Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerDernières imagesConnexion
Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

 

 La fin du voyage, en route vers le palais.

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Aizen Sosuke
[Staff™] Futur King de la Dimension Royale
[Staff™] Futur King de la Dimension Royale
Aizen Sosuke


Masculin Nombre de messages : 1353
Âge : 35
Double compte : Yomaku Yagoretsu
Date d'inscription : 06/07/2008
Fiche Technique : Aizen

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Kyoka Suigetsu + Hogyokou
Niveau: Roi de la Dimension Royale / LVL 21
Reiatsu:
La fin du voyage, en route vers le palais. Left_bar_bleue15500/15500La fin du voyage, en route vers le palais. Empty_bar_bleue  (15500/15500)

La fin du voyage, en route vers le palais. Empty
MessageSujet: La fin du voyage, en route vers le palais.   La fin du voyage, en route vers le palais. EmptyLun 16 Mai - 19:36

    Les combats s'étaient terminés dans les plus brefs délais. Les échanges étaient restés courtois et modérés malgré la grande puissance qu'avaient déployée les deux chefs. Il est certain qu'Aizen ne perdait pas une minute. Il était conscient de l'importance que représentait cet objet, mais pas seulement... les groupes s'étaient impliqués et quelques-uns d'entre eux avaient dû rejoindre le palais à l'heure qu'il était. En songeant à cette possibilité, le chef de l'armée blanche n'avait plus aucun intérêt à perdre davantage de temps, il s'était bien amusé, mais le divertissement le plus agréable doit prendre fin un jour ou l'autre. Hitsuji reconnaissait leurs valeurs, la belle affaire, ce n'était pas comme si le groupe attendait fièrement un tel jugement. Si Sosuke avait combattu loyalement, c'était dans un but bien précis. Tout en augmentant ses capacités une fois de plus, l'affrontement de ces hommes soi-disant invincibles lui avait permis de se tester personnellement avant la grande bataille. Tout aussi dignement, il savait qu'il n'avait abattu aucune de ses fameuses cartes encore, et qu'il lui restait de quoi surprendre tous ceux qui allaient l'accueillir chaleureusement. La disparition des cinq combattants annonçait la fin des réjouissances et de la décontraction pour certains. Désormais, le vrai combat allait avoir lieu, et tous devront se battre au plus haut de leurs virulences. D'un mouvement sec, le leader balaya le sang qui avait terni la lame de son sabre, et tout en souriant, il retourna sur ses pas, rengainant l'arme dans son fourreau. Il revint sur ses pas, à l'endroit même où il avait laissé ses hommes.

    Apache et Nu furent les seules qui s'approchèrent du point de rencontre, Yomaku qui avait bel et bien fini son combat lui aussi, prenait une tout autre direction. Cependant, il ne s'enfuit pas, mais s'approchait de deux autres reiatsu qu'Aizen avait finit par oublier jusqu'ici. Qu'importe, le cero savait ce qu'il faisait, et il ne tarderait pas à revenir rapidement sur ses pas. Durant cette bataille, les protagonistes s'en étaient anormalement bien sorti face à des êtres invulnérables. Bien qu'il ne le ressentît pas, Aizen savait qu'ils étaient bien loin d'être épuisés avant de partir. Les laisser passer aussi facilement n'était alors peut-être qu'une simple stratégie mise en place par ce Hitsuji. Si c'est effectivement le cas, il faisait une erreur. Toutefois, il ne semblait pas très lié au roi actuel et ne se sentait pas concerné par cette affaire. L'énergie qu'ils avaient employée était très minime. Tant mieux, il allait pouvoir récupérer au plus vite. Lorsqu'il eut enfin rejoint la base même du volcan, tous les arrancars laissèrent passer le futur roi. Ce dernier monta les quelques marches avec résolution, il avançait lentement, jusqu'à atteindre le sommet, auquel s'y trouvait un autel. Sur ce même autel reposait un objet sacré, un orbe aux couleurs sombres qui brillait par la simple présence d'une flamme bien spécifique.

    À première vue, cette lueur ne pouvait s'éteindre, une ardeur éternelle. D'une couleur qui se partageait entre le vert, le bleu et le rouge, unique en son genre. Rien qu'en l'observant, on était en mesure de sentir la force qui en émanait. C'est lorsque le souverain posa la paume de sa main par-dessus qu'il put avoir une sensation quasi identique à celle que reflétait le hogyokou. Une fois l'objet en main, l'autel se désagrégea, comme s'il ne vivait que par la simple existence de cet objet. Les conformités terminées, Aizen rangea son nouveau bien à l'intérieur de sa tunique. Un objet peu encombrant du même volume que sa propre perle, c'était plutôt pratique. Après quoi, l'homme à la mèche redescendit tel le nouveau roi de ce monde, la confiance qu'il dégageait était d'autant plus éminente que d'ordinaire. Durant la descente, il scruta la salle du regard, déployant ses yeux emplis de malices sur chacun de ses hommes. Arrivé à l'étage inférieur, il s'arrêta, puis laissant un fin silence s'installer, il prit la parole. Une voix pleine d'assurance qui avait dû manquer à ses chers collaborateurs.

    - Jusqu'alors, nous nous sommes imposés en tant que combattants prêts à tout pour parvenir à nos fins. Aucun d'entre nous n'a abandonné, vous vous êtes tous bien battus, c'est un fait. Notre croisière va bientôt s'achever, la grande bataille est plus proche que jamais. Notre parcours est impressionnant. Armée, hommes, obstacles, évènements naturels, trahisons... notre victoire est méritante. À l'heure où je vous parle, les groupes qui nous pourchassaient ont dû atteindre le palais et nous attendent. Je n'ai pas d'informations précises à leurs sujets, mais leurs puissances ne devraient pas dépasser la votre, excepté celle en présence de Kurosaki Ichigo. Vous serez en mesure de vous en charger, ils ne sont pas dangereux, juste ennuyeux. Le gros souci de cette opération est représenté au sein de la division zéro. Ils sont non seulement supérieurs aux capitaines traditionnelles, mais leurs puissances dépassent de loin celle du capitaine-commandant. Pour résumer la situation, individuellement, ils m'égalent, voir me surpasse. Ils sont une dizaine, et personne d'autre que moi n'est en mesure de les vaincre. Si l'un d'entre vous a le malheur d'en croiser un, fuir ne servirait à rien, et les combattre serait de la folie pure. En d'autres termes, votre mission consiste à rester le plus éloigné de ces hommes, occupez-vous seulement des visiteurs. Pour le reste, je vous garantis que je m'en occuperais de façon à tous les renverser, vous n'avez aucune crainte à avoir. Des questions ?

    Les mots et l'intonation d'un chef, Aizen les guidait jusqu'au bout tout en les rassurant. La volonté dans son regard, elle suffisait à elle seule pour tous les mettre en confiance. Tel un vrai meneur, il ne partait jamais perdant, et même en suggérant cet écart de force, il préservait un sourire et une conviction parée à toute épreuve. La force est un facteur primordial pour cette guerre, mais l'intelligence du génie servait à balayer n'importe quel doute. Son intellect était légèrement inférieur à celui de Kisuke il est vrai, mais largement supérieur aux autres. Qui plus est, son domaine de prédilection restait la tactique militaire accompagnée d'une stratégie martiale sans failles. Savoir où et comment affaiblir sans pour autant posséder le pouvoir suffisait à prendre l'avantage. Un groupe d'hommes utilisant le bélier n'est pas pour autant certain de pénétrer un fort inébranlable, mais un expert en crochetage peut aisément se frayer un chemin dans la plus infime brèche. C'est ça, le pouvoir stratégique de l'ex-capitaine de la cinquième division. Les informations mises à disposition de son armée, Aizen reprit sa marche dans le but de sortir de ce cratère volcanique. S'élevant dans les airs, il sortit le premier par l'immense trou qu'avait causé Magmorock précédemment. Une fois en hauteur, il chercha les nuances vertes, comme le lui avait indiqué son ancien guide. Cherchait-il à indiquer une forêt, ou bien une cérémonie ? La réponse allait se faire connaître dans les plus brefs délais. Les arrancars s'échappèrent à leur tour de la montagne, et lorsqu’ils furent tous rassemblés, Aizen s'élança en avant, tout droit en direction de cette verdure. Les derniers préparatifs avant le feu d'artifice final, c'est ce que symbolisait cet ultime départ. L'ambition d'un roi allait être mise à rude épreuve.

Revenir en haut Aller en bas
Emilou Apacci
Arrancar
Arrancar
Emilou Apacci


Féminin Nombre de messages : 621
Âge : 31
Double compte : Miyu Etsuko
Date d'inscription : 27/09/2009
Fiche Technique : Cliquez ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Cierva
Niveau: Combattant Ultime / LVL 16 (Lvl uped)
Reiatsu:
La fin du voyage, en route vers le palais. Left_bar_bleue225/11500La fin du voyage, en route vers le palais. Empty_bar_bleue  (225/11500)

La fin du voyage, en route vers le palais. Empty
MessageSujet: Re: La fin du voyage, en route vers le palais.   La fin du voyage, en route vers le palais. EmptySam 21 Mai - 22:52

Être… Ou ne pas être… Ces personnes combattues semblaient complètement sorties de la réalité, et un fois le combat subitement terminé, Apache retira sa Résurrection pour aller souffler un peu, tout en regardant les quelques plaies qui étaient restées suite à tout cela. Franchement. Jamais elle n’aurait imaginé être obligée de se défendre autant, et connaître des adversaires que l’on ne pouvait gagner. Certes ils n’ont pas peur de la mort, mais ils sont assez libres au niveau de leurs mouvements, et font ce qui leur plaît, même s’il existe un chef parmi eux. Un chef qui avait donné l’ordre de se replier à ses hommes et qui semblait lui aussi ne pas s’occuper de son propre poste de chef, mais plutôt de sa liberté. Cependant, ils devaient s’ennuyer avec ce problème, et n’avançaient pas, contrairement au groupe d’Aizen, qui venait de franchir un nouvel obstacle sans pertes, ce qui eut pour don de mettre une Apache heureuse, qui allait sans conditions rejoindre ce dernier au point de rendez-vous, Nu y fut aussi, mais Yomaku, lui, était parti plus loin pour s’occuper d’un certain cas, qui devait être Matsumoto, puisqu’elle n’était plus dans le champ de vision de la biche, qui se demandait alors ce qu’il s’était passé pendant qu’elle combattait l’exhibitionniste. D’ailleurs… Il semblerait qu’Akikaze ne se soit pas battu finalement…

En effet. L’homme, qui n’aimait pas Apache, sans montrer la moindre raison de cette haine, s’était fait voler son adversaire par un Tousen, qui avait pris les devants, et savait quoi faire à présent. A ce moment, notre héroïne voulut s’agenouiller à ses pieds, et presque faire un pied de nez à celui qu’elle ne supportait pas. Au moins, elle venait de marquer un point dans la compétition, puisqu’elle, s’était battue jusqu’au bout, et n’avait pas abandonné du tout cette bataille qui semblait tout de même perdue d’avance, si les hippies avaient voulu aller jusqu’au bout. D’ailleurs, en parlant de ces gens, ils semblaient s’ennuyer, et n’avoir aucun but. Aucun Idéal à atteindre, ou bien en quête de l’un d’eux.

« J’ai cru que j’allais crever… Ils sont étranges… »

Elle parlait tout bas, se demandant encore ce qu’il allait se passer dans la suite de leurs aventures. Allaient-ils rencontrer des personnes comme Seiha ou encore le gros monstre de lave ? Ou bien en était-ce fini de tout cela ? Personne ne le savait vraiment, mais il fallait tout de même avancer tranquillement malgré le peu de distance parcourue depuis l’arrivée de la biche, qui voulait à tout prix changer d’endroit, puisqu’elle détestait le feu. Tout cela lui faisait des frissons lorsqu’elle revoyait le vieux et son bâton, avec Ayon tranché en deux puis carbonisé, pour finir par le trio qui l’avait invoqué. Ce trio était présent, et en sécurité… Pour le moment, puisque ce mot n’existait pas dans ce monde. Chaque être, chaque plante, chaque élément pouvait être considéré comme un danger potentiel. Il s’agissait d’un monde inconnu. Certes quelques races étaient faibles, mais la plupart n’était pas à sous-estimer… Aizen s’approcha de l’artéfact et le prit. L’autel disparut, doucement, comme par magie. Bientôt, tout le monde se retrouva à regarder leur chef, en attendant les ordres. Ils étaient sûrs que ce dernier allait faire un discours, et ce dernier ne tarda pas. D’une voix posée et assurée, le Roi du Hueco Mundo s’expliqua de cette façon :

« Jusqu'alors, nous nous sommes imposés en tant que combattants prêts à tout pour parvenir à nos fins. Aucun d'entre nous n'a abandonné, vous vous êtes tous bien battus, c'est un fait. Notre croisière va bientôt s'achever, la grande bataille est plus proche que jamais. Notre parcours est impressionnant. Armée, hommes, obstacles, évènements naturels, trahisons... notre victoire est méritante. À l'heure où je vous parle, les groupes qui nous pourchassaient ont dû atteindre le palais et nous attendent. Je n'ai pas d'informations précises à leurs sujets, mais leurs puissances ne devraient pas dépasser la votre, excepté celle en présence de Kurosaki Ichigo. Vous serez en mesure de vous en charger, ils ne sont pas dangereux, juste ennuyeux. Le gros souci de cette opération est représenté au sein de la division zéro. Ils sont non seulement supérieurs aux capitaines traditionnelles, mais leurs puissances dépassent de loin celle du capitaine-commandant. Pour résumer la situation, individuellement, ils m'égalent, voir me surpasse. Ils sont une dizaine, et personne d'autre que moi n'est en mesure de les vaincre. Si l'un d'entre vous a le malheur d'en croiser un, fuir ne servirait à rien, et les combattre serait de la folie pure. En d'autres termes, votre mission consiste à rester le plus éloigné de ces hommes, occupez-vous seulement des visiteurs. Pour le reste, je vous garantis que je m'en occuperais de façon à tous les renverser, vous n'avez aucune crainte à avoir. Des questions ? »

Des personnes supérieures au vieux ? Apache n’était pas rassurée sur le coup. Si l’un d’entre eux venait, les risques de victoires étaient maigres. Trop maigres pour pouvoir s’en sortir. Alors… S’ils viennent à plusieurs, imaginez le beau chaos que cela formerait. Les Arrancars seraient dépassés, et personne ne pourrait rien faire pour gagner. Aizen lui-même serait incapable de rivaliser, d’après ses dires. Il fallait donc essayer d’être discrets pour cela. Peut-être même se séparer ou autres. Si tout le monde restait groupé, les chances d’être vus étaient beaucoup plus grandes que la normale. Si grandes que jamais tout le monde ne pourra arriver en vie à bon port. Qui allait survivre ? Qui n’allait pas le faire ? Apache ne voulait pas penser à cela pour le moment, faisant tranquillement un petit bout de passage à vide dans son esprit, pour rester concentrée sur la suite. Il fallait qu’elle accompagne Hallibel-sama, jusqu’au bout. C’est pour cela que la Biche était revenue auprès d’Aizen. Pour cela, elle devait servir, mais aussi faire de son mieux pour aider sa supérieure, sa Maîtresse.

Le groupe se mit en route, puisque leur chef venait de se mettre à bouger en sortant par le trou gigantesque qui avait été créé par le géant de lave. Apache dans le tas, perdue dans ce dernier, bien alignée, ayant assez d’espace pour se gratter au niveau des oreilles ou encore regarder autour d’elle pour voir entre les rangs. Très bientôt, il fallut attendre que l’homme à la tête des Arrancars trouve la direction à prendre. Cette direction… Il la prit enfin, pour une dernière ligne droite. Apache se mit un peu plus en arrière du groupe, discrète, comme à son habitude depuis son arrivée. Maintenant qu’elle y pensait, sa discussion avec Ulquiorra l’avait bien changée… Et à présent, elle ne se sentait plus aussi sûre de gagner en accumulant de la puissance…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




La fin du voyage, en route vers le palais. Empty
MessageSujet: Re: La fin du voyage, en route vers le palais.   La fin du voyage, en route vers le palais. EmptyMar 24 Mai - 20:59

Un dernier assaut, un dernier... Je sentais que ma dernière riposte allait en finir du type contre qui je me battais. Je savais que tôt ou tard, il allait se prendre une attaque mortelle et disparaître pour de bon. Je le sentais dans l'air que quelque chose allait arriver. C'était lui ou moi. La violence que contenait nos deux êtres était semblable. Le sang ne nous effrayait pas, les armes non plus, la guerre et les armées non plus. Habillé de rouge de la tête aux pieds, mon adversaire savait que les giclées de sang feraient leur apparition un jour ou l'autre. Contrairement à moi qui portait du blanc pour y laisser les traînées rougeâtres. Comme les personnes qui ont des cicatrices dont chacune d'elles a son histoire propre, pour ma part, c'était les traces laissées et séchées sur mon vêtements. Certains pouvaient trouver cela dégoûtant, hors du commun, mais ça ne l'est pas plus qu'un violeur d'enfant ou un batteur de femmes. Chaque chose a son degré de considérable ou de répugnant et je ne crois pas qu'une trace sur un vêtement soit si redouté. Après tout, c'est comme signer un autographe. Et comme un vêtement signé, on ne le reporte pas par la suite. Où les mettrais-je? Dans ma chambre, à Las Noches. Je les empile les uns sur les autres dans un de mes tiroirs de ma commode. Pour ce combat, je trouve cela triste de ne pas avoir de vêtement, j'aurais pu avoir des souvenirs de mon séjour à la Dimension Royale...

Mon dernier assaut ne se rendu même pas à destination que mon adversaire disparut soudainement avec ses lames. M'arrêtant sur mon élan, scrutant autour, je me rendis compte qu'il était parti pour de bon et qu'il n'était pas le seul. Tous les adversaires s'étaient volatilisés. Je soupirai en regardant l'environnement dans lequel je m'étais retrouvée. Je vis l'énorme flaque de sang située à l'emplacement de mon adversaire disparu. Ainsi donc, une de mes attaques l'avait atteint mortellement. Comment a-t-il pu survivre s'il avait perdu autant de sang? Je serrai les poings en me débarrassant de ma resureccion. Si tous étaient apparus et disparus à l'unisson, ils étaient sûrement tous pareils à ce niveau. Je ne devais donc pas être la seule à avoir remarquer l'anormalité de ces personnages des enfers. Je retirai ma main de mon cou et remarquai que ce n'était qu'une égratignure. Il n'avait rien de graves dans mes blessures. M'étais-je créée moi-même cette illusion d'être au bord du gouffre? Ou bien était-ce réel et mes blessures se sont guéries d'elles-mêmes? J'haussai les épaules et retrouvai le groupe qui nous attendait avec une impatience dans l'âme. Ils avaient une mine effrayante, mais bon, je m'en fouttais tout de même.

Mes yeux s'abattirent sur le corps de la faccion d'Hallibel qui semblait en très bon état. C'était tant mieux. Cela me rassurait que celle-ci aille bien. Je ne lui parlais pas beaucoup, mais elle avait risqué sa vie pour plaire à Aizen-sama. D'ailleurs, ce dernier fit son entrée avec autant de prestance qu'il le fait à son habitude. Je le regardais marcher, les yeux remplis d'étoiles brillantes. Il allait bien, il n'était pas blessé, j'en étais réjouie. Me faufilant à travers les arrancars nonchalants, je me mis dans la première rangée pour être la première à l'admirer, à le regarder faire son ascension vers l'autel un peu plus haut. Il gravissait les marches tel un Dieu qui accédait au paradis. Il prit le petit objet entre ses mains et le mit dans ses poches et redescendit. Quelle allure, quel aspect il dégageait notre leader! J'en frémissais de bonheur tellement que j'étais heureuse pour lui. J'étais heureuse parce qu'il avait ce qu'il voulait et maintenant, nous pouvions nous rendre au palais...

Il descendait les escaliers dans une splendeur parfaite, dans un élan gracieux. Aizen-sama se mit devant nous et commença une sorte de discours pour motiver ses troupes. Je l'écoutai avec une ataraxie démontrée. Il nous encouragea d'abord en nous disant que nous nous étions tous bien battus depuis le début. Il m'apprit alors que nous étions pourchassés: chose que je ne savais pas au départ. Je croyais que c'était nous les chasseurs depuis le début, et bien je me trompais. Il nous signalait que c'était à notre tour de passer à l'offensive sur ces groupes protecteurs du trône, ces touristes venus d'un autre monde. Aizen-sama nomma le nom d'un d'entre eux: Kurosaki Ichigo. Puis il était question de la division zéro que notre leader allait lui-même se charger. Il disait qu'ils étaient aussi forts sinon plus que lui-même. C'était effrayant en soi d'imaginer une telle chose. J'étais parcontre rassurée qu'il avoue se charger d'eux et que nous n'avions pas à nous en soucier. Constatant que personne n'avait de question, la marche reprit pendant que je marmonnais tout bas:


Kurosaki Ichigo... Kurosaki... Ichigo...

Je voulais mémoriser ce nom, je voulais maintenant y aposer un visage. Il ne manquait que cela... On parlait de lui, mais peu d'entre nous l'avait réellement croisé. Il était décrit comme ennuyeux et... humain. Les souvenirs de Tsuhide reprirent le dessus, mais je secouai la tête pour m'en débarrasser. Ce n'était pas le temps de penser à cela. Un nouvel environnement s'offrait à nous: de la végétation. C'était beau, c'était harmonieux, mais à admirer le paysage pendant tout le voyage, nous n'aurons jamais le temps de nous rendre puisque nous allons mourir de vieillesse. Je regardai Aizen-sama, dos à nous, puis droit devant. Était-ce l'instinct qui le menait droit au palais, ou le fruit du hasard? La chose que j'espérais le plus pour ce cas-ci, c'était que nous nous y rendions sans croiser la Division Zéro qui pouvait nous massacrer d'un seul coup d'oeil. J'essuyais le sang séché sur ma peau blanche, je me passai une main dans les cheveux et le vent passait sur ma peau pour rafraîchir. Après avoir passé un bon moment dans l'estomac d'un volcan, de l'air aussi frais n'était pas de refus. Suivant mon maître de proche, j'étais prête à la suite des événements, à la suite des batailles, à la mort de mes ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




La fin du voyage, en route vers le palais. Empty
MessageSujet: Re: La fin du voyage, en route vers le palais.   La fin du voyage, en route vers le palais. EmptyJeu 2 Juin - 13:49

La totalité de l'espada y compris Aizen avait combattu, enfin, la totalité sauf Barragan. En effet, l'ancien roi du Hueco Mundo était resté de coté pour ce combat là, il n'avait eu aucune envie de combattre. Même si ces adversaires avaient l'air intéressant, il y avait quelque chose qui titillait le roi et qui l'avait donc poussé à ne pas en affronter.
Il était donc restait sur le bord si l'on peut dire cela, et avait regardé les différentes confrontations qui se déroulaient au cœur du volcan. Il s'assit au sol tranquillement et appuya ses mains sur sa Gran Caïda.

Comme il l'avait prédit, tous les adversaires du groupe Aizen s'enfuirent soudainement. Leur combat fut donc futile et inutile, Barragan se moqua intérieurement de ses compagnons. Ils prirent une courte pause suite à leurs combats, et la route reprit rapidement vers la source du volcan. Tout le groupe marchait assez rapidement, Aizen au milieu du peloton, Barragan vers l'avant. Lorsqu'ils arrivèrent dans l'ultime salle du volcan, l'homme à la mèche rebelle prit la tête du groupe et avança en direction d'un piédestal ou se trouvait une belle orbe. Elle était fascinante, de couleurs diverses, assez petite, transparentes avec en son sein, une belle flamme. Cette orbe ressemblait nettement à celle qu'ornait l'arme du squelette, il se questionna donc sur l'identité de sa propre sphère.

Alors qu'il pensait, Aizen s'empara de l'orbe et la zieuta quelques secondes quand elle fut au creux de sa main pour ensuite la ranger dans son veston. Peu après il argumenta sa décision pour la suite des hostilités, ils se rendront directement au palais royal, là ou selon lui, se trouvait déjà le groupe de Kurosaki Ichigo. Quand ils seront là bas, il ne faudra en aucun cas, qu'ils tombent face à un garde de la cité. Dans ce cas de figure, aucun d'eux ne pourrait rivaliser avec eux. Évidemment c'était l'avis de Aizen, Barragan se dit rapidement qu'il mentait, et qu'il se mettait juste en avant en disant qu'il pourrait tous les tuer. Pour Luisenbarn, ces êtres ne lui faisaient pas peur, même s'il prendrait en compte un minimum l'avertissement de Aizen en cas de confrontation.

Le chef reprit donc la route, en direction du sommet du volcan. Le groupe suivit derrière et ils empruntèrent tous le trou formé par l'explosion du géant de lave. Arrivés en haut, ils se mirent en route vers des verdures, l'ex guide d'Aizen les avait guidé par là. C'est donc en lui faisant confiance qu'ils reprirent la route.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La fin du voyage, en route vers le palais. Empty
MessageSujet: Re: La fin du voyage, en route vers le palais.   La fin du voyage, en route vers le palais. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin du voyage, en route vers le palais.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En route vers la trahison...
» Les Vizards en route pour un long voyage.
» Transition : En route pour le Palais. [PV: Kurosaki Ichigo]
» En route vers le siège de la 4ème division!! [PV: Jenoba Teruki]
» Une remise en état du palais [Pv Mira Rose]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Dimension Royale :: La Chaine des Damnés :: Le Puit du Mal :: Le Lac de Lave :: Le Trône du Brasier-
Sauter vers: