne mènerait nulle part autre que dans une bataille sans fin. C'est donc pourquoi qu'il ne faut prendre aucun esclave avec soi. Il faut toujours tuer, achever, ne faire aucun survivant dans l'autre camp. C'est bien un des points que je ne comprenne pas venant d'Aizen-sama. Pourquoi voulait-elle cette femme? En quoi pourrait-elle lui servir? S'il me permet de la rendre en mauvais état, c'est qu'il ne doit pas tenir tant que cela à elle. Sinon, voulait-il que je lui donne une leçon quelconque? Voulait-il que je lui fasse comprendre qu'elle n'était pas la bienvenue? Ce qui suivra... ne sera certainement pas pour des enfants, alors couchez-les maintenant avant de connaître la suite des événements, vous êtes un public averti...

Couchée contre de la roche qui me siffonait le sang provenant d'une blessure lors de ma chute, je venais d'invoquer pour la première fois un clone de moi-même. Cette technique marchait à merveille. Rangiku avait subi une bonne blessure alors que moi, je reprenais tranquilement des forces. Ordonnant mes exigences par liaison, cela ne nécessitait en rien que je me déplace de cet endroit. La lave bouillonnait beaucoup trop proche d'où j'étais, il fallait que je me mette à l'abri. Les mains à plat contre cette surface intolérable, je me relevais en regardant les gouttes qui coulaient de mon front. J'essuyais cette blessure minable du revers de la main et constatais que la roche qui avait ouvert mon crâne avait eu raison de cette peau résistante. Constatant sa forme et son tranchant, je soupirais de soulagement que mon crâne n'avait pas été atteint complètement. J'aurais pu y laisser mon cerveau, mais encore une fois, la chance me souriait...

Je regardais ma jolie robe qui n'était maintenant qu'un lambeau calciné et déchiré. D'une main, j'enlevais ce qui en restait et le laissa partir dans le courant d'air qui l'amena dans cette soupe pas mangeable. Nue, sans gêne, je sautais d'un bond et attéris en douceur côte à côte avec mon clone. Matsumoto était à bout de souffle, le sang coulait à bon escient. Mon clone empoigna la femme désarmée par la gorge, retira la lame violemment de son épaule et avec force, la plaqua sur cette butte de pierres.


Ohhhh! Tu es blessée! Attends, j'vais t'aider!

Je m'approchais à mon tour et apposa mon pied avec beaucoup de force à cet appui sur sa blessure à l'épaule. Probablement allait-elle crier? Mais je ne l'entendrais pas, je suis encore sourde, vous vous souvenez? Après ce martyr qui durait de longues minutes, je retirai mon pied et donna de nouveaux ordres silencieux à l'hologramme. Puisqu'elle avait toute ma force originale, elle allait pouvoir faire plus de dommages que moi dans un état pareil. D'un violent saut, elle attérit sur les deux épaules de la femme, les disloquant du violent coup. Je me penchais à mon tour et pris sa main dans la mienne. D'un coup sec, je lui brisai le poignet. Mon clone m'imitait pour l'autre côté. Puis, c'était presqu'en étant exaspérée de ce que je venais de faire, que j'ordonnais à haute voix:

Bon... les genoux maintenant...

Allait-elle me supplier? Allait-elle se débattre? Allait-elle crier? Pleurer? Je m'en fouttais, ce qui m'importait c'était de la faire souffrir sans la tuer. Je ne savais pas combien de temps cette torture allait durer, probablement lorsque je n'y éprouverai plus aucun plaisir à le faire... À ce moment-là, je saurai retrouver mon Aizen-sama... Il sera sûrement fier de moi, il me récompensera peut-être qui sait? M'assoyant à cheval sur la poitrine béante de la dame, les genoux sur ses épaules pour me donner une chance de me maintenir en équilibre, je la tenais par la gorge. Mon clone semblait hésiter de mon dernier ordre, comme si je ne pouvais pas penser à plusieurs choses en même temps.

Après tes genoux, je crois que je m'amuserai avec ces deux gros trucs. Je jouerai au docteur! Je te rendrai service, je t'en enlèverai, t'en dis quoi, hein? Comme ça, tu te sentiras plus légère, tu auras certainement moins mal au dos, non? Peut-être serais-tu meilleure au combat aussi! Je fais ça que pour te rendre service!

Encore pleine de rage, je fus victime d'une pulsion qui me poussa de frapper son nez de toutes mes forces pour lui briser... De toute façon, Yomaku la sauverait sûrement puisqu'il semble tenir tant à elle...

Spoiler:

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Yomaku Yagoretsu
Nature inconnue / Ultimate Darkness
Nature inconnue / Ultimate Darkness
Yomaku Yagoretsu


Masculin Nombre de messages : 130
Âge : 35
Date d'inscription : 24/11/2008

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Inconnu
Niveau: Combattant Légendaire / LVL 19
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue1000/17400Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (1000/17400)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyJeu 17 Fév - 14:54

    Sans y aller particulièrement vite, le cero espada accélérait tout de même la cadence de ses pas. C'est en donnant une pression sur la plante de ses pieds qu'il décolla pour voler via sa technique et s'y rendre à peu plus facilement. Il dut éviter à plusieurs reprises la colère du magma qui s'expulsait parfois de sa cuve. Un parcours du combattant peu compliqué, mais qui imposait toutefois une certaine habileté dans les airs. Durant le trajet de son retour, il essaya de détecter précisément la position actuelle des deux femmes. Il était tout proche, le bruit percutant de leurs lames et des dégâts qu'elles occasionnaient le lui signalaient. Cependant il trouva ce duel un peu trop calme. Quelque chose clochait, ou alors une gagnante avait déjà été déclarée. En suivant son instinct ainsi que son Peksis, il retrouva rapidement la piste des deux enquiquineuses. Décidément, les femmes sont problématiques dans tous les domaines, et principalement quand il s'agit d'emmerder l'homme. Soudain, un cri perçant s'attaqua aux tympans du démon. Ce n'était pas un grognement, ni un appel au secours, mais ce cri possédait toutes les propriétés d'un supplice du plus haut niveau. Il reconnaissait ce timbre de voix. Rangiku était donc bel et bien en danger, elle devait souffrir énormément, mais c'est grâce à cet appel qu'il put trouver idéalement l'endroit en question. En prenant l'intersection suivante, passant tout près d'une voûte de roche magmatique, il arriva finalement au terme d'une recherche agaçante. Comme il s'y attendait, tout ceci était prévisible. Il n'avait pas été assez prévoyant en amenant cette shinigami avec lui. Une erreur qui aurait pu lui couper chère, mais heureusement la blondinette était toujours en vie.

    Disparaissant littéralement, le démon diabolique réapparu derrière Nu dans un effet ombré qui ne laissait entrevoir que ses yeux rouges, sombres et plus menaçant que jamais. Ce n'était plus du tout Yomaku qui se trouvait là à l'instant, mais un véritable démon de l'enfer. La jeune fille arrancar eut à peine le temps de se retourner pour voir de quoi il s'agissait qu'elle fût violement expulser de la salle, et ne pouvant freiner sa course elle se heurta le plus brusquement possible contre la roche solide des lieux. Après quoi elle retomba lentement à terre, même sa chute était freiné par le terrible coup porté. Nu devait le ressentir mieux que quiconque, sa puissance dévastatrice était encore supérieure aux fois précédentes. Il ne cesserait donc jamais d'évoluer ? Quelle cruauté. En effet, ce qui est pire que la mort, c'est tout simplement une rencontre, rencontre qui met en scène le protagoniste; Yomaku. Quand on le croise, quand on l'affronte, quand on le côtoie, ce dernier peut faire passer d'innombrables sentiments avec ceux qui ont eu le loisir de le connaître un peu. Parfois drôle, cette facette de lui est la plus amusante, la plus positive. Dans de rares occasions, il est aussi protecteur et aimable; le voir ainsi est néanmoins un honneur. Mais là où tout va mal, c'est quand on doit faire face à son caractère et à son pouvoir menaçant; c'est lorsque sa vraie nature ressurgit que le sentiment connu sous le nom de la peur atteint son paroxysme.

    La densité du reiatsu qui l'enveloppait, le flux ténébreux et impressionnant qui s'en émanait, sans parler de cette stabilité qui démontrait un parfait contrôle malgré cette colère était clairement le plus terrifiant dans son attitude. Qui sait ce qu'il aurait encore pu faire envers sa jeune élève. La tuer ? Très probablement, mais pas à ce stade. En définition, la colère et le calme qu'il mesurait aussi bien augmentait considérablement sa puissance de base sans qu'il n'ait à perdre le contrôle. Comme stipulé précédemment, son corps n'était pas visible dans les détails. Seule sa silhouette pouvait l'identifier, le reste demeurait noir, ténébreux. Son regard à la couleur du sang se posa alors sur la vice capitaine. Inutile d'essayer de le lire, il était impossible de distinguer ses plus infimes pensés.

    Au bout de quelques minutes, tout se stabilisa de nouveau. Sa pression spirituelle diminua, son enveloppe de reiatsu s'estompa également, laissant place à Yomaku qui ne changea pas pour autant la forme et la dureté de son regard méprisant. De ses pupilles en sortit deux rayons rouges qui frappèrent tous deux chaque côté du visage de la femme, heurtant le sol sans la toucher. Il ne comptait pas l'effrayer (si ce n'était pas déjà fait) mais il voulait y voir sa réaction certainement dans le but de savoir où se situaient ses capacités physiques et mentales présentement. Tournant ensuite son visage en direction de l'assaillante de la lieutenant, Yomaku projeta un autre rayon, mais cette fois-ci il visa les articulations de son épaule, la mettant ainsi dans le même état que celle qu'elle avait choisie comme étant sa proie. Aizen avait prévu le coup... Non. À vrai dire il se fichait royalement de ces petites sottes et s'en était donc servi pour les éloigner tout en s'amusant à les faire s'entretuer.

    -Nu. Même si Aizen est également mon supérieur direct, il n'a pas pu entendre mes explications. Je lui ferais moi-même pars de ce pour quoi j'ai intentionnellement amené cette femme avec nous. Ton état actuel est le résultat de ton insubordination en rapport au dernier avertissement dont je t'avais prévenu. La prochaine fois que cela se produit... Je n'hésiterais plus à me débarrasser de toi. Malgré tout, ton esprit démoniaque et sans aucune pitié me plaît. Quand ton esprit sera prêt, j'aimerais que tu deviennes ma seconde...

    Même si Nu recevait le plus souvent la folie de son maître en plein visage, cela ne voulait pas dire qu'il était animé d'une rancœur pour elle. Il appréciait notamment ses talents de combattante et son caractère, mais la maturité de ses actes et son manque d'objectivité ne lui permettaient pas encore de la prendre entièrement sous son aile. C'est pourquoi il était si dur et si exigeant, qu'elle soit jeune ou non peu lui importait. Il revint ensuite sur la shinigami. S'accroupissant à son niveau, il constata des dégâts. Eh ben ! La petiote n'avait pas été de main morte. On peut dire qu'elle avait subit l'enfer au sein de l'enfer, et maintenant que le diable était présent, elle avait toutes les raisons de déprimer et de se suicider avec un stylo Bic. Yomaku plaça ses mains au dessus des blessures de celle-ci, les paumes vers le bas, Deux lueurs verdâtres naquirent. Au fil du temps, et avec un minimum de patience, Matsumoto pouvait se rendre compte que ses blessures se corrigeaient petit à petit. Esquissant un léger sourire, dans le silence absolu, il remarqua alors que sa magie opérait. Il ne s'agissait pas d'une vulgaire technique de soin, et ça, elle s'en apercevrait bien vite.

    -Tsss... obligé de te sauver. Encore et toujours hein ? Tu pourrais au moins éviter d'être un boulet, j'ai pas qu'ça à faire. Si tu veux survivre dans ce monde, débarrasse-toi de toute compassion, de toute pitié. Y'a pas de secret, pour vaincre un monstre, devient encore plus monstrueux que lui. Allez, je vous ferais un bisou à toute le deux après ! Et en prime je vous chanterais une chanson de Noël !

    Affolant ? Oui, peut être. D'autant plus qu'il était tout à fait sérieux le bougre. Enfin bref, tout en continuant ses soins, Yomaku sentit une autre présence s'approcher. Elle lui était familière, mais que venait-il foutre là ?! Ah oui ! Il s'en souvenait maintenant... il était sensé le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Saiga Magoichi
Shinigami de la 9eme Division
Shinigami de la 9eme Division
Saiga Magoichi


Masculin Nombre de messages : 414
Âge : 34
Double compte : Kaname Tousen
Date d'inscription : 12/12/2009
Fiche Technique : Elle est là !!

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Totsuka no Tsurugi
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 15+1 (Shikaï) (Lvl uped)
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue5470/10700Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (5470/10700)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyJeu 17 Fév - 21:40

C’était la première fois que Saïga passait dans un endroit aussi étrange, en faite il avait déjà traversé des portails reliant des mondes différents, le Garganta ou encore le Dangaï ne se ressemblaient pas du tout, mais celui menant à la dimension royale montrait que le monde dans lequel il se dirigeait n’allait pas du tout ressembler à la Soul Society. Il avançait tout doucement, derrière Yomaku qui semblait déjà être habitué à passer par cet endroit, Saïga marchait tout simplement sur ses traces. Quelques secondes, plus tard ils arrivèrent finalement au bout du tunnel de lumière qu’ils venaient tout les deux de traverser. A l’instant où il posa le pied à l’extérieur de la lumière, il ne pu suivre les mouvements de Yomaku qui avait semble t-il déjà bougé. Saïga ne se posa pas trop de question pour le moment, il remarqua tout simplement que la densité des particules spirituelles était assez différente de celle de la Soul Society, mais pour Saïga ce n’était qu’un simple détail car pour lui l’utilisation des particules spirituelles n’avaient pas de secret, étant un maître en Kidô avec un peu d’entrainement il n’aurait aucun mal à les maitriser à la perfection. Cependant pour le moment l’heure n’était pas à ça, en effet non loin de sa position, il pouvait entendre un énorme cri qui semblait être l’œuvre d’un combat, Saïga ayant déjà eu affaire à ce cri comprit qu’il s’agissait du Lieutenant de 10ème Division, qui était arrivé un peu plus tôt avant lui.

Qu’est ce qu’il se passait ? Pourquoi criait-elle de cette manière ? Saïga ne pouvait pas vraiment rester là à ne rien faire, à entendre hurler de douleur sa coéquipière alors qu’elle se faisait massacrer. Coéquipière ? Il se mit réfléchir avant d’aller surplace, il venait normalement de trahir la Soul Society, la personne qui criait était normalement du côté de la Soul Society elle aussi, sauf que le fait qu’elle soit là montrait justement l’inverse. Il se retourna et partit en direction des cris qui se faisaient entendre dans cet endroit chaud, qui ressemblait à l’enfer. Sans avoir eu le temps d’examiner l’endroit où il se trouvait, il se déplaça en courant en direction de la Vice-Capitaine, il remarqua alors Yomaku qui passa au dessus de lui avec une vitesse bien supérieur à la sienne :

** Il maitrise parfaitement la densité des particules spirituelles… Pas étonnant **

Lorsqu’il arriva sur place, il pu remarquer qu’un combat venait de se terminer, il aperçut Rangiku qui était à terre et semblait avoir été secouru par Yomaku, mais une chose l’interpella la pression spirituelle de Yomaku. Pendant un instant elle avait augmenté et avait littéralement changé, on aurait vraiment dit un démon à ce moment là, il ne s’occupa pas de ça. Autre chose attira son attention, la cape qu’il portait sur lui était en train de prendre légèrement feu :



Saïga : Qu’est ce que…

Il fit une tête assez étrange d’autant plus que Rangiku et Yomaku avait déjà remarqué sa présence, celui enleva sa cape, la jeta par terre puis commença ensuite à taper dessus avec ses pieds essayant d'éteindre la petite flamme, ce qu’il arriva à faire facilement. Néanmoins en voulant reculer il trébucha sur quelque chose, tomba en arrière la tête cognant carrément le sol, il se releva doucement en se touchant la tête, montrant à quel point cela lui faisait mal. Ensuite il regarda sur quoi il avait basculé et aperçut finalement la jeune fille qui se trouvait devant lui, il la regarda attentivement avant de voir qu’elle était complètement nue (XD), soudainement son air fût celui de quelqu’un de surpris et aussi de quelqu’un de gêné, il n’eut aucun mot pour parler l’exprimer, il suffisait de le regarder pour comprendre.

Spoiler:

Après ça il s’approcha d’elle doucement. Certes elle était toute nue mais elle était aussi blessée… Il s’approcha encore un peu, mais celle-ci se leva soudainement avec du sang qui coulait légèrement de son corps beau et presque parfait, il fallait être honnête elle avait un beau corps, mais s'il fallait la comparer à Rangiku au niveau du physique...

Saïga la regarda se lever, celle-ci semblait aussi être en train de pleurer, ses yeux étaient devenu tout blanc (à l’envers), des larmes étranges en coulaient, elles avaient une couleur argenté ce qui était particulièrement étonnant car c’était la première fois que Saïga assistait à une scène pareille. La fille était maintenant debout et se dirigea vers la lave, comme-ci elle voulait simplement en finir avec sa vie… Elle ne donnait pas l'impression de vouloir continuer à vivre en tout cas. Saïga ne pouvait pas supporter de voir quelqu’un se comporter de cette manière devant lui, il se releva à son tour de manière précipité, attrapa sa cape et utilisa un Shunpo qui lui permit de retenir de justesse la jeune femme qui venait de se lever. Il l’attrapa alors que celle-ci avait déjà commencé à mettre un pied dans la lave, il la retourna vers lui, il la regarda dans les yeux avant d’agir :

Saïga : Hakufuku…

Soudainement la jeune femme s’écroula sur l’épaule de Saïga, qui la recouvrit avec sa cape qu’il venait de ramasser. Il la porta ensuite sur son épaule comme s’il portait un sac de patate, puis se tourna ensuite vers Yomaku et Rangiku :

Saïga : Il me semble que tu veuilles en faire ta seconde… Donc la laisser mourir, empêcherait cet évènement.

Il s’approcha d’eux ensuite, puis déposa Nu à côté de Yomaku :

Saïga : D’ailleurs excusez-moi, si vous vous demandez ce qui se passe au sujet de mon apparence physique, il y a une explication. Si vous la voulez évidemment...

Il sentit ensuite de légère secousse, venant d'un peu plus loin.

Spoiler:


Spoiler:

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyJeu 17 Fév - 22:23

Pourquoi...?

Ce fut le seul mot qui passa entre mes lèvres et probablement le dernier. Je me rappelais juste d'avoir tout l'avantage de la Shinigami. J'allais terminer ma torture et la ramener auprès d'Aizen-sama. Il ne me restait que les jambes... que les jambes et je serais partie. J'avais menacé la femme que pour l'effrayer, lui montrer qui est-ce qui menait dans ce nid de charognards. La luminosité de la lave reflétait sur ma peau blême. Mes yeux rouges allaient bien aussi avec cet environnement d'enfer. Il ne me manquait que les cornes et je pouvais faire partie de ce monde fantaisique et sadique. Souriant à Rangiku de mon sourire le plus terrifiant, j'allais donner l'ordre à mon clone de s'occuper de ses jambes, mais, ce que je craignais le plus arriva. Une présence surpuissante et démoniaque apparut dans mon dos. Voulant me retourner pour simplement prendre le temps d'analyser la situation, je fus bousculée de mon siège humain à pleine force. La vitesse à laquelle j'étais arrivée dans ce mur de pierre était incalculable. L'impact de mon corps contre le volcan fut marquée à jamais. Molle, flasque et sans connaissance presque, ce mot qui constituait une question fut soufflé entre les deux consciences. Mon corps glissa littéralement dans le vide comme une poupée que l'on échappe du haut d'un pont et qui s'écrase contre les vagues. Sauf que pour mon cas, ce qui ralentit ma chute fut nul autre qu'un plancher de pierres.

Reprenant conscience dans mon monde de machines, je ne perdis pas mon temps pour fondre en larmes. Des larmes immenses de crocodiles qui ne cessaient de s'échapper. Les machines grincèrent et se rouillaient à vue d'oeil. La rouille coulait même des ces instruments mécaniques. Alas de la Hoja s'approcha sans dire quoi que ce soit. Étais-je en colère? Étais-je sans espoir? Que le visage de Tsuhide me revenait en tête. Son visage souriant, ses calins chaleureux, son aide utile. Il était mon seul ami... et... il est parti, comme ça. Tout ça, à cause d'une stupide histoire de guimauves. Frappant au sol, celui-ci se fendit, sec comme des croustilles sans saveur. Reculant de quelques pas, une voix résonnait:

Nu...

Tsuhide? Est-ce que c'est toi...?

Nu... J'ai mal... aide-moi!

Relevant la tête, je voyais Tsuhide ensanglanté qui me tendait la main. D'un bond sur mes pieds, je courais à toutes jambes en sa direction pour l'aider. Je le vis faire un pas en arrière, le regard méfiant. J'arrêtais alors ma course, les joues rouges, les yeux enflés, il me dit d'un ton sec:

NON! N'approche pas! Tu n'es pas venue! Tu ne m'as pas sauvé, tu as préféré sauver ta peau... Tu n'es jamais revenue...

Arrête!! Ce n'est pas juste! Je... je ne voulais pas... laisse-moi une chance... Ce n'est pas juste...

Il est trop tard... Je te pensais mon amie...

Il tomba alors sur ses genoux et s'effondrait de tout son long et disparut dans une vapeur. Portant une main dans sa direction, je continuais de pleurer. La voix de Yomaku résonnait à travers Alas de la Hoja qui était toujours immobile. Il me disait que j'avais désobéi à ce qu'il m'avait prévenu. Frappant de mes deux poings contre ce sol qui s'effondrait aussi dans un vide sans fin, c'était totalement injuste. Sa façon de penser était injuste. Il ne savait même pas que c'était Aizen-sama qui m'avait demandé de faire cela... Il ne savait rien et il m'accuse de désobéir? Non, mais quel culot quand même! Était-ce Aizen-sama qui lui avait demandé de me remettre à l'ordre? Et pourquoi? S'il m'avait demandé de faire ça, pourquoi m'arrêter sur mon élan? Yomaku attendait encore que mon esprit démoniaque soit à sa forme finale pour faire de moi sa seconde. Et si je refusais? Je me fous totalement de lui en fin de compte... Si je suis aussi indisciplinée, pourquoi me proposer une telle offre? Je ne veux plus le revoir... plus jamais... À cause de lui, je serai punie par Aizen-sama... L'enfoirré... le con, le tas de con! Je le hais... Pourquoi suis-je obligée de vivre avec un type comme lui? Je... je vais partir... loin... Il m'empêchera sûrement de le faire, mais je m'en fous... Je ne lui obéis plus, je ne lui parle plus, je veux... l'égorger, le torturer pour tout ce qu'il m'a fait subir. Il a fait de moi un monstre, son monstre, son sac de défoulement. J'en peux plus de vivre comme ça... Laissez-moi partir...

Non.

Pourquoi?

Je ne te laisserai pas faire.

Mais, Alas! Tu vois aussi bien que moi qu'ils s'en fouttent que je sois morte ou vivante! Je n'ai plus d'intérêt pour personne... Laisse-moi crever...

Si je suis pour te laisser crever, alors laisse-moi prendre ta place.

Quoi? Mais tu sais que si tu prends ma place, toutes les données, toute ma mémoire sera effacée...

Ce n'est pas ce que tu veux, oublier? Oublier les traitres, oublier ces mauvaises pensées, oublier ces souffrances, oublier Tsuhide?

Non! Je ne veux pas oublier! Lâche-moi avec ça!

Comme tu voudras, mais je vais quand même t'apaiser avec ceci...

Quatre portails se formèrent autour de moi, quatre murs qui m'empêchaient de bouger. Quatre-cents lames en sortèrent pour me transpercer sans que je puisse faire quoi que ce soit. Mon corps dans le monde réel avait subi une légère modification: des larmes argentées coulaient le long de mes joues et y restaient incrustées. Sur le coup, ce supplice m'avait fait un grand mal, puis un grand soulagement remplissait mon corps, comme si tous mes remords à propos de Tsuhide s'étaient envolés. Puis je repensais à Yomaku et je m'étais rendue compte d'une chose. Puis, à Aizen-sama et l'évidence aussi m'était apparue. Envers ce dernier, je me rendais compte que tous mes rêves n'étaient que des fantasmes. Je le servirai comme jamais pour prouver que... pour me prouver. Mais avant tout, je devais mettre des choses au clair...

Dans le vrai monde, on accrocha mon corps inerte et me réveilla de cette transe étrange. Les yeux blancs, le sang dégoulinant le long de mon bras qui pendait, les multiples os dans mon dos en bouillie par le choc, je réussis tout de même à me lever. Ma tête se tourna vers l'inconnu à côté de moi d'une expression faciale plutôt entre la froideur, la tristesse, la colère et un paquet d'autres émotions inexplicables. Il avait une de ces expressions, celui-là! Pourquoi avait-il à me regarder comme ça? Je pouvais voir aussi une parcelle de timidité dans tout cela. Ne m'en occupant plus, en me disant qu'il n'était pas une menace, je m'avançais vers cette rivière de lave. Je la regardais un bon moment, puis tendis un bras en avant de moi et ferma les yeux. Mon corps pencha vers l'avant, se laissant tenter, se laissant tomber et à mi-chemin, l'inconnu apparut à côté de moi et m'empêcha de faire l'irréparable. Il me retourna face à lui, mes yeux dans les siens, il avait l'air si calme, si doux et ce fut la dernière chose que je vis avant de sombrer de nouveau dans un sommeil.

Pourquoi? Pourquoi tout le monde m'empêche de trépasser? Pourquoi m'empêcher de mettre fin à toutes ces souffrances, à toutes ces atrocités qu'on me fait subir? Ma vie n'a rien de bon, ma vie est un échec, je suis un échec, une pièce de l'échiquier qu'on manipule tel un pion comme les autres. Il est voué au sacrifice du roi. Certes, je me sacrifierais n'importe quand pour Aizen-sama, mais si au moins j'avais une raison de le faire, une bonne raison et si on me laissait faire. Avais-je perdu la raison? Avais-je perdu la face? Que m'arrivait-il? Pourquoi songer à la mort? Pourquoi? Je n'ai pas traversé toutes ces étapes pour en arriver-là. Je n'ai pas sacrifié autant de temps pour ainsi en finir. Était-ce le message que la vie, le destin voulait me faire passer? Yomaku... j'ai besoin de toi. J'ai besoin de savoir ce que tu attends de moi, mais avant cela, nous devons mettre certaines choses au clair... Pourquoi?


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ran
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Vice-Capitaine de la 10ème Division
Ran


Féminin Nombre de messages : 916
Âge : 35
Date d'inscription : 07/02/2010
Fiche Technique : Cliquez ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Haineko
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue8700/8700Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyVen 18 Fév - 22:00

Il n’est jamais bon de penser que la situation ne peut être pire, parce que fatalement, elle a tendance à s’aggraver.
Dans sa situation actuelle, une lame lui traversant l’épaule, Rangiku s’était fait cette réflexion, sans se douter une seule seconde que son calvaire ne faisait que commencer. Faisant face au clone, le souffle court, elle tentait de se maintenir debout de façon à ce que sa blessure ne lui fasse pas « trop » mal, luttant contre la fatigue avec les maigres ressources dont elle disposait. Cet effort pour atténuer ses souffrances fut cependant de courte durée et surtout, ne servit pas à grand-chose… Le double de Nu l’empoigna violemment à la gorge, l’empêchant quasiment de respirer alors que dans un mouvement vif, il retira l’aile métallique, décuplant la douleur ressentie par la shinigami pour finalement plaquer rageusement la vice-capitaine qui n’avait désormais plus aucun moyen de répliquer ou de se protéger d’une quelconque façon. Subir… C’était là tout ce dont elle pouvait faire. Le souffle coupé, elle n’eut même pas l’occasion de pousser un cri... Seules les crispations de son visage témoignaient du calvaire qu’endurait Rangiku.
Une fois au sol cependant, la poigne de la deuxième Nu se desserra, permettant alors à la belle blonde de pouvoir respirer à nouveau. La première gorgée d’air fut salvatrice, faisant presque oublier à la shinigami ses blessures… Enfin presque, et Nu (la véritable cette fois) ne se priva pas pour rappeler à sa victime à quel point elle était en mauvaise posture. Appuyer fortement avec son pied sur l’épaule blessée… Cet acte ô combien cruel fut à l’origine d’un cri déchirant qui résonna longuement au sein des entrailles du volcan… D’où venait cette haine, cette violence ? Comment était-il possible d’aimer à ce point la cruauté aussi gratuite qu’inutile ? Matsumoto n’avait évidemment pas les réponses à ces questions et ne les cherchait même pas. Elle ne voulait qu’une chose, que ça s’arrête. Empoignant la cheville de l’arrancar, elle tenta vainement de se dégager afin que le supplice cesse. Elle avait perdu, n’était-ce pas suffisant ? De toute évidence non… Mais Hakujin sembla se lasser de ce petit jeu et stoppa soudainement la pression qu’elle exerçait.

Rangiku n’eut cependant pas l’occasion de pousser un soupir de soulagement. En moins de temps qu’il ne fallait le dire, elle se retrouva avec les épaules disloqués, les clavicules brisés. Inimaginable, intolérable, affreuse, effroyable, monstrueuse… La douleur ressentit ne pouvait désormais plus être qualifiée par de simples mots… Ce que vivait à ce moment-là la vice-capitaine dépassait l’imagination. Le cortex cérébral complètement saturé par les signaux de détresse envoyé par les terminaisons nerveuses empêchait Matsumoto de comprendre ce qui lui arrivait, l’empêchait même de se détacher de sa propre souffrance, comme si son corps lui-même voulait lui faire comprendre à quel point elle avait merdé lors de ce duel. Chaque respiration lui provoquait désormais un rictus. Gémissante, elle revint quelque peu à la réalité lorsqu’elle sentit une main lui attraper le poignet. Ouvrant difficilement les yeux, elle posa un regard inquiet sur Nu, qui semblait plutôt satisfaite du sort de la gradé du Goteï.


- N-Nu… Qu’est-ce que tu… N-non, att… ARRRGHHHH.

Un nouveau craquement… Non, en réalité deux. Puis un hurlement. Jamais Rangiku n’avait cru éprouver un jour de tels tourments… Les supplices infligés étaient tellement insoutenables que peu à peu, la shinigami déconnectait de la réalité, les tortures étant beaucoup trop intenses pour qu’elle résiste plus longtemps. Ne plus rien ressentir, laisser tomber, c’était ce que voulait Matsumoto, qui mit beaucoup de temps à comprendre pourquoi soudainement, sa cage thoracique lui paraissait si lourde, comme si un poids l’écrasait… Effectivement, c’était le cas. L’arrancar, l’avait prise comme fauteuil. Martyrisée et désormais complètement bafouée en tant qu’être humain, la shinigami avait décidément touché le fond. Fermant les yeux, Matsumoto laissa son esprit se désintéresser complètement de ce que pouvait dire Nu. Ce qui agaça profondément cette dernière puisque d’un geste rageur, elle vint péter sans autre forme de procès le nez de la shinigami, qui poussa un grognement de surprise et de douleur… Rangiku n’eut cependant pas la force de réagir plus intensément…

Les membres brisés, le visage en sang… Nu allait-elle la tuer ?

Il fallait croire que non, l’apparition soudaine d’une tierce personne bouleversa complètement la petite séance de torture. Libérée de Nu, Rangiku ne se sentit pourtant pas mieux, bien au contraire. Oppressant, étouffant, le reiatsu de l’arrivant écrasait littéralement la vice-capitaine, celle-ci commençant à suffoquer sous la pression libérée par… Yomaku ? Les yeux mi-clos, la shinigami ne parvenait qu’à distinguer que quelques formes, un brouillard persistant l’empêchant de voir clairement à qui elle avait désormais à faire. Ce qui trahit le Cero fut son regard… Rouge... Intense… Effrayant. Enfin effrayant… Si elle n’avait pas été aussi mal en point, Matsumoto aurait effectivement ressenti de la terreur en posant son regard sur l’espada mais il fallait dire qu’au point où elle en était, elle était incapable de réagir efficacement aux évènements auxquels elle était mêlée, la douleur lui paralysant complètement le cerveau. Elle ne cilla même pas lorsque le démon envoya une rafale optique, c’était dire !

Sombrant dans les abysses de l’inconscience pendant un temps qui lui parut une éternité (en réalité, seulement quelques minutes), Rangiku rouvrit les yeux, se retrouvant face à l’arrancar qui venait de lui… sauver la vie ? Difficile de croie à ça… Néanmoins, c’était le sentiment de la shinigami. De plus, voilà qu’il se mettait à jouer les bons samaritains en la soignant… En effet, bien que son corps continuait de la faire souffrir, elle sentait à chaque seconde passée que la douleur s’estompait. Le sang se résorbait, ses os se ressoudaient… Bref, elle guérissait, et lui souriait ce qui était assez déstabilisant…


- Devenir plus monstrueux ? Je crois que y’a erreur… Je ne suis pas comme toi, Yomaku, répondit d’une voix plutôt faible Matsumoto.

- Et garde tes quantiques pour quelqu’un d’autre… Je n’ai pas envie de devenir sourde.

Réponse puérile et sans grand intérêt, mais c’était là ce que Rangiku pouvait faire de mieux… D’ailleurs, durant les quelques minutes où elle dut rester allongé, confiant son corps à un être décidément pas comme les autres, elle s’interrogea sur les actions de l’espada… Pourquoi la secourir ainsi ? Qu’attendait-il réellement d’elle ? Pour intervenir ainsi dans ce combat, il devait avoir une bonne raison et Matsumoto le savait, il ne lui avait pas permis de le suivre uniquement par bonté d’âme… Alors, quoi, que voulait-il ? Si la question lui brulait les lèvres, la vice-capitaine s’abstint cependant de la poser, jugeant le moment peu opportun. D’ailleurs, elle préférait attendre de voir la confrontation entre Yomaku et Aizen… Peut-être en apprendrait-elle un peu plus à ce moment-là ?

La shinigami sortit de ses pensées lorsqu’elle s’aperçut enfin qu’elle n’était pas la seule shinigami sur les lieux… Saiga Magoichi… Que faisait-il donc ici ? Là aussi la présence du vice-capitaine soulevait beaucoup de questions, et là encore, il faudrait de la patience avant de pouvoir avoir accès à certaines réponses. En fait, sa présence ne fut bénéfique qu’à une seule personne : Nu. Celle-ci semblait avoir eu l’idée du siècle en se jetant dans la lave, et bien que le concept paraisse complètement absurde aux yeux de Matsumoto, celle-ci ne bougea pas vraiment le petit doigt pour empêcher l’arrancar de se foutre en l’air (déjà, elle n’avait pas entièrement récupéré de ses blessures mais en plus, si Nu voulait se suicider, ce n’était pas vraiment son problème).
Elle allait crever, enfin ! Enfin… non. Le trouble-fête qu’était Saiga empêcha l’arrancar de tomber dans lave…

Un espada sauve une shinigami, un shinigami sauve une arrancar… La situation était réellement des plus étranges.

Finalement, quelques minutes plus tard, Rangiku retrouva l’usage total de ses bras et put se relever sans trop de difficulté.


- Bon… J’imagine que je devrais te remercier…

Effectivement, l’usage aurait voulu qu’elle remercie Yomaku… Mais elle devait bien l’avouer, elle se sentait assez honteuse de s’être fait aidé par le Cero et il lui en coûtait de devoir exprimer des remerciements. Détournant les yeux, elle en vint à repenser à la défaite qu’elle avait subit… Continuer comme ça ? Impossible… Elle se tenait au beau milieu de nombreux prédateurs et si elle se maintenait à ce niveau, il était certain qu’elle allait y passer tôt ou tard… Se reprendre en main… Devenir meilleure… S’entrainer plus intensément… Dormir. Oui, dormir était décidément l’objectif le plus facilement atteignable dans l’absolu, mais au rythme où allaient les choses, Rangiku n’était pas prête de rejoindre le pays des songes. Ereintée, elle souhaita intérieurement que les évènements futurs soient plus… soft.
Revenir en haut Aller en bas
Yomaku Yagoretsu
Nature inconnue / Ultimate Darkness
Nature inconnue / Ultimate Darkness
Yomaku Yagoretsu


Masculin Nombre de messages : 130
Âge : 35
Date d'inscription : 24/11/2008

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Inconnu
Niveau: Combattant Légendaire / LVL 19
Reiatsu:
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Left_bar_bleue1000/17400Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty_bar_bleue  (1000/17400)

Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] EmptyLun 28 Fév - 12:17

Cette énergie appartenait donc bien au traître de la neuvième division, venue dans le but de parler à Aizen. Yomaku n'avait plus fais gaffe depuis son entrée à la dimension royale, mais c'est vrai qu'il était parti avec lui. Par contre, il n'avait aucune raison de rester ici, il aurait très bien pu continuer son chemin sans l'attendre, alors pourquoi ? La réponse ne tarda pas à sauter aux yeux du démon lorsqu'il vit la bonne action du héros. Plissant légèrement les yeux, l'arrancar observa le comportement des deux personnages. Nu ne tenait plus à la vie. La férocité avec laquelle il l'avait expulsé n'avait pas seulement endommagé son physique, mais il était également parvenu à briser une partie de son esprit. On ne devient pas un diable du jour au lendemain, on ne devient pas cruel si cela ne fait pas partie de notre nature. Si détruire est aussi facile que de respirer pour lui, les tempéraments ne sont toutefois pas les mêmes pour tout le monde. Alors que certains se doivent de contrôler chaque aspect de leur puissance séparément, Yomaku lui concentrait sa maîtrise sur un seul point, le rendant aussi dangereux que vivant. Il ne comprenait pas le point de vue de Saiga. Il sauvait une arrancar, une ennemie alors qu'il n'avait aucune raison de le faire. Il aurait pu la laisser ainsi, se morfondre et mourir dans les flammes de l'enfer. Soit il avait un cœur trop bon, soit il se refusait de la voir comme un potentiel adversaire.

Il est vrai que le démon aussi avait sauvé la lieutenant d'une mort certaine, mais pour lui c'était très différent. Il avait une idée derrière la tête depuis le tout début, et jusqu'ici il s'était bien gardé de le révéler à quiconque. Lorsque Saiga lui adressa la parole, l'arrancar cessa tout soin en la faveur de Rangiku, il se redressa ensuite se contentant d'observer le jeune fou. Sa seconde ? Ne pas la laisser mourir ? Il était bien loin de la vérité justement. Pour faire partie de son armée, pour être reconnu en tant que guerrier d'élite pour combattre à ses côtés, il fallait constamment affronter la mort. Il n'y a aucun répit, aucune compassion et encore moins de compréhension. Le secret qui englobe la force de Yomaku n'est pas si mystérieuse. Il suffit de se débarrasser de toutes les faiblesses d'un être et ne préserver que l'essentiel. En théorie c'est effectivement la meilleure des solutions, mais la pratique n'est pas aussi simple, et ce même pour lui. D'ailleurs, il était venu en aide à cette femme alors qu'il aurait pu tout aussi bien rester les bras croisés. Qui sait, peut-être qu'il avait des sentiments en fin de compte, bien qu'il se refuserait de l'admettre. Regardant Saiga du coin de l'œil, ce dernier déposa Nu à ses pieds, mais aucun regard ne s'orienta dans sa direction. Sûrement trop furtif pour être perçu, la main de Yomaku vint se poser sur l'épaule droite du traître. Le démon lui accorda un tout petit peu d'attention en lui répondant de façon très ironique.

-Tu as raison, la mort empêche bien des choses. Je me demande comment je n'ai pas pu m'en rendre compte plus tôt... certainement car moi et la mort sommes de bons amis. Quant à ton physique...

Un son percutant vint s'abattre dans tous les tympans des personnes présentes. Une onomatopée reconnaissable qui aurait pu être remplacée par *SLASH* était la source de ce qui suivit. Du sang gicla, heurtant le sol et les parois avoisinantes. Une lame teintée de rouge à son extrémité, et un rire plutôt sadique accompagnaient ce spectacle. Tout le monde l'avait compris dorénavant, car c'est bien Yomaku l'acteur de ce désastre. Il venait de trancher toute la partie haute du corps de ce jeune homme, lacérant son torse sur toute la longueur. Dans un même temps, il avait brusquement serrer ses doigts sur l'épaule de celui-ci, cherchant à lui broyer les os. La rapidité avait été telle que personne ne put agir dans les délais de ce qui semblait s'apparenter à une punition.

Pour ne pas terminer une offensive de la sorte, Yomaku lui donna un ultime coup avec son pied, visant à toucher les côtes pour le paralyser. Le corps glissa sur plusieurs mètres, roulant à terre avant de s'arrêter. Cette fois il ne s'agissait pas d'un clone, il avait su s'approcher suffisamment pour sentir la variation de reiatsu qui s'en échappait. C'est vrai qu'il fallait être sacrément technique pour deviner ce genre de choses, mais l'avantage venait du fait qu'il avait déjà eu l'occasion de l'affronter une fois. Le démon tacticien ne se faisait jamais avoir deux fois par la même technique, c'est pourquoi il valait mieux garder des cartes dans sa manche. Suite à ce K.O mémorable, l'homme lui balança une fiole pour ses bons soins.

-Bois ça et tu seras de nouveau d'attaque. Et encore une fois, n'oublie pas que je ne suis pas un de tes potes. La manière dont tu t'adresses à moi pourrait te coûter la vie...

Il ne s'agissait pas vraiment d'une menace, appelons ça un avertissement. La prochaine fois qu'il devra se confronter à Saiga pour une raison ou une autre, il n'ira pas de main morte. C'est en jetant un coup d'œil sur le côté qu'il s'aperçut de la forme olympique que tenait Matsumoto. Enfin, façon de parler, elle venait de perdre comme une moins que rien, inutile de l'oublier. Elle devait se sentir atrocement faible à ce moment-là, meurtri par la sensation d'être la moins puissante du groupe. Ceci dit pas d'inquiétude à avoir. Pourquoi ? Car il s'en foutait royalement, ce n'était plus son problème, qu'elle voit ça avec sa conscience maintenant. Soudainement, un énorme boucan suivit d'un tremblement de terre pris place au sein de la grotte. Non ! En fait tout le volcan tremblait pour une raison des plus évidente.

Le premier réflexe qu'eut le démon fut de regarder droit vers l'avant, là où le groupe siégeait en compagnie de cette énorme masse de lave. Il faisait visiblement des siennes, mais cette fois-ci c'était on ne peut plus sérieux. La roche se détachait du plafond, le magma s'échappait de ses cuves et filaient sur le sol, ceci en permanence. Le chaos régnant ainsi, ça ne pouvait venir que de lui et de son immensité. Tout ce qui se trouvait ici à l'intérieur n'allait pas tarder à exploser, réduit en ruine... ou en cendres selon l'angle de vue. Il était temps de se bouger, et au plus vite. Premier état d'alerte déclenché, Yomaku se tourna vers ses... vers les gens pas beaux qu'il devait se trimballer. Prenant un ton autoritaire et fort, il dirigea l'opération de façon très professionnelle.

-Bon, c'est un peu le désordre absolu alors écoutez bien mon plan. Quand je vous le dirais et pas avant vous... euh... courez le plus vite possible en essayant de ne pas crever comme des plaies ! Ouais, c'est un plan stratégique incontestable ça !

Agrippant brusquement le bras de la femme shinigami, il la bouscula de toutes ses forces en avant afin de la faire marcher au plus vite. D'ici quelques minutes, voire secondes, cette grotte ne serait plus qu'un vulgaire souvenir. En parlant de ça le démon aurait bien taillé son empreinte dans la roche, à faire un joli dessin de lui comme dans la préhistoire... Pfff, on aurait découvert l'art d'un génie et on aurait parlé de lui dans les salles de classe en histoire... quelle tristesse. Reprenant ses esprits suite à cette petite absence, il fila droit devant le groupe, s'autoproclamant chef de file. Remonter jusqu'en haut s'avérait bien trop dangereux, puis ils n'auraient jamais pu s'y rendre dans un délai si écourté. Même dans ce genre de situation, Yomaku trouva l'énergie et la motivation nécessaire pour raconter des blagues aux deux shinigamis. Il ne perdait jamais le Nord celui-là.

Manquant cruellement d'idées ou de soutien en rapport au silence qu'il venait d'instaurer, l'arrancar chargea une puissante dose de reiatsu dans sa main droite. Il lui fallut un seul instant pour projeter un puissant cero de couleur mauve, s'écrasant instantanément sur l'une des parois afin de former une énorme explosion. La roche se désintégra bien vite, formant un trou plus ou moins large qui menait tout droit à la sortie. Sans s'en rendre compte sur le coup, il venait tout aussi bien de donner l'opportunité à ce monstre de s'exciter de ce côté-ci et donc le volcan pourrait également s'échapper par ici. Oups, quelle merde... Boh tant pis, le but principal était de se casser après tout. Aussi sereinement que possible, Yomaku s'avança vers la « porte secrète » qu'il venait d'activer. Mains dans les poches, il n'était pas du tout déterminé à se presser, même si ça signifiait rôtir comme un vulgaire poulet.

-Grouillez-vous les deux zigoteaux, ça va péter dans peu de temps. Vous avez de la chance de trainer avec moi tout de même, je vous offre même un petit feu d'artifice. Prenez la petite au passage, j'ai la flemme moi.

Une fois à l'extérieur, le démon agrippa la main de Saiga et celle de Rangiku (quelle famille formidable, manque plus que la photo !). Il s'expulsa ensuite dans les airs tel un gargouille libre de ses mouvements pour la première fois. Il avait beau ne pas être inquiet, rester dans le coin s'avérait toutefois dangereux, et finir décédé dans un fond de lave c'est pas spécialement héroïque comme mort. Dès à présent en l'air, il lâcha Pocahontas et John Smith, en espérant qu'ils parviennent à se servir des particules... ou pas. Ils avaient vingt secondes pour apprendre de toute façon, c'était amplement suffisant, pour un génie en tout cas. Ne se préoccupant aucunement de savoir s'ils allaient tous deux s'écraser comme des fientes de pigeon, Yomaku regarda aux alentours afin de chercher son maître du regard. Pour l'instant, ils ne s'étaient pas encore échappés, mais connaissant Aizen et l'espada, ils ne tarderaient pas à surgir. Ils allaient être de nouveau réunis... tant mieux...

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty
MessageSujet: Re: Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]   Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu plus loin, une jeune attaque... une vieille! [Matsu]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» As de coeur [Pv Hisoka & Matsu]
» I don't knew you but now I know... That it was better for my health [Pv Matsu]
» [Flashback] Dans un parc, les arbres ont l'air plus contents. [PV Matsu']
» RP avec un jeune loup ?
» Une attaque imprévue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Dimension Royale :: La Chaine des Damnés :: Le Passage Brulant :: Le Nid des Charognard-
Sauter vers: