Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerDernières imagesConnexion
Le deal à ne pas rater :
Soldes d’été 2024 : trouvez les meilleures promos !
Voir le deal

 

 [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Yagoretsu Tagoraï
[Staff™] Chef Vizard
[Staff™] Chef Vizard
Yagoretsu Tagoraï


Masculin Nombre de messages : 1320
Âge : 33
Date d'inscription : 12/05/2008
Fiche Technique : Clique Ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Koutaïshi no Hi
Niveau: Chef Vizard / LVL 19
Reiatsu:
[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Left_bar_bleue0/0[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty_bar_bleue  (0/0)

[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty
MessageSujet: [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï   [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï EmptyMer 24 Mar - 16:52

Je n'avais plus rien à faire ici. Les discussions, ça va bien cinq minutes, mais je ne pouvais plus rester là à ne rien faire. Les gens se succédaient dans la pièce, et je n'y portais pas d'intérêt. Même pas pour le dernier venu, un ancien de la Soul Society, un certain Hisoka. Il avait le reiatsu d'un Capitaine, certes, et alors ? Le fossé entre ce niveau et le mien est si immense... Alors, que je marchais en direction de la sortie, j'adressai un dernier regard amical à Kisuke.

" Merci. "

Lui dis-je. Je sortis. Le Soleil était toujours présent, les quartiers n'étaient toujours pas très fréquentés. Je profitais de ma marche pour me remémorer les événements passés. Les combats préparatoires avant la bataille de Karakura, et l'attaque d'Aizen devant les entrepots.

Flashback

" Ne sois pas si inquiet, Tagoraï, ce n'est qu'un échauffement. "

Disait-il, alors que nos lames se rencontraient.

" Tu penses à Mazuna-san n'est ce pas, j'ai cru comprendre que Gin t'en avait parlé avec un tact sans précédent. "

Mazuna, ma mère. Déjà à cette époque, je compris qu'Aizen jouait sur la provocation pour faire perdre le contrôle à ses adversaires. Il chambrait, utilisait les sujets sensibles. Aizen se faisait arrogant et provoquant, et alors que je bloquais son attaque, il rajouta une couche à mon moral décadent. Il renouvellait la souffrance déjà présente dans mon coeur. Je le regardais dans les yeux, son sourire m'agassait déjà, mais il était comme ça.

" Ferme-la, Aizen...! "

Je forçai sur mon bras pour repousser mon assaillant à trois voire quatre mètres. Je me redressai, et tendant mon bras en diagonale vers le bas, je murmurai ces quelques mots.

" Brûle, Koutaïshi No Hi. "

" Allons-y, Aizen. "

Je fonçai à toute vitesse sur lui, plaquant mon sabre brûlant contre sa lame, d'un mouvement vertical à deux mains.

" Crois-tu réellement que je suis venu ici te combattre sans une quelconque raison valable ? "

Annonça-t-il alors... Cette phrase pouvait sembler anodine, mais elle contenait tout le plan d'Aizen lors de ce combat. Puis il enchaîna.

" Dans un combat comme celui-ci, combiner chacune de ses capacités est une règle fondamentale à ne pas omettre..... sort de destruction n°90 : Kurohitsugi.... "

A cette époque, nous avions une puissance équivalente, qui permettait que je puisse lui tenir tête. Mais il était bien plus expérimenté que moi, il intervenait dans une période de doute, et abordait ce combat avec un état d'esprit différent du mien. Son sort de kidô me blessa suffisamment pour lui permettre d'agir tel qu'il l'avait prévu.

" Tu peux désormais considérer avoir réussi un miracle Yagoretsu Tagorai, me pousser ainsi dans mes derniers retranchements est une chose à laquelle je n'avais jamais eu à faire, ce combat m'a permis de voir à quel point tu étais puissant, ton erreur a été d'utiliser des techniques de Kido contre moi..... peut être ne le savais tu pas, mais j'étais déjà un maitre en cette matière alors que tu n'étais encore qu'un enfant dans son berceau, voilà ce qui t'a induis dans ta plus grande erreur mais je dois avouer t'y avoir quelque peu contraint.... le combat.... est terminé. "

Aizen sortit ensuite une sorte de seringue noire de l'une de ses poches, il l'a fit tournoyer dans sa main gauche et la planta dans mon bras gauche, la seringue aspira alors quelques échantillons, après avoir terminé le prélèvement Aizen remit la seringue noir à l'endroit précedemment sorti.

" Tu veux savoir de quoi il s'agit n'est ce pas ? Disons simplement qu'il s'agit d'un prélèvement de ton sang mélangé à ton reiatsu, la raison pour laquelle je ne te l'ai pas injecté dès le départ était simple, tu devais te retrouver dans un épuisement total et être par dessus tout blessé au point d'en souffrir énormément, voilà la raison de ma venue mais t'en dire davantage serait inutile, tu le sauras de toute manière. "

Fin Flashback

C'est à ce moment-là qu'il avait dû lancer la phase de création de la chose que je rencontrai plus tard, lors de la bataille... Mais à ce moment-là, je ne savais pas où Aizen voulait en venir. Il repartit, sans tuer qui que ce soit, et la préparation continua, pour tout le monde. Après plusieurs jours et semaines d'entraînement et de réflexion, je fis les retrouvailles innatendues de mon père, Ikari Yagoretsu, qui m'emmena faire un long voyage dans la Dimension Royale. Un voyage qui me servira énormément par la suite, d'une part grâce aux sentiments ressentis et au mental développé, et d'autre part parce que j'ai un avantage sur Aizen là-bas, c'est de connaître le lieu. La Dimension Royale aura été une période difficile pour moi, en grande partie à cause de ce combat, mené à contre coeur, contre mon père, dans l'Arène...

Flashback

Après avoir tué les hommes qui accompagnaient mon père, il inventa tout un contexte, toute une histoire, pour me mettre dans des conditions difficiles de combat. Je ne me doutais pas encore qu'il s'agissait d'une mise en scène visant à me préparer à la guerre. Je combattais mon père, à contre coeur. Le combat faisait râge, et les flux de reiatsu avaient alerté d'autres soldats. Je devenais désormais un traitre, un intrus, et les renforts allaient arriver d'une minute à l'autre, ce qui ajouta de la pression dans la corbeille de tous les éléments déjàs présents qui rendaient ce combat intense et très difficile à gérer.

" C'est bientôt la fin, Tagoraï. Je regrette de devoir faire ça à mon seul enfant, ce fils que j'ai vu grandir, que j'ai vu s'occuper de sa mère malade, que j'ai vu progresser, jusqu'à devenir un combattant remarquable... Les choses auraient été tellement plus faciles si tu avais saisi le message que je t'ai fais passer... Tu aurais pu devenir un membre important de la Garde Royale.
- A quoi bon si c'est pour servir Aizen ?
- Idiot... Tu n'as donc rien compris... En t'infiltrant dans les rangs d'Aizen, tu aurais pu faire en sorte de déjouer ses plans ! Mais c'est trop tard, nous nous sommes trompés, tu n'es pas celui qui vaincra Aizen, tu n'es pas celui qui ramènera la paix. Je ne sais pas lequel de nous deux survivra à ce combat. Mais fais moi au moins le plaisir de me montrer que tous mes efforts n'ont pas été vains, montre-moi que tu es le meilleur guerrier qui existe, montre-moi que j'ai réussi le seul objectif qui m'a toujours réellement tenu à coeur ! Tagoraï... Aizen a éveillé le Hogyoku, il est devenu trop puissant. Ce combat est necessaire. Si tu meurs, alors je ne sais pas ce qu'il adviendra des mondes... Tu me tues, celà voudra dire que tu as peut-être une chance de nous sauver, que tu as peut-être une chance de détruire Aizen Sosûke. Nous n'avons pas le temps de bavarder... Les soldats que tu as vu, ils vont appeler d'autres Gardes Or, et ils te tueront. Bats-toi, et tue-moi, ou ton nom sera gravé sur les pilliers commémoratifs de l'Arène !
- Jamais je n'aurais pensé devoir combattre pour une telle cause un jour... Je ne te décevrai pas. "


Le dernier assaut fut donné, et je dû m'employer au maximum pour sortir vainqueur de ce combat des sentiments.

" Tu as perdu, Ikari Yagoretsu. Tu disais que je ne suis pas capable de vaincre Aizen. Penses-tu vraiment que je me serais engagé dans une bataille perdue d'avance ? J'ai mes chances, je vais retourner sur Terre avec l'enseignement que tu m'as apporté, et je tuerai ceux qui se mettront en travers de ma route.
- Je suis fier...de toi... Je suis heureux de t'avoir revu, même si les choses ne se sont pas passées comme je l'aurais voulu... Je t'ai vu devenir plus puissant que je ne l'ai jamais été... Tu es ma fierté, Tagoraï.
- Je regrette de devoir partir en te laissant dans cet état, je regrette que les choses tournent mal à cause de cette guerre. Mais je ne regrette pas d'être venu ici. J'ai appris à découvrir un nouveau monde, j'ai appris que dans une guerre, si on n'est pas capable de tuer, on n'a aucune chance de l'emporter. Je sors grandis de cette expérience. Je te remercierai jamais assez pour tout ce que tu as fais pour moi, depuis que je suis petit. Si je suis devenu l'homme que je suis aujourd'hui, c'est parce que tu as veillé sur moi. "


Les renforts arrivèrent à se moment-là, bien trop nombreux pour que je puisse faire quelque chose. Mon père, épuisé, agonisant, se mit devant moi en protection, tandis que je partais en toute hâte pour la Terre, emportant avec moi la tenue de Garde de mon père, une tenue qui se reforma dans le portail, tandis que dehors, un homme acheva mon père. Je lui fonçai dessus, mais plusieurs autres me repoussèrent dans le portail. Je vis mon père, le corps gisant dans une marre de sang, lorsque tout se referma. Je me retrouvai sur Terre, pendant la bataille de Karakura...

Fin Flashback.

Je marchais toujours, seul, dans les différents quartiers, un léger vent venait me raffraîchir le visage, avant que je ne retombe dans mes pensées. La bataille de Karakura... Le combat contre Gin Ichimaru. Un affrontement dans le ciel nuageux de la ville, contre celui qui m'avoua d'un air cynique avoir empoisonné ma mère. J'étais orphelin, j'avais perdu mon père peu avant, et j'apprenais que ma mère n'était pas morte accidentellement. Une raison suffisante pour ne pas laisser vivre Ichimaru.

Le combat était autant physique que moral. Et en matière de psychologie, Gin se défendait plutôt bien. A ce jour, je ne comprend toujours pas pourquoi il n'utilisa pas son Bankai... Je prenais l'avantage, je le dominais, et il souriait toujours. Puis, cette chose, cet humanoïde me ressemblant terriblement arriva alors, pour confier un artefact de fuite à Gin, avant de s'enfuir. Sa simple venue provoqua chez moi l'envie de savoir ce qu'il en était avec ce type, et me remis en mémoire le combat contre Aizen, plusieurs mois plus tôt. Tout cela était fait de sorte que je me pose des questions. Je finis par tuer Ichimaru, mais Aizen réalisa l'Ouken et s'enfuit dans la Dimension Royale. C'était un échec, pour la Soul Society, mais aussi pour moi. Ou peut-être pas... Je n'avais pas réellement conscience de mes différents objectifs.

C'est une fois ici, à la Soul Society, soigné, et de nouveau au calme, que je pus y réfléchir. Karakura était en ruines, je n'y trouvais pas grand chose. Je commençai alors toute une préparation physique et mentale. Je suis devenu beaucoup plus fort, beaucoup plus lucide, j'ai pris conscience de mes objectifs, j'ai modifié mon style de combat au sabre, amélioré toutes mes capacités pour les pousser à leur paroxysme, je suis prêt.

La grande réunion qui précéda le lancement de l'invasion de la Dimension Royale me permit de revoir quelques Vizards. Il y avait Love, qui avait survécu et qui se portait bien. Il y avait Ryu, qui, suite à son combat contre Wonderweiss, désirait avoir plus d'autonomie. Je le croyais prêt. Ai-je fais une erreur en le laissant partir seul ? Je ne sais pas ce qu'il advient de lui en ce moment, ni la manière dont il gère toutes ces choses compliquées.

Et puis il y a ce garçon. Miryoku. Sa progression fulgurante et sa maturité font de lui un jeune homme au potentiel incroyable. Je ne l'ai pas beaucoup vu, mais Kisuke a confiance en lui. Peut-être devrais-je m'y pencher plus sérieusement... Ce n'était cependant pas ma priorité.

J'avais traversé une bonne partie du Seïreïteï, et j'arrivai dans le Bureau de Recherche Technologique de la 12ème Division. Les scientifiques furent surpris de m'y voir, et c'était normal. Ils me laissèrent cependant entrer sans me poser de questions. Après tout, j'étais Co-Commandant depuis la réunion, cela me conférait des facilités d'accès aux différents lieux de la Soul Society.

Apparemment, le Capitaine Kurotsuchi n'était pas là. Ni sa Lieutenant, Nemu je crois. Sans doute avaient ils des expériences étranges à mener sur quelconque cadavre. Toutefois, il y avait des gens, sur des ordinateurs immenses, notant des informations sur des petits calepins tout en observant des cuves, etc. J'ouvris la porte d'une salle, et, dans le silence, les regards se posèrent sur moi. Personne ne dit rien, jusqu'à ce qu'une jeune fille vint s'approcher.

" Bonjour, Yagoretsu-sama ! Qu'est ce qui vous amène ici ?
- Je rodais... Dîtes-moi, le Capitaine n'est pas là ?
- Oh non, il a dit avoir des choses à faire, il a disparu il y a plusieurs heures avec le Lieutenant Kurotsuchi ! Vous vouliez le voir ?
- Non non, simple curiosité. Est-ce que Kisuke Urahara vient souvent ici ?
- Oui ! Il passe régulièrement et travaille très dur !
- Je vois. Je viens récupérer ce sur quoi il travaillait.
- Ah ? Mais... Je...
- C'est pour moi qu'il réalisait ces travaux, ne vous inquiétez pas.
- Oui, Monsieur ! "


La jeune fille s'empressa de pénétrer dans une arrière-salle, dans laquelle elle resta quelques secondes. Je regardais tout autour de moi, il faisait sombre, c'était un endroit glauque, à l'image du Capitaine Kurotsuchi. La scientifique sortit les bras chargés, et posa le tout sur une table. Il y avait un document papier plié en accordéon, assez grand, un tissu rouge et noir, enroulé autour de quelque chose, et une petite boite.

" Euh, alors, voici la carte sur laquelle Urahara-sama travaillait, elle n'est pas tout à fait terminée...
- C'est rien, je la prend quand même. Ensuite ?
- Euh, ça... Je sais pas ce que c'est, et ça ne m'inspire pas confiance si vous voulez mon avis. Vous allez porter ça sur vous tout le temps ? Ca risque de vous gêner ! Tenez, voilà, avec ça, vous pourrez le porter dans le dos sans problème ! Ah, et n'oubliez pas cette boite.
- Qu'est ce que c'est ?
- Urahara-sama disait qu'il ne pouvait pas réaliser le sujet 03 sans certains échantillons, alors en compensation, il a fait ça, je n'ai pas regardé, ce sont ses affaires. "


Intrigué, j'ouvris la petite boite. Elle contenait un collier avec un pendentif en forme de couronne, le tout en un Or magnifique. L'amulette identique à celle que mon père m'avait confié pour pouvoir créer un portail pour la Dimension Royale. Kisuke avait-il réellement pu reproduire un tel objet ? Un petit mot était joint : " Effet permanent, fonctionne en petit groupe. Veuillez laisser votre carte de crédit sur la table. Merci. "
Hum. Visiblement, il avait prévu de me donner ça bientôt... Effet permanent et en groupe. Cet homme est un génie.

" Je vous remercie. Dîtes à Kisuke qu'il a fait du bon travail.
- Ca sera fait, Monsieur !
- Vous venez de faire quelque chose de déterminant pour la suite...
- Ah ? "


Une remarque surprenant, non ? Cette phrase trouvera sa réponse le moment venu...Je saisis le tout, et sortis du laboratoire pour me diriger rapidement au Bureau de Commandement. En entrant, je vis que Yamamoto était toujours là, accompagné de son Lieutenant. Je pris ma tenue de Garde d'Or, unique héritage de mon père, arrachai l'accoûtrement que je portais, et enfilai cette tenue au combien plus symbolique. Ma tenue. Cette tunique couleur velour, avec ses motifs et ornements en Or. Je récupérai le fourreau blanc contenant mon Zanpakutoh, je le fixai sur ma taille, à gauche. Sur la droite, je mis le sac du Capitaine Kurotsuchi. Dans mon dos, le grand tissu rouge et noir. La carte à l'intérieur de la tunique et le collier autour du cou. Je retrouvai un style qui était le mien. Je retrouvai ma dignité, je ne portais plus la tenue des Shinigamis. Yamamoto prit la parole d'une voix suspecte.

" Où vas-tu ?
- Je pars. Je n'ai plus rien à faire ici.
- Ce n'est pas encore le moment d'y aller.
- Ne me donne pas d'ordre. Je ne suis pas ton subordonné, met-toi ça dans la tête.
- Si tu pars, je met un terme à notre alliance.
- Alliance ? Tu as vraiment cru pouvoir nous tenir en laisse ? J'ai accèpté le temps d'être prêt parce que c'était l'opportunité pour les Vizards de se renforcer.
- C'est une trahison, Yagoretsu Tagoraï ?
- Appelle ça comme tu veux. Disons que j'ai tiré profit de la situation tant que c'était bénéfique, et désormais, je m'en vais poursuivre mes objectifs. Tu pensais quand même pas racheter tout le mépris que tu as eu pour les Vizards pendant des décénies en un seul acte de bravoure ? A cause de la lenteur des Shinigamis pour intervenir à Karakura, la ville est détruite. Et j'allais m'allier avec vous ? Ne sois pas stupide. Je me suis servi de vous, pour mon bien, et pour celui de ma race. Merci pour tout, Commandant Yamamoto. "


Révélations. Il était temps de dévoiler ce que je manigançais depuis tout ce temps. Je m'étais servi des Shinigamis tant que nous en avions besoin, j'ai récupéré ce que je voulais, et maintenant, je n'ai plus qu'à partir. Je sortis du Bureau d'un Shunpo, et me retrouvai rapidement à l'extérieur du Seïreïteï, dans une étendue désertique, à partir de laquelle j'allais partir. Mais comme je m'y attendais, Yamamoto me suivit.

" Où crois-tu aller, Tagoraï ?
- Ce ne sont pas tes affaires.
- Tu penses quitter la Soul Society avec les travaux de la 12ème Division et trahir l'honneur du Goteï 13 ?
- Tu veux m'en empêcher ?
- Ne joue pas l'arrogant avec moi. "


La tension montait, tandis que le Senkaimon menant sur Terre s'ouvrait dans mon dos. J'avais quelque chose à y faire avant le grand départ. Mais il semblerait que ce départ soit quelque peu repoussé... Yamamoto dégagea son haori de son dos, pour se retrouver tout de noir vêtu. Sa canne disparut progressivement pour laisser place à son Zanpakutoh.

" Pour l'honneur du Goteï 13, Yagoretsu Tagoraï, je vais te tuer.
- Vous ne me laissez pas le choix, Yamamoto Genryûsaï. "


Répondis-je, alors que je portai lentement ma main droite sur le manche blanc de mon arme. L'affrontement paraît inévitable. Si mon départ passe par le meurtre du Commandant de la Soul Society, alors soit.
Revenir en haut Aller en bas
Yamamoto Genryuusaï [PNJ]
Capitaine Général 1ere Division
Capitaine Général 1ere Division
Yamamoto Genryuusaï [PNJ]


Masculin Nombre de messages : 26
Âge : 33
Date d'inscription : 05/11/2008

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Ryuujin Jakka
Niveau: Commandant / LVL 17+1 (Shikaï)
Reiatsu:
[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Left_bar_bleue11300/12000[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty_bar_bleue  (11300/12000)

[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty
MessageSujet: Re: [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï   [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï EmptyJeu 25 Mar - 15:42

Spoiler:

Aizen et maintenant Tagoraï. L'honneur du Goteï 13 était bafoué à plusieurs reprises ces temps-ci, et ce n'était pas concevable. Alors que les Vizards étaient plus ou moins tolérés par le Commandant Yamamoto suite à la victoire de Yagoretsu face à Ichimaru, voilà que le leader de cette race reniée se moque des Shinigamis. Il était évident que c'en était trop pour le trentième Commandant qui se devait de mettre un terme à ceci.

C'est pour cette raison qu'il enleva son haori de Capitaine de la 1ère Division, et qu'il laissa disparaître son baton de bois au profit d'un long sabre. Le Vizard posa lentement sa main droite sur le manche de son arme, en guise d'accèptation du combat. Yamamoto ouvrit les yeux et fixa Yagoretsu d'un regard assassin.

" Tu oses m'affronter ? Jeune fou ! Tu saisis que cette fois ça n'a rien à voir avec l'entraînement que nous avons eu ? Mais si tu tiens vraiment à mourir, alors je vais me faire un plaisir d'exaucer ton souhait ! "

L'homme à la longue barbe, tout de noir vêtu, retira les manches de son shihakusho et se retrouva torse nu. Son corps présentait de nombreuses cicatrices, témoins des nombreux combats menés.

" Je suis Commandant depuis plus de 1000 ans, alors ce n'est pas un bambin comme toi qui va me poser problème. Je ne te laisserai pas t'enfuir avec le Sôkyoku ! "

Suite à cette phrase, il sortit son Zanpakutoh de son fourreau marron. La longue lame dépassait aisément le mètre. Yamamoto tendit le bras droit en direction du ciel, son sabre en prolongement de son bras, il fixait un Tagoraï immobile.

" Réduis tout en cendres, Ryujin Jakka !! "

S'écria le vieil homme d'une voix déterminée. C'est alors que la lame s'embrasa. Les flammes dissimulèrent le sabre, et se répendirent rapidement sur le sol, dans le ciel, et transformait la zone en un Enfer, une arène enflammée. La puissance dégagée par le plus puissant Zanpakutoh de feu était énorme. Les rares buissons brûlèrent instantanément, les particules spirituelles fondaient, le sol se noircissait.

Yamamoto, voyant son adversaire toujours immobile, s'élança en l'air et abaissa son sabre, duquel furent projetées d'énormes flammes. Elle se dirigèrent avec agressivité vers le Vizard, qui ne bougeait pas. Creusant le sol, fendant l'air, elles explosèrent enfin. Le sol se fissurait, les rochers se brisaient, l'air se réchauffait, la poussière dissimulait la zone. Une attaque surpuissante. Le Commandant se posa sur le sol, tandis que les flammes continuaient de crépiter sur son long et ancien sabre.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Yagoretsu Tagoraï
[Staff™] Chef Vizard
[Staff™] Chef Vizard
Yagoretsu Tagoraï


Masculin Nombre de messages : 1320
Âge : 33
Date d'inscription : 12/05/2008
Fiche Technique : Clique Ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Koutaïshi no Hi
Niveau: Chef Vizard / LVL 19
Reiatsu:
[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Left_bar_bleue0/0[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty_bar_bleue  (0/0)

[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty
MessageSujet: Re: [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï   [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï EmptyJeu 1 Avr - 11:05

Le vieux était sérieux. Il fit disparaître sa canne de bois au profit de son Zanpakutoh, et il ne perdit pas de temps pour en relâcher la puissance. Les flammes se répendaient en l'air, sur le sol, creusant des cratères, brûlant les particules spirituelles, c'était une fournaise qui se mettait en place dès la libération du sabre. Yamamoto avait mille ans d'expérience, et possédait le Zanpakutoh de feu le plus ancien et le plus puissant à ce jour. Du moins, si on considère que Koutaïshi No Hi est encore en deça, et ça, on n'est pas en mesure de le prouver. Après tout, quels sont les critères pour déterminer qu'un sabre est meilleur qu'un autre ? Pour l'honneur, la fierté, je pourrais ajouter ceci à la liste de mes objectifs : faire de mon Zanpakutoh, l'arme de feu la plus puissante, devant Ryuujin Jakka.

Alors que le feu avait transformé l'arène en Enfer, je ne bougeais pas, mon souffle était lent, les battements de mon coeur étaient réguliers, calmes, eux aussi. Je compris alors que j'étais réellement prêt pour la guerre. Je n'avais pas peur de la puissance de l'adversaire. Je n'avais pas peur de tomber sur plus fort que moi, de mourir. Je n'avais pas peur, parce que le combat est ma survie. C'est en combattant la mort que je la repousse.

Le Commandant s'élança en l'air, et d'un mouvement vertical avec son sabre, il jeta dans ma direction une nuée de flammes. Celles-ci creusèrent le sol, crépitèrent sur le chemin, me fonçant dessus comme un prédateur sur sa proie. Je ne bougeais toujours pas, et au contact, il y eut une explosion qui ravagea la zone. La poussière s'éleva, et après de longues secondes, lorsque celle-ci retomba au sol, je n'y étais plus.

J'étais légèrement au-dessus de Yamamoto, dont le regard se porta rapidement sur moi. J'abattis mon poing gauche, il y opposa le flanc de sa lame enflammée. Ma main traversa les flammes et vint percuter la lame, engendrant une onde de choc redoutable, qui enfonça les talons du vieil homme dans le sol, tandis que l'air déplacé soufflait sur les flammes. Il regarda mon poing, constatant qu'il ne se passait rien. Il fixa mon visage, ne découvrant aucune grimace. Sans doute essayait-il de vérifier mon insensibilité au feu. Je lui avait déjà fait part de cette faculté, mais peut-être n'y croyait-il pas. Peut-être pensait-il que j'avais pu toucher le bec du Sôkyoku grâce au reiatsu chargé dans mes bras.

Il força sur son bras pour repousser le mien avec sa lame. Je me posai au sol quelques mètres plus loin. On se regardait en silence, je n'avais pas besoin de lui expliquer, il n'était pas idiot. Et le blabla dans un combat de ce niveau, ce n'est que perte de temps et inutilité. Progressivement, les flammes de Ryuujin Jakka se calmèrent et disparurent. Yamamoto rengea son sabre dans son long fourreau, et jeta le sol au sol, comme un vulgaire déchet. Il adopta une position de combat, les poings fermés, prêt à en découdre d'une autre manière.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Yamamoto Genryuusaï [PNJ]
Capitaine Général 1ere Division
Capitaine Général 1ere Division
Yamamoto Genryuusaï [PNJ]


Masculin Nombre de messages : 26
Âge : 33
Date d'inscription : 05/11/2008

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Ryuujin Jakka
Niveau: Commandant / LVL 17+1 (Shikaï)
Reiatsu:
[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Left_bar_bleue11300/12000[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty_bar_bleue  (11300/12000)

[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty
MessageSujet: Re: [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï   [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï EmptyLun 5 Avr - 13:02

Lorsque Tagoraï frappa la lame de Ryujin Jakka sans se brûler, juste après être sortis indemne de l'attaque précédemment lancée sur lui, il était clair qu'il ne craignait pas le feu. Le Commandant le savait, il avait vu cette particularité, mais il n'était pas certain qu'il s'agissait d'une technique ou d'une faculté naturelle. Il s'avérait que la deuxième option, la plus effrayante, était la bonne. Ainsi, contre le Chef des Vizards, le feu n'est rien. Il y est insensible, et plus, son reiatsu protège ses vêtements, les empêche de brûler.

Contre certains adversaires, l'insensibilité au feu n'est pas très utile, si ce n'est dans les explosions. Mais contre Yamamoto, c'était redoutablement efficace, puisque sans aucun moyen tordu, le jeune homme rendait inoffensif le plus puissant Zanpakutoh de feu, Ryujin Jakka. Heureusement, le Commandant ne possédait pas uniquement la puissance de son arme, c'est pour cette raison qu'il la rangea et la jeta au sol sans hésiter une seule seconde. Son visage ne montrait aucune surprise. Il ferma les poings, prêt à en découdre.

Le vieil homme utilisa un shunpo et se retrouva juste devant son adversaire du jour. Il lança son bras droit de l'arrière vers l'avant, dans le coup d'asséner un puissant coup de poing dans l'abdomen du Vizard. Celui-ci fixa de ses effroyables yeux sang et or le bras approcher, et décida d'opposer son propre poing. Un de ses points forts étant la force de frappe, il pourrait rivaliser. Avant même que les deux poings ne se touchent, une force exerça un effet repoussoir qui éloigna les deux combattants de plusieurs mètres, tandis qu'une onde de choc creusa encore un peu plus le sol déjà bien entamé.

Ils se regardaient fixement, ne laissant aucune faiblesse paraître sur leur visage. Le silence sembla durer une éternité, lorsqu'ils disparurent d'un shunpo. En l'air, leurs poings s'entrechoquaient, provoquant à chaque fois une onde de choc toujours plus violente, toujours plus impressionnante. Aucun des deux guerriers ne semblait prendre l'avantage, et l'impression qui se dégageait était celle d'un combat qui n'était pas sérieux. Le Chef des Vizards profita d'un nouvel éloignement des deux hommes pour prendre enfin la parole.

" Qu'est ce qui vous empêche de vous battre sérieusement ? Ne me faîtes pas croire que vous voulez me tuer en m'affrontant tel que vous le faîtes en ce moment... Ne m'obligez pas à croire que c'est là tout ce dont le Commandant de la Soul Society est capable. C'est le fait que je porte la lame du Sokyoku dans le dos qui vous bloque ? "

Dit-il avec un sourire malsain sur le visage. Il savait pertinnement que c'était là la raison, effectivement. Plissant les yeux, Yamamoto ne répondit pas dans un premier temps, il préféra laisser échapper un soupir. Tagoraï lança une nouvelle provocation.

" Ou est-ce parce que vous avez peur de moi, parce que vous vous dîtes qu'après tout, vous n'êtes peut-être plus le meilleur ? "

Incontestablement, Tagoraï s'amusait. Il avait été comme enfermé dans les logiques de la Soul Society en attendant la fin de sa préparation et de ses objectifs au Seïreïteï, il avait maintenant envie de s'amuser un peu avec celui qui pensait tenir en laisse le Vizard le plus dangereux qui existe. Face à cette pique, Yamamoto réagit. Il ouvrit les yeux, et après avoir contenu une compréhensible colère noire face à la remarque du jeune homme, il ignora celle-ci pour répondre autrement.

" Abandonne ici les affaires que tu as volé au Goteï 13, et je t'assure ne pas tenir rigueur de cette trahison. "

Une phrase qui fit sourire son interlocuteur.

" Depuis quand essaiyez-vous de négocier ? Pensez-vous vraiment pouvoir me contenir avec vos paroles ? Voyons, Commandant, vous savez très bien que je ne renoncerai pas. Je n'ai rien volé. Kisuke m'a donné la possibilité de réaliser mes objectifs, en vieil ami qu'il est. Yoruichi m'a conforté dans l'idée que seul ou en groupe, j'ai un rôle important à jouer. Et ce rôle, il prend une voie différente de la votre. Je ne considère pas la Soul Society comme un ennemi des Vizards. Mais je n'hésiterai jamais à tuer un Shinigami qui empêcherait le bon déroulement de mes actes. "

Pas de réponse de la part du vieil homme. En revanche, celui-ci fonça avec une vitesse impressionnante vers Tagoraï, récupérant son sabre au passage, et porta un estoc au niveau du ventre...


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Yagoretsu Tagoraï
[Staff™] Chef Vizard
[Staff™] Chef Vizard
Yagoretsu Tagoraï


Masculin Nombre de messages : 1320
Âge : 33
Date d'inscription : 12/05/2008
Fiche Technique : Clique Ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Koutaïshi no Hi
Niveau: Chef Vizard / LVL 19
Reiatsu:
[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Left_bar_bleue0/0[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty_bar_bleue  (0/0)

[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty
MessageSujet: Re: [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï   [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï EmptyMer 7 Avr - 11:24

Mes provocations fonctionnaient. Je m'étais réellement inspiré de la manière de faire d'Aizen sur ce coup-là, je l'avoue. Et je comprenais pourquoi il persistait à faire ça. Ca marchait bien, avec presque n'importe qui. Même le Commandant Yamamoto était énervable. Il ne pouvait pas m'attaquer n'importe comment, parce qu'il savait que dans le long tissu roulé dans mon dos, duquel sort par le haut, au niveau de ma tête, un manche, il y avait la lame du Sôkyoku, et qu'une mauvaise attaque pourrait relâcher la puissance de cette entité.

Lorsque je touchai son honneur, le vieil homme se jeta dans ma direction avec une réelle vitesse, récupérant son sabre au passage. Derrière moi, le portail Senkaï était toujours ouvert. J'y jetai un oeil, puis fixai de nouveau Yamamoto. La longue lame de son sabre approchait à grande vitesse, la pointe menaçant mon abdomen. Alors que je la regardais approcher, le temps sembla ralentir grandement. La notion de Surhomme prenait tout son sens. Comme l'avait déjà expliqué le Capitaine Kurotsuchi, cette sensation intervient dans un combat entre deux guerriers du même niveau, la concentration étant telle que le temps semble ralentir, et les mouvements plus lents.

Plus que quelques centimètres et la lame me transpercerait. La pointe arriva au niveau du tissu rouge de ma tenue, mon corps se courba. Le visage neutre, le regard vide, je ne bougeais pas. Le Commandant stopa son mouvement, et me fixa. Plusieurs secondes passèrent, quand mon image devint floue, puis translucide, avant de disparaître progressivement.

Yamamoto plissa les yeux, tandis que je me trouvais à l'intérieur du Senkaïmon, dont les portes commençaient déjà à se refermer.

" Ustusemi... Non, ce n'est pas un cadeau de Yoruichi. Pensez à augmenter la sécurité dans votre bibliothèque centrale, ce n'est pas la première fois que j'y emprunte des livres sans le moindre souci. Nous nous reverrons probablement lors de la bataille finale, Commandant Yamamoto. Bonne chance pour votre guerre... "

Dis-je, alors que les portes se fermèrent, m'éloignant de la Soul Society. Il était important de ne pas mener ce combat à son terme. D'une part pour la vie des deux combattants, mais surtout pour ne pas me retarder dans mes actions. Certains pourraient considérer ma méthode de lâche, puisque j'ai quitté le champ de bataille avant la fin du combat, mais ces gens-là savent-ils réellement ce que signifie combattre ?

J'avais pu profiter de la lenteur des agissements du Seïreïteï pour utiliser un portail Senkaï avant que les Shinigamis chargés des transferts n'apprennent la pseudo trahison. Il n'y avait pas de nettoyeur. Peut-être avaient-ils enfin compris qu'ils courraient à leur perte en me chargeant. Après une longue et ennuyeuse marche, le portail s'ouvrit sur un autre monde, celui des humains, dans le ciel de la ville ruinée de Karakura...


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty
MessageSujet: Re: [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï   [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Entr. Mai] Ennemi du passé...
» [Entr. Mai] Ennemi du passé... (suite)
» Entraînement de Tagoraï
» A la recherche de Tagoraï
» Le jardin secret de Tagoraï.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Soul Society :: Rukongai :: Ouest-
Sauter vers: