Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerDernières imagesConnexion
-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

 

 Le jardin secret de Tagoraï.

Aller en bas 
AuteurMessage
Yagoretsu Tagoraï
[Staff™] Chef Vizard
[Staff™] Chef Vizard
Yagoretsu Tagoraï


Masculin Nombre de messages : 1320
Âge : 33
Date d'inscription : 12/05/2008
Fiche Technique : Clique Ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Koutaïshi no Hi
Niveau: Chef Vizard / LVL 19
Reiatsu:
Le jardin secret de Tagoraï. Left_bar_bleue0/0Le jardin secret de Tagoraï. Empty_bar_bleue  (0/0)

Le jardin secret de Tagoraï. Empty
MessageSujet: Le jardin secret de Tagoraï.   Le jardin secret de Tagoraï. EmptyVen 5 Sep - 22:06

Je marchais depuis plusieurs longues minutes le long du fleuve de Karakura, si longtemps que j'en étais arrivé en aval, à l'endroit ou le fleuve se jetait. Il était la fin de l'après-midi, environs 17h, le soleil aux couleurs orangées fondait au loin. La température douce avoisinnait les 26°C. Il n'y avait pas de vent aujourd'hui. Je m'avançais jusqu'à ce que je sois obligé de m'arrêter, émerveillé par une vue imprenable. Les doux rayons du soleil me caressant la peau, je regardais non sans un léger sourire le spectacle qui s'offrait à moi. Je me trouvais en hauteur, à plus ou moins 120m de haut, sur une falaise. Mais cette falaise n'était pas comme les autres de la cachette des Vizards, non, celle-ci était le point final du parcours du fleuve mythique de la ville de Karakura. Une large et longue cascade d'eau claire translucide se jetait dans un lac turquoise et doré aux rayons du soleil. Ce lac était fermé, l'eau pénétrait ensuite la terre pour remplir les nappes phréatiques. Un processus qui avait était inventé par les civilisations anciennes pour récolter de l'eau.

Les années ont passé et la nature à reprit ses droits, offrant un panorama magique.L'immense chute d'eau remplissait donc ce très beau lac. En contre-bas, face au soleil couchant, de lourdes pierres lisses, blanches, jonchaient entre l'eau et la végétation exotique florissante qui se situait juste derrière, un ombrage superbe laissant passer uniquement quelques fins filets de lumière. Des arbres verdoyants très diversifiés, des fleurs tropicales magnifiques, un cadre de rêve et de tranquilité. En levant légèrement les yeux, je pus apercevoir un vol de peruches blanches, qui avaient certainement élu domicile dans un de ces splendides arbres. Je me demandais pourquoi je n'avais jamais pris le temps de m'aventurer jusque ici avant. Peu importe, mieux vaut tard que jamais comme on dit.

Même si le paysage était celui d'une carte postale vu d'ici, je mourrais d'envie de m'approcher. Je fermai les yeux, sourire en coin, pieds joints l'un contre l'autre, j'écartai les bras à l'horizontale. Après une petite poignée de secondes et une grande inspiration, je m'élançai en saut de l'ange devant la cascade. La sensation de liberté, de bien-être et de joie que je ressentis au moment de ce saut fut incomparable. Un moment magique, qui se conclut par une entrée dans une eau claire relativement douce, dont la température était idéale pour une baignade. Sous l'eau, je découvris une flore sousmarine exceptionnellement variée. Des plantes, des poissons multicolores, de multiples habitants, qui ne firent guère attention à ma présence. Loin de la ville, ces animaux ne ressentent certainement pas le stress à l'approche de ce prédateur qu'est l'homme.

Je remontai ensuite à la surface, et rejoins l'un des rochers qui me permit de monter sur la plage sauvage. Je passai la main dans mes cheveux pour en enlever le surplus d'eau, puis je m'assis contre un arbre dont le tronc bien bas montait jusqu'à environs 3m. Les chuchottements de l'écume, les sifflements des oiseaux, les chants des criquets, une symphonie qui me plaisait, celà changeait de la guerre et des bruits de lames, de cris, de sang coulant à flots sur le sol. Récemment, j'étais plutôt pensif. Depuis ma rencontre avec Gin Ichimaru, en fait. Ce dernier avait remis au devant de ma mémoire les faits tragiques de mon enfance, ce qui me plongeait ces derniers temps dans de sombres souvenirs. Avec un désir de penser un peu à autre chose, je sortis de ma tunique le fameux livre que j'avais volé à la Soul Society il y a plusieurs semaines de celà. Je l'ouvris, et me mit à entamer ma lecture.

Ce livre, je ne l'avais pas choisi au hasard. Ce bouquin aux allures de vieux grimoire était recouvert d'un tissu doux au toucher de couleur rouge, et orné de feuilles d'or. Il contenait des informations sur les hautes instances de la Soul Society, et des légendes qui occupent les esprits des Shinigamis depuis des siècles. Attisé par ma curiosité, je désirais en savoir plus. Au fil de ma lecture, j'en avais fini avec la présentation des diverses catégories et rangs au seins du Goteï 13. Tout celà, je le savais déjà, les histoire de Capitaine, Lieutenant, Chambre des 46, je savais comment celà fonctionnait. La hiérarchie était quelque chose de dominant dans les instances juriques et militaires, et celà fonctionnait très bien depuis plusieurs centaines d'années.

Les chapitres suivants parlaient d'une autre dimension. Non ce n'était pas le monde des humains. Ce n'était pas non plus le Hueco Mundo. Non, il s'agissait de la dimension où vit le Roi de la Soul Society, accompagné de sa famille. Une dimension qui selon les écrits, n'est accessible que par l'utilisation d'une grande clé spirituelle, nommée Ouken, La Clé Royale. Il est dit que son emplacement se transmet par voie orale d'un Commandant à l'autre, et qu'il est la seule personne à la Soul Society à être au courant de son emplacement. Il est écrit qu'une deuxième méthode consiste en la création de l'Ouken même, par le biais du sacrifice de 100 000 âmes dôtées d'énergie spirituelle. Une méthode bien barbare, éffectuer un génocide pour créer une clé, c'est qu'il doit vraiment y avoir des choses interressantes, dans cette dimension.

En tournant les pages, on apprend que la famille royale possède une protection rapprochée, appelée Garde Royale. Une élite de combattants dont le seul objectif est de protéger le Roi spirituel. Cette garde porte aussi le nom de Division 0. Voilà une partie qui m'interressait au plus haut point. Alors au-delà des services secrets rattachés à la 2e Division, du secteur de Recherche et Développement rattaché à la 12 Division, il demeure une division secrète, portant le chiffre 0, chargée de la protection du Roi... Je me demandais comment ces gens avaient-ils été choisis, et je trouvai une réponse dans les lignes qui suivaient. L'élite des combattants, des Shinigamis du rang de Capitaine, pouvaient recevoir une promotion pour la Garde Royale. Alors comme ça il s'agit d'une promotion... Celà signifie un grade supérieur à celui de Capitaine. Il est écrit qu'aux oreilles des autres Shinigamis, ces promotions sont transformées en annonces de départ à la retraite. Pourquoi ? L'existence de cette Unité Militaire doit rester secrète, sûrement pour éviter d'attiser les convoitises de personnes mal intentionnées... Et si c'était ça, le but d'Aizen ? Accéder à la dimension royale pour y semer le trouble. C'est tout à fait probable.

Mais je me pose des questions sur cette Garde Royale. Qui sont ses membres? Combien sont-ils ? Quelle est leur puissance ? Dans les pages qui suivent, il est écrit que selon les rumeurs, un membre de la Garde Royale aurait été apperçu un jour dans les contrées lointaine du Rukongaï, et son reiatsu aurait été préssenti par les autorités du Goteï 13, et considérée comme nettement supérieure à celle d'un Capitaine de division. Il paraîtrait qu'ils auraient une puissance rivalisant avec celle du Commandant Yamamoto, si ce n'est plus. Toujours selon ces rumeurs, une unité spéciale des services secrets aurait été envoyé pour maîtriser l'individu et lui demander de quitter la zone.

La Garde Royale aurait une maîtrise de l'épée hors du commun, et des pouvoirs dépassant l'entendement. En lisant, on a l'impression qu'ils sont invincibles... Je me demandes le niveau qu'ils ont par rapport à Aizen et à moi. En tout cas, si ils sont si puissants que ce qui est écrit, Aizen devra s'employer s'il veut réussir ce qu'il a prévu. En tout cas les informations de ce livre, si tenté quelles soient vérifiées, sont interressantes. Il y aurait donc une élite de combattants plus puissants que les Capitaines, qui servirait le Roi Spirituel. Quelle joie d'enrichir sa culture dans un endroit pareil. Parler de Royauté dans un endroit dont le paysage est lui-même royal.

La suite du récit racontait diverses légendes qui je pense ne sont pas fondées, certaines contant les aventures de puissants guerriers aux pouvoirs originaux, mais celà était contradictoire avec ce que le livre disait avant, en effet si cette élite est tenue secrète, il ne me semble pas possible d'en connaître l'histoire. C'est sur ces nombreuses réflexions que je me mis a imaginer cette fameuse dimension. Il m'arrivait d'être de nature curieuse, et pour le coup, j'aurai bien voulu en apprendre un peu plus sur ce monde. J'imagine que c'est une dimension relativement similaire à la Soul Society, où des gens d'une certaine noblesse vivent en harmonie, sous l'autorité de la famille Royale.

Je fermai enfin le livre, que je plaçai dans une cavité interne de ma tunique. Ne souhaitant pas rêvasser pendant des heures, je me repris en main et décidai de bouger un peu. Je portai la main à la garde de mon Zanpakuto, puis je sortis lentement la lame, le métal frottant les parois du ce fourreau en or. Les rayons du soleil se reflétant dans l'eau, la lame de Koutaïshi No Hi scintillait et reflétait elle aussi les éclairages tout autour. Je la tins à l'horizontale devant moi, puis d'un regard attendrit, avec le sourire, je prononçai ces quelques mots :

" Je pense que tu devrais voir cet endroit. Montre-toi, Koutaïshi No Hi. "

Non, il ne s'agissait pas d'une nouvelle formule de libération de mon Zanpakuto. En fait, je venais de demander la matérialisation de mon sabre. Si tôt dit, si tôt fait. La lame de mon Zanpakuto se dissipa en une multitude de petites flammèches qui se reformèrent à quelques mètres seulement. Une masse lumineuse commença à prendre forme, une lumère qui m'éblouirait si je n'avais pas mes yeux très avisés. J'observais la matérialisation de mon sabre qui se faisait de manière progressive et très élégante. Une sorte de grosse patte semblait se former. Je vis ensuite sortir de la lumière une queue longue d'environ 2m. Un rugissement très grave retentit, faisant fuir les multitudes d'oiseaux des alentours. Enfin, des aîles se déployèrent, et la matérialisation prit fin, la lumière s'estompa, laissant paraître un Lion d'une taille supérieure à la moyenne. Ce Lion n'avait rien de commun avec ses congénères. Il portait ç quelques centimètres de sa tête, une couronne de lumière. Ses yeux de félin, dorés, étaient magnifiques. Sa douce fourrure blanche mettait en valeur une père d'aîles, munies de plumes, entièrement dorées. Un animal exceptionnel, unique, splendide, un subtil mélange de Lion et de Phoenix, voilà la matérialisation de mon Zanpakuto, Koutaïshi No Hi.
Revenir en haut Aller en bas
Yagoretsu Tagoraï
[Staff™] Chef Vizard
[Staff™] Chef Vizard
Yagoretsu Tagoraï


Masculin Nombre de messages : 1320
Âge : 33
Date d'inscription : 12/05/2008
Fiche Technique : Clique Ici

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Koutaïshi no Hi
Niveau: Chef Vizard / LVL 19
Reiatsu:
Le jardin secret de Tagoraï. Left_bar_bleue0/0Le jardin secret de Tagoraï. Empty_bar_bleue  (0/0)

Le jardin secret de Tagoraï. Empty
MessageSujet: Re: Le jardin secret de Tagoraï.   Le jardin secret de Tagoraï. EmptyVen 5 Sep - 22:07

J'étais agréablement surpris de voir que sa beauté persistait. En effet je ne matérialisait mon sabre que très rarement, ce dernier n'aimant pas particulièrement être dérangé, et encore moins confronté à la vue d'autres personnes que moi. Toujours avec un grand sourire, je m'adressais à cette créature mythique.

" Je te réveille, je suppose ? Smile Ca fait longtemps que je ne t'avais pas invoqué sous cette forme, ça doit te faire bizarre... "

Couché tel un feignant sur le sol chaud, sa fourrure illuminée par la lumière lunaire, qui avait remplacé depuis le soleil, et qui prenait le relais quelques heures, comme une camarade fidèle au chevet de l'astre magistral qui nous fait vivre et nous réchauffe. Koutaïshi No Hi lâcha un baillement, durant lequel on pouvait s'appercevoir de la taille immense de sa gueule. Avec une voix calme, posée, grave, il répondit.

" A vrai dire, un peu d'animation dans ma vie de paresseux ne peut me faire que du bien. Tu te sens seul, Tagoraï ?
- Tu me connais mieux que personne. Que dirais-tu...
- Avec plaisir.
- Hmm, cette capacité à lire dans mes pensées, tu sais bien que je n'aime pas ça! ^^
- Roooarrr "


Sans perdre une seconde, la masse de poil d'une taille d'environs 7m au garot se jeta sur moi. J'esquivai rapidement et saisis à quelques pas de là, un bambou. Il allait être mon arme pour cet entraînement. Une impulsion sur les pieds, et me voilà à hauteur de la bête. J'abaissai l'arme sur son dos, puis, tout en vrillant sur moi-même, plaçai un coup dans son flanc. Je tenais fermement le bambou près de ses extrémités ce qui me permettait de le manier rapidement sans le fragiliser. Koutaïshi No Hi rugit et sauta dans ma direction. Je dressai mon baton face à lui, mais il se brisa instantannément sous la puissance du Lion. Je reculais sous son impulsion, de plusieurs mètres. Il tentait de me mettre des coups de griffres, ses pattes imposantes était trois fois plus grosses que ma tête. Je bloquais ces tentatives avec les avants-bras, concentrant suffisamment de reaitsu afin de pas subir de trop grosses blessures.

Il est clair qu'étant la matérialisation de mon sabre, Koutaïshi No Hi est dôté d'une puissance égalant la mienne, voire supérieure, puisque c'est de ce sabre que je tire mon pouvoir, en extension de mon âme. Le principe de la matérialisation est simple. Tant que l'être hôte vit, son Zanpakuto vit aussi, et ce peu importe les dégâts subit par le sabre. C'est quelque chose d'élémentaire que les Shinigamis censés savent.

Ayant confié mes pouvoirs dans cette matérialisation, mes moyens de combats restants étaient le corps à corps, et les sorts. Au corps à corps, je me risquais à des contres-attaques puissantes venant de ses pattes et de sa gueule. J'optais donc pour des sorts. Les sorts d'entraves ne fonctionnaient pas sur Koutaïshi No Hi, et il était très difficile de l'avoir avec des sorts de destruction car l'agilité du félin était impressionnante. L'affrontement amical dura plusieurs minutes, pendant lesquelles je devais alterner esquive et défense avec vitesse et contre-attaque.

Plusieurs minutes plus tard, après un choc de titans, mon félin et moi étions sur le sol, expirant relativement fort afin d'aérer et d'apporter suffisamment d'oxygène à nos muscles, qui avaient durement été mis à contribution. Tout en caressant le haut de la tête de ma créature je la remerciai de sa compagnie. Nous nous mîmes à nous raconter nos souvenirs, les combats que nous avions menés ensemble, et puis notre rencontre. Ce jour, où lors d'un entraînement sérieux avec mon père, j'étais tellement acculé par ses attaques, qu'une sensation de détermination et de chaleur s'empara de moi pour me dôter de cette arme splendide. Bien sûr, celà était bien avant l'incident et l'enlèvement de mon père par ces fichus Arrancars. Voici cette rencontre...

Nous sommes en pleine matinée, celà fait déjà 3h que mon père et moi nous combattions. Il se battait avec une épée simple, un katana banal, et moi également.

" Celà fait maintenant un long moment que faisons des efforts considérables, tu veux faire une pause Tagoraï
- Non Ikari, tout va bien, j'ai encore beaucoup d'énergie à mettre au profit de mes progrès!
- Je vois Smile. Tu sais, tu peux m'appeler Papa, j'ai l'impression d'être un étranger quand tu m'appelles par mon prénom, héhé.
- Excuses-moi, papa! Continuons le combat, s'il te plaît, je dois devenir fort! "


Ikari Yagoretsu était donc le père de Tagoraï. Il mesurait environs 185cm pour un poids avoisinnant les 80kg. Il avait une apparence d'un homme de 35 voire 40 ans. Ikari avait des cheveux coiffés comme son fils, et donc comme Ulquiorra pour vous aider à imaginer. Ses cheveux étaient noirs, légèrement en bataille, avec des mèches blanches. Les yeux du père de Tagoraï brillaient et arboraient un rouge rubis vraiment chaleureux. Vétu d'un kimono noir, tout comme son fils, Ikari porte à sa ceinture son véritable arme, son Zanpakuto.

Les lames des deux katanas s'entre choquaient avec puissance. Les deux combattants rivalisaient de coups et de mouvements rapides, le tout à l'avantage d'Ikari bien entendu. Le plus agé des deux parvenait à placer ses coups plus rapidement que Tagoraï, ce dernier percutant le sol lourdement. La fatigue commençait à se faire ressentir, mais la détermination ne faisait que s'amplifier au fil des minutes. Plus Tagoraï prenait des coups, plus il avait envie de frapper fort. Il se releva, et se prit un coup de pied dans l'abdomen qui le fit rechuter. Le jeune garçon se releva une nouvelle fois, avant de poser un genoux à terre.

" Et bien, tu abandonnes, Tagoraï ?
- Abandonner ?! Tu rêves...
- Ne fais pas de surégime, tu n'en peux plus...
- Ah...ah...ah... Je peux me battre!
- Allons, c'est un simple entraînement, faison une pause...
- J'ai dis... Que?! "


Soudain, avec détermination à son paroxysme, Tagoraï sentit les battements de son coeur taper violemment dans ses tempes. Une chaleur agréable lui donnait l'impression d'un regain d'énergie. Ses pupilles se dilatèrent sans qu'ils s'en rendent compte, puis les battements de son coeur furent masqués par ce qu'il lui semblait être un rugissement. Tagoraï se mit à crier des mots en japonais, clairement ces mots étaient : " Koutaïshi No Hi ", littéralement Prince Du Feu. Un poids se fit sentir dans le bras droit du garçon qui remarqua la création au creux de sa main d'un manche de feu, qui petit à petit forgea en temps réel une lame d'un blanc immaculé. Sans vraiment se contrôler, Tagoraï effectua un mouvement latéral avec son bras droit, comme s'il coupait son adversaire. Ikari lâcha le katana et dégaîna son véritable Zanpakuto pour bloquer le coup violent de son fils.

Reculant avec un simple saut, Ikari prit la parole.

" Je te félicite, mon fils. Cette lame blanche que tu tiens, est la fierté de notre famille. Tu viens de recevoir ton Zanpakuto. Je suis très fier de toi. "

C'est donc ainsi qu'eut lieu la première rencontre entre Tagoraï Yagoretsu et Koutaïshi no Hi. Il faut dire qu'ils ont été bien aidé par Ikari Yagoretsu, le père de Tagoraï. La séance souvenir touchait à sa fin, car Tagoraï et son félin viennent de s'endormir, le guerrier adossé contre sa monture. Laissons le repos les gagner, et Tagoraï reprendra le cours de ses récits à son réveil...
Revenir en haut Aller en bas
 
Le jardin secret de Tagoraï.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement de Tagoraï
» A la recherche de Tagoraï
» Présentation de Yagoretsu Tagoraï.
» PV: Pluie, brouillard, lame, sang....[Privé Ichimaru Gin:Yagoretsu Tagoraï:Margera Wonderwyce]
» [Entr. Mars] Les avoeux de Tagoraï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Monde des vivants :: Karakura :: Fleuve de Karakura-
Sauter vers: