Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de 55″ est plus
Voir le deal

 

  « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Jinkan Ataimairu
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Jinkan Ataimairu


Masculin Nombre de messages : 59
Âge : 27
Date d'inscription : 15/09/2012
Fiche Technique : Hello, Mr. Epoque

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yasashï
Niveau: 3e siège // LVL 10
Reiatsu:
 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Left_bar_bleue3250/4250 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty_bar_bleue  (3250/4250)

 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] EmptyMar 9 Oct - 18:21

« Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir » est une citation de Thérèse Amiel.
      Il y a 100 ans …

    Dans le 49ème district, au nord du Rukongai, un jeune bandit trouvait son maitre en la personne d’un ancien nommé Musashi. Le petit brigand, âgé physiquement d’environ seize ans, avait ainsi perdu sa liberté en la pariant dans une passe d’arme avec celui qu’il avait voulu voler et maintenant, il était devenu son homme à tout faire. Cela faisait peut-être une semaine ce jour-là et déjà, il arrivait à râler mais il fallait le comprendre, il avait été freiné dans sa progression vers le Seireitei et il avait l’impression d’être continuellement humilié par son nouveau maître qui le regardait avec calme depuis son balcon en ce jour chaud, dans le plus chaud des mois.

    La journée avait commencée difficilement par un entrainement. Alors que le jeune Jinkan était habitué à des horaires variés où il pouvait se lever à n’importe quelle heure, Musashi l’avait obligé à se lever à l’aurore depuis qu’il était sous son service et ce n’était pas dans l’espoir de pouvoir manger directement, non. Pour commencer, ils prenaient chacun un shinaï et se rendaient dans une salle assez vaste de la maison où ils criaient ensemble, donnant des coups dans le vide ou faisant des échanges assez simplistes, les bases du Kenjustu. Le cri du jeune homme était encore hésitant, se trouvant ridicule par cette pratique mais il était obligé, son professeur étant assez cruel avec lui lorsqu’il refusait et il ne fallait pas attendre le troisième jour pour qu’il se laisse faire, sachant que c’était le seul moyen pour lui de manger et de garder en même temps son honneur. L’honneur… Il réfléchissait en donnant des coups dans le vide vers le Soleil levant. Comment pouvait-il parler de ça alors qu’il était devenu un esclave ? L’âme égarée l’était d’avantage, avant il était un voleur dans les ruelles dans le quartier le plus au nord et maintenant qu’il ne volait plus, ou du moins qu’il essayait d’arrêter, il était un homme à tout faire. N’était-ce pas le même niveau de disgrâce ? Plongé dans cette réflexion, ses jambes se pliaient violemment, meurtries par un coup à l’intérieur des genoux qui le flanquait au sol. Le vieux Musashi l’avait encore remarqué…

      « - Espèce de …
      - Politesse. »


    …C’était l’une des valeurs du Bushido, la voix du Samouraï que Jinkan allait continuer à apprendre et cela même un siècle après…

    Maintenant, on l’avait envoyé faire les petites corvées, c’était comme ça que Musashi les appelait. Une longue tige de bambou avec trois sauts imposants de chaque côté et voilà un gamin fléchissant les jambes sous l’effet du poids, pieds nus sur les pierres brulantes qui formaient les rues de ce qu’on pouvait appeler les beaux quartiers.

      « - … d’en-cu-lé. »


    Râlant, ses muscles semblaient sur le point d’exploser sous l’effort et pourtant, le maître ne faisait rien à part le regarder de loin, bien tranquillement, énervant d’avantage Jinkan qui voyait clair dans son petit jeu, ou du moins le penser. Musashi voulait l’humilier, c’était ce que le gringalet se disait en se redressant fièrement, ces quelques poils au menton luisant sous ce soleil de plomb.

    … La rigueur et le courage, le Gi et le Yu. Encore des valeurs du Bushido que Musashi parvenait à inculquer à son nouvel élève rapidement sans que celui-ci ne s’en aperçoive à l’époque…

    Jinkan avançait de plus en plus vite jusqu’à prendre une vitesse de croisière digne d’une course malgré le poids de la tige qui se tordait sur son dos nu et meurtri également. Il était motivé, il allait exploser cet ancêtre une fois rentré et plus vite il le ferait, plus vite il serait libre ! Mais voilà, dans son empressement, un gros malin lui faisait un croche pied, la chute le faisant rouler sur quelques mètres, l’eau se répandant au sol. Le sol était chaud, ce n’était même pas un soulagement de ne plus pouvoir porter son fardeau, juste une autre torture. Le repos, il l’aurait une fois la mission finie mais en attendant, il n’y avait personne pour l’arrêter.

      « - On ne frappe pas ses ainés, gamin. Alors serre les fesses et va retourner faire ton boulot, le serf.
      - Sérieux ? Tu t’es pris pour un Shinigami à me dicter ma conduite comme ça, Monsieur le porc ?
      - Hm ?!! »


    Le voilà le soulagement : frapper aussi fort que l’on peut un adversaire avec une arme improvisée et cela peut importe les différences physiques ou bien le poids de la dite arme. L’homme devait faire deux fois sa taille, peut-être cinq fois son poids et pourtant, il finissait au sol à son tour bien qu’il avait tenté de se protéger. C’était du Hakuda, il ne fallait pas être magicien pour faire ça et il ne fallait pas croire que c’est parce que Musashi, ce vieux, l’avait vaincu, qu’il était faible pour autant : il avait juste une force moins terrifiante que lui.

    Une vingtaine de mètre plus loin, Jinkan se penchait pour récolter à nouveau de l’eau dans ses seaux et pour ensuite les raccrocher à son bambou. Mais avant ça, il se mettait en position indienne pour se reposer, s’aspergeant du liquide avant de reprendre sa route, grinçant des dents en se redressant, pensant à ce qui l’attendait une fois rentré. Cette fameuse récompense ?

      « - … Du thé. J’aime pas le thé. »


    Il se retournait. Se moquant de savoir s’il allait renverser de l’eau, il s’imaginait à présent comme un mur. Gamin et boudeur, tel était le troisième siège il y a un siècle…
Revenir en haut Aller en bas
Rôjûrô Ôtoribashi
Vizard Surpuissant
Vizard Surpuissant
Rôjûrô Ôtoribashi


Masculin Nombre de messages : 108
Âge : 21
Double compte : Mulan Kaosuhewa, shinigami.
Date d'inscription : 02/07/2011
Fiche Technique : Fiche technique de Rose

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Kinshara
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14 (LVl uped)
Reiatsu:
 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Left_bar_bleue8700/8700 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: Re: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] EmptySam 13 Oct - 15:53

R’oh, y en avait marre ! C’était quoi cette vice-capitaine qui arrêtait pas de lui crier dessus ? S’il avait su que c’était ça, être capitaine, il aurait refusé le poste ! Elle n’avait aucune compréhension ! Bon sang, il avait peur, c’était normal, non ? C’est un peu ce que se disait le pauvre Rôjûrô Ôotoribashi en sortant du seireitei. A la suite du départ à la retraite du capitaine de la troisième division, Rose avait été nommé capitaine à son tour. Très intimidé par sa nouvelle fonction, le shinigami avait peur de tout faire de travers et préférait laisser le travail aux autres. Mais voilà, sa vice-capitaine ne voyait pas les choses du même œil. Avec sa tête de femme de gangster, elle était toujours sur le dos de son capitaine. Elle le forçait à travailler et, sans que ledit capitaine s’en rende compte, l’aidait à assumer ses nouvelles responsabilités et à prendre confiance en lui.

Rose ne manquait pourtant pas de confiance en lui. Narcissique, le capitaine se prenait pour de l’art et, selon lui, son kidô et ses techniques étaient elle-aussi de l’art. Mais bon, entre se prendre pour une œuvre d’art et ne pas être intimidé par la fonction de capitaine, il y avait quand même une sacrée marge. Un peu dépassé par les évènements, Rôjûrô avait demandé l’autorisation à sa vice-capitaine – si, si ! – pour sortir du Seireitei. Il voulait se changer les idées, histoire de souffler un peu et de faire le point. D’abord sceptique, la vieille femme avait fini par accepter. Fiou ! Un peu de repos n’était pas trop demander. Entre les rapports, organiser les missions, l’accueil des nouveaux membres, les montées en garde et tout le tralala, non seulement Rose ne soufflait pas mais en plus il était continuellement stressé.

Mais il y avait quand même de bons côtés à cette promotion. Rose était maintenant respecté de tous, et il avait commencé à se lier d’amitié avec les autres capitaines et vices-capitaines. Outre ces nouvelles relations, le shinigami blond avait aussi plus de droit et pouvait organiser sa division comme bon lui semblait, ou presque. Si jamais un détail ne lui plaisait pas, il ne tenait qu’à lui d’y remédier. Cependant, même si la tentation de se comporter comme s’il était tout puissant était forte, Rôjûrô avait assez de volonté pour éviter que son poste ne lui monte à la tête. Après tout, il venait à l’origine du Rukongai. Il était parti de rien et, maintenant, il était l’une des personnes les plus puissantes de la Soul Society. Quels progrès en si peu de temps ! Sa famille pouvait être fière.

Histoire de décompresser, le capitaine fit donc le choix de renouer avec les racines. Il se rendit au district dont il était originaire. Mais Rose ne trouva pas ce qu’il était venu chercher. Tout le monde le traitait avec respect et restait distant. La plupart des marchands étaient mielleux et lui léchaient les pieds. La population lui demandait de soigner tel et tel personne, de s’occuper de tel et tel problème, de bénir les enfants… Dépassé, le futur vizard s’enfuit presque – mais sans laisser personne en plan, je vous rassure cher lecteur. Une fois seul, Rôjûrô s’appuya contre un tronc d’arbre. Il avait le cœur lourd et se sentait désespérait. Il avait le mal des grandeurs, il voulait qu’on le traitre normalement et qu’on lui rappelle qu’il avait été insouciant et sans responsabilité autrefois. Le morale dans les chaussettes, le capitaine partit vers une direction quelconque et marcha sans but.

Rose marchait, perdu dans ses pensées. Il réfléchit sur lui-même, sur ses décisions. Il tenta de comprendre les gens qui l’entouraient. Ils ne voyaient en lui que le capitaine shinigami, et non pas l’homme. Encore moins l’artiste, d’ailleurs. Un peu déprimé, le blond releva la tête et regarda le paysage qui l’entourait. Une rivière, magnifique, paresseuse et libre. Elle se fichait bien de savoir ce qu’on pensait d’elle. La rivière coulait, glougloutait et courait dans son lit en se fichant pas mal de ce que pourrait bien penser les autres. Avec ironie, Rôjûrô se dit qu’il aimerait bien être une rivière. Il resta un moment à regarder gazouiller cette rivière du Rukongai, inconscient que, un siècle plus tard, il retrouverait du courage, son inspiration et le moral en regardant une rivière similaire, dans le monde réel.

Et oui, le capitaine se baladait tranquillement, désespéré de ne pas se trouver à la hauteur de son poste, totalement inconscient de ce qui lui pendait au nez. Dans quelques années, Aizen le piégerait avec d’autres capitaines, des vices-capitaines et un nécromancien. Son destin changerait alors irrémédiablement : Rose sera banni de la Soul Society et considéré comme un hollow. L’organisme auquel il appartenait actuellement – le seireitei – se mettrait alors à vouloir l’éliminer au même titre qu’il éliminait lui-même des hollows. Rôjûrô était inconscient d’un autre détail. Absorbé comme il l’était par cette rivière, il se sentit pas le reiatsu qui s’approchait de lui. Trop tard. Avec surprise, le capitaine sentit un… un truc lui foncer dedans. Cependant, le truc n’avait pas mis assez de force pour le renverser. Curieux envers le truc et un peu honteux de ne pas avoir été plus attentif, le shinigami se tourna vers ce qui lui avait foncé dedans.

Un gamin. Un adolescent, même. La mine renfrognée, il était les fesses au sol. Derrière lui, un bâton de bambou avec un seau à chaque bout. Lesdits seaux étaient d’ailleurs en train de vider leur contenu sur le sol. Rose se sentit confus. Le garçon n’avait pas dû remarquer la silhouette plantée du capitaine – il devait être plongé dans ses pensées, lui aussi, sans doute – et maintenant sa lourde charge se déversait sur le sol. Tout ça à cause de l’inattention d’un capitaine qui se remettait en question. Mais, et l’adolescent dans cette histoire ? Pourquoi il ne l’avait pas évité ? Peut-être que les seaux, un peu trop lourd pour son petit gabarit, lui avait demandé de se concentrer pour ne pas renverser tout en chemin. Si c’était le cas, ça n’avait servi à rien. Un peu gêné, Rôjûrô tendit la main au jeune.

Well ! Ça va ? Tu ne t’es pas fait mal ? demanda-t-il gentiment.

Désireux de ne pas faire mauvaise impression, le capitaine offrit un sourire flegmatique à l’adolescent. Il semblait avoir un reiatsu plus élevé que la moyenne. Dans le futur il pourrait très bien s’inscrire à l’académie des shinigamis et devenir l’un d’entre eux. Mais, pour l’instant, Rose n’avait pas envie de penser au seireitei et tout ce que ça impliquait. Après tout, n’était-il pas venu ici dans le but de souffler un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-gaia.forumactif.com/
Jinkan Ataimairu
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Jinkan Ataimairu


Masculin Nombre de messages : 59
Âge : 27
Date d'inscription : 15/09/2012
Fiche Technique : Hello, Mr. Epoque

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yasashï
Niveau: 3e siège // LVL 10
Reiatsu:
 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Left_bar_bleue3250/4250 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty_bar_bleue  (3250/4250)

 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: Re: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] EmptySam 13 Oct - 18:21

    Ils avaient un point commun : un vieux personnage leur courant après en voulant leur faire croire qu’en les écoutant, la vie pourrait être mieux. Comment s’ils pouvaient écouter ces dictateurs de bonne conscience, ils étaient tous les deux des artistes à leur manière, l’un était un voleur, l’autre un musicien et ils excellaient dans leurs domaines, pouvions-nous le croire à cette époque pour l’un tout du moins. Surement que si on mettait les ancêtres qui les maltraitaient ensemble, ils s’entendraient bien ou bien, se boufferaient. Qui sait ? Leurs côtés désagréables pouvaient très bien disparaître et ils feraient des bébés avec leurs corps ridés, mais surement que l’enfant serait aussi chiant qu’eux alors mieux faut que le lieutenant du futur vizard reste chez elle et que Musashï continue à boire son thé sur son balcon en maltraitant en gosse. La vie était ainsi faite, étrange mais bonne et juste, on pouvait s’en plaindre mais tout ceci ne serait que plaisanterie, qu’ironie, le sourire finirait toujours par nous atteindre. C’était l’une des choses que le maître tout récent de Jinkan avait réussi à lui apprendre, comme une excuse pour que son existence et la sienne semble moins lourde à porter. Ça marcherait… plus tard, surement.

    En tout cas, la vie semblait toujours aussi difficile pendant que l’adolescent forçait sur ses pieds pour essayer de défoncer celui qui lui barrait la route. Ce grand machin qu’il ne regardait pas vraiment, ses idées trop perdues pour l’instant. Mais son esprit ne tardait pas à rejoindre la réalité et il s’imaginait noyer cet inconnu dans la rivière, de le molester à mort ou le trainer à travers tout son district par les pieds. Pourquoi un vieux con devait encore l’arrêter ? Cet espèce de machin blond là !

      « - Mothafu-… »


    Encore sur les fesses, il se retenait de finir ce qu’il disait. Ce n’était pas parce qu’il avait vu qu’il était en face d’un militaire, non, c’était plutôt que la colère montait trop vite en lui pour qu’il puisse garder les idées claires. Il était rouge de rage, il hurlait des choses incompréhensibles, peut-être en mille langues différentes mais rien de compréhensible, juste l’intonation valant quelque chose et ne murmurant que doucement que le jeune homme n’était pas content. Aussi bien qu’après quelques secondes d’insultes extra-terrestres, il se courbait sur le côté pour tousser, s’étouffant à force de râler aussi fort et enfin, le manque d’air l’avait calmé, refroidit. Une larme à l’œil, il se conduisait comme une jeune vierge que l’on avait trop brusqué, insultant Rôjûrô de « Sa-laud » en ne lui faisant même pas face pour l’instant, juste reprenant son souffle encore un peu avant l’affrontement.

      « - Well ! Ça va ? Tu ne t’es pas fait mal ? »


    Mh ? Ce gars était bizarre, c’était ce que Jinkan se disait en le regardant avec son regard bicolore, le dragon gravé dans son œil vibrant à la vue de ce machin qui était plutôt amical. Il était puissant, même une âme égarée comme le gamin au sol pouvait le savoir mais ce n’était pas pour ça qu’il allait se mettre à lui lécher les bottes, il avait gardé le côté arrogant de la fausse noblesse de la mafia, il avait gardé l’illusion d’avoir été roi un jour et comme depuis sa naissance, le Seireitei n’était qu’un obstacle pour qu’il puisse faire la loi. C’était encore dans cette pensée qu’il était à cet âge, serrant les dents en voyant cette gentilesse qu’il tournait en hypocrisie dans son esprit, pour se rassurer qu’il ne s’attaquait pas à quelqu’un… de bien.

    Ce sourire. Il se foutait de lui ? L’ancien bandit baissait un peu la tête de honte, il plissait les yeux en se demandant ce qu’il venait de voire et même s’il voulait se convaincre d’être devant un menteur, il n’y arrivait pas. Il avait senti sa peine, même si ce n’était qu’un instant, et étant capable de compassion, il avait décidé de lui pardonner pour cette fois. Il était en sueur et fatigué, il n’avait probablement plus la force de battre quelqu’un d’autre, alors autant faire semblant qu’il était bon prince et que sa clémence n’était du qu’à son humeur, et non à une incapacité quelconque.

    Il redressait son regard unique vers ce Shinigami, boudant toujours un peu avec des petites rougeurs aux joues qui lui donnaient une apparence légèrement efféminée auquel se rajoutait ses cheveux trop longs, gris et mal coupés, son corps fin de gamin, même ses muscles détendus lui donnaient l’impression d’une gamine mais il était viril dans sa tête, et il pouvait toujours péter les dents du Capitaine s’il lui faisait remarquer qu’il devait faire quelque chose pour sa coiffure.

      « - Il faudra plus qu’un gars en haori pour me faire mal… Faut faire attention, sinon va t’arriver des bricoles, espèce de grand machin. »


    Jinkan se redressait. Ses pieds nus le faisant encore un peu plus souffrir, il se forçait à récupérer la longue tige de bambou et à se recoiffer pour redevenir un homme puissant et un mâle dominant. Direction, la rivière encore une fois, mais il avait à présent une excuse pour alléger sa peine, tournant légèrement la tête vers le maladroit –Quel maladroit ? C’est Jinkan le maladroit, attend- en lui faisant un léger signe de s’approcher.

      « - Tu peux m’aider nan ? Sinon je vais jamais m’en sortir et je vais me faire taper dessus. C’est de ta f-… » il réfléchissait à ce qu’il avait vu chez Rose, ce petit air qui avait fait qu’il lui avait trop facilement pardonner « - Sinon, je vais jamais m’en sortir et me faire taper dessus, ouais. »
Revenir en haut Aller en bas
Rôjûrô Ôtoribashi
Vizard Surpuissant
Vizard Surpuissant
Rôjûrô Ôtoribashi


Masculin Nombre de messages : 108
Âge : 21
Double compte : Mulan Kaosuhewa, shinigami.
Date d'inscription : 02/07/2011
Fiche Technique : Fiche technique de Rose

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Kinshara
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14 (LVl uped)
Reiatsu:
 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Left_bar_bleue8700/8700 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: Re: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] EmptyLun 15 Oct - 11:05

Le garçon aux allures efféminées se releva sans accepter l’aide du capitaine. Il semblait méfiant et boudeur. Il lui faisait penser à quelqu’un, mais qui ? Cette moue, ce regard, cette façon de parler… Mais oui ! C’était du Hiyori tout craché ! Hum, il valait peut-être mieux garder cette remarque pour lui. Rose n’avait ni envie de parler de son boulot, ni de vexer le jeune homme – sait-on jamais, s’il la connaissait. En tout cas il avait du courage ! L’adolescent mit en garde Rôjûrô, désigna les capitaines shinigamis comme "des gars en haori" et traita le capitaine de "grand machin". Ledit Capitaine aurait pu se vexer si le jeune garçon aurait eu une tête qui signifiait "je pense ce que je dis", et aurait bien répliqué qu’il était capable de se défendre mais la surprise le laissa muet. Heureusement, il n’avait pas entendu les insultes à moitié mangées par la rage que le gamin avait déballé tout à l’heure. Rose n’avait entendu qu’un charabia incompréhensible et il en avait déduit que le garçon était très énervé.

Contre quoi ? Aucune idée ! Peut-être n’était-il pas content de devoir retourner à la rivière remplir ses seaux. Peut-être s’en voulait-il d’avoir été maladroit ? Qui sait ? Une fois debout, l’adolescent se recoiffa avec des gestes brusques puis récupéra son bambou. Maintenant recoiffé, de nouveau "armé" de son bambou, il semblait déjà moins efféminé. Le garçon semblait éviter de regarder la personne dans laquelle il avait foncé tête baissée. Etait-il impressionné par le garde de Rose ? Pourtant il faisait tout pour faire penser le contraire. A sa façon d’être, il était facile de deviner que ses sentiments envers Rôjûrô étaient mitigés. Mélange de colère, de frustration et peut-être de la sympathie refoulée. Avant que Rôjûrô puisse exprimer son soulagement – l’adolescent ne s’était pas fait mal – le jeune se permit de donner des ordres au capitaine, sur un ton d’abord agressif puis… gêné ?

Tu peux m’aider nan ? Sinon je vais jamais m’en sortir et je vais me faire taper dessus. C’est de ta f-… Le capitaine haussa un sourcil. Sinon, je vais jamais m’en sortir et me faire taper dessus, ouais.

Ben dit donc ! C’était sa crise d’adolescence ou quoi ? Ôotoribashi Rôjûrô regarda tour à tour le garçon et les seaux. Il était énervé mais c’était retenu d’accabler le capitaine d’injure. A bien y réfléchir, ce ne devait pas être le rang du capitaine qui créé ce sentiment mitigé. Intrigué, Rose décida de laisser faire pour cette fois et de l’aider pour découvrir l’origine de ce mitige. Après une hésitation accompagnée d’un visage sévère, le shinigami offrit donc un sourire mystérieux avant de ramasser les seaux.

Mmh… un peu de travail manuel ne devrait pas me faire de mal.

Le "grand machin" réfléchit à ce qu’il pouvait dire pour détendre l’atmosphère et obtenir les informations qu’il souhaitait. Le futur vizard supposa que ce jeune homme avait tendance à se braquer facilement, le mieux était donc d’y aller en douceur. Par quoi commencer ? Mmh… Les bases, c’était bien.

Je m’appelle Ôotoribashi Rôjûrô, mais on me surnomme souvent Rose… Et toi ?

Il avait hésité, l’espace d’un millième de seconde, à tutoyer ce garçon impulsif. Mais, après tout, ce dernier ne s’était pas gêné. Alors, bon. Rose remarqua qu’il n’avait plus l’habitude qu’on lui parle sur son ton et qu’on lui donne des ordres. Il s’était habitué au respect et cette attitude blessait sa fierté. Pourtant, sa vice-capitaine était bien pire dans son langage et sa façon de parler. A part le titre, qu’est-ce qui les différenciait ? Avec cette vieille femme, Rose avait envie de fuir et d’aller se cacher. Avec cet adolescent il avait envie de réclamer le respect qui lui était dû. Le capitaine commença à replonger dans ses réflexions.

HJ :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-gaia.forumactif.com/
Jinkan Ataimairu
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Jinkan Ataimairu


Masculin Nombre de messages : 59
Âge : 27
Date d'inscription : 15/09/2012
Fiche Technique : Hello, Mr. Epoque

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yasashï
Niveau: 3e siège // LVL 10
Reiatsu:
 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Left_bar_bleue3250/4250 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty_bar_bleue  (3250/4250)

 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: Re: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] EmptyLun 15 Oct - 16:21

    Il le regardait ramasser les seaux. Il l’écoutait en plus ? C’était bizarre, il s’imaginait que le dieu de la mort en face de lui allait se fâcher et le frapperait, lui donnant davantage de raison de détester ceux de son genre mais rien. Il restait juste face à Rose pendant qu’il effectuait sa tâche, comme un chef de chantier, attentif à ce qu’il faisait et à ce qu’il disait, ce qui était une qualité si ce n’était pas dans le seul but de l’enfoncer un peu plus.

    Le futur vizard disait qu’un peu de boulot de ce genre ne lui ferait pas de mal ? C’était aussi ce que le futur troisième siège de la huitième division s’était murmuré lors de son premier jour de labeur mais en ce jour, il savait juste que c’était de la connerie et que l’auto-motivation n’allait pas alléger la peine. En même temps, il ne cherchait peut-être pas réellement à se simplifier la vie, comme s’il voulait être à plaindre.

      « - T’as pas le choix de toute manière. »


    Et toc, ça c’est dit.

    Mais il était clair que cette fois, il considérait un peu plus le grand machin comme un homme, ayant utilisé un air plus sympathique et plus amusé même s’il ne le portait toujours pas dans son cœur. Ca viendrait peut-être avec le temps mais pour l’instant, il y avait trop de barrière entre leurs deux mondes et il semblait que c’était à ce cher Rôjûrô de faire le premier pas. Il avait l’air d’un beau parleur et Jinkan était une brute sans poésie, cela semblait être l’ordre naturel des choses qu’il entame la conversation s’il devait y en avoir une entre les deux hommes.

    Armé de son bambou qu’il mettait sur ses épaules, il transportait le nombre le plus important de seaux pendant qu’il laissait le Capitaine derrière lui avec deux ou trois récipients, l’ignorant en marchant jusqu’à ce que sa marche s’achève d’une manière soudaine. Il lui avait dit son nom et il raisonnait dans sa tête, il réfléchissait et l’aura qui s’échappait de son corps juvénile devenait plus mature, plus brute encore et en même temps plus sage, une saleté de paradoxe qui avait surement attiré l’œil de Musashi qui avait trouvé le moyen de garder le garnement près de lui. Celui-ci se retenait d’ailleurs de se retourner comme un ancien à la longue barbe et de dire que c’était un bon nom d’une voix grave et puissante sans élever la voix mais il se retenait, il n’avait pas encore l’esprit assez développé pour ça et surement qu’il lui dirait un jour ce qu’il retenait cette fois-ci, laissant juste à Rose un peu de son reiastu lui frôler la peau en signe d’approbation quant à sa manière de s’appeler, même pour le surnom.

    Comme frustré, l’enfant ne lui répondait pas et ne lui adressait même pas un regard pour l’instant, reprenant juste sa marche vers sa rivière d’un air insouciant avant de soupirer d’une manière un peu bruyante, se permettant à son tour une question alors qu’il ne lui avait toujours pas répondu.

      « - … Tu fais quoi si loin de chez toi, hein ? T’as surement une famille qui t’attend et tu vas te mordre les doigts d’arriver en retard. Tu vas pas perdre un siècle comme moi à porter des seaux, nan ? »


    Comme d’habitude, il était agressif mais le fait qu’il parle de famille pouvait donner des indices sur le pourquoi de sa rage. Il n’avait bien sûr pas envie de raconter sa vie et surtout que ce n’était pas intéressant, des orphelins, il y en avait plein et lui n’en était même pas un vrai, s’étant juste barré de chez lui. Un simple bandit parlant à un Capitaine, son regard bicolore s’était remit à fixer l’horizon pendant qu’il s’imaginait déjà recevoir des leçons d’éducation par l’ancêtre qui l’attendait sur son balcon, comme un point lui écrasant le cœur, une politesse qu’il apprenait maladroitement et il essayait de rattraper son coup, comme si ce qu’il allait dire maintenant devait balayer la question d’avant qui était sortie de ses lèvres d’arrogant adolescent en pleine crise.

      « - Je m’appelle Jinkan… »

« - … Juste Jinkan. »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rôjûrô Ôtoribashi
Vizard Surpuissant
Vizard Surpuissant
Rôjûrô Ôtoribashi


Masculin Nombre de messages : 108
Âge : 21
Double compte : Mulan Kaosuhewa, shinigami.
Date d'inscription : 02/07/2011
Fiche Technique : Fiche technique de Rose

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Kinshara
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14 (LVl uped)
Reiatsu:
 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Left_bar_bleue8700/8700 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty_bar_bleue  (8700/8700)

 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: Re: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] EmptyMer 17 Oct - 19:51

Le capitaine eut un sourire flegmatique. Au final il avait bien fait de ne pas réagir : le gamin se détendait un peu. Maintenant, il s’autorisait à prendre un peu le ton de la plaisanterie. Parfait ! De l’humour ! Rose n’avait pas envie de se bagarrer avec un jeune en pleine crise d’adolescence. C’est peut-être dur à croire mais les adolescents en crise sont bien pire que les hollows les plus puissants de tout le Hueco Mundo ! (HJ : La preuve : Hiyori et Jinta !) Aussi, la plus grande prudence était de mise. Et ça marchait plutôt bien, puisque le jeune se détendait. Le capitaine nota que le jeune garçon avait pris plus d’objets que lui. Comme pour prouver sa valeur ? Pourquoi voudrait-il faire ça, était-il rabaissé dans son quotidien ? Ceci pourrait expliquer son comportement agressif. Il n’était pas agressif, il était sur la défensive ! Quelle découverte intéressante.

Lorsque le futur vizard dit son nom, l’adolescent s’immobilisa. Mmh ? Réaction étrange. Le capitaine s’arrêta aussi et fixa le jeune garçon. Eh bien, il n’allait pas être choqué, quand même ? Son reiatsu changea légèrement, comme si cette invitation à parler transformait quelque chose en lui. Rose haussa un sourcil flegmatique puis du reiatsu approbateur frôla sa peau. Le capitaine eut un sourire. Etait-ce donc si difficile que ça de dire "il est cool ton nom, et ton surnom aussi" ? Puis l’adolescent reprit sa marche. Il ne lançait pas un regard au shinigami, qui lui ne se gênait pas pour l’observer et l’analyser. Le garçon était reparti dans sa frustration. Quelques mètres plus tard, le garçon aux cheveux longs se décida enfin à prendre la parole. Mais ce n’était pas pour répondre à Rose.

… Tu fais quoi si loin de chez toi, hein ? T’as surement une famille qui t’attend et tu vas te mordre les doigts d’arriver en retard. Tu vas pas perdre un siècle comme moi à porter des seaux, nan ?

Rôjûrô resta pensif devant les questions. Elles étaient étrangement posées, et il n’avait pas très envie de répondre à la première. Il y eut quelques secondes de silence, mais ce ne fut pas l’interrogé qui le brisa. Non, ce fut le garçon.

Je m’appelle Jinkan…
… Juste Jinkan.


Rose eut un sourire flegmatique.

Enchanté de faire ta connaissance, "Juste" Jinkan, fit-il avec une ironie censée détendre un peu plus l'atmosphère.

Il eut un petit rire provoqué par son amusement. Enfin, Rose se sentait détendu. Il n’avait toujours pas envie de parler du seireitei et de son travail, mais son esprit était maintenant plus apaisé. C’était ce que le capitaine était venu chercher. Il reprit un visage sérieux, mais dans son regard flottait un sourire las.

Je ne suis pas en retard… même si des personnes m’attendent sûrement, mais ce n’est certainement pas ma famille.

Il y eut un silence et le reste de sourire disparut. De la préoccupation dissimulée la remplaça. Rose fit avec prudence :

Sauf, bien évidemment, si on considère que les shinigamis sont ma famille… Le capitaine voulut changer de sujet. Son ton redevint joyeux et son sourire refit son apparition. Mais, et toi ? Pour qui vas-tu chercher toute cette eau ? N’essaie pas de me faire croire que ce n’est rien que pour toi, je ne te croirais pas. Il jeta un coup d’œil aux pieds de Jinkan. Et vu tes pieds, ce n’est pas le premier aller et retour que tu fais.

Ils arrivèrent à la rivière. Rôjûrô posa ses seaux à terre. Doucement, comme s’il avait peur de brusquer le gamin il commença à formuler une question.

Si tu veux, je peux s… Non, nothing.

Non, mieux valait garder sa proposition pour lui. Cet adolescent était fier et le capitaine ne l’avait pas complètement amadoué. Sa proposition risquait de le vexer et de mettre fin à cette discussion. Ce dont Rose n’avait pas envie, d’ailleurs. Car Jinkan était la première personne à le ramener aux sources depuis qu’il était parti se balader ici. Les autres étaient trop impressionnés. Etre traité comme un être normal, et non pas un sauveur ou un héros, ça faisait du bien de temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-monde-de-gaia.forumactif.com/
Jinkan Ataimairu
Shinigami de la 8eme division
Shinigami de la 8eme division
Jinkan Ataimairu


Masculin Nombre de messages : 59
Âge : 27
Date d'inscription : 15/09/2012
Fiche Technique : Hello, Mr. Epoque

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yasashï
Niveau: 3e siège // LVL 10
Reiatsu:
 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Left_bar_bleue3250/4250 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty_bar_bleue  (3250/4250)

 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: Re: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] EmptyLun 22 Oct - 16:42

    Il se sentait observé par le Capitaine derrière lui, il n’avait même pas besoin de se retourner pour savoir ça, c’était évident avec la personnalité de ce type. Alors, comme pour l’impressionner, il bombait ses muscles déjà bien formés et marqués par une malnutrition qui commençait à disparaître peu à peu et d’ailleurs, Jinkan avait ce petit ventre typique des pauvres qui découvraient l’abondance et qui se déformaient après un jour ou deux à manger correctement. Cette petite protubérance devait disparaître d’ici la fin du mois, c’était comme ça que cela se passait lorsqu’un gars sans le sou trouvait par miracle de quoi s’alimenter de la sorte. Mais peu importe, ses muscles étaient là pour attirer l’attention et généralement, cela marchait bien même si entre nous, il n’avait rien de plus qu’un coq voulant impressionner d’autres poulets, il était encore loin d’être un homme mais s’il continuait sur cette voie, pourquoi un jour ne le serait-il pas ?

    Il l’écoutait et comme Rose le craignait, il semblait se vexer.

      « - Juste ? Il n’y a rien de juste dans ma vie, ça ne fait pas parti de mon vocabulaire alors je ne veux pas l’enten-… » Il y avait un petit blanc et voilà Jinkan s’interrompant encore, comme une lutte de personnalité dans sa tête « Désolé. Je sais que tu essaie de détendre l’atmosphère mais je ne suis peut-être pas le bon type. Tu sais, on dit ici que les gens du tout au Nord du Rukongai sont des rustres… Merci pour l’effort. »


    Peu après, il l’entendait parler de sa famille et il avait fallu lui lancer une réplique mais il était coupé, ou plutôt il n’avait pas eu le temps de commencer. Il était soulagé quelque part, cela l’empêchait de passer pour une brute sans aucune classe alors il écoutait juste Rose parler, mettant juste une main sur sa hanche en tenant sa tige de bambou de l’autre, essayant de faire mine qu’il n’était pas déstabilisé par tout ce poids sur ses épaules.

      « - Je n’ai pas besoin qu’on croie en moi, Monsieur J’ai-un-haori ! Je suis un fuckin’ prince après tout… Et c’est pour moi. Enfin, pas pour boire mais ça, on verra si tu mérites que je te l’explique après ou non. »


    A la rivière, il se posait sur un genoux qui lui semblait endolori et remplissait machinalement les seaux, montrant comme ça son habitude et puis, derrière lui, encore la voix de ce grand machin qui le forçait à soupirer. Il le regardait cependant avec un sourire un peu carnassier du genre à dire que lui aussi allait travailler mais du genre beaucoup beaucoup, qu’il finirait en larmes à la fin de la journée mais non, Jinkan faisait sa bouille de gamin boudeur en se rappelant des explications pseudo-scientifiques de son maître et c’était une bonne excuse pour expliquer pourquoi le Capitaine avait la chance de ne pas devoir l’aider, et même d’avoir l’interdiction de le faire. Rôjûrô lui avait donc demander pour qui il faisait tout ça et le gamin lui avait d’ailleurs répondu mais il y avait plus important, le pourquoi, et comme Jinkan semblait considérer son interlocuteur comme inférieur à sa sainte personne, il s’asseyait en tailleur en face de lui, tel un grand professeur alors qu’il devait faire la moitié de sa taille.

    Le majeur levé, il demandait l’attention pour cet effort de sociabilité.

      « - C’est pour mon entrainement. Imagine un immense cercle où il y aurait des poteaux de bois de plus en plus petit au fur et à mesure que l’on s’approche du centre qui serait un poteau aussi important que ceux de l’extérieur du cercle. Tu dois avancer en spirale et pour éviter que tu triches, tu as un vieux derrière. Au bout du 31ème piquet, il commence à essayer de te faire tomber et dis toi qu’il y en a un pour chaque district et un pour ta maison à toi, le Seireitei. Ça nous fait 321 et comme je ne sais pas encore compter, pas de commentaire, je vais croire celui qui m’a dit ça. »


    D’un geste de la tête, il désignait la tige en bambou qu’il avait laissé derrière lui et son index pointait cette chose qui lui servait d’arme de temps en temps. C’était là où devait se porter l’attention de Rôjûrô maintenant et Jinkan ne semblait pas lui laisser le choix.

      « - T’as remarqué, non ? Il n’y a que sept seaux. Moi, je pense que c’est juste une connerie pour que ça soit encore plus impossible pour moi mais non, un vieillard m’a dit que c’était censé représenter sept valeurs : le courage, la rigueur, l’honneur... Mh… Euh... Rah ! Aide-moi toi ! On a du t’apprendre ça pour que tu puisses rentrer dans l’armée, non ? »


    Il râlait, il était énervé, mais ce n’était pas contre le Capitaine. Il ressemblait à un monstre se dévorant lui-même en pensant trouver des réponses s'il se forçait mais ce n’était pas le cas, il n’avait juste pas écouter lorsqu’il le fallait et à présent, il réclamait cet effort de la part de Rose alors que lui en était incapable ? Oui, chez lui, rien n’était juste.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





 « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty
MessageSujet: Re: « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]    « Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
« Le souvenir de la honte passée préserve l'honneur de l'avenir. » [Flash-back][Pv Rose]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» Village Hentaï
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Soul Society :: Rukongai :: Nord-
Sauter vers: