Bleach Rpg
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilPortailS'enregistrerDernières imagesConnexion
Le Deal du moment :
Console Nintendo Switch Lite édition Hyrule : ...
Voir le deal

 

 Retour au calme

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Retour au calme   Retour au calme EmptyJeu 20 Aoû - 9:20

La fuite d’Ima fut rapide et, par chance, elle arriva à l’endroit voulu avant même qu’Hisoka ne reprenne conscience. Elle poussa la porte de la maisonnette et le posa à l’intérieur. On pouvait d’ailleurs dire que ce n’était même pas une maisonnette mais plus une cabane avec une seule pièce. La jeune femme avait repérée ce lieu précédemment et selon elle il était abandonné. De plus, étant assez éloigné du centre de la ville, ils avaient moins de risque de se faire repérer.
Ima ne resta pas longtemps présente, vu l’état d’Hisoka, elle souhaitait trouver quelque chose qui pourrait le soigner ou du moins alléger la souffrance. Elle poussa la porte et sortie. Si elle n’était pas restée c’était aussi pour sa survie, quand elle reviendrait le joker se serait certainement réveillé et peut être même calmé, c’est pour ça qu’elle n’avait pas attendue, pour lui laisser un minimum de temps pour redevenir lui-même. Bien qu’elle ne sache pas réellement qui il était…

Elle sauta alors sur un toit pour avoir une vue d’ensemble de la ville. Elle repéra donc un bâtiment bleu et blanc et instinctivement elle devina que c’était l’hôpital. Enfin, elle ne l’avait certainement pas devinée, ses souvenirs l’aidaient beaucoup ; mais ça, elle ne le savait pas. Pour se rapprocher de ce lieu, elle sauta de toit en toit cependant, vers la fin, elle redescendit au sol, dans une des rues qui menait à l’hôpital. Elle aurait pu parcourir cette zone dans les airs mais quelque chose de familier l’avait attirée dans cette rue.
A partir de ce moment, elle marchait à une allure normal, sans vraiment se pressée ; elle se laissait guider par cette impression de déjà vue. Elle en était certaine, elle était déjà venue ici, avait déjà traversé cette rue, plusieurs fois, et elle sentait que cette habitude n’était pas très loin de sa mort.
Ima parcouru donc l’allée regardant tout autour d’elle et soudain elle s’arrêta devant un fleuriste. Elle resta un long moment devant le commerce puis se décida à rentrer. Elle se planta alors devant un bouquet de marguerites
(y a des marguerites au Japon ?) et effleura une des fleurs du bout des doigts. Elle tourna la tête vers le comptoir et y vit une vieille femme, le sourire aux lèvres. Elle se rappelait en avoir achetée, plusieurs fois, mais pourquoi ?! Elle ferma les yeux un long moment sans parvenir à ce souvenir de ce fameux destinataire.
Lassée, elle sortie et cette fois-ci elle ne tarda pas à rejoindre l’hôpital. Elle ralentit devant ce dernier et l’observa dans toute sa hauteur puis d’un pas discret, elle rejoint la porte. Elle saisit la barre de fer rattacher à la porte et se souvînt qu’il fallait tirer et non pousser.
(N’empêche elle est trop forte, moi je m’en souviens jamais -_-‘)
C’est alors qu’elle oublia totalement Hisoka et le but qui l’avait poussé à venir ici. Grâce à ses souvenirs, elle se laissa guider. Elle longea le premier couloir, à l’intérieur, les tons étaient aussi bleus et blanc et au plafond des néons blancs l’éblouissaient. Elle se dirigeait tout droit vers l’accueil et se souvenue que c’était l’arrêt obligatoire pour aller plus loin, mais, pour la premier fois de sa vie, elle ne s’arrêta pas. A quoi bon être mort et invisible si c’était pour respecter ce maudit règlement ?!
Ima tourna alors à droite. Un brancard la doubla entourer de différents médecins pressés. Une femme les suivait, sanglotant. Ima les regarda passer, presque étonnée, et les vit s’engouffrés dans l’ascenseur. Pas de veines pour elle. De toute façon, l’ascenseur qui marche tout seul, ça aurait paru bizarre.
La jeune femme emprunta donc les escaliers jusqu’au premier étage. Il y avait encore plusieurs étages mais elle n’y alla pas. Une fois de plus, un long couloir à néons se présentait devant elle. Elle eut l’impression que ce couloir n’en finirait jamais. Elle regardait le numéro sur chacune des portes et enfin elle en choisit une.
121
L’ex-humaine glissa sa main derrière la poignée argentée et attendit, hésitante.

~~ « Tu n’as jamais songé qu’il était préférable pour toi de restée amnésique. » ~~

Ses paroles revinrent la hanter et la faire douter. Elle baissa la poignée, tant pis, elle n’allait pas reculer maintenant.
A son grand étonnement le lit était vide. Son cœur se serra pour la première fois depuis bien longtemps. Cet air sérieux et mélancolique aurait cru ne jamais pouvoir réapparaître sur son visage, et pourtant…
Elle s’assit sur la chaise en face du lit, posant ses pieds sur le siège. Qui était dans ce lit ? Elle n’arrivait pas à s’en souvenir et ça l’énervait. En plus, elle savait que c’était important, elle savait qu’elle tenait à cette personne mais elle n’arrivait pas à savoir qui c’était ni même à ce souvenir de son visage.
Soudain, elle se demanda ce qui était arrivé à cette personne.
Etait-elle morte ? Cette pensée fit remonter des frissons tout le long de son dos.
L’avait-on transférée ? Ici, elle eut l’impression que quelqu’un venait la réconfortée en lui supposant cette idée.
Ou alors, était-elle guérit ? Et c’est là qu’un espoir l’empli et elle ne savait toujours pas pourquoi…
Agacée de ce cœur qui l’a faisait éprouvée des choses sans même lui expliquer, elle se releva et se dirigea vers la vitre, elle posa sa main sur cette dernière. Cette vue, elle la connaissait que trop bien, mais elle lui était inutile.
Elle quitta la chambre puis l’hôpital.
Cette fois-ci, elle ne parcourut pas la rue, elle savait qu’elle la mènerait à un autre endroit qu’elle connaissait et là encore elle ferait chou blanc. Ca suffisait pour aujourd’hui ! Elle parti rapidement, comme si elle fuyait ses souvenirs.

Elle s’avança vers la cabane et poussa la porte, un sourire ironique au visage.


« Alors Hisoka, bien dormi ? »


Il allait peut être se jeter sur elle pour l’attaquer ou alors ne pas la regarder. Ou peut être même était-il parti continuer ce combat ?...


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyMer 26 Aoû - 16:53

Les choses s’étaient produite avec une telle rapidité qu’Hisoka n’était pas sur d’avoir bien tout compris. Pourquoi son offensive sur Ukitake avait-elle échoué ? Elle était pourtant infaillible ! Il avait réussit à s’arranger pour lui limiter tout déplacement et pourtant, il n’avait pas subit son kido. Que s’était-il passé ? Ah oui ! Le haori blanc. Celui d’un autre capitaine avait traversé à toute vitesse le champ de vision du Joker et avait mis fin à son attaque en quelques secondes protégeant ainsi la vie de son collègue. Pourtant, les événements ne s’étaient pas arrêtés là. Hisoka devait normalement pouvoir compter sur l’immense vague qui allait engloutir la bande de jeune étudiant et ainsi ruiner la force mentale du vieux capitaine de la treizième, et pourtant elle aussi avait disparut devant une intervention in-extrémise d’un protagoniste dès plus original. Que s’était-il passé ensuite… ?

Les souvenirs d’Hisoka étaient brouillés et il commençait tout juste à ouvrir les yeux, comme s’il sortait d’un profond sommeil et que son cerveau en était encore affecté. Plus il se concentrait et plus il perdait les souvenirs qu’il cherchait avant de finalement les rattraper.

Un arrancar, du peu qu’il en avait put voir, avait fait une brève apparition observant assez rapidement une situation qu’il devait savoir dangereuse pour lui avant de de se diriger vers le shinigami, sauveur des âmes saoules (âme-soul ha ha ha… … …). Hisoka ne savait pas trop comment prendre cette intervention. D’un côté, elle lui permettait d’échapper à un adversaire potentiellement dangereux, cependant, il le privait ainsi d’un combat d’autant plus intense. Les forces adverses venaient d’être divisés et pourtant, le Joker était toujours aussi désavantagé… que c’était il passé ensuite… ?

Notre magicien reprenait petit à petit conscience de son environnement. Ses yeux s’étaient finalement ouverts sur des planches de bois agencées de telle manière à construire une sorte d’abri de fortune. Comment était il arrivé ici ? Les questions continuaient de se bousculer dans sa tête et il sentait au fond de lui-même que pour les comprendre, il lui fallait retrouver fil de l’histoire qu’il venait de perdre.

Le capitaine… celui qui s’était présenté sous le nom de Shunsui Kyouraku, lui avait proposé une trêve qu’il se sentait bizarrement près à accepter avant d’entendre en lui cette triste voix de la déraison qui le poussait à combattre. Il luttait intérieurement pour ne pas succomber à ses supplications. La tentation était tellement forte. Quand allait-il pouvoir retrouver une telle occasion de combattre deux des plus puissants êtres que les mondes avaient vu naître à ce jour… ? Jamais sûrement… Cependant, en creusant un peu plus dans sa mémoire embrouillé, le Joker finit par ce souvenir que, ce choix, il n’avait pas eut à le faire. Un autre protagoniste avait fait irruption sur ce champ de bataille de plus en plus conséquent… Ima. Celle qu’il s’était efforcer de protéger de ce qui n’était au début qu’un simple duel lui prêtait main forte dans ce moment de forte excitation. Il fallait se l’avouer, mais il était relativement déstabilisé par cette apparition pour le moins inattendu. Elle avait fait une entré aussi brusque que puissante. En un instant elle avait réalisé une chose qu’Hisoka n’arrivait toujours pas à définir nettement mais qui l’avait envoyé jusqu’ici, seul au milieu de cette pièce vide. L’unique image d’un ballet de plume blanche persistait à s’accrocher comme seul témoin d’une technique étonnamment puissante malgré la faiblesse relative d’Ima à l’heure d’aujourd’hui. La curiosité apaisa un peu le sentiment de rancune qu’il portait à la jeune femme pour l’avoir privé de son combat. A vrai dire, plus le temps s’écoulait et plus il se rendait compte que la remercier était une chose bien plus nécessaire et logique que de la haïr. Elle l’avait sauvé d’une mort certaine et le sommeil qu’elle lui avait administré avait calmé ses pulsions.

Abandonnant ses recherches sur ce passé proche il en revint au présent… le présent d’un bras cassé et de plusieurs côtes fêlé à différents endroit. Son bankai était encore actif et lui permettait de soulager la douleur. Il devait le maintenir le plus longtemps possible sans trop s’épuiser. Si Ima l’avait écarté de la mort pour le mettre en sûreté ici ce n’était sûrement pas pour l’abandonner à ses blessures qui se pouvaient fatales. Patientant du mieux qu’il pu en lançant de sa main valide des cartes contre le bois pourrissant, il méditait sur le combat qu’il avait mené contre le capitaine. Il était encore loin de son niveau. Certes, il aurait pu gagner à la suite de son enchaînement si Kyoraku n’était pas intervenu mais tout cela était du à l’effet de surprise. En y repensant, Ukitake n’avait même pas prit la peine de déclencher son Bankai et il se trouvait pourtant dans un meilleurs état physique. Son entraînement dans la salle caché chez Kurenai ne se révélait finalement pas suffisant. Il lui manquait ce quelque chose pour égaler les hommes comme Juushiro ou Shunsui. Ce quelque chose que l’on disait inné. Il était certain de le posséder mais il ne savait pas s’en servir, ou du moins pas assez pour les combattre avec plus d’aisance.

« Alors Hisoka, bien dormi ? »

Elle était finalement revenue. Il s’en était douté. Elle était plus sensible qu’elle ne cherchait à le faire croire. Sinon pourquoi aurait elle eut entre ses bras ce paquet de médicament. L’accueil de la jeune femme fut pourtant dès plus inattendu. Au moment ou elle franchit le seuil de la porte, une carte siffla à son oreille pour se ficher contre le mur à côté d’elle. Une reine de cœur pour être plus précis avait découpé un seul de ses cheveux de quelques centimètres. Le Joker avait beau lui être reconnaissant il se devait de lui faire comprendre que la prochaine fois, il préférerait la voir combattre avec lui plutôt que de l’emmener se cacher quitte à en mourir. Enfin, ça c’est-ce qu’il aurait dit à une personne qui lui importait peu. Mais elle, il souhaitait par-dessus tout qu’elle vive. Pourquoi ce sentiment ? Ca il devait le découvrir et c’est-ce qui rendait son attachement à la jeune femme d’autant plus important. Arrêtant son jeu de cartes, il observa Ima droit dans les yeux, cherchant la lumière qu’il y avait vue lors de leur première rencontre. Toujours aussi belle, elle était aussi plus hermétique à l’analyse du Joker. La distance et la méfiance en étaient sûrement les facteurs. Comprenant rapidement qu’il n’arriverait à rien pour le moment, il se décida à prononcer ses premiers mots en réponse à sa question.

« Comme un bébé… Mais dis-moi, ces médicaments tu compte me les faire regarder longtemps ou tu vas me les filer… ? Oh, si c’est pas trop demander, tu pourrais t’occuper de mon bras gauche, je peux pas le faire moi-même ? Après avoir eut un aperçut de ta beauté, de ta puissance, de ton intelligence et de ton humour j’aimerai constater tes talents médicaux… jolie petite infirmière. »

Hisoka souriait à ses propos. Quelque chose lui faisait plaisir. Sans doute le fait de se retrouver près d’une aussi jolie créature. Dans tous les cas, il attendait une réaction positive de la jeune femme car il n’avait pas menti lorsqu’il affirmait ne pas pouvoir s’occuper de son bras gauche d’autant plus que maintenir son Bankai lui était devenu impossible et son retour à la normale avait réveillé une douleur fulgurante trop longtemps endormi elle aussi pour ne pas se réveiller violemment. Le Joker n’avait pas esquissé le moindre son qui aurait prouvé sa faiblesse mais un regard attentif aurait vu des pupilles se dilater sous la torture physique.
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyJeu 27 Aoû - 12:51


Quelque chose siffla tout près de son oreille. Ima n’eut pas le temps de réagir. Autant dire que si Hisoka avait cherché à la tuer, il y serait parvenu. Elle tourna alors la tête vers cette chose tranchante et découvrit une carte ; interpellée, elle se leva sur la pointe des pieds et vit sur le devant de la carte une dame de cœur… Son sourire était doux et sage mais on avait quelque peut une impression de malveillance lorsqu’on regardait ce même sourire. (Mais qu’est-ce que je dis Oo) Une dame de cœur n’était elle pas sensée être une femme attentionnée et pure ? L’idée qu’une telle femme devienne obscure rien qu’un instant lui plut… Après tout, même les saints avaient une part d’obscurité en eux.
Ima s’empara de la carte, la retirant du mur. Une partie de la planche se détacha avec elle. La jeune femme examina encore une fois la carte, elle la tourna des deux côtés, cherchant d’où provenait le « truc », sans résultat. Puis, enfin désintéressée par cet objet, elle la jeta en direction d’Hisoka et cette dernière voleta un moment en l’air, se posant doucement sur l’une des jambes du presque mort.
Elle plongea alors ses yeux dans ceux du joker attendant une réaction, une réponse… quelque chose. Il resta un long moment immobile et silencieux. Cela ne parut pourtant pas dérangé Ima. Elle était, en effet, capable de rester un long moment ainsi, il fallait dire que les yeux d’Hisoka était une mine d’or, une mélange de plusieurs sentiments, si différents mais s’entremêlant parfaitement. Elle ne pouvait donner de véritable mots à ce qu’elle voyait à l’intérieur de ces derniers et elle avait parfois du mal à les comprendre, à suivre le cheminement de son esprit mais elle restait toujours captivés par ces deux iris…


« Comme un bébé… Mais dis-moi, ces médicaments tu compte me les faire regarder longtemps ou tu vas me les filer… ? Oh, si c’est pas trop demander, tu pourrais t’occuper de mon bras gauche, je peux pas le faire moi-même ? Après avoir eut un aperçut de ta beauté, de ta puissance, de ton intelligence et de ton humour j’aimerai constater tes talents médicaux… jolie petite infirmière. »

La jeune femme sourit. C’était plutôt tentant de déposer les médicaments au pied de la porte et de partir, le laissant agoniser comme un pauvre chien. Cependant l’aider était tout aussi une atteinte à sa fierté, incapable de se soigner seul. C’était certainement une excuse qu’elle se donnait pour l’aider car, même si elle ne voulait l’admettre, elle était tout bonnement incapable de quitter cette pièce pour le laisser seul, face à lui-même, face à sa douleur.
Ima fit donc un pas, puis un deuxième, plutôt lentement, comme pour se faire désirée, pour qu’il ait envie d’hurler qu’elle était trop lente. Il parut tout de même se montrer patient, quelque chose semblait l’amuser et il transmit cette bonne humeur à la jeune femme. Bientôt un petit sourire en coin s’afficha sur le visage de la jeune Soyokaze et ses yeux brillait d’une excitation malsaine (je sens que c’est vos pensées qui vont être malsaines après ça >< ‘) qui se résumait pas un sadisme effrayant (Pauvre chou tu vas souffrir xD). Elle s’assit alors à côté de lui, laissant tomber le sac. Elle saisit Hisoka de ses deux bras maigres et le souleva pour qu’il soit en position assise, ici, s’arrêtèrent les attentions gentilles. Elle se saisit à nouveau des médicaments et lui jeta une boîte à la figure.

« Tiens avale ça, sa devrait te soulager ou alors te rentre juste incapable de bouger le petit doigt ! »

Elle sourit de plus belle, cette idée la ravissait, le rentre impuissant ! Incapable de faire un pas tout seul, incapable de se défendre ! Cependant, Hisoka ne dut pas voir ce sourire ou juste l’imaginer au son de sa voix car, penchée sur le contenu du sac, ses cheveux étaient tombés devant son visage.
Finalement elle trouva ce qu’elle cherchait et laissa tomber ces quelques boîtes sur le sol, juste face à elle. Elle se rapprocha du bras gauche d’Hisoka et le saisit. Pour la première fois, elle parut déçue de ce que portait Hisoka. Quelle idée de mettre un maillot sans manches ! Elle se serait fait un plaisir de les arrachés en prétextant que c’était pour le soigné. Ce n’était peut être qu’un détail mais à ses yeux, cela enlevait une bonne partie de son agressivité et la rendait donc plus maternelle avec cet homme !
Elle appuya quelque peu sur son bras, comme pour lui faire regretter son choix vestimentaire. Finalement elle emmaillota son bras, comme pour faire un plâtre. Elle ne connaissait pas grand-chose à la médecine même voire rien du tout mais elle savait qu’il fallait immobiliser son bras.

« En faite j’aurais peut être du te laisser au suicide, ton bras serait peut être tombé après l’effort. Tiens d’ailleurs ça c’est une question intéressante, es-ce qu’un membre peut tomber sans avoir été coupé ?! »

Elle leva un moment les yeux vers le ciel.

« Non certainement pas… Dommage. »

En vérité, elle n’avait que faire de cette histoire de membre cassé. Elle cherchait juste quelque peu à énerver Hisoka.
Malgré ses pointes d’agressivité qu’elle tentait de parsemer tout au long de son œuvre, Ima restait plutôt attentionnée et soignée dans son travail. Détail que Yami no Tori ne manqua pas.


~~ Pouah ! Tu devrais te voir Ima avec tes petits soins ! C’est trop mignon ! Dommage que je ne puisse pas filmer, c’est à mettre dans les annal des trucs pareils… ~~

Il explosa d’un rire franc et moqueur, rompant le cour normal des pensées d’Ima. Ce bruit atroce ne fut entendu que par Ima, chose normal parce qu’il avait parlé en elle et non pas à l’extérieur. Ima aurait du, comme à son habitude, répondre par la pensée mais ses paroles sortir miraculeusement de sa bouche.


« Toi on t’as pas sonné ! Mais c’est pas possible d’avoir un zampakuto si bavard ! »


Le sourire sur le visage d’Ima avait disparu et elle serra un bon coup le bandage au bras d’Hisoka. Elle se leva ensuite et s’appuyant contre le mur, elle regarda par la porte.

« A mon avis, tu ne pas pouvoir utiliser ce bras pendant un long moment. »

~~Bah voilà tu t’énerves ! On peut rien te dire à toi ! T’as du lui faire mal en plus…~~

Ima ne pipa pas un mot, ignorant totalement Yami no Tori.

~~ Tu sais pour une fois je t’interpellais pour quelque chose d’utile… hein ? Mais bon…~~

Il n’obtenu toujours aucune réponse.


~~ T’es sur qu’une petite nouveauté dans ton shikai, ça ne t’intéresse pas ?! Bon bah tant pis alors…
_ Bon c’est bon, t’as gagné !
_ T’es trop prévisible Ima… ~~


Ima se retourna enfin vers Hisoka. Son sourire avait disparue, toute forme d’ironie, de joie ou d’humour avait disparu pour laisser place à une femme froide et dure. Son visage était fermé à toute sorte d’émotion et c’est avec un regard impassible qu’elle regarda Hisoka. A force de la chercher, ce zampakuto la faisait perdre le contrôle d’elle-même, si bien qu’elle ne parvînt pas à être détendue dans ses gestes et ses paroles. Son ton sec brisa le silence.

« Je pense que tu vas être handicapé pendant un long moment… Il vaut mieux que tu te repose et qu’après tu t’habitue à combattre avec un seul bras, juste le temps que ça guérisse. Je veux bien t’aider, j’ai moi aussi besoin d’un entrainement mais ça peut attendre… le temps que la douleur se dissipe je veux dire… »

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyLun 31 Aoû - 15:14

Si ses soins avaient été relativement sommaires, la curiosité qu’elle provoqua chez Hisoka le fut beaucoup moins. Elle avait engagé une conversation des plus étranges sur une théorie totalement absurde mais qui avait le mérite d’avoir fait sourire le Joker qui voyait parfaitement ce que cherchait la jeune femme. Ce genre de pique provocateur, il les connaissait par cœur pour l’avoir employé contre un nombre incalculable de ses victimes. Feignant de ne pas avoir entendu, il n’en resta pas moins perplexe quant à la question qu’elle avait soulevé. Plus il y réfléchissait et plus l’envie de tester le pris. A la prochaine bataille, il le vérifierait peut-être.

En attendant, Ima était parti dans une discussion solitaire qui mit fin à la réflexion du magicien. Elle semblait prise d’une certaine colère lorsqu’elle parlait alors que jusqu’ici elle s’était montrée plus sadique que colérique. Le thème de la conversation ? Il n’y fit pas tellement attention, il se contentait d’observer la jeune femme, ses tics de langage, les traits de son visage qui se déformait selon le ton de sa voix. Elle était pour lui bien plus qu’un fruit en attente de la perfection. Bien sur, s’il avait écouté ses pulsions primaires, il aurait tout fait pour la faire grimper au plus haut niveau pour ensuite pouvoir la tuer. Cependant, à ce moment précis, il ressentait un sentiment semblable à celui qu’il avait lorsqu’il était avec ELLE… avec Macchi…
Non ! Il devait arrêter de comparer Ima à la seule personne, il s’en rendait de plus en plus compte, qu’il aimait.

Puis, la note changea. Ima ne s’adressait plus à elle-même mais à lui, le pauvre être blessé, assis dans une posture dès plus inconfortable. Un combat ? Elle voulait se battre contre lui ? Si il ne la considérait pas comme il la considérait, il aurait dis oui sur le champ, malgré la douleur, malgré l‘invalidité de son bras. Mais là, il avait une sorte de boule, coincé dans l’estomac à l’idée de la combattre. Il n’avait que très rarement eut cette sensation. Non par peur de mourir ou de perdre mais par crainte de la tuer. Il ne voulait pas la blesser dans un moment d’excès, là ou la folie l’aurait rattrapé. Et pourtant, ce combat, il le voulait. Il voulait la combattre, tester cette demoiselle au potentiel qu’il savait si important. Elle était encore faible mais ses capacités aux combats étaient loin d’être négligeable. Elle pouvait progresser à un point ou si la situation avec les deux capitaines se répétaient, elle et lui aurait eut le dessus. Tiraillé entre le oui et le non, entre la peur et l’envie, il se décida enfin, un sourire pervers sur les lèvres.

« Tu veux te battre contre moi ? C’est vrai que ça te ferais pas de mal de gagner en force. Ca t’évitera de courir quant il faut te battre… Seulement, il y a quelques conditions. Ce n’est pas un combat à mort mais un combat à la touche. Chaque fois que l’un de nous est blessé par l’adversaire, il gagne 1 point. Une fois que 5 points ont été totalisé nous aurons un gagnant. Tous les coups sont permis. Tu peux même me frapper le bras. Cependant, nos points ne serviront pas uniquement à déterminer un vainqueur. Chaque point cumulé donnera droit à une question. Je sais que tu es intrigué par moi autant que moi par toi. C’est donc un bon moyen de nous découvrir. Les questions devront être posé pendant notre duel et supprimerons le point gagné…
On dirait que tu ne comprends pas ce que je veux te dire… Pour faire simple, à chaque fois que tu me blesse tu marques un point que tu peux soit conserver pour arrivé à cinq, soit dépenser pour en apprendre plus sur moi.
En gros tu devras choisir entre ta volonté de gagné et ta curiosité. Ca te va ? »


En vérité, Hisoka s’était lui-même perdu dans ses explications et avait profité d’un froncement de sourcil d’Ima pour la faire passer pour une idiote et ainsi donner des explications qu’il pouvait lui-même comprendre. Le duel qu’il proposait était un bon compromis et il espérait qu’elle en accepterait les règles. En utilisant cette méthode, il était gagnant sur tous les plans. Les blessures qu’il subirait ne devraient pas être trop violentes. Si Ima désirait vraiment le connaître, elle le laisserait dans un état ou il serait en mesure de parler ce qui de son côté lui permettrait de contrôler des pulsions naissant sous la douleur. Il y gagnait aussi dans la découverte de ce personnage si mystérieux qui se tenait devant lui. Si elle désirait uniquement gagner, il aurait un profil approfondit de son caractère. Si on contraire elle lui posait des questions, le combat serait plus long et lui permettrait de la blesser à son tour et de l’interroger. Il était relativement fier de son plan qui ne dépendait plus que d’un oui ou d’un non de la part de la jeune femme…
Il était près à se lever et à la suivre dans le cas d’une affirmation ou de se reposer si elle refusait mais là, tout allait être décidé par la seule volonté d’une jeune femme téméraire et curieuse.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptySam 5 Sep - 15:10

La porte du vieil abri ne se fermait pas totalement, laissant toujours un espace entre le mur et elle. Si vous forciez dessus, pour ne plus avoir un seul brin d’air, vous risquiez de démolir la porte et la cabane avec elle ; ou, avec d’avantage de chance, vous ne parviendriez plus à rouvrir cette même porte.
Par cette ouverture indomptable, un rayon de lumière éclairait le visage de la jeune femme. Il dessinait comme une ligne sur son œil, une raie de lumière se prolongeant jusqu’à ses pieds.
On aurait pu facilement imaginer le visage serein d’une femme observant passivement le monde qui l’entourait… Mais ouvrez les yeux, Ima n’affichait pas du tout ce style de comportement. Sa main était montée nerveusement à sa bouche, l’ongle de son pouce entre ses dents tentait de lui faire passer cette rage qu’elle ne parvenait à expliquer. Elle voulait se calmer, retrouver ce sourire et cette ironie mais quelque chose l’en empêchait. Ses yeux cherchait l’horizon sans le trouver, la porte n‘était pas assez ouverte. Elle voulait juste ouvrir brutalement cette porte, que cette dernière s’écrase violemment sur le mur et tombe en poussière. Mais elle ne pouvait pas sortir, elle attendait une réponse d’Hisoka. Elle étouffait ici. Pourquoi ? Elle n’avait jamais été claustrophobe et on ne pouvait pas réellement dire qu’elle était enfermée ici. Alors était-ce Hisoka ?
Sa présence ne la dérangeait pas, loin de là, c’était totalement l’inverse et justement ça, ça la rendait impuissante, et ce sentiment elle le détestait. Quelque minute plutôt cette sensation de bien être l’allégeait mais Yami no Tori l’avait fait réaliser tout ça, la privant de ce bonheur.
Ça l’énervait de vouloir le protéger, de le soigner, de prendre soin de lui comme une mère avec son gosse ! Pourquoi n’était-elle pas insensible ?!
Et elle sentait le regard d’Hisoka se poser sur elle et ça aussi sa l’opprimait. Elle se sentait flattée qu’il fasse attention à elle mais ça la stressait. Tout simplement. Elle avait peur qu’il voie un mauvais côté d’elle et qu’il parte en courant. C’est comme si elle voulait se forcer à devenir quelqu’un d’autre dans le seul et unique but de ne jamais se retrouver seule.
Un sentiment horrible.
Qu’il parle, qu’il bouge, qu’il fasse quelque chose ! Il fallait à tout pris qu’il rompe ce silence pour qu’elle puisse respirer de nouveau.

« Tu veux te battre contre moi ? »

Pardon ?! Se battre contre lui ? Quand elle disait s’entrainer, elle n’avait jamais songée à ce qu’ils deviennent ennemis. Et pourtant c’est ce qu’elle avait dit, il n’existait d’ailleurs guère d’autre moyen pour qu’ils s’améliorent tout deux.
Chacune de ses paroles lui plantait un couteau dans le cœur. Elle avait fuit… Comment avait-elle osée ? Pourquoi n’avait-elle pas combattu ses deux hommes, capitaines ou non, ça ne changerait rien, si ? Elle ne se le pardonnerait jamais, et Hisoka non plus. C’était certainement ça qui l’écorchait le plus. Sans le vouloir elle l’avait blessé et ça elle ne le supportait pas. Mais que ce passait-il donc ? Pourquoi ressentait-elle tous ses sentiments, compassion, regrets… ? Elle croyait avoir oubliée tout ça depuis qu’elle avait renaquit ! Était-ce ce fichu monde réelle qui lui rendait cet horrible cœur humain ?! Elle n’aurait jamais du revenir… jamais. Et pourtant, maintenant qu’elle était là, elle ne pouvait se résoudre à partir.

La suite du discours d’Hisoka fit disparaître ses pensées sombres et comme par magie un sourire réapparu sur le visage d’Ima. Il avait de bonnes idées. Douter de son esprit tordu et de son originalité était pire qu’un blasphème !
Ima tourna la tête vers Hisoka, son sadisme avait de nouveau la place d’honneur sur ses lèvres. Elle était si… lunatique.


« La question ne se pose même pas ! Il faut être fou pour refuser une telle proposition ! »

N’était-ce pas plutôt l’inverse ? Il fallait être un fou pour accepter justement. Mais cette folie, Ima en était devenue dépendante. L’offre d’Hisoka était parfaite. Depuis peu Ima avait deux buts, devenir forte, pour se lancer dans tous les combats qui s’offrirait à elle avec une chance de blesser l’adversaire. Sa propre vie, elle s’en fichait pas mal, mais elle refusait de mourir sans faire regretter à son adversaire l’acte qu’il avait commis. Elle refusait cette faiblesse. Un combat contre quelqu’un d’aussi puissant qu’Hisoka lui permettrait d’obtenir son premier but, le pouvoir. Son second objectif était beaucoup plus récent, elle souhaitait décrypté l’homme qu’elle avait face à elle, mettre son esprit à nu pour que ce mystère meurt. Ce deuxième but était lui aussi parfaitement en accord avec ce que proposait Hisoka.
Et pourtant, Ima était aveugler parce qu’elle croyait souhaiter. Elle se connaissait très mal. Par-dessus tout, elle ne désirait pas que le mystère autour de ce shinigami aux cheveux orange disparaisse. Ce serait comme briser la magie, sans cette énigme, Hisoka perdait toute sa valeur… Ça, c’était inadmissible.
Mais elle ne le savait pas et chercher à le découvrir était aussi ce qui l’attirait chez Hisoka, ce qui la perturbait tant et ce qui la poussait à protéger ce trésor. Alors ce combat, il était parfait. Il fallait juste qu’elle trouve les bonnes questions… Elle n’était pas sotte, elle savait qu’Hisoka laisserait toujours planer un doute, sans jamais n’être clair dans ce qu’il dirait… Tant mieux…

Hisoka se leva, et Ima fut comme outrée, ses yeux auraient pu sortir de ses yeux tellement elle trouvait cela inacceptable. Il ne pensait tout de même pas combattre maintenant, dans cet état ?! Elle reteint ses yeux, sa surprise et son outrage et garda ce fidèle masque de l’indifférence.


« Tu comptes te battre tout de suite ?! »

Elle éclata d’un rire moqueur.

« Je ne veux pas me battre contre un mourant ! Je ne gagnerais pas ce combat parce que tu es incapable de faire un pas ! Pour une fois que je suis généreuse, profite en ! »
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyDim 13 Sep - 9:41

Spoiler:


Elle le sous-estimait. Ca se voyait et son rire en était une preuve flagrante autant que ses paroles pleines de pitié à son égard. Si elle pensait qu’un bras cassé, une migraine abominable et des côté fêlées allaient l’arrêter… elle avait bien raison. Il ne savait pas très bien pourquoi il s’était levé. Elle avait dit « oui » et dans un sursaut de plaisir il avait laissé son désir de combattre le saisir. Maintenant qu’il était debout devant elle, il ne pouvait pas se permettre de se rasseoir. D’abord parce que son orgueil en aurait pris un sacré coup et aussi parce que Ima venait de lui donner l’ordre implicite de se reposer et ça, il ne pouvait le permettre. Il ne devait jamais laisser cette jeune femme le diriger, même si c’était pour son bien, même si il l’aimait au point de bien vouloir la suivre ou elle irait. Son amour relatif à la jeune femme il avait toujours du mal à en comprendre les sources. Ce n’était pas un amour passionnel mais c’était plus que de la simple curiosité. Il avait du mal à l’expliquer et pour le moment il préférait chercher une solution à son dilemme qu’à ce trouvé des excuses pour ne pas la tuer.

Si il combattait maintenant, il était à peu près sur de perdre son et il en aurait été que plus ridicule. Cependant se soumettre à sa requête était tout aussi inacceptable. Alors, comme à son habitude, Hisoka réussit à trouver une solution de secours devant cette situation relativement compliqué qui mettait sa fierté ou sa vie en jeu.

« Qu’est-ce que tu crois ? Que je veux combattre maintenant ? J’allais juste faire un tour dehors. J’ai bien envie de voir autre chose que cette foutu cabane pleine de mousse. En plus j’ai soif. En tant qu’infirmière t’aurais pu penser trouver de l’eau pour ton patient.
A là là, t’es pas très doué comme fille… »


Au prix d’un terrible effort, Hisoka réussit à avancer un pied, puis deux, puis trois. L’enchaînement le fit arrivé à hauteur d’Ima lorsqu’il termina son discours et il finit par passer la porte grinçante pour se retrouver au milieu d’une nuit couverte et fraîche. Continuant son effort, il réussit à effectuer quelques mètres avant de s’écrouler sur le sol… ou plutôt dans l’eau. Sans sans être véritablement aperçut, il avait marché droit sur une petite rivière qui ne devait finalement être qu’un des nombreux affluents du Fleuve de Karakura. Se relevant tant bien que mal il s’aspergea le visage au passage avant de contempler les lumières de la ville en contrebas. C’était un spectacle magnifique. Cela faisait longtemps que le Joker n’avait pas prit le tant d’observer ainsi son environnement, de se poser, de ne pas chercher à combattre. A ce moment, il était juste bien. Heureux du panorama qu’on lui offrait. D‘un seul coup, Ima venait de disparaître de son esprit. Il était seul dans son monde, figé devant le spectacle lumineux. Et puis, tout s’arrêta. Le temps, l’espace. La terre avait stoppé sa course autour du soleil pour enlever cette triste lune dans le ciel. Les chouettes stoppèrent leur hululement et Hisoka disparut dans son monde intérieur.

[…]

Un cirque. Toujours le même… à quelque chose près. La dernière fois qu’il était venu ici, c’était pour acquérir son shikai mais il s’était retrouvé à l’intérieur. Cette fois ci il en voyait l’extérieur, bien triste. Les couleurs vive de son monde avait disparut. Tout était devenu noir et blanc. Le jaune et le rouge parant habituellement la toile du chapiteau s’était délavée et la scène qui se présentait à lui avait plus des allures de film d’horreur que de jour de fête. Intrigué par le spectacle, il n’entendit pas apparaître Shukichigai dans son dos. Mais était-ce bien lui ? Son allure burlesque avait totalement disparut au profit d’un clown blanc au maquillage tout aussi désolant que l’atmosphère environnante.

« Qu’est-ce que c’est que cette blague encore ? »

Feignant de ne pas avoir entendu, Shukichigai se leva de l’herbe grise sur laquelle il était assit, passa au travers d’Hisoka et avança à pas lent vers le chapiteau avant d’y pénétré par l’entré des artistes. Intrigué et quelque peu énervé de l’ignorance qu’on lui faisait subir, Hisoka le suivit, sur ses gardes, craignant un coup fourré de ce zanpakuto plus instable que lui. Lorsqu’il entra, il ne put s’empêcher de laisser voir la surprise sur son visage. Non seulement ici aussi les couleurs avaient disparut mais en plus, le lieu était totalement dévasté. Les balles de jonglages se dispersaient un peu partout dans le chapiteau au côté de vélos défoncés, de prospectus déchirés, de chapeaux magiques troués et de petits lapin blanc dépecés. Le lieu était totalement saccagé. Comme si une tornade avait tout emporté avec elle ne laissant rein d’autre derrière elle que les vestiges d’un lieu de fête et de gaieté.
Regardant tout autour de lui, Hisoka finit par voir celui qu’il avait suivit jusqu’ici. Shukichigai lui tournait le dos, assit en tailleur sur le sable que constituait l’arène, pleurant sur une petite affiche qui semblait être la dernière pièce coloré de ce triste décore. Avançant prudemment vers le clown blanc, Hisoka regarda par-dessus son épaule pour voir le dessein de ce papier coloré.

« Ima ?! »

« Oui. C’est la seul chose ici qui n’a pas sombré dans le désespoir… Tu te rends compte ? Elle est la seul chose qui te maintient en vie, qui nous maintient en vie. »

« Mais qu’est-ce que ça veux dire tout ça. Pourquoi t’as cette tête là ? Qu’est-ce qui s’est passé ici… répond moi… !? »

Sans trop savoir pourquoi ni comment, Hisoka venait de saisir Shukichigai par le col et le soulevait d’un bras normalement cassé. Pourtant, il ne ressentait aucune douleur, comme si cette blessure n’avait jamais existé. Et, sans ce défendre en aucune manière, Shukichigai répondit à ses interrogation non sans une certaine nostalgie dans le ton qu’il prit.

« Tu ne comprend pas. Depuis que tu as tué Suiteki, tout ici devient chaque jour plus sombre. E fut d’abord ta joie, puis ton humour et jusqu’à ta volonté de combattre. Tu te rends compte ? Pendant ton combat contre Ukitake tu as eut l’idée de t’enfuir. Ce fut bref mais tu l’as envisagé. Jamais tu n’avais fait ça auparavant. Pendant ton combat contre Silva tu as apprit à renoncer au combat à partir du moment où tu étais sur de le perdre. Détruire ta vie par simple fierté n’es que pur folie mais là tu avais toutes tes chances. Je me suis même mis à t’aider pour que nous emportions ce duel et toi tu as fuit. »

« Ce n’est pas moi. C’est Ima, elle est intervenu et elle m’a amené ici, je n’ai… »

« Ima, parlons-en de cette fille qui te rend aussi faible que tu l’étais quand tu étais humain. Depuis que tu l’as connaît, c’est la seule chose coloré dans ce monde. Mais pu*ain, qu’est-ce qu’elle t’a fait cette fille pour que tu renie tout le reste ? A force tu en as presque oublié Macchi… »

« Je t’interdit de dire ça !… »

« Mais c’est pourtant vrai. Regarde cette photo. Elle aussi commence à perdre ses couleurs. »

Se dégageant de l’étreinte de son propriétaire, Shukichigai mis Hisoka devant la réalité des choses. Une photo de Macchi souriante perdait doucement ses couleurs. Sa chevelure normalement d’un bleu éclatant se teintait doucement de gris et ses yeux pétillant de vie se tenait de l’ombre de la mort.

« Nan ! C’est impossible. »

« Bien sur que si. Quand tu as tué Suiteki tu as perdu toute joie de vivre. Je sais que ça t’as profondément affecté. Moi aussi d’ailleurs mais cette peine qui est en toi assombrit un peu plus ce monde à chaque minute qui passe. Bientôt, tu ne seras vivant que par la simple présence d’Ima et une fois que celle-ci mourra ou disparaîtra, tu n’aurais plus rien a quoi te raccrocher ici et tu mourras de chagrin comme un vulgaire humain. Je ne te demande pas de la laisser au profit de tout le reste. Moi aussi elle m’intrigue. J’ai pu entrapercevoir son zanpakuto et crois moi, elle cache bien des choses. Cependant, elle ne doit pas être ta seul source d’intérêt. Tu dois retrouver ce qui faisait ta force et ta volonté. C’est comme si ton entraînement avec Silva n’avait servit à rien et ne t’avais finalement rendu que plus faible. »

Mis devant la dure réalité, Hisoka ne put s’empêcher de laisser couler une larme devant la photo grisé de Macchi. Comment pouvait-il lui faire ça ? La remplacer par quelqu’un d’autre. Il n’avait pas le droit et portant, Ima était tellement intrigante qu’il ne pouvait pas la laissé s’éloigner de lui avant qu’il n’ait percé son secret.

« Qu’est-ce que je dois faire selon toi ? Comment je retrouve cette volonté ? »

« Tu te doute que ce serait trop simple si je te le disait maintenant. De toute manière je n’en sais strictement rien. Le problème vient de toi. Redonne ses couleurs à ce monde. Je ne veux pas rester le reste de ma vie à regarder l’image d’Ima pour me souvenir que le monde n’est pas fait uniquement de noir et de blanc. »

A la fin de ses mots, Shukichigai disparut comme par magie, laissant Hisoka seul dans ce triste monde délavé avec la photo d’Ima et de Macchi dans chaque mains. Qu’est-ce qu’il devait faire pour redonner ses couleurs à ce monde ? En était-il seulement capable ? Son désespoir devant des interrogations sans réponse accélérèrent le processus de ternissement de la photo de Macchi dont les cheveux étaient maintenant plus proche du gris que du bleu. Devant cette scène, une nouvelle larme jaillit de son visage pour tomber sur le visage de la jeune femme. Tombant à genoux sur le sol, il finit par fondre littéralement en larme. Mais qu’est-ce qui se passait ? Il était complètement perdu.

Suiteki, Macchi, Shu, Kichi, Gai, Biscuit, Nétéro, Silva, Shukichigai. Toutes ces personnes, il allait les faire sombrer dans le néant de son cœur pour les remplacer par Ima. N’était il pas capable de laisser une place à cette nouvelle arrivante sans avoir besoin dans faire disparaître les autres. Son cœur était-il si étriquer que ça pour ne pas pouvoir y accueillir une personne en plus ?

« T’es vraiment qu’une lavette. »

« Tais-toi donc Gaï, il est si sensible, je l’aime tellement. »

« Dois-je te rappeler que tu es ma femme et pas la sienne. »

« Dis donc les anciens, quand vous aurez finit de vous chamailler vous pourriez l’aider nan ? »

« L’aider ? Il est trop faible pour qu’on le laisse être notre maître. »

« Taisez-vous donc, le peutchio à vraiment pas l’air bien… »

Se relevant de sa position pitoyable, Hisoka put voir les six faces de sa personnalité qui se tenaient là, aligné devant lui observant sa faiblesse.

« Gai… Kichi… Shu… Biscuit… Silva… Nétéro… Qu’est-ce que vous faites là. »

« On se fou de ta gueule .»

« T’es toi donc valet. »

« Qu’est-ce qu’elle a la mégère. »

« Comment oses-tu m’insulter sale petit déchet ? »

« Ca suffit vous deux. Taisez-vous ! Nous sommes là pour te prévenir. Il n’y a pas de place dans ce monde pour qu’Ima vienne y mettre les pieds. Tu dois choisir entre elle et nous. »

« C’est vrai. Je ne peux pas supporter que tu puisses en regarder une autre que moi… »

« Pour une fois, la vieille à raison. Cette Ima, elle n’a rien à faire ici. J’aime pas sa tête de toute façon. Rien que de l’imaginer ici… ça me donne envie de gerber. »

« Tant fait trop Gaï, cette fille est très bien. Moi je l’aime. En plus je pourrai jouer avec elle. »

« Je suis d’accord avec Biscuit. Cette jeune fille est très bien. Si elle venait à vivre avec nous, ça ne me dérangerai pas. »

« Bien sur que ça ne te dérangerai pas. Une fille de son âge… Vieux pervers. Faites ce que vous voulez. J’en ai rien à faire. Tant qu’elle ne vient pas me gêner elle peut venir. »

« Qui est un vieux pervers Silva ?… A ton avis le croûton ?… Oh arrêter, c’est pas le moment de vous battre… Vas y papy, casse lui là gueule… Tais-toi donc valet… Toi aussi femme. »

« VOS GEULES ! »

L’accès de colère d’Hisoka avait fait taire l’assemblé et un silence des plus pesant venait remplacer le brouhaha d’il y a quelques secondes.

« Si j’ai bien compris… le problème ne viens pas de moi mais de vous qui n’arrivez pas à vous entendre ? »

« Pas exactement. Tu es aussi responsable qu‘eux. En me tuant tu es devenu faible psychologiquement et leur soumission à toi n’est plus ce qu’elle était. Chacun voit l’arrivé d’Ima d’un œil différent mais tout le monde le fait de son propre chef. Aucune de ces entités ne t’obéit tout ça parce que tu es faible… »

« S… Sui… Suiteki ?! »

« Ca t’étonne ? A vrai dire moi aussi. Je pensai pas avoir une place aussi importante dans ton cœur pour que j’y reste graver au point de pouvoir me manifester en toi. »

« Mais vous allez m’expliquer ce que c’est que ce bordel à la fin. Qu’est-ce que je suis censé faire exactement ? »

Pour la première fois depuis le début de ces brusques apparitions, les six voix du zanpakuto d’Hisoka répondirent d’une seule et même voix.

« Tu dois nous reconquérir ! »

[…]

Le retour à la réalité ne fut pas des plus agréables. Malgré la nuit, Hisoka fut presque éblouit par le peu de couleur qui émanait de la réalité. « Les reconquérir » ? Et comment il était censé faire ça ? Debout dans la petite rivière, Hisoka ne comprenait toujours pas. Il devait combattre Ima pour lui faire révéler toute sa puissance afin de leur faire comprendre qu’elle avait sa place tout en asseyant son autorité de plus en plus compromise sur ces six personnages tout aussi différent les uns des autres. De plus, la vision de Suiteki avait fait ressurgir sa peine. Il n’arrivait pas admettre sa mort et encore moins qu’il en était la cause. Pour la première fois depuis bien longtemps, Hisoka n’avait plus goût à rien. Il se sentait faible, inutile et sans grand intérêt. Pourquoi Shukichigai restait avec un maître aussi pitoyable ? Pourquoi Suiteki avait confié en lui ses espoirs de défaire Aizen et sa folie meurtrière ? Pourquoi Macchi l’avait aimé ? Et pourquoi aujourd’hui Ima lui accordait autant d’intérêt ? Il ne valait rien. Toutes ses années à s’entraîner, à tuer, à progresser ne lui avait servit à rien. Il était totalement inutile à ce monde, à ceux qu’il aimait, à lui-même. Sa condition misérable lui donnait envie de vomir. Que tout s’arrête, que l’on vive sans lui et que tout le monde sans porte mieux.

« Depuis quand tu as envie de mourir. »

« Depuis que tu es morte. Depuis que je t’ai tué. Seulement cette envie je la passais sur les autres. C’est-ce qui m’a fait vivre jusqu’ici. Mais depuis la mort de Suiteki, rien n’est plus pareil. Je me suis donné bonne figure mais je me rends compte que je ne vaux rien. »

Macchi venait d’apparaître dans son dos. Il était bien dans le monde réel et pourtant cette apparition ne le surpris pas. Comme si ce fantôme du passé avait toujours été là. Simple vision de son cœur, une personne extérieur aurait vu un homme aux cheveux oranges débiter des parole sans fondement, seul et tremper dans la rivière ou il semblait avoir prit pied.

« Je crois que j’ai toujours voulu t’oublier pour ne plus souffrir de ce que je t’ai fait. »

« Tu n’avais pas vraiment le choix… J’aurais fait la même chose si ça avait été toi. »

« Si. Je l’avais mais j’ai préféré vivre et te tuer plutôt que de mourir à ta place. »

« On était que des gosses. Tu es devenu fort. Si cette situation ce répétait je suis sur que tu me viendrais en aide. »

« Pour ça il faudrait que je te retrouve. »
Hisoka venait de s’asseoir dans l’eau pleurant entre ses bras pendant que le fantôme de Macchi posait sa main sur son épaule avant de s’accroupir à sa hauteur.

« Alors cherche-moi. Tu connais mon pouvoir. Tu sais de quoi je suis capable une fois morte. Alors essaye. Retrouve cette volonté que tu avais en devenant Joker de la Soul Society. Je sais très bien que tu ne l’as pas fait pour tuer des gens mais pour avoir accès au maximum d’information qui pourrait te permettre de me retrouver. Retrouve cette envie. Cherche-moi. Tu me manques à moi aussi… »

Disparaissant comme elle était apparut, Macchi laissait Hisoka seul, encore une fois. Restant assit sans bouger à réfléchir à ce qu’elle venait de lui dire, à ce que lui avait dis son zanpakuto, à ce que lui avait révélé Suiteki, il finit par se lever. Son bras le faisait moins souffrir et il sentait une énergie en lui qui animait doucement tout son corps. Elle était encore faible mais il savait qu’elle pouvait encore croître et pour cela, il devait satisfaire les exigences de ces six personnages.

Retournant d’un pas lent vers la cabane qu’il venait tout juste de quitter il aperçut Ima plus ou moins à la même place que précédemment. Avait-elle entendu sa conversation en apparence solitaire ? Possible. Dans tout les cas, il était bien décider à retrouver ses pleins pouvoirs et dès maintenant.

« Changement de programme. Cet entraînement c’est ici et maintenant, que ça te plaise ou non. Prépare-toi parce que je commence tout de suite. »

Sans attendre une quelconque réponse de la jeune femme, Hisoka disparut d’un somptueux shunpô à la gauche d’Ima et ne tarda pas à lui décocher un coup du tranchant de la main dans le dos. Son attaque, peu puissant, avait porté et lui accordait son premier point qu’il décida de conserver pour le moment. Il aviserait plus tard. Le combat se devait d’être équitable. Bien que plus puissant que la jeune femme, Hisoka n’en restait pas moins blessé et, même si ses blessures ne le faisaient que peu souffrir, il allait en patir si Ima venait à le toucher dans ses points sensibilisé par son précédent combat face à Ukitake. Mais pour le moment, ce qui le préoccupait c’était de trouver un moyen de satisfaire ces six personnalités si différente qui sommeillait en lui et qui, il le savait, observait attentivement ce duel, jugeant chacun de leur côté des capacités d’Hisoka bien sur, mais de celle d’Ima à qui ils allaient peut-être réserver une petite place.

Elle ne serait plus le seul portrait coloré du monde fade de son cœur.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptySam 19 Sep - 13:40

Au centre ville de Karakura, la foule battait à son plein ; un embouteillage d’une demie heure bloquait la rue et rendait nerveux les automobilistes. Un jeune homme d’une quinzaine d’années circulait entre les voitures pour traverser la rue. Il avait failli se faire écraser une bonne dizaine de fois mais il s’en fichait ; ça le faisait rire de voir cette pauvre femme aux bords des larmes parce qu’elle avait failli le tuer.
C’était certainement dans ces moments qu’on voyait le pire visage de l’humanité. Et pourtant, il y avait encore de l’espoir en cette race. Tout le calme et la bonté n’avait pas disparu. Il suffisait de faire à peine quelques kilomètres pour s’en rendre compte.
A l’extérieur de cette ville, le silence régnait. Sur le toit d’une petite cabane, une jeune femme aux cheveux bouclés était allongée. Une folle ! Le toit de la maisonnette était vraiment léger, c’était certain, il allait céder. On se demandait déjà comment il tenait habituellement, alors avec le poids d’une femme en plus, croire qu’il allait tenir était un rêve !
Ca donnait à ce lieu une impression d’insécurité. Si cet endroit était abandonné c’était d’ailleurs certainement du à la peur des gens quand à ce toit qui menaçait de céder à tout moment. Pourtant le toit restait solide, Ima était en sécurité… ou, du moins, le danger résidait autre part.


°*° Yami No Tori observait Ima depuis déjà un long moment. Elle avait fermé ses yeux, laissant le soleil réchauffer sa peau. Une légère brise faisait voleter ses cheveux qui se posaient tantôt sur le bois, tantôt sur son visage. Mais à aucun moment elle ne bougeait. Elle restait là, immobile, un étrange sourire au visage. Personne ne savait pourquoi elle souriait ainsi. Etait à cause de la phrase d’Hisoka ? De penser au futur combat ? Se rappelait-elle d’un souvenir heureux ? Aucune idée, mais enfin de compte, qu’importe ? La raison était anodine, la sincérité de ce sourire suffisait.
Yami No Tori pouvait facilement sentir la chaleur qui emplissait le cœur de la jeune femme. Pourtant il ne la ressentait pas ou disons pas directement. Il lui avait offert un moment de liberté dont elle ne se rendrait jamais compte. Il avait décidé pour une fois, de ne pas accéder à ses pensées, de lui laisser ce moment seule, face à elle même… Il était d’ailleurs assez curieux, il voulait savoir s’il la connaissait assez pour deviner ce qu’elle voyait dans son esprit. Il fallait être franc, il en était incapable, il sentait parfaitement ses sentiments, chacun de ses traits lui communiquait… mais pour le reste, c’était le vide complet.

La zampakuto de la jeune femme se sentait bien, libéré. Cet arrière goût de douleur qu’il avait au fond de la gorge depuis un long moment l’avait enfin quitté. Son cœur pouvait de nouveau vivre sans blessures.
Au départ, au moment où Hisoka avait quitté Ima, il avait souhaité l’interpellée, la taquinée une fois de plus mais il s’était abstenu. Il aurait largement le temps de la ramenée à l’ordre plus tard. En faite c’est en sentant ce bien être dans le corps d’Ima qu’il s’était privé. Il s’en était déjà assez voulu de l’avoir rendue furieuse au sujet d’Hisoka.

Il paressait dur et froid lorsqu’on l’entendait, comme si le bien être d’Ima ne l’importait pas, pire, comme s’il souhaitait son malheur. En vérité, c’était tout le contraire. Lorsqu’elle souriait, il se sentait bien. Elle était un peu comme son rayon de soleil, un soleil qui brulait parfois mais qui lui communiquait sa joie.
Ca, évidemment, il ne lui dirait jamais. Ce n’était pas une question de fierté, ni même dû au faite qu’il ne veuille pas l’avoué, il savait depuis longtemps qu’il adorait Ima. Il refusait juste de se montrer vulnérable devant elle, pas pour lui, juste pour elle.

Avant qu’elle meurt, il s’était toujours dit que sa relation avec Ima ne serait que de l’amitié pure et simple, voir même un semblant d’amour, comme de la fraternité. Ima était comme ça avec tout le monde à l’époque. Peu de gens tentait de la connaître mais elle ne refusait personne. Sa pureté et son souci de bien être la guidait dans chacun de ses pas, la rendait naïve certes mais généreuse et aimante. Il aimait cette personnalité et attendait avec impatience le jour où il pourrait rentrer en contact avec elle. Mais cette enfant qu’elle avait été n’avait strictement rien à voir avec la femme qu’elle était aujourd’hui. Rien de ce qu’il avait pu imaginer. La mort précipité d’Ima avait chamboulé tout son esprit, tout ce à quoi il s’attendait était désormais impossible.
Y avait-il une quelconque raison quand à ce revirement de situation ? C’était pourtant bien la même personne, amnésique ou non ?! Pourquoi était-elle partie rejoindre cet hollow, l’oiseau qu’il avait envoyé devait l’en dissuader ! Encore une lacune du système, elle avait tout pris de travers. Non, en faite, elle avait compris qu’elle serait en danger ; elle ne pouvait juste pas se permettre de laisser cet être tuer des gens juste parce qu’elle avait peur. Si seulement Yami No Tori avait pu parler avec elle…

Mais surtout, pourquoi la mort devait-elle changer autant les gens ?!
Cette question avait longtemps torturé l’esprit du zampakuto. Il avait longtemps regretté la jeune et frêle Ima Soyokaze, son sourire lorsqu’elle voyait son frère, pourquoi avait-il disparu ? Etait-elle seulement capable d’éprouver de la joie en voyant les autres sourire, comme autrefois ? Ca le perturbait réellement, il s’était tellement attaché à l’Ima vivante ! Qui était cette étrangère qui avait osée lui voler son plus beau cadeau ?

Au départ, juste après sa mort, j’entends, Ima était restée la même, ce garçon qui l’avait accueilli et qui lui avait donné un nom, lui promettait de grande chance de vivre une vie paisible au Rukongai. Yami No Tori avait foi en ça… Elle n’avait été transformée par cette mort, elle continuait à être sociable.
Ca ne dura pas longtemps, la mort ne l’avait pas changée directement mais seulement à petit feu, réduisant les espoirs de Yami No Tori à zéro. Ce garçon était tout ce qu’elle avait, mais il n’avait pas été suffisant. Le zampakuto grimaça en se souvenant de la façon atroce dont il avait fini. Tuer par les mains d’Ima.
Dès ce jour, l’âme qui vivait en Ima avait prit peur de cette dernière. Il se remémora toutes ses scènes qu’il ne pouvait supporter, son sourire sadique face à sa victime, cette envie de sang et de puissance… Pourquoi la désirait-elle ?
Il avait tenté pendant de longues nuits de comprendre ce changement et enfin il avait compris. Ce milieu, c’était lui le responsable. Elle avait été laissée ici, comme un enfant qu’on abandonne, sans souvenirs pour savoir comment vivre, sans mémoire pour pouvoir sourire. On l’avait laissé là, sans parents, sans frère, livrée à elle-même, sans amour. Et c’était ce cercle d’amour qu’elle avait toujours eu qui l’avait brisée une fois absent. Il aurait du l’aider, mais, à l’époque, il ne l’avait pas su. Et pourtant il n’était pas difficile de comprendre qu’Ima avait besoin d’être protégée de l’horreur du Rukongai.

Alors, pour fuir ce malaise et sa culpabilité, Yami No Tori s’était endurcit et avait développé une ironie semblable à celle d’Ima, comme pour se protégé de ce démon. Et, malgré toute la répugnance qu’il ressentait envers elle, il avait décidé de l’aider, comme par respect pour la femme qu’elle avait été, ou plutôt par amour de son souvenir. Cette femme, il avait toujours désiré la servir, changée ou pas, il le ferait. Il s’était dit que s’il l’amenait au Seireitei, l’horreur du Rukongai disparaîtrait et elle redeviendrait Ima. Peine perdue. Les efforts de l’âme avait été vains, tout ce qu’il avait fait c’était la pousser à la rage et à l’envie de puissance, d’exil.
Il l’avait ensuite amenée ici, dans le monde réel, là où elle avait vécût tant de choses, de la plus grande peine à la plus grande joie. Ca le rendait nostalgique mais pas elle… Et ça, ça le tuait. Pourquoi refusait-elle de ressentir quelque chose de bon ?! Qu’avait-on posé à la place de son cœur ?! Ce hollow ne lui avait pourtant pas arraché !
Oui, vous me direz : il a été le premier à la conseillée d’éviter tout souvenirs, il en était conscient mais il regrettait à présent. Il avait follement espéré qu’elle ne l’écouterait pas, qu’elle irait à l’encontre de ce qu’il avait dit…

Il se sentait mal. Seul le moment à l’hôpital l’avait réjouit mais qu’un trop bref moment. Il lui en voulait, elle n’avait pas suivie la route qui la menait à sa mémoire… Quelle lâche !
Au lieu de ça, elle courait vers son petit Hisoka ! Ca lui donnait envie de vomir ! Qui était Hisoka pour osé la priver de sa bonté ?! N’y avait-il pas de gens plus fréquentable ?!
Es-ce qu’elle pensait à son frère ? Es-ce qu’elle pleurait sa mort ? Es-ce qu’elle souhaitait voir Ryu ? Es-ce qu’elle se souvenait de là fois où il l’avait aidée ?! Comment avait-elle osée oublier tout ça ?! Et surtout pourquoi fuyait-elle la vérité ?! Hisoka ne lui offrirait rien, rien du tout !
C’était pour ça, pour cette haine qu’il avait contre le Joker que Yami No Tori l’avait taquinée au moment où elle le soignait. Le supporter était déjà assez difficile ! S’il fallait en plus qu’elle le pouponne ! S’en était trop !
Sur le coup, il avait été fier de son action, la voir se rebeller d’un coup contre l’ex-shinigami, c’était jouissif ! Mais il s’en était très vite voulu, lorsqu’il avait sentit son cœur se serrer. Il n’avait pas prêté attention à ses sentiments depuis un moment, ne se fiant qu’aux apparences mais Ima avait bel et bien un cœur, même si elle le cachait.
Elle était comme lui, cachée sous son masque d’ironie.
C’est de tout cela qu’il se rendit compte en l’observant, en voyant ce sourire sur son visage. Personne n’avait pris la place de l’Ima qu’il avait connu. Elle était toujours là, quelque part en cet esprit, elle avait juste bâtit une muraille autour d’elle.

Alors, il resterait comme il l’était dur comme le fer, respectant la carapace qu’elle avait aussi longtemps qu’elle en aurait besoin pour revivre et le moment venu il la briserait, révélant enfin au monde qui était Ima Soyokaze… °*°



« Changement de programme. Cet entraînement c’est ici et maintenant, que ça te plaise ou non. Prépare-toi parce que je commence tout de suite. »

Les yeux de la jeune femme s’ouvrirent, elle se releva rapidement. Geste presque inutile car cela avait permis à Hisoka de mieux l’atteindre. Ainsi il gagnait le combat d’un point. Elle fut projetée en avant mais elle ne souffrît pas trop, ou elle ne rendait pas compte de la douleur ? C’était peut être ça… Qui sait ? Sa joie était tellement incontrôlable qu’elle ne voyait rien d’autre à part cela. Seule l’excitation qui vibrait dans son corps la contrôlerait durant son combat, la menant à la victoire ou à la défaite…
Déjouant la loi de la gravité, Ima était maintenant au milieu du ciel. Elle regardait son adversaire, une étrange lueur au fond des yeux, un sourire large au dessus de son menton. Il semblait avoir changé. Une détermination nouvelle se reflétait dans ses yeux. Elle n’y fit que brièvement attention. Quelle que soit ses raisons, le principal était qu’il voulait la combattre.
La lame d’Ima sortie promptement de son fourreau, un léger éclat doré apparu lorsqu’il quitta sa protection. Elle s’élança à vive allure sur Hisoka ; de là s’en suivit une succession de coups guère précis mais agiles. Elle ne l’attaquait pas, elle jouait, comme une gamine. A aucun moment, elle ne l’avait touché jusqu’à ce que son zampakuto glisse perce la défense d’Hisoka et entre en contact avec son épaule. Une goutte de sang coula. Ca comptait ça ? Magnifique.
Elle parti en arrière, les yeux brulant d’envie.


« Le Joker de la Soul Society, tu es allé trainer avec ces rats ! Tu nettoyais les rues du Seireitei ? »

Elle se moquait de lui, mais elle attendait une véritable réponse, une véritable information sur son passé. Elle aurait adoré qu’il développe cette réponse mais elle savait d’avance qu’il garderait toujours sa part de mystère. Peut être même il ne lui dirait qu’un mot, tan pis, elle ferait avec.
Si elle avait déjà consommée son point, ce n’était pas par orgueil, elle savait bien que le combat serait difficile à gagner mais elle ne pouvait s’en empêcher. Elle avait tellement de questions… Il fallait à tout pris qu’elle l’attaque, encore et encore pour en savoir toujours plus…

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptySam 3 Oct - 21:38

Spoiler:

Dès l’instant où il sentit la froide lame dans son épaule, Hisoka su que le combat pouvait réellement débuté. Il avait lu dans les yeux de la jeune femme le désir de vengeance. La vengeance d’une attaque surprise subit quelque temps auparavant, puis la joie d’avoir réussit son estocade. Retirant avec un plaisir pervers le tranchant de son zanpakuto tout juste dégainé, la jeune exilé s’écarta de quelques mètres, contemplant sa réussite dans son ensemble. Marquant son premier point, elle s’accorda le privilège de poser sa première question qu’Hisoka n’entendit pas sur le moment.

Perdu dans ses pensées, à savoir: « Comment retrouver ma place dominante dans mon monde intérieur ? », il n’avait pas vu la plongé d’Ima et s’était laissé surprendre, comme un débutant, une épée au travers l’épaule. L’arme n’était pas entrée profondément dans sa chaire mais laissé couler un sang abondant. Observant la plait tandis que son adversaire s’écartait, il posa sa main sur la blessure et la fit disparaître, elle et l’hémorragie d’un petit tour de passe-passe. Malheureusement, cette comédie n’était justement rien d’autre qu’une comédie. Un talent qui n’avait d’effet que sur les sens et non sur la réalité des choses. Si l’entaille avait disparu visuellement, elle en restait douloureuse mais il n’en fit rien. Il en avait vu des pires et celle-ci ne le fit même pas sourcillée. A dire vrai, il était encore perdu dans ses pensé quand Ima lui posa sa question. Les mots de la jeune femme avait été passé en voix off et toujours cette question redondante : « Comment retrouver ma place dominante dans mon monde intérieur ? » C’est dans cette profonde réflexion que le Joker entendit une voix. Celle-ci, il l’avait perçut distinctement et comprise mais il n’arrivait pas à en définir l’origine. Était-ce une révélation de son inconscient ? Une intervention de Suiteki ? Qu’importait. On lui donnait une piste.

« Satisfait leurs compétences, satisfait leurs caractères. »

Si il avait rapidement compris ou voulait en venir la consigne, il eut plus de mal à y répondre. « Leurs compétences ». Il s’agissait sûrement des qualités que lui apportait chacune des personnalités de son zanpakuto. « Leurs caractères » s’attachait par contre aux traits des différentes personnalités qui l’habitait mais alors, comment les satisfaire. Lui, un être aussi complexe et plein de contradiction devait satisfaire chacun de ses paradoxes.
Interrompant sa réflexion pour revenir au monde réel, il entendit enfin la question d’Ima, comme si les mots avaient stoppé leur course dans son esprit pour la reprendre à cet instant. Chaque syllabe était décomposé pour finalement donné un sens à ce qu’elle lui disait.

« Le Joker de la Soul Society, tu es allé traîner avec ces rats ! Tu nettoyais les rues du Seireitei ? »

C’est vrai. Plusieurs fois, il avait parlé de sa fonction de Joker au sein de la Soul Society, lors de leur première rencontre ou pendant le combat contre Ukitake et pourtant, il n’avait jamais vraiment prit la peine d’en expliquer clairement les fonctions. Pendant un moment, Hisoka se demandait comment il allait formuler sa réponse. En ne lâchant qu’un simple « oui », il aurait répondu sans mentir à la question et sans vraiment apporter les réponses que la jeune femme cherchait. C’est vrai, il nettoyait bien les rues des rats de la Soul Society mais pas à la manière d’un membre de la quatrième division. Son travail était plus expéditif et plus physique que la popote de cette division exploité.

« Tu devrais apprendre à formuler tes questions plus clairement. Parce que tu n’obtiendras de moi qu’un simple « oui » à ta question. C’est exactement ça. Je nettoyais les rues du Seireitei. »

Hisoka avait bien insisté sur le mot « nettoyer » pour faire comprendre à Ima qu’elle ne devait pas l’entendre au sens premier. Cependant, si elle désirait plus d’information, il lui faudrait de nouveau le toucher sans qu’il ne puisse parer. Dommage pour elle, Hisoka venait de comprendre le sens des consignes qu’il avait entendu, et il comptait bien les respectés en terminant cet entraînement qui prenait de plus en plus des airs d’un véritable interrogatoire ou bourreau et victime intervertissent sans arrêt leur rôle sous l’égide de la torture.
Mais revenons à cette énigme toujours sans réponse. Tandis qu’il avait répondu à la question d’Ima, Hisoka avait trouvé une solution pour « satisfaire » les différentes faces de sa personnalité. Le terme de « compétences » ne pouvait renvoyer pour lui qu’aux différentes qualités que lui offraient ces six personnages. Ainsi, Gai représentait sa capacité à se dédoubler, Kichi celle de se déplacer dans l’espace et Shu de maîtriser la conception du temps de ses victimes. Si il semblait logique à Hisoka de devoir employer ces différentes techniques au cours du combat pour montrer qu’il les méritait, il avait un peu plus de mal à concevoir la manière dont il devait satisfaire les trois derniers protagonistes. Lors de son difficile entraînement pour acquérir le Bankai, Biscuit lui avait fait renforcé sa condition physique, Nétéro sa force spirituelle et Silva son pouvoir mental mais aucun d’eux ne lui avait réellement enseigné une quelconque technique. Tant pis, il essaierait de montrer ses progrès dans ces domaines. De toute manière, il n’avait plus grand-chose à perdre maintenant.

Par contre, la satisfaction des « caractères » lui apparaissait plus floue. A l’évidence, il devait montrer, à travers ses actes, les facettes psychologiques de son zanpakuto. Si certaines étaient évidentes, d’autres l’étaient beaucoup moins. Il avait cerné l’enfant joueur qui sommeillait en lui à travers Biscuit, le pervers par le personnage de Nétéro et l’indifférence de Silva mais pour les trois autres, il n’avait que de vague idée. Mais à vrai dire, cela ne l’inquiétait pas trop pour le moment. Il était déjà bien occupé avec ces six performances physiques, ces trois révélations psychiques et son combat à proprement parler avec Ima.

Devant la complexité de la chose, Hisoka s’employa à révéler la forme Shikai de son zanpakuto afin d’exécuté ces six premières épreuves. En se projetant de le futur, Hisoka se voyait agonisant de fatigue devant tant d’effort pour la reconquête d’une place qui n’aurait jamais du lui être retiré.

« Désolé Ima, mais la suite des événements risque de te paraître étrange… mais bon, c’est pour ça que tu m’aimes nan ? »

Le cynisme. Voilà une qualité dont il était fier et qu’il pouvait associer à Gai, ce valet grossier et irrespectueux. Une quatrième facette venait d’être dévoilé mais il ne prit pas vraiment le temps d’imaginer comment il l’emploierait qu’il fondait déjà sur une Ima aux aguets. Entamant une course aérienne, ou chaque pieds prenaient appuie sur le vide (si c’est possible ^^) le Joker se dédoubla, créant l’un de ses clones qu’il affectionnait tant. Cependant, la création d’un seul être risquait d’être insuffisant, non pas pour combattre Ima mais pour satisfaire Gai. Exploitant dans ses ressources, notre magicien réalisa un tour qui n’était plus de l’ordre de l’illusion. Deux nouveaux Hisoka venait de faire leur apparition sur le champ de batailles et se positionnait en carré autour de la jeune femme immobile. Avec cette combinaison, le Joker pouvait mettre fin à l’entraînement. Si chacun de ses clones la frappait et qu’il en faisait de même, ses cinq points étaient engrangé avant même qu’il n’est put poser la moindre question. Voulant éviter à tout prit cette scène, Hisoka consomma son premier point à travers une question qui se voulait plus en accord avec sa stratégie qu’avec sa curiosité du personnage d’Ima.

« Quel âge as-tu ? »

La question pouvait prêter à sourire devant la situation du moment mais l’était beaucoup moins lorsque chaque Hisoka lancèrent une carte, imprégné de leur aura handicapante à quiconque se ferrait toucher par l’une d’elle. Le Joker espérait qu’Ima ne se fasse toucher que par trois d’entre elle, ou, qu’au moins, elle réponde à sa question avant d’être blessé. Il devait la conserver suffisamment longtemps pour réaliser ses douze travaux…

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptySam 10 Oct - 14:02

« Tu devrais apprendre à formuler tes questions plus clairement. Parce que tu n’obtiendras de moi qu’un simple « oui » à ta question. C’est exactement ça. Je nettoyais les rues du Seireitei. »

La seule réponse qu’il eut fut un rire éclatant de la jeune femme. Elle n’aurait pu attendre meilleur réponse de sa part ! Elle ne se moquait pas de lui mais plutôt d’elle ou disons que sa réponse lui plaisait étrangement. Il l’avait bien piégée et ça la faisait rire ! Elle était folle, non ? Non. Non ? (Encore un non pour la route ? xD) Hisoka était juste, de plus en plus intrigant, et ça lui plaisait. (Oui bah elle est folle quoi xD)
Elle aurait pu être contrariée par ce qu’il avait dit, après tout elle n’avait strictement rien appris de lui, mais le défis devenait plus grand… En faite, il lui offrait toujours plus, plus de mystère, plus de sa personnalité, plus de son être. Connaître Hisoka n’était pas connaître son passé mais sa façon d’être… Et c’était précisément ce qu’il était en train de faire.


« Désolé Ima, mais la suite des événements risque de te paraître étrange… mais bon, c’est pour ça que tu m’aimes nan ? »

Ses yeux se plongèrent dans ceux du joker et elle ne pu retenir le sourire qui apparu. Ce n’était pas un sourire amicale, ce n’était pas un sourire pour dire oui, juste un sourire de défis. Un sourire qu’eux deux connaissaient parfaitement.
Il avait bien dit « étrange » ? Ne c’était-il pas rendu compte que tout était étrange lorsque ça provenait de lui ?
Il n’y avait strictement aucune logique en cet être ! Aucune.
C’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle ne pouvait prévoir ses gestes, il valait mieux qu’elle ne s’attende à rien, car ce qu’il ferait ne pourrait jamais sortir de l’imagination d’Ima.

En position de défense, Ima observa le joker…
Il se mit à courir léger comme l’air et comme par magie, un deuxième Hisoka apparu.
Ima recula d’un pas puis cligna des yeux, la vitesse d’Hisoka l’avait peut être fait divaguée…il ne pouvait pas y avoir deux être comme lui… Et pourtant, ces yeux ne la trompaient pas, son adversaire n’était plus seul. Une seule chose, essentielle, lui échappait. Avait-il divisé sa puissance en deux, ou avait-il doublé sa puissance ?
Ima n’avait plus le temps de réfléchir, ses questions elle devait vite les oublier, Hisoka attaquait ! Je rectifie, quatre Hisoka allaient attaquer.
Le cerveau d’Ima se mis en route si vite, qu’elle n’arrivait pas à ordonnée ses idées, son sourire avait disparu, laissant place à un sérieux qui ne lui allait pas. Et, enfin, elle trouva le moyen de s’échappé, ses lèvres s’élargirent…



« Quel âge as-tu ? »

La première carte attaqua son bras gauche, enfin, peut être son bras gauche, je dis peu être car elle ne vit pas les cartes, elle ne les sentis presque pas passer… mais en y réfléchissant bien, elle sentait que quelque chose se passait dans son bras gauche…
Elle devait sentir parfaitement cette attaque, non ? Elle devait tout de même réagir, se relever, n’es-ce pas ? Où était passé son plan génial ? Où était parti son sourire, sa confiance ? Nul part ?
La seule chose certaine dans cette histoire c’est qu’ils n’étaient plus là… Tous ses réflexes étaient partis, elle ne faisait que tomber, chutant violemment vers ce sol qui ne cessait de se rapprocher…
Pourquoi une attaque comme celle là, l’avait rendue aussi impuissante ?! Il n’y avait pas de réponse car ce n’était pas l’attaque qui l’avait endormie mais ces mots...


Flash back

« Aujourd’hui j’ai diiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiix ans !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
_ Ima c’est bon, on sait, ça fait quinze fois que tu le répètes !
_ Oui mais ça change rien au faites que maintenant je suis grande !
_ Grande ?! Avec tes un mètre deux, tu rigoles ?
_ T’es méchant ! »

Fin flash back

Hisoka et ses semblables étaient à présents bien loin d’elle ; elle ne les voyait pas, ses yeux étaient perdus dans le ciel, cherchant quelque chose, une réponse…

Flash Back

« Qu’es ce que tu fais ?
_ Bah je monte devant pardi !
_ Il n’en est pas question, je suis l’ainé, je vais devant !
_ J’ai douze ans maintenant ! Je peux y allé moi aussi !
_ Et alors ?! T’es toujours plus jeune que moi ! Aller hop ! Va derrière ! »


Fin flash back

Tous ces souvenirs revenaient, comme un film oublié que l’on revoit… Mais ces souvenirs étaient trop loin d’elle… Ils ne lui apportaient aucune réponse…
Flash Back

« Hé ! Pourquoi toi tu compte en adulte ?
_Parce que moi je suis grand…
_Mais moi aussi !
_Pas assez on dirait.
_Tu verras toi quand j’aurais dix huit ans !
_Je serais toujours plus vieux que toi Ima. »

Fin flash back

Le rire franc de son frère éclata dans sa tête. Elle savait que ce rire l’avait toujours aidée et pourtant aujourd’hui… il ne faisait que la perturbé d’avantage…

~Monde intérieur~
« Ima, qu’es ce que tu fou là ?!
_ …
_ Ima !
_ …
_Ima ! Bordel ! Bouges toi ! Tu vas t’écraser comme une merde là ! Relève-toi et vas l’attaquer ! Ima !!
Fait quelque chose ! Tu chutes de trop haut là ! Tu pourras plus combattre après ça !! Ima ! Mais réagit enfin ! Je t’en supplie Ima répond !
_...
_ IMA ! QU’ES-CE QUI SE PASSE ?!!!!
_ Yami… j’ai quel âge ? »


Ces paroles étaient tellement douces, elles étaient le total inverse du cri de Yami no Tori. Ima les avait prononcées tranquillement, innocemment. C’était un peu comme si le temps s’était arrêté dans son esprit, que les paroles de Yami no Tori était passé inaperçu, que sa chute vers le sol n’existait pas. Ces lèvres s’étaient ouvertes doucement et ces quelques mots s’en était échappés. A quand remontait la dernière fois où elle avait parlé si calmement ?

Elle tombait toujours, ces cheveux volaient laissant sa nuque à l’air libre ; elle prenait de la vitesse mais ne réagissait toujours pas. Ses yeux étaient perdu dans le vagues, dans ses souvenirs, tout son esprit cherchait la réponse à cette maudite question ; et une partie de son âme prêtait une attention toute particulière au zampakuto qui possédait certainement une réponse.
La surprise de ce dernière ne lui permis que de prononcé ces quelques mots :

« Ima…
_ Tu ne sais pas, c’est ça ?...
_ Pourquoi tu te mets dans un état pareil pour une telle broutille ?
_ ….
_ Ce n’ait guère important…
_ Quel âge j’ai, Yami ?
_ Tu auras dix-neuf ans la semaine prochaine.
_Merci… »
~Monde intérieur~


Un sourire de reconnaissance apparu sur son visage. Elle se redressa enfin et posa un pied à terre. Elle leva la tête en direction d’Hisoka et releva son arme. Elle voulu alors se servir de son bars gauche et remarqua qu’il ne réagissait pas. Etonnée, elle chercha à comprendre et c’est là qu’elle se souvient de la carte qui l’avait frappée. Une deuxième avait frôlée ses cheveux, une troisième avait toujours deux des ses fins doigts et la dernière était passée inaperçue. Peut importe, elle continuerait de combattre. S’élançant dans les airs, elle emprunta la puissance de son allié.

« Envoles toi, Yami ni Tori. »

Elle entama alors un premier duel contre l’un des clones d’Hisoka. Son bras gauche pendait le long de son corps et seuls trois doigts lui permettaient de tenir son arme mais elle restait dure comme de la pierre, nullement inquiète. Toute curiosité était partie, pour le moment le mystère d’Hisoka n’importait plus. Tout ce qu’il fallait c’était détruire ces trois clones pour qu’elle ait une chance de continuer le combat.
Les coups s’échangeait, ils ne parvenaient pas à s’atteindre l’un l’autre. Son zampakuto ne faisait que trancher le vide.


« Tu me demandais qu’elle âge j’avais ? Et bien, voici ma réponse : »


Elle s’éclipsa alors et réapparu à quelques centimètres derrière le clone, dos à dos. Elle tendit son bras droit vers lui, l’arrondi de sa lame devant la gorge de l’ennemi et, de son pied droit, elle le projeta en avant pour que sa lame le rende à l’état de poussière.

« Je suis bien trop jeune pour mourir de la main d’un vieillard comme toi ! »


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyLun 26 Oct - 19:57

« Kssss ! J’y crois pas, elle a éclaté un clone ! »

« Je te l’avais dis Gai. Cette fille est loin d’être mauvaise. Tu dois bien le reconnaître. Ton pouvoir seul est trop faible pour elle. »

« Tchhh ! Je ne l’accepte toujours pas. Tu n’as pas tout réalisé. »

« Je sais. Mais en attendant, casse-toi. T’es trop faible pour m’être utile ici… »

« Enfoiré… »


« Bien joué gamine. Tu te débrouilles pas si mal avec un bras en moins. Mais bon, si tu continue comme ça, je crois que ça va tourner cours. Si on récapitule on est à 3-0 il me semble. Tiens comme tu me fais pitié, on va remettre les compteurs à zéro.
Comment tu t’appel ? Qu’elle est le nom de ton zanpakuto ? et… euh… De quelle couleur sont tes sous vêtement ? »


En à peine dix seconde, Hisoka venait d’épuiser ses points. Il remettait ainsi les conteurs à zéro proposant ainsi à la jeune femme une reprise du jeu et lui lançais une double attaque. D’une part il lui montrait une fausse indifférence à travers des questions inutiles et sans véritable intérêt malgré sa curiosité réelle pour cette demoiselle blessé qui se tenait à quelques mètres de lui et qui faisait preuve d’une force extraordinaire en même temps qu’elle éveillait le désir de connaissance d’un Joker trop souvent habitué à contempler sa seule personne. D’autre part il la prenait en pitié. En remettant le score à son état initial il lui montrait sa faiblesse et sa soumission à la clémence d’un magicien de plus en plus satisfait de sa stratégie. S’il l’avait bien cerné, il se doutait que son envie de lui faire payer ne pourrait la rendre que plus intéressante à combattre. Détruisant lui-même les deux clones qu’il venait de crée, il pouvait maintenant s’atteler à une nouvelle épreuve. Il ne savait pas vraiment laquelle effectuer. Un défi physique ? Psychique ? Les deux à la fois ? Qu’importe. Il les réaliserait tous.
Ima trouverai sa place dans un monde moins étriquer qu’il n’y paraissait. Son cœur se révélait plus vaste que son attitude laissait croire. Lui-même le trouvait chargé de personne dont il ne se doutait pas être si proche. Maintenant qu’il en avait conscience il pouvait en faire une force. Son expérience du combat l’avait prouvé mainte fois. Les duels à morts nourrit par une volonté de protection d’un être cher rendait plus puissant. Et la puissance, c’est-ce qu’il cherchait.

Observant l’état de la jeune femme pendant un long moment, il se doutait déjà de l’issu de ce match. Loin de lui l’idée de la sous-estimer, il ne pouvait que constater le pas de géant qui séparait leur expérience respective du combat. Elle avait un potentiel extraordinaire qui ne demandait qu’à être maîtrisé mais ce n’était à l’heure actuelle qu’une enfant découvrant à peine l‘étendu de sa force. Décidé à réaliser ce qu’exigeait de lui son zanpakuto, il devait tout de même se brider lui-même pour ne pas tuer cette jeune femme dès la prochaine offensive sans pour autant lui faire de cadeau. La marge de manœuvre était mince mais la satisfaction de la réussite en serait bien plus grande.
S’observant l’un l’autre pendant une dizaine de secondes qui parurent une éternité, Ima n’avait toujours pas répondu, ruminent sûrement les interrogations posées. La colère se lisait dans ses yeux mêlés à l’excitation de la promesse d’un prodigieux combat. Elle n’avait pas peur et cela faisait plaisir à voir. Chacune de ses cellules criaient leurs envies d’être éprouvées par l’effort et cela ne fit qu’accélérer le processus d’excitation d’Hisoka dont les doigts se crispaient de plaisirs avant de revenir à leurs états normal.

Abandonnant son inspection générale, il se décida à aborder les choses sérieuses. Tendant sa paume droite vers la jeune femme, il créa une brèche invisible à l’œil dans laquelle il s’engouffra complètement. Il venait de disparaître littéralement pour les dix prochaines secondes. Son réiatsu même avait disparut. C’était comme s’il n’avait jamais exister. Puis, il reparut comme si de rien n’était dans le dos d’Ima qui ne s’attendait à rien de la sorte.

« Bakudo N°1: Sai »

L’impacte du kido et ses effets firent lâcher la prise de la jeune femme sur son zanpakuto qui disparut dans sa chute pour reparaître quelque centimètre au-dessus de la main d’Hisoka qui en attrapa le pommeau avant d’enfoncer la lame dans l’épaule déjà invalide d’Ima. Dans cette seule offensive, Hisoka venait selon lui de satisfaire quatre épreuves. Sa maîtrise du déplacement dans l’espace avait été parfaite. Il s’était fait disparaître complètement lui puis le zanpakuto de la jeune femme sans consommer plus de réiatsu qu’il n’en fallait pour l’exécution. Il avait enchaîné avec un kido d’une incroyable précision. En plus de ça, il venait de montrer à la fois une sournoiserie sans limite en attaquant Ima avec sa propre arme et d’une indifférence totale dont Silva était si représentatif.

« Ok. Ca me fait chier de le dire mais pour moi, tout est remplis.
J’y crois pas. T’es une plus grosse enflure que moi. L’attaquer avec son propre zanpakuto. Je suis même pas sur que ce soi Ima que t’es blessé mais la fierté de son arme. »


« Bravo mon chou. Tu sais parfaitement maîtriser mes pouvoirs. Maintenant, prouve-moi que tu es comme moi… »

« Tu crois que c’est de l’indifférence ça. Pitoyable. Trouve quelque chose d’autre… »

« Je suis désolé Hisoka mais ton kido ne vaut rien. Le plus faible de tous, à bout portant et par surprise ne fait pas de toi un expert mais un lâche. Recommence… BAAAKAAAAA ! »

Apparemment non. Toutes ses actions n’avaient pas abouti au résultat escompté. Deux offensives sur les quatre effectué étaient recevables. Gaï était totalement soumis et Kichi à 50%. Le chemin allait encore être long mais réfléchir à la suite de l’événement ne lui était pour le moment pas permis. Son kido ne ferait bientôt plus effet et la jeune femme se relèverait enragé par cette humiliation.

« Je marque un nouveau point gamine. Voilà ma nouvelle question. Comment es-tu morte ? Tache de me répondre avant de perdre. N’oublie pas les trois autres questions. Tu te doute bien qu’elle m’intéresse. »

Le sourire pervers de satisfaction, Ima ne le vit pas allongé sur le sol mais elle du bien le sentir au son de la voix de cet homme qui prenait de plus en plus de plaisir à jouer de l’expérience qu’elle n’avait pas. De ses douze travaux, trois étaient réglés. Les neuf prochains, il espérait les régler d’ici peu de temps. Le sourire qu’il affichait cachait en réalité une faiblesse et une fatigue certaine. Ses blessures avec son combat contre Ukitake n’était pas totalement guérit, loin de là et l’enchaînement de techniques le rendait de moins en moins efficace à mesure que l’entraînement s’éternisait.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyMar 27 Oct - 17:58


« Bien joué gamine. Tu te débrouilles pas si mal avec un bras en moins. Mais bon, si tu continue comme ça, je crois que ça va tourner cours. Si on récapitule on est à 3-0 il me semble. Tiens comme tu me fais pitié, on va remettre les compteurs à zéro.
Comment tu t’appel ? Qu’elle est le nom de ton zanpakuto ? et… euh… De quelle couleur sont tes sous vêtement ? »


Ima souleva un sourcil. Il l’a sous-estimait là ? Ou il avait juste perdu la raison ? Ima plongea ses yeux dans ceux d’Hisoka pour chercher la véritable raison de ce gaspillage. Elle n’y trouva qu’un amusement. Toujours cet amusement qui ne le quittait jamais. Elle ne savait pas comment il faisait pour être toujours heureux, pour toujours sourire ainsi, et quelque part elle l’enviait ; l’enviait de prendre la vie si légèrement.
Il était tellement imprévisible, si indéchiffrable. Elle n’arrivait pas à savoir quel était son but, quel était sa façon d’agir, pourquoi faisait-il une telle chose ?... Juste de la provocation ? Toutes ces pistes étaient brouillées… mais quelque chose lui disait qu’Hisoka lui-même ne savait pas réellement ce qu’il voulait, que ses envies variaient bien trop souvent pour y trouver une certaine logique en elles.
Toutes ses questions ne rimaient à rien, c’était juste un jeu. Il connaissait déjà son nom et celui de son zampakuto, il venait de l’entendre. Il posait juste les questions dans les but de demander quelque chose et surtout de la provoquer, c’était un peu comme si il cherchait à prolonger le combat. Ce n’était pas pour donner à Ima une chance de vaincre. On voyait nettement dans ses yeux qu’il sentait sa victoire venir. Il souhaitait juste passer le temps ? Tout était possible venant d’Hisoka…
Enfin, cela n’expliquait toujours pas pourquoi ces questions étaient si stupide, mais Ima s’en fichait, ces questions étaient à portée de main, facile, y répondre ne lui poserait aucun problème. La dernière l’avait à peine surprise, comme si elle s’était attendue à ce que sa question soit si légère…
Elle ne fut même pas en colère ou du moins un tel sentiment fut si éphémère que personne ne le remarqua, pas même Ima. Très vite, Ima retrouva son sourire ; comme si elle se révoltait, elle décida qu’elle allait lui prouver, qu’elle aussi, elle pouvait se payer le luxe de le mépriser. C’était un défi difficilement réalisable mais elle ferait tout pour y parvenir. Elle ne se laisserait plus perturber par ses questions, même si des souvenirs venaient à resurgir, elle les mettrait dans un coin et y repenserait plus tard. Pour le moment seul ce combat devait exister.
Enfin décidée, elle ouvrit la bouche dans le but de répondre, son corps s’apprêtait à attaquer…
…Hisoka disparu.
Ima fit un pas en arrière, déconcertée, ses yeux clignaient sous le choc. Ou était-il passé ? Un sentiment d’insécurité vînt se placer en elle et ces quelques secondes parurent durées une éternité.


« Bakudo N°1: Sai »

La tête d’Ima n’eut pas le temps de tourner et ses cheveux de retomber que l’attaque d’Hisoka avait déjà fait son effet. La manche de son zampakuto lui échappa. Elle voulu se baisser, descendre pour le rattraper mais le sors de kidô l’en empêcha. Elle voulu tourner sur elle-même pour attaquer Hisoka mais une nouvelle fois son immobilisme la retînt. Elle pesta contre Hisoka. Il avait été trop rapide, il vous faisait croire qu’il ne préparait jamais son coup avec ces questions idiotes et pourtant ses actions semblaient réfléchis, c’était d’un naturel effrayant. Il l’avait surpris, il avait été trop rapide pour elle, elle n’avait pas eue le temps de se méfié. Il était tout simplement trop vicieux pour qu’elle soupçonne une telle attaque.
A présent, elle était totalement à sa merci, il pouvait faire tout ce qu’il souhaitait d’elle et ça, ça la mettait hors d’elle. Il pouvait la tuer, jouer avec elle, sans qu’elle puisse se défendre ! C’était vraiment révoltant et cela ne ressemblait pas à Hisoka. N’était-il pas plutôt du genre à souhaiter voir toute la puissance de son adversaire ? De lui laisser le droit de se défendre ?!
Il ne fit qu’une chose, une action qui pouvait paraître stupide parce qu’elle n’endommagea pas d’avantage Ima, mais, en cette attaque, Hisoka y avait placé une grande part de sadisme.
Cette arme… Ima ne comprenait plus, comment avait-il récupéré Yami No Tori ?!
A présent le sourire d’Ima avait disparu, seul un désir de vengeance l’animait. Elle n’attendait qu’une chose, que ce maudit bakudo disparaisse et la laisse libre de tous mouvement.
C’est ce moment là qu’Hisoka choisit pour parler :


« Je marque un nouveau point gamine. Voilà ma nouvelle question. Comment es-tu morte ? Tache de me répondre avant de perdre. N’oublie pas les trois autres questions. Tu te doute bien qu’elle m’intéresse. »


Le sors disparu et Ima retira brutalement Yami No Tori de son épaule. Du sang jailli mais aucunes grimaces n’apparurent sur son fin visage. En revanche, ses iris chocolat reflétèrent une multitude de sentiments, une centaine d’idées, de plans pour l’atteindre. Elle sourit et sa langue délivra enfin les réponses qu’Hisoka attendait.

« On m’a un jour appelée Miyuki mais mon véritable nom est Ima Soyokaze… »

Une main lui manquait et elle ne pouvait donc pas exécuter sa technique comme d’habitude, il lui était impossible de tenir son zampakuto et de faire glisser sa main le long de sa lame. Elle décida donc d’innover une nouvelle manière de libérer ses plumes. Se baissant légèrement, ramenant son pied vers la lame, elle pu effectuer le geste habituel à la différence près que ce fut son pied qui toucha le métal, faisant apparaître les plumes gravés dans le fer, et que son geste fut beaucoup plus brutal.

« … Mes sous vêtements sont noirs… Mon zampakuto s’appelle Yami No Tori et la technique qu’il t’offre aujourd’hui se nomme : Kuchiwashi ! »

Les plumes s’échappèrent du fer et s’élancèrent en direction de l’homme aux cheveux orange. Elles prirent de la vitesse et devinrent des becs dévorants.

« … Et je suis morte… »

Une image s’imposa dans sa tête. Des yeux horrifiés sur un visage crispé. Des yeux dans lesquels elle se reflétait, en sang. Elle ne connaissait pas cet homme, elle ne savait plus pourquoi elle avait saignée, elle ne connaissait pas quel rapport il y avait eue entre cet homme et elle ni avec sa propre mort ; pourtant lorsqu’elle pensait à sa mort, elle ne voyait que ces yeux qui la fixait atrocement. Bien qu’elle ne se rappelait de rien, elle su que c’était la dernière chose qu’elle avait vu. Elle se concentra l’instant d’une seconde pour faire disparaître le flou qui entourait ce personnage. Et enfin elle découvrir l’identité de cet homme et ce pourquoi il était effrayé. Ce vieillard n’était autre que le chauffeur du bus qui l’avait tué.
Elle ne savait plus pourquoi elle c’était fait renverser par ce bus mais aujourd’hui, elle s’en fichait car aujourd’hui elle allait prouver à ce maudit Joker qu’elle n’avait pas froid aux yeux et qu’elle pouvait le mettre à ses pieds.

« …Je suis morte par accident. »

Ces mots s’échappèrent finalement de sa bouche, la libérant de son devoir de répondre. Elle s’élança vers Hisoka, prête à continuer le combat. Sa confiance et ce sourire qu’elle aimait tant l’accompagnaient de nouveau.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyJeu 29 Oct - 17:33

Cette folle envie de combattre qui animait Ima ne put que faire plaisir à un Hisoka déjà hanté de quelques spasmes d’excitation intense. Les yeux bruns de la jeune femme ne reflétaient que cette folie meurtrière qu’il n’avait trouvée que chez très peu de personne au cours de sa longue vie. Cette expression déterminé qui ne montrait de crainte devant rien, même devant la mort, même devant la souffrance. Seul subsistait le plaisir de se battre. La mort de l’autre n’était finalement que l’aboutissement logique d’un duel dans toute sa splendeur. Seulement là, la mort ne devait en aucun cas montrer son nez. Ima n’était pas encore au summum de sa puissance. Elle pouvait donner plus à un Joker qui sentait aussi en lui-même une possibilité de progression futur.
Tandis qu’il pensait à une jouissance futur, il entendit les réponses de la jeune femme en même temps qu’une tempête de plume se dirigeait vers lui. Ne comprenant pas très bien ou elle venait en venir, il comprit le danger en voyant ces dernières se raidir. Semblable à des milliers de lame d’acier prête à le perforé, le temps qu’il avait mis à comprendre l’empêchait à présent d’esquiver. L’attaque, il allait devoir la subir ou la parer. Coinçant une carte entre son index et son majeur de sa seule mains véritablement valide, il accueillit les plumes comme il se devait. Sa rapidité et se dextérité était incroyable et il tranchait un à un ces projectiles qui ne semblait pas en finir. Malheureusement pour notre merveilleux magicien, l’invalidité de son deuxième bras l’empêcha de déployer toute ses capacités et il fut vite englouti dans cette tornade. Lorsque celle-ci se dissipa, ce fut un Hisoka hérissé de plume qui apparut. Une bonne dizaine d’entre elle s’était logé dans son corps et le double l’avait tailladé dans tous les sens. Il avait sous estimé la jeune femme qui n’arrêtait pas là son entreprise. Bien que blessé, le Joker vit bien la course aérienne de la demoiselle prête à lui faire payer son sadisme et sa prise en traître. Pourtant, Hisoka ne trouva rien de mieux à faire, en ce moment critique, que de poser une question. L’intervention dans ce moment du tellement surprendre Ima qu’il la senti ralentir dans sa course.

« Tu crois qu’avec toute ses plumes je vais pouvoir voler comme un oiseau ? »

Question dérisoire dans ce moment critique, le Joker devint d’un sérieux qu’on ne lui avait probablement jusqu’ici jamais connu. L’énergie spirituelle qu’il dégageait à ce moment fut telle que les plumes fichées dans son corps cassaient sous le poids de sa puissance. L’eau de la petite source sous lui et ou il avait baigné il y a quelques minutes frémissait. Les feuilles des arbres étaient de plus en plus agitées par un vent inexistant. L’atmosphère était de plus en plus lourd et l’air de moins en moins respirable. En quelques secondes la nature fut dominée par un être blessé mais monstrueusement excité; car ce n’était pas la colère qui lui donnait cette surcharge d’énergie mais bien le plaisir que lui procurait une demoiselle curieuse et déterminé.

« Ban… kai »

Une explosion. Ce ne fut plus une simple brise qui souleva l’eau et les feuilles de cette nature isolé mais une véritable tempête d’un violet sombre sur un fond de ciel brun face à la nuit proche. Les blessures de l’ex-shinigami semblaient se fermer à vue d’œil. En tout cas, la douleur de celle-ci ne le gênerait plus tant que l’adrénaline d’un combat qui devenait de plus en plus intéressant serait présente. Droit dans le ciel, Hisoka contemplait sa proie avec des yeux avides. Sa raison était toujours là, son envie de garder Ima en vie devait être plus forte que sa folie. Tant mieux. De cette manière il gardait le bon côté de ce côté plus sombre de sa noirceur naturel… la puissance.
Après la tempête revint le calme… l’œil du cyclone… un moment de paix avant la dévastation.

« Tu as le droit à une question je crois… »

Le ton de sa voix était calme, trop calme au vue des circonstances. Fixant Ima droit dans les yeux, qui, par fierté le soutenait, ne du pas comprendre ce qui lui était arrivé. Le contacte visuel ayant été fait, le Joker pu employer sa technique la plus étonnante que personne à ce jour n’avait pu comprendre. La conception personnel du temps qu’avait Ima s’arrêta net. A la manière d’une caméra mise sur pause, elle ne voyait devant elle qu’un homme qui venait d’employer son Bankai alors que celui-ci était déjà devant elle, un doigt posé sur son front. Lorsqu’elle revint à elle, il était déjà trop tard. Le « chewing-gum » qui constituait le nouveau pouvoir du Joker était déjà collé entre ses deux yeux. Regardant une dernière fois Ima droit dans les yeux, il élança son bras au dans le ciel, emportant avec lui l’ex-shinigami qu’il balança à une vitesse fulgurante s’écraser plusieurs mètres en contre bas. Le choc souleva beaucoup de poussières et pourtant, l’enfer de la jeune femme fut loin d’être terminé. Malgré qu’il ne connaissait pas la position exacte de la jeune femme, il se décida à satisfaire Nétéro avec un kido bien plus valable que le précédent. Il espérait seulement que la jeune femme n’en meurt pas.

« Hadô N°54 : Haien »

Une sphère d’un violet intense vint instantanément se crée dans la main du Joker qui hésita un moment avant de l’envoyer. Suffisamment longtemps pour qu’un invité vienne le lui faire remarquer.

« Dis moi, tu compte attendre qu’elle se casse pour le balancer ? Nan parce que si c’est ça vas-y, c’est pas comme si t’avais autre chose à foutre que de gagner. »

Remis en place par les mots de Silva, Hisoka finit par lancer son attaque qui parti comme une fusée au milieu de ce nuage de poussière qui grossit encore lorsque la sphère d’énergie spirituelle rencontre le sol dans une magnifique détonation qui fit s’écrouler la cabane qui avait bien survécut jusqu’ici.

« C’est bon pour moi le jeunot. Jolie attaque. Je sais pas si ça l’a touché mais en tout cas s’était du grand art. »

« Je suis d’accord. Tu as aussi passé mon défi avec succès. Tu as su employé ma technique au bon moment, bravo. »

« Ok. Maintenant la suite… »

Attendant que le nuage de poussières se dissipe pour faire un constat de l’état de santé d’Ima, Hisoka se fit un bref récapitulatif de ce qu’il lui restait à faire. Au niveau des performances physiques, il avait réalisé celle de Gaï avec ses clones, celle de Kichi avec le déplacement spatial, l’arrêt temporel pour Shu et un kido valable avec Nétéro. Il ne lui restait plus qu’à faire preuve de force brute pour Biscuit et de forces mentales pour Silva. S’il concevait bien la manière de satisfaire la première il imaginait difficilement plaire au second. Pour les épreuves en rapport au caractère des personnalités de son zanpakuto, il n’avait plut qu’à Gaï qui était son côté sournois et perfide. Il savait plus ou moins comment s’y prendre pour Biscuit, Nétéro et Silva qui était respectivement la matérialisation du jeu, de la perversité sexuelle et de l’indifférence. Cependant, il avait du mal à comprendre le couple Kichi et Shu. Il devait pourtant se dépêcher de réussir ces épreuves dites « psychologique » au risque de tuer Ima.
Les débris réduis à l’état de poussières étaient pratiquement tous dissipé quand une douleur fulgurante lui traversa son bras déjà invalide. Apparemment, les plumes d’Ima l’avait atteint plus profondément qu’il ne l’aurait cru. Son bras était, à l’instar de son adversaire totalement invalide. Il ne sentait plus le bout de ses doigts. Il n’y avait plus qu’un poids mort sur son flanc gauche qui le déséquilibra un instant. En ce moment ou aucune erreur ne lui était permise pour retrouver sa place de maître absolue de son monde intérieur, Hisoka commençait à sentir l’urgence de la situation. Dans peu de temps il s’écroulerait sous l’accumulation de blessures in soigné qu’il traînait depuis un peu trop longtemps. Il devait se dépêcher. Une fois qu’il aurait pu faire un bilan de la situation, il aviserait mais pour le moment, il devait retrouver Ima qu’il venait de perdre de vue. Le stress commençait à monter dans son corps meurtri. Cependant, il prit la peine de poser une nouvelle question. Celle-ci, il prit le temps de la formuler. Elle lui était utile pour la suite. Il ne voulait pas laisser Ima répondre dans le vague. Il lui fallait cette réponse, elle était primordiale…

« Tu veux bien jouer à ‘‘Je te tiens tu me tiens par la barbichette ‘’ avec moi ? »


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyVen 30 Oct - 14:46

Ima courait dans les airs, son bras gauche se balançant en arrière puis en avant sans qu’elle ne s’en rende compte ; elle tenait son arme de manière singulière : la lame de son zampakuto ne commençait pas au niveau de son pouce mais à celui de son auriculaire, ainsi, son arme ne la protégeait pas, n’étant pas devant elle mais sur le côté. Cela donnait un côté beaucoup plus sadique au personnage ôtant toute impression de crainte.
Ses yeux brillants étaient pointés sur Hisoka. Elle était heureuse car il avait su se défendre de son attaque, déviant la plupart de ses plumes et heureuse car il n’avait pas su toutes les éviter. Sa peur de le voir blesser, de le voir souffrir s’était envolé dès lors qu’elle avait vu son sourire. Elle le savait, elle n’aurait jamais d’autre combat comme celui-ci, et elle comptait bien en profiter, pas le temps d’avoir peur pour la vie d’Hisoka. Alors elle continuait de courir vers lui pour pouvoir l’atteindre de nouveau, savourant le goût d’un semblant de victoire.
Yeux dans les yeux, Ima continuait son ascension, un léger coup d’œil aux actions de son adversaire. Seules les paroles de ce dernier la firent ralentir, l’espace d’une seconde.


« Tu crois qu’avec toute ses plumes je vais pouvoir voler comme un oiseau ?
_ Je ne sais pas, mais je veux bien t’y aider…»

Le sourire d’Hisoka disparu. Ima fut plutôt surprise par ce revirement de situation, c’était certainement la première fois qu’elle le voyait sans son sourire. Que cachait cette absence ? Ima lui jeta un regard interrogateur puis provocateur. L’excitation monta en elle, elle voulait à tout pris savoir ce qui se cachait derrière le mot « bankai ». Elle l’avait déjà entendu, mais elle ne savait plus ce qu’il signifiait, c’était trop loin d’elle, trop insignifiant. Malgré tout, dans son esprit, ce mot était synonyme de puissance. Elle mourait d’envie de voir ce que cette explosion de puissance allait dévoilée. Comment pouvait-il déclencher une telle tempête ? Elle avait besoin de savoir, de voir, et surtout d’obtenir quelque chose de semblable. Et elle avait besoin de le savoir MAINTENANT !
Hisoka ne répondit pas à son envie, il resta immobile, comme si le « bankai » n’avait été qu’un mot parmi tant d’autre prononcé pour combler un blanc. Il semblait attendre quelque chose. Ima s’était arrêtée, attendant une action de la part du joker. Elle attendait qu’il ait fini attendre ! Plutôt risible comme situation !
Ce jeu de regard faisait planer un silence morbide, exactement comme celui avant la tempête. Elle attendait cette tempête mais elle ne voulait pas l’attaquer, elle voulait juste qu’il lui dévoile ce qu’il avait sans qu’elle n’ait à l’y forcer.


« Tu as le droit à une question je crois…
_Tu aura bien le temps de l’entend…»

Et ce fut à ce moment qu’Ima perdu le fil de l’histoire. Brutalement, elle vit apparaître le visage d’Hisoka devant elle. Elle ne sut pas comment il s’était déplacé et n’eut même pas le temps de le dévisagé. Son visage pu à peine être choqué. Elle se retrouva en l’air, au dessus d’Hisoka puis elle chuta rapidement vers le sol, n’ayant d’autre choix que celui de s’écraser sur le béton. Dieu seul savait quel pouvoir il utilisait alors Ima eut envie de devenir Dieu, même si elle ne croyait pas en lui, pour avoir cette explication. Le seul indice qu’elle avait était cette pression entre ses yeux et ce lien rose entre son visage et la main d’Hisoka. Comment avait-il pu les relier sans qu’elle s’en rende compte ?
Ces questions, elle n’eut même pas le temps de se les poser. Son arrivée au sol provoqua un nuage de fumée. Allongée sur le ventre, elle commençait à réaliser ce qu’il venait de se passer. Sa main droite prit appuie sur le sol tout en maintenant le manche de Yami No Tori enfermé en elle. Ainsi, elle pu se redresser, en partie. Les genoux au sol, presque à quatre pattes, elle toussa, étouffée par toute cette poussière et le sang dans sa bouche. Son visage était touché, quelques égratignures venaient orner la partie gauche de ce dernier sans pour autant la défigurée. Ses cheveux étaient emmêlés et souillés. La majeure partie des dégâts s’était répartie sur la partie gauche de son corps. Son bras gauche avait une fois de plus été touché, sa main s’était retrouvée sous son corps lors de ‘’ l’atterrissage’’ et elle était réellement en piteux état. Quand à sa jambe gauche, elle lui ferait mal lorsqu’elle bougerait mais la blessure n’était guère importante.
Elle ne semblait pas ressentir la douleur car lorsqu’elle releva la tête en direction d’Hisoka, lorsqu’elle dévoila son visage sali, elle sourit.

Elle entendit la voix de ce dernier, mais elle ne sut pas ce qu’elle dit. Son cerveau était encore sous le choc de cette chute et il était trop loin d’elle. Pourtant, elle comprit ce qu’il avait dit car elle vit la sphère violette se diriger vers elle. Se relevant par elle ne savait qu’elle moyen, elle s’enfuit. L’explosion ne l’atteint pas, seul le souffle qu’elle avait provoqué vînt caresser son visage.
Hisoka ne la voyait certainement plus, elle était dans un coin invisible vu de là haut. Grâce à son arme, Ima coupa le lien rose bonbon qui la liait à Hisoka puis l’enleva de son front. Elle observa un instant la texture étrange de ce dernier, cette chose lui collait aux doigts telles un chewing-gum. Après quelques secondes de bataille pour s’en débarrasser elle le lâcha au sol. Elle essuya le coin de sa bouche et jeta un œil à ses dégâts et une fois de plus sourit. Admiration ou masochisme ? On pourrait facilement dire que les deux étaient vrai pourtant ce n’était ni l’un ni l’autre. C’était juste l’excitation d’un combat puissant. Cette puissance qu’il l’avait l’amusait.


« Tu veux bien jouer à ‘‘Je te tiens tu me tiens par la barbichette ‘’ avec moi ? »


Ima fit plusieurs pas, lents. Elle avançait vers l’endroit devenu désert après l’attaque d’Hisoka. Elle leva les yeux vers lui, lui révélant sa position. Une seconde plus tard, elle apparu à ses côtés et répondit enfin à sa question.

« Il parait que si on veux bien jouer avec les gosses, ils seront plus gentils à l’heure du diner… C’est certainement des conn*ries mais sans essayer, je ne saurais pas… »

La jeune femme, un sourire devenu moqueur au coin de la bouche s’approcha de l’homme. Elle coinça son zampakuto dans sa ceinture blanche, elle avait besoin de sa main et sa deuxième n’était toujours pas opérationnelle. Elle releva alors la tête vers Hisoka puis sa main et enfin saisit son menton. Son sourire avait disparu, exclu par ce jeu stupide. Son regard se planta dans ce lui d’Hisoka révélant tout le sérieux dont elle était capable. Elle observa ou plutôt dévora ses yeux pendant un long moment s’emparant de tout ce qu’il exprimait et enfin, elle posa une question, perdant le point qu’elle avait gagné.

« Si tu devais être un sentiment, lequel serais-tu ? »


Elle n’avait pu résister à l’envie de l’interroger, sa curiosité avait pris le dessus sur son envie de gagner. Elle le savait, les yeux d’Hisoka ne feraient que lui apporter plus de mystère, plus de questions… Il ne s’en doutait certainement pas mais ses yeux étaient sa plus grande arme pour gagner ce combat.
Cette question était plutôt étrange mais l’avis d’Hisoka l’intéressait réellement. Ima s’était déjà forgé sa propre réponse et elle voulait savoir ce qu’Hisoka pensait de lui, comment il se définirait. Après tout, il ne l’avait jamais fait…
Elle voulait savoir comment il se voyait. Se pensait-il parfait ou cachait-il son dégoût de lui-même ? Cette question, Hisoka ne lui en apporterait pas la solution directement, alors elle la garda au fond d’elle-même, se promettant, qu’un jour, elle y trouverait une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyLun 2 Nov - 12:51

Tandis qu’elle acceptait ce défi hors norme en attrapant son menton, Ima posa sa deuxième question. Elle l’avait bien mérité. Chacune de ses attaques avaient portées avec une puissance incroyable. La première était issue d’un corps à corps des plus intéressants ou la lame de son zanpakuto l’avait perforé à l’épaule. La seconde s’était montrée bien plus dévastatrice et l’avait fait employer son Bankai. Quelle chance. Quelle bonheur il avait eut de trouver une perle aussi rare que cette ancienne shinigami, victorieuse d’un vasto lorde et dont la lueur dans les yeux étaient si semblable à la sienne. Quelle extase. Quelle joie. Il devait la conserver le plus longtemps possible pour la voir grandir. Malgré son jeune âge apparent, n’importe qu’elle imbécile aurait vu dans ses deux iris brunes la rage, la volonté de vivre, de combattre ceux qui l’entravait et l’envie d’être toujours plus puissante. Non pas pour se proclamer maîtresse du monde ou meilleurs combattante mais tout simplement pour affirmer sa place dans le monde. Et puis, il n’y avait pas que ça. Elle savait jouer. Elle venait de le lui prouver en acceptant ce jeu ridicule dans une situation aussi dangereuse.

Il était maintenant trop tard pour reculer. Pour elle, comme pour lui. Leur arme respective était ranger mais l’adrénaline de leur duel n’était pas pour autant tombé. Mieux, elle se canalisait difficilement dans la concentration qu’exigeait ce jeu. Leurs yeux étaient plongés les uns dans les autres. Le silence était terrifiant après la si grosse explosion crée par son kido. Si le but du jeu consistait à ne pas rire, alors bon nombre de combattant, aussi mauvais soit-il serait sorti victorieux. Seulement là, les deux adversaires n’avaient strictement rien de normal. Là où quelqu’un aurait été tellement perturbé par les récentes passes d’arme que la dernière chose qui lui serait venue à l’esprit était de rire, les deux êtres qui se tenaient au dessus du sol à ce moment n’avaient pas du tout cette même impression. Leur vision du monde, de leur affrontement, la situation dans laquelle il se trouvait ne pouvait que les inciter à rire, et pourtant… Il était là, se perçant l’un et l’autre de leur curiosité.

Étrangement, à force d’observer la jeune femme comme il le faisait, Hisoka fut pris d’une brusque envie de l’embrasser. Pourquoi l’attirait elle tant que ça ? Bien sur, elle lui ressemblait mais elle n’avait pas été la seule à lui être si semblable. Si elle était exceptionnelle, c’était pour autre chose. Cet autre chose qu’il cherchait désespérément à comprendre. Suiteki aussi avait eut cette folle envie de prouver son existence et il ne s’était pourtant jamais senti l’envie de l’embrasser (quoi ? ^^). Elle dégageait quelque chose d’autre, cette chose qu’il n’arrivait toujours pas à expliquer et qu’il était incapable de ne pas voir, surtout maintenant, alors qu’il ne pouvait rien faire d’autre que de la fixer dans une joute de pur concentration. Pour le moment, contenir son rire n’était pas trop compliqué. Et, pour éviter de tomber dans un excès de confiance qui aurait pu le faire basculer, il prit le temps de réfléchir à la question qu’on venait de lui poser. De cette manière, il s’extrairait de cette atmosphère ou le rire était proscrit… quel triste jeu.

Drôle de question. Mais en même temps, si quelque chose de normal survenait dans ce combat, c’est lui qui apparaîtrait comme étrange alors, à quoi bon s’étonner de chose si normal dans leur étrangeté. Pensant avoir trouvé une réponse qui le définissait parfaitement, il fut surpris de voir surgir dans son esprit un autre sentiment, totalement contradictoire avec le premier et qui pourtant le caractérisait avec une effrayante précision. Supposant une nouvelle possibilité, celle-ci fut, comme sa consœur mise au placard par son inverse et ainsi de suite. Un cercle vicieux venait de commencer son travail pervers. Cela faisait longtemps qu’Hisoka n’avait pas été mis aussi brusquement devant lui-même. Ima venait de lui poser une véritable colle. Lui qui aurait été le premier à se vanter d’une maîtrise parfaite de ses actions parce qu’il se connaissait bien se trouvait finalement devant un être qu’il n’arrivait pas à qualifier. Il se connaissait. Il voyait parfaitement ou était ses limites physiques, psychiques, morales. Il l’avait appris lors de son précédent entraînement mais donner un mot, un simple mot pour résumer ce qu’il était lui était parfaitement impossible.

Mis devant son impuissance, une idée lui vint. Sans le savoir, Ima venait de trouver la solution à un problème auquel il était confronté depuis le début de leur hostilité. Depuis près d’une bonne heure maintenant, il tentait de satisfaire des personnalités qui n’était que des parts de lui-même et qui fonctionnait par opposition. Gai et Nétéro n’étaient rien d’autre que la radicalité d’un désir de destruction et de souffrance perverse pour le premier et d’une volonté de paternalisme protecteur tendant vers une autre forme de perversité. Shu et Biscuit était la représentation respective de son plaisir de domination, de sévérité et de sagesse devant l’étourderie, la jovialité et les caprices de l’enfance. Enfin, Kichi et Silva étaient les deux sources de son pouvoir d’amour et de haine, ou plutôt d’indifférence, ce qui revient finalement à la même chose.
Il venait de trouver comment il devait se comporter pour satisfaire ces êtres constitutifs de lui-même.

Cependant, cette découverte ne lui donnait toujours pas la réponse qu’Ima attendait autant que lui. Ces six personnages, c’étaient lui. Il n’était pas l’un ou l’autre mais les six à la fois et quelque chose en plus. Existait-il seulement un mot pour englober tous les autres. Il devait réussir, pour être vrai, à dire dans un même terme qu’il était à la fois monstrueux et bienveillant, sage et impulsif, intéressé et indifférent. Le seul terme qui lui venait à l’esprit était « fou » mais était-ce vraiment ce qu’il était ? On le lui avait souvent dit mais il ne lui semblait pas que c’était quelque chose qui lui allait. Non, il ne se considérait pas comme fou. Il était maître de ses actes. Ce qu’il faisait de sa vie, il en avait conscience, avec moins de certitude ces derniers temps, mais il n’avait jamais eut à agir contre lui-même. Les seuls moments où l’on aurait pu le qualifier de fou s’était dans ses instants d’abandon à l’excitation. Là seulement, quelqu’un aurait pu le qualifier de malade.

Venant à la conclusion qu’il n’y avait pas de sentiment unique pour le qualifier, il revint dans le jeu. Le visage d’Ima qui s’était brouillé par la réflexion redevint net. Son introspection avait été plus longue que prévu mais rien n’avait transparut sur son visage, pas même le semblant de doute qu’avait agité la question de la jeune femme. Il était resté impassible jusqu’ici. Maintenant, c’était un sourire qui apparaissait. Il ne rigolait pas mais marquait sa satisfaction. Une satisfaction née de la découverte des exigences de son zanpakuto et d’une redécouverte de soi.

« Un sentiment tu dis ? C’est assez compliqué. Je ne vois pas comment tu veux que j’arrive à faire ça. C’est comme si tu me demandais qu’elle est la caractéristique principale d’un chien. Quatre pattes ? Le chat aussi. De la bave dégeulasse quand il est content ? L’arrancar aussi sait le faire et ce n’est pas un chien. Le fait qu’il sait aboyer ? … Ouaf Ouaf. Moi aussi je sais le faire et je suis pas un clébard pour autant… je crois. Du coup, je sais pas trop quoi te répondre. Je te dirais bien inconstant mais c’est pas tout à fait vrai. Tu viens de perdre un point pour rien… désolé. »

Les excuses d’Hisoka étaient presque sincères. Il tenait vraiment à ce jeu et ne pas pouvoir y participer correctement le dérangeait. Mais c’était de sa faute à elle aussi. Poser des questions aussi bidon. Un test de magazine féminin aurait été équivalent et au moins là il aurait pu répondre quelque chose. Tant pis. Il se rattraperait plus tard. Pour le moment il avait du pain sur la planche, ou plutôt rien à faire mais en le faisait bien. Si l’idée paraît simple, l’application était plus compliquée. Lui qui avait l’habitude de toujours avoir quelque chose à faire, se retrouver entraver par lui-même et ce jeu débile, qu’est-ce qu’il avait inventé ? Au moins, il se satisfaisait de la vue. C’était déjà ça.

* « Oh, au fait. Ton défi, c’est ok pour moi. Elle peut venir si elle est capable de jouer. »

« Hein ? Ah… cool… » *

A force de ce concentré, il en avait oublié les raison de ce jeu. La puérilité de Biscuit, il pensait bien pouvoir la satisfaire à travers ce genre de jeu. En plus, il joignait l’utile à l’agréable… La nouvelle épreuve, il contait la réaliser d’ici peu, mais, pour ce faire, il devait remporter la manche… ou tricher. La concentration dont faisait preuve Ima l’incitait à choisir cette deuxième option mais il n’y voyait pas de défi, pas de satisfaction. Si la triche était pour lui une passion, elle se réalisait avec soin, stratégie et de manière utile dans des situations particulières. Ici, il voulait s’amuser… l’amuser. Ne disait on pas couramment que « Femme qui rit à moitié dans ton lit ». Hisoka ne voulait pas aller jusqu’ici mais il contait bien qu’il ne quitterait pas de sitôt cette demoiselle. Et, s’il voulait l’en convaincre, quoi de mieux que de la faire rire en plus de l’intéresser.

« Je suis désolé de te l’apprendre mais tu viens de tomber dans un piège ignoble. »

L’espace d’une seconde, Hisoka vit parfaitement les pupilles d’Ima se rétracter. C’était bon signe. Le doute qu’il venait d’installer en elle venait de lui donner un très gros avantage. Seulement, pour ne pas le perdre, il devait monopoliser le temps de parole, ne pas lui laisser l’occasion de se défendre, et encore moins de contre attaquer. Ce jeu ce révélait finalement plus complexe qu’il n’y paraissait.

« Panique pas, tout devrait bien ce passer… je pense. Comme je suis gentil et que je t’aime bien, je vais t’expliquer en quoi t’as perdu ce combat au moment ou t’as accepté de jouer. Tu te souviens quand je t’ai attaché avec ma gomme ? Est-ce que tu n’as pas l’impression d’avoir loupé quelque chose ?
Je vois bien que oui. Tu devrais cacher un peu mieux tes sentiments et tes impressions.
En tout cas, cette perte de connaissance, si ça peu te consoler, c’est de ma faute. Je vais pas t’expliquer en détail mais en te regardant droit dans les yeux, je peux te faire perdre connaissance pendant une durée suffisamment longue pour te tuer… »


Voyant la jeune femme esquisser un geste pour rompre le contact visuel, Hisoka repris rapidement son discours.

« J’éviterai de faire ça à ta place. Si tu tourne les yeux, tu perds le jeu. N’as-tu donc aucune fierté ?…
C’est bien ce qu’il me semblait. Soit pas vexé comme ça… »


* « Bravo Hisoka. Tu ne trouve pas que cette sensation de domination absolue est sublime. Sentir que ta proie est hors jeu, incapable de bouger sans que tu ne sois capable de l’arrêter. Tu viens de passer ma dernière épreuve. Elle pourra venir ici. » *

Si Hisoka venait de révéler certaine chose à Ima, il ne lui avait pas tout dit sur son piège, pour garder la surprise. En attendant, il dominait l’action d’une main de maître, il était le plus puissant, rien ne pouvait plus l’arrêter et…

« Hahahahahahaha… je suis génial…. Houououououou… j’ai jamais réussit un plan aussi bon… hahahahahahahah… hahaha……… ha…………… ha………………… »

(…)

* « Mais… »

« Quel… »

« Crétin… » *

(...)

« Oups…
Perdu. »


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptyMer 4 Nov - 12:33

Un sourire victorieux se dessina sur le visage de la jeune femme. Ses doigts quittèrent doucement le menton de son adversaire et une légère gifle vînt heurtée la joue d’Hisoka. C’était un geste ridicule qui ne lui avait fait aucun mal mais il avait toute sa symbolique et surtout il redonnait à Ima un point. Elle recula de quelque pas, suivant le même axe que celui de sa main, les yeux pétillants de joie.

~*~
« C’est tout ?! Tu aurais pu le frapper plus fort !
_ Je n’en vois pas l’intérêt…
_ Tu n’en vois pas l’intérêt ! J’y crois pas ! Tu veux pas lui faire payez ce qu’il t’a fait ?! Regarde ton bras ! »
Ima laissa échapper un petit rire.
« Je me doutais bien que tu allais l’ouvrir un jour où l’autre… Tu n’as pas supporté de me planter c’est ça ?
_ Et tu trouves ça étrange ? Ca te fait rire ?! C’est une réaction tout à fait normale ! J’existe pour te protéger pas pour te faire saigner !
_ Je n’ai jamais aimé les choses normales…
_ Ha bah oui parce que madame n’aime pas les choses normales je peux la frapper autant que je veux, c’est ça ?!
_ C’est bien la première fois que tu pleures parce que tu m’as frappé ! Et puis, si sa peut te faire plaisir, j’ai rien sentit ! C’est affreux comme t’es inoffensif, je devrais peut être te jeter…
_ Ima, pour une fois tu aurais pu laisser ton sarcasme à la porte. »
La jeune femme soupira…
« On ne peut jamais rire avec toi… T’es d’un ennui franchement… Un vrai gamin…
_ Pardon ?!
_ Il faudrait peut être que tu ouvres les yeux ! Tu es une arme, tu existes non pas pour me protéger mais pour faire couler le sang ! Qu’un ennemi se serve de toi si il en a l’occasion est tout à fait sensé ! C’est pas les combats que tu faisais à la maternelle ! Il faut que tu comprennes, lors d’un affrontement, il n’y a pas de pitié !
_ Pas de pitié ? Et là tu viens de faire quoi en le touchant à peine ?! Si tu n’avais pas de pitié tu lui aurais arraché la tête !
_ Quand je parlais de combat sans pitié, je parlais en général… Ce qui se passe entre Hisoka et moi, ce n’est pas un combat…
_ Ha oui ! Suis-je bête ?! C’est un repas aux chandelles !
_ Non, c’est juste un jeu… »
~*~


Sa main était toujours libre, elle ne semblait pas pressée de ressaisir son zampakuto comme si elle se jugeait intouchable. Elle était un peu plus en hauteur qu’Hisoka ce qui lui donnait cette impression de puissance et surtout de mépris pour le joker. Pourtant, elle n’avait jamais éprouvé quelque chose de semblable à de la pitié pour cet homme mais elle se plaisait à lui faire croire le contraire. Parce qu’elle connaissait sa réaction face à un tel comportement, elle savait qu’Hisoka réagirait de la même manière. Alors, elle ne pouvait s’empêcher d’agir ainsi.
Ses cheveux se balançaient dans le vent, et le regard fier qu’elle jeta sur Hisoka accompagna ses paroles.


« Bon maintenant que j’ai gagné ce petit jeu, tu veux prendre ta revanche ? Parce que si on rejoue à ce jeu, il est certain que tu vas encore perdre. Je ne sais pas quel était l’ultime étape de ton plan mais maintenant tu n’aura plus l’occasion de l’achevé… Alors, comme t’es pas capable de faire un pas devant l’autre sans te casser la gueule, on peut dorénavant dire que j’ai gagné la seconde manche de ce jeu… Je sais, c’est cruel, mais bon faut pas être mauvais joueur et accepté qu’on est mauvais. Enfin bon, comme t’as été mignon dans le premier jeu, je veux bien t’offrir la chance de jouer à d’autres jeux qui te seront plus favorable…
Alors, on peut jouer au chat perché… Quoi que comme c’est facile d’être perché pour nous, ça serait plutôt celui qui renvoi l’autre au sol le plus vite… »


Elle fit mine de réfléchir un instant puis fit une moue déçue…


« Bon je veux bien avoué qu’à ce jeu tu gagnerais…
Ensuite, on pourrait faire un loup touche touche, et comme t’es pas capable de me résister je te rattraperais rapidement et tu perdras…
Et puis, après on pourrait jouer à cache cache… C’est pas vraiment aisé de trouver le vainqueur maintenant mais comme c’est moi qui parle, on va dire que c’est moi qui aurais gagné…
Ho tiens ! Après on jouera au Janken ! (feuille pierre papier ciseaux) Comme ça je choisirais la feuille parce que j’ai toujours choisi ça et toi tu n’arriverais jamais à te décider parce que t’es incapable de choisir… et comme on a pas de bol, au dernier moment tu vas choisir feuille aussi donc on recommencera et ce coup là, comme t’es un boulet tu choisira la pierre et je gagnerais. Tu remarqueras je réfléchis avant de parler, l’association boulet et pierre n’était pas au hasard…

Alors là ça me fait… - Comptant sur ses doigts- Deux pour la barbichette, plus un pour le loup, plus un pour le cache cache, et encore un point pour le jaken ! Bon bah voilà j’ai gagné !
Non aller, pour te faire plaisir, on va continuer le combat normalement… »


Le sourire qu’Ima avait au visage ne l’avait quitté que lorsqu’elle jouait la fille déçue ou sérieuse dans son long discours. Elle avait prononcée tous ces mots avec une grande joie et beaucoup d’ironie. Rien n’aurait pu stopper le bonheur qui circulait en elle. Tout ce qui se passait lui plaisait bien trop pour que sa bonne humeur s’envole. C’était tout simplement parfait. Même la réponse inutile d’Hisoka l’avait satisfaite. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il y réponde vraiment, ce qu’elle désirait surtout voir c’était sa réaction et elle l’avait eue. Cet air désolé qu’il avait pris l’avait totalement satisfait bien que, quelque part, elle s’en voulu de l’avoir mis dans cet état. Et finalement, comme pour embellir le tout il avait eut cette réaction démente, cette folie, cette joie qu’il n’avait pu contenir. C’était tellement parfait qu’elle en avait oublié le moment de doute qu’elle avait eue lorsqu’il avait débuté son plan. Et, à présent, elle savourait ce cœur qui bondissait dans sa poitrine, l’adrénaline qui coulait dans chacune de ses veines et cette gorge brulant d’envie.
Une seule chose la perturbait, comment l’attaquer ? Comment satisfaire l’excitation qui vibrait en elle ? Et aussi, comment gagner tous ces points dont elle avait besoin pour l’interroger puis pour gagner ?
Elle n’avait que deux techniques… Bien que Yami No Tori ne lui en ait parlé d’une nouvelle, elle n’en avait toujours pas vu la couleur… Il y avait aussi cette sphère brune qu’elle avait fait apparaître la dernière fois, un peu comme ce sort qu’Hisoka avait utilisé… Cependant elle ne savait pas comment réutiliser cette attaque.
C’était vraiment étrange car Hisoka semblait posséder deux pouvoirs, celui de son zampakuto et tous ces sorts comme celui qui l’avait immobilisée. Ima savait que la sphère brune qu’elle avait créé lui était personnel que c’était quelque chose qui lui appartenait à elle seule, la sphère d’Hisoka y ressemblait étrangement pourtant on avait l’impression que cette technique ne lui appartenait pas, que c’était juste un pouvoir qui était à la portée de tout le monde ou presque… Ce qui la chagrinait dans cette histoire était qu’Hisoka avait tout une panoplie de techniques pour pouvoir faire tout ce qu’il souhaitait alors qu’elle, elle n’avait que ces deux techniques et son adresse au corps à corps… C’était ça qui les séparait, l’expérience et le niveau. Il avait eut du temps pour acquérir toute cette puissance… C’était indéniable, il avait l’avantage. Et pourtant, le sourire d’Ima ne disparaissait pas… Toutes interrogations sur le pouvoir d’Hisoka n’étaient que des poussières qui étaient passés furtivement dans son esprit. Cette jalousie n’était plus qu’un souvenir et ce désir de combattre une montagne.

Alors que son zampakuto était toujours coincé dans sa ceinture, Ima fit glisser sa main le long de la lame aiguisée. Une nouvelle fois la gravure des plumes ressortie sur le métal et à l’instant où les mots d’Ima sortirent de sa bouche, de magnifiques plumes blanches s’envolèrent.


« Jukushi »

La vision d’Hisoka se brouilla, cependant cela ne durerait pas longtemps. Ayant déjà subit cette technique, il s’en délivrerait rapidement. De plus, sa puissance était telle qu’une si petite attaque ne pouvait guère l’atteindre. La dernière fois elle avait eue l’effet de surprise avec elle, ce qui l’avait grandement aidé mais à présent, Hisoka ne resterait aveugle que quelques secondes.
La jeune femme couru donc en direction du joker et grava une plume sur la peau d’Hisoka, au niveau de son poignet droit. Elle n’avait guère appuyé, il n’avait guère dû souffrir mais cela suffisait une nouvelle fois à gagner un point.
Elle avait longtemps hésitée sur l’objet qu’elle allait représenter, et finalement elle avait choisi cette plume, symbole d’une grande douceur mais qui marquait aussi une certaine agressivité par le sang qui était sorti de sa peau et la raideur des traits. Cette plume représentait à la perfection Ima, un cocktail unique de délicatesse et de violence.
Lorsqu’Hisoka ouvrit les yeux, Ima n’était plus devant lui. Elle ne su pas si il l’avait repérer mais elle dévoila sa position en l’interpellant. Elle était juste derrière lui, à, à peine quelques centimètres de son corps.


« Tu devrais peut être consulter un ophtalmo’… Des problèmes de vues pareils, ça peut être grave… et puis y a quelques tordus qui font des choses pas nets quand tu ne peux pas les voir… »


Edit Ichi : le pierre feuille ciseaux c'est Janken et pas Jaken Wink

Edit Ima ; Va en enfer è_é


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptySam 14 Nov - 19:23

Exceptionnel. Elle qui n’avait pas énormément parlé depuis ce début de combat déliait sa langue de manière admirable. Hisoka pensait qu’elle ne s’arrêterait jamais de parler et en même temps, ce qu’elle disait l’intéressait. Elle faisait preuve d’une ironie mordante. Il venait de devenir son bouc émissaire pendant ce laps de temps. Il n’avait rien pu dire. Elle venait de le scotcher sur place après une claque qu’il aurait espéré plus forte. Mais là encore, elle avait été plus violente avec ce qui n’était finalement qu’une caresse plutôt qu’une véritable gifle qui l’aurait envoyer visiter un sol de plus en plus dévasté par « la guerre ». Si on y avait regardé de plus près, l’herbe bien verte du début était carbonisé par endroit, couché par l’eau à d’autre voir même inexistante, laissant place à de monstrueux cratères. La nuit qui était tombé n’avait rien n’arrangé et la scène en était plus froide et en même temps plus belle pour les deux combattants qui se mettaient en valeur dans ce spectacle nocturne.

Mais revenons au monologue d’Ima.
Alors qu’elle terminait tout juste son discours et qu’Hisoka s’apprêtait à lui répondre sur le ton de la plaisanterie, il se senti soudain partir dans un monde de songe. Des plumes blanches étaient passées furtivement devant ses yeux. Il en connaissait les effets et, en même temps, la sensation de repos fut tellement douce malgré l’excitation du moment qu’il se laissa bercer par le merveilleux monde d’Orphée.

« A L’AIIIDEEE ! …
NOOOOOON ! »


Réveillé brusquement par un cri qui se déchirait littéralement dans les fins font de sa mémoire, Hisoka revint à la réalité, dégoulinant de sueur, le visage effrayé, tétanisé par la peur. Le sentiment fut si violent qu’il en oublia Ima et son attaque. Il était complètement perdu, ou plutôt, ce qui lui semblait être le souvenir d’une voix l’empêchait de retourner complètement vers la réalité. Ce furent les paroles d’Ima qui le remirent au monde définitivement. Essayant de se ressaisir de la douloureuse expérience, il mit un certain temps avant de comprendre ce qu’elle venait de lui dire.

« … et puis y a quelques tordus qui font des choses pas nets quand tu ne peux pas les voir… »

S’il avait compris le sens de ses mots, il n’arrivait pas à en cerner l’utilité à ce moment. Le choc de l’appel à l’aide l’avait tellement secoué qu’il n’avait pas encore vu la marque sur son poignet. Mais ce qui le ramena le plus rapidement à la réalité, ce fut le souvenir du plan qu’il avait concocté pour mettre Ima au tapis. S’il il lui avait révélé les deux formes d’emprise qu’il avait sur elle, il s’était bien gardé de lui parlé d’une troisième, qui, contrairement au deux autres, était toujours en état de fonctionnement. Trop fier pour pouvoir ce retenir, Hisoka ne perdit pas vraiment de temps à lui faire prendre conscience de son manque d’expérience par rapport à lui.

« Tu sais Ima, tu as raison sur un point dans tout ton blabla… Si on jouait à ton chat perché inversé… c’est moi qui gagnerais… »

Le ton d’Hisoka avait été d’une limpidité tel qu’Ima devait comprendre le piège dans lequel elle était sans pourtant en comprendre la nature. Tant pis pour elle, elle comprendrait sûrement dans les secondes à venir. Mais, juste avant de mettre son plan à exécution, sa main droite, jusque là endormi lui procura une sensation de picotement. Si la douleur était tout à fait supportable, c’est l’origine de cette blessure qui replongea Hisoka dans l’état de peur dont il venait tout juste de s’extirper. De la peur ? Pas seulement. Ima ne pouvait pas le voir de part sa position mais cette peur du Joker était mêlé à un profond sentiment de haine envers elle. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas ressenti cette souffrance qui l’amenait à détester au plus haut point quelqu’un. A dire vrai, cette colère, il ne l’avait pas revécut depuis qu’il avait été nommé Joker pour le compte du Gotei 13. Comment osait-elle ? Pourquoi avait-elle fait cette erreur qui lui serait maintenant sûrement fatal ? Pour être honnête, Hisoka ne se posa pas vraiment ses questions, il restait figé sur cette plume gravé sur sa peau, un signe qui le rendait semblable à une simple propriété. Un objet marqué et rangé parmi tant d’autre. Même si les intentions de la jeune femme n’étaient pas celle-ci, c’est comme ça qu’il le prit. Même si la marque n’était pas indélébile, le sentiment d’être marqué au fer rouge comme une vulgaire pièce de bétail prit le dessus sur toute l’attention que pouvait prêter jusqu’ici le Joker sur la jeune femme. Toute sa curiosité, tout son intérêt, tous ses sentiments pour Ima venait de volé en éclat et la colère augmentait à mesure qu’il gardait les yeux fixé sur l’objet du crime. Incapable d’en détourné les yeux à cause du sentiment de peur qu’elle lui faisait ressentir il ne fit pratiquement pas attention au fin filet de sang qui coulait sur son poignet.

S’il avait été en mesure de réfléchir à ce moment précis, Hisoka se serait sûrement rendu compte que le sentiment de haine qu’il vouait à présent à Ima n’était pas vraiment le fait qu’elle l’ait marqué comme sa propriété mais plutôt qu’elle venait de réveiller en lui l’une de ses plus grande peur. Un traumatisme lié à une vie humaine qui n’était pas celle qu’il s’était construite. L’appel à l’aide en avait été une première révélation encore que, les fréquentes apparitions de Macchi l’avait confronté à son passé mais là… Cette représentation matérielle l’avait brusquement replongé dans un monde d’horreur qu’il aurait préféré oublié.

La peur qui s’immisça e lui fut telle que, en une fraction de seconde, son réiatsu disparut complètement. Son Bankai était maintenu par une raison inconnu mais brusquement il avait cessé d’emmètre la moindre once d’énergie spirituelle. Il n’était plus qu’un corps mort. Et, comme pour montrer une image plus fidèle de son « décès », il finit par s’évanouir ou plutôt s’endormir sur l’image de sa vie humaine, avec un retour terrifiant de cette voix appelant à l’aide, entamant une chute mortelle vers le sol de « l’arène ».

***

« A L’AIIIDEEE ! …
NOOOOOON ! »


Le cri qui raisonna fut porté en écho pendant plusieurs minutes, accompagné de claquement de fouets et de bruits de chaînes dans la froideur et l’obscurité des cachots. Hisoka était là, alors seulement âgé de 15 ans, attaché au poignet par d’énorme menottes relié à un mur ou la mousse avait commencé son expansion depuis déjà longtemps. Seul dans sa cellule miteuse, il passait son temps à écouté les cris déchirant des autres prisonniers subissant des tortures propres à leur pêchés. Relevant son visage marqué par la faim, il put voir en face de lui, dans des cellules similaire à la sienne un vieillard à qui l’on avait brisé les genoux pour ne pas avoir été capable de s’agenouillé à temps devant une haute personnalité qui s’était présenté à lui. Trop vieux pour montrer son respect rapidement, le seigneur le prit pour un acte de rébellion et ordonna à ses hommes de mains de l’enfermer en prenant soin de lui brisé les jambes pour « l’aider » à se courber plus vite. Dans une cellule proche Hisoka entendait aussi les cris d’un bébé, né dans la misère de ce lieu d’une femme violé par l’un de ses gardes. La scène s’était déroulé neuf mois plus tôt sous les yeux horrifiés d’Hisoka qui n’avait pu s’empêcher de cracher toute les larmes de son corps jurant intérieurement de leur faire payer.

Cela faisait maintenant près d’un an qu’il était là. Son arrestation, il ne s’en souvenait que très vaguement. Une population noble l’avait accusé d’errer près de leur habitation et leur peur paranoïaque l’avait mené jusqu’ici ou il subissait des tortures semblables au pire des criminels. Affaiblit par la faim, les coups de fouets et les humiliations quotidiennes, il venait de prendre la décision de mourir là. Il allait se mordre la langue avec une telle force qu’elle se couperait le laissant se vider de son sang comme un vulgaire animal qu’on égorge. Tant pis. Son sort serait sûrement plus noble à ce moment là qu’en subissant la méprise des adultes. Alors qu’il s’était résolu à le faire, une arrivé le fit changer de projet. Une jeune fille de son âge venait d’être enfermée dans sa cellule. Des cheveux bleus derrière une saleté tenace devait être la chose la plus frappante chez elle. Un visage fier malgré les souffrances qui y était marqué, elle fut attaché avec un mépris totale quelques centimètres à côté d’Hisoka. Leur âge proche et leur condition similaire les rapprochèrent rapidement et la vie dans leur cellule en devint moins difficile. L’idée de suicide avait échappé à Hisoka et une qualité commune rattacha les adolescents. Tous deux semblaient doués d’une capacité unique. Ils voyaient ce que d’autres ne voyaient pas et développaient des pouvoirs dans la limite de leur possibilité physique. Inséparable (en même temps ils sont attachés ^^) ils s’imaginaient ce qu’il pouvait y avoir au-delà de ces murs, au-delà de leur vie captive.

Cependant, huit mois après avoir retrouvé un goût relatif à la vie, Hisoka fut séparé de l’adolescente lorsqu’un des gardes vint le chercher. Cela faisait longtemps qu’il s’était cru être oublié des geôliers mais ce retour ne laissait rien présagé de bon. Traîné comme un chien le long d’un long couloir de terre battu, attaché au cou par une corde lui brûlant la peau, il fut enchaîné sur une table bras et jambes et écartées. Lui déchirant ses vêtements déjà bien rapiécés, un homme caché par un masque de fer le marqua à vif sous l’œil d’un trident aux cornes courbées. Brûlé au fer chauffé à blanc, Hisoka hurla se cri qu’il n’avait jusque là qu’entendu.

« NOOOOON… ! »

Les douleurs mêlées à son humiliation lui firent lâcher toute les larmes dont il était capable. Tenant bon pour ne pas s’évanouir et montrer une faiblesse qu’il n’avait pas, il prit l’audace de parler à son tortionnaire qui faisait son travail de routine.

« J’te promets qu’un jour… c’est moi qui t’attacherait à cette table… »

« Mais oui mais oui. En attendant ce jour miraculeux, prépare-toi… voilà la deuxième tourné. »

« Ahhhhhhhhhhhhhhhhh ! »

Brûlé une nouvelle fois sous l’autre œil d’un symbole semblable, Hisoka ne pu supporter la douleur et s’évanoui comme le faible qu’il s’était juré de ne pas être.

Quand il rouvrit les yeux, il était de retour dans sa cellule mais la jeune fille qui avait été avec lui avait disparu ne laissant que des chaînes ballottant sur un mur de plus en plus vert de mousse. Trop affaiblit pour réfléchir, il retomba dans un flou étrange, il se sentait vaciller et puis…

***

Hisoka rouvrit les yeux brusquement. Il n’était plus qu’à quelques mètres du sol et il n’aurait jamais le temps de se rétablir. La mort était assuré s’il n’avait pas eut ce réflexe de la dernière minute. Par la seul force de sa pensée, il créa une faille sur le sol dans lequel il disparut avant de reparaître, debout, à l’endroit ou aurait du se trouver son cadavre. Immobile en regardant l’horizon d’où se dégageait les grattes ciels de Karakura, il paraissait fier, puissant et une certaine classe se dégageait de lui lorsqu’on le regardait de dos… comme Ima. Mais en changeant de point vue, son charisme en était radicalement changé. Il suait à grosse goutte et ses larmes se mêlaient à la transpiration. Il pleurait comme lors de ce triste jour qui avait ressurgit dans sa mémoire. Il était tétanisé comme après un cauchemar qui ferait encore impression sur notre corps, seulement là, ce n’était pas un sombre rêve, mais un souvenir. Il avait froid et cette prise de conscience le mettait à mal en même temps qu’elle le libérait. Il avait trop longtemps refoulé ses souvenirs et s’en rappeler ne pourrait que le rendre plus puissant. Cependant, accepter était une étape encore trop grande à franchir. Il ne pouvait accepter ce qui c’était passer par la suite dans ce cachot et il pouvait encore moins accepter ce « tatouage » d’Ima. La marque venait de raviver en lui une haine insondable qui avait autrefois déclenché sa soif de liberté, de s’émanciper de l’autorité de quiconque. Si il peignait une larme et une goutte d’eau pour masquer les deux traces indélébiles de son ancienne captivité, ce n’était pas seulement pour cacher ce passé honteux mais pour affirmer son appartenance à lui-même. Ses marques, il les avait fait lui-même, il en avait décidé de la forme, de la couleur. Il se rendait à lui-même sans devenir esclave. N’étant que du maquillage, sa liberté ne se trouvait jamais soumise, pas même à lui. Voilà ce que lui avait appris cette époque. Alors voir sur son poignet, le symbole d’une chose contre laquelle il avait toujours lutté, il ne pouvait pas le supporter.

Les larmes de tristesse se transformèrent en un flot de colère. Ses tempes gonflèrent, ses muscles se contractaient par spasme, et le frisson de la mort le parcouru un moment. Il ne voulait plus que cela, la mort de celle qui tentait de le soumettre à sa propriété. Son réiatsu qui s’était évanouit pendant sa chute revint avec une force ahurissante. Le sol explosa sous ses pieds alors qu’il restait toujours dans cette position figée. Le poids de sa puissance créait des failles incontrôlées qui absorbaient des roches qui se détachaient de la Terre Mère avant de s’écraser un peu partout ailleurs.
Toujours fixe, Hisoka ne tourna que son visage vers la jeune femme qui n’avait pas bougé depuis son crime. Le regard qu’il lui jeta fut assassin. La folie même avait disparut. Il n’était plus rien qu’un être aimé par la haine. Le jeu était finit. La mort de la shinigami en signerait l’arrêt. Serrant les poings jusqu’à se faire saigner les paumes il fit un geste brusque de la main droite vers l’avant. Si l’action apparaissait comme ridicule elle n’en était pas moins le signe de sa victoire. Sans qu’on ne puisse vraiment comprendre pourquoi, Ima, jusque là somptueuse dans le ciel se dirigeait avec une vitesse affolante vers le Joker.

Elle-même ne comprenait sans doute pas ce qui ce passait, et pourtant, avant de basculé dans la haine, Hisoka l’avait prévenu. En acceptant le jeu du « je te tiens tu me tiens par la barbichette » elle était tombé dans un piège. Hisoka lui avait parlé du pouvoir de ses yeux mais n’avait pas précisé qu’en lui saisissant le menton, il en avait profité pour coller sa gomme comme si de rien n’était, et maintenant, elle allait le payer très cher. Tandis qu’elle traversait l’espace qui la séparait de son bourreau, Hisoka lança son pied dans les airs en même temps qu’il se retournait. Sa colère, additionné à la puissance du coup et à la vitesse d’Ima eut des effets dévastateurs. Prenant le pied en plein visage, la jeune femme vola sur plusieurs mètres avant de s’écraser sur le tronc d’un arbre. N’arrêtant pas là sa vengeance, Hisoka courut dans sa direction en même temps qu’il la ramenait vers elle par le lien invisible qui les liait. De nouveau en contact, Hisoka attrapa la gorge de la shinigami et la tint jusqu’à la plaquer une nouvelle fois contre l’arbre qui craqua quelque peu lors de se nouveau contact. La haine et la colère lui faisait serrer sa prise avec un tel force qu’il aurait pu, s’il n’était pas si furieux, s’étonné de ne pas la voir exploser sous la pression. Mais ce qui devait être le plus difficile à supporter pour Ima ce n’était pas la souffrance physique mais le regard d’Hisoka. L’étrange mélange entre la haine et l’indifférence de la voir mourir devait lui faire un choc. Le traitement de faveur auquel elle avait eut droit jusqu’à ce jour n’était plus et le basculement était pour le moins radical.

Et puis, il finit par la lâcher. L’étreinte qu’il exécutait jusqu’alors s’arrêta et une pluie de coup de poing s’abattit sur le visage d’Ima (tu ne croyais quand même pas que j’arrêterai là ^^). La force et la vitesse que mis Hisoka dans chacune de ses frappes étaient de véritable boulets de canons tirés à bout portant. Il sentait le sang coulé sur ses mains, son bras gauche normalement invalide retrouvait une nouvelle vie dans la haine et s’en trouvait plus puissant qu’en étant soigné. Les coups, ponctués par un son de craquement d’os dont on ne connaissait pas vraiment l’origine entre le nez d’Ima et les phalanges du Joker, finirent par rompre le tronc de l’arbre, laissant la jeune femme passer au travers, étaler sur une herbe qui prenait rapidement des teintes rouges.

Méprisant et en même temps quelque peu calmer par ce défoulement, Hisoka détacha le lien de chewing-gum avec celle qui avait tenté de le rendre objet. L’observant pendant un moment, il fit un geste qu’il n’aurait jamais pensé faire au début de ce qui n’était au départ qu’un entraînement. Il lui cracha dessus avec un mépris totale avant de lui tourner le dos et de partir dans un endroit ou il n’aurait plus à voir le visage d’une femme qui avait eut la prétention folle de le soumettre.


Spoiler:

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Ima Soyokaze (inactif)
Shinigami
Shinigami
Ima Soyokaze (inactif)


Féminin Nombre de messages : 247
Âge : 30
Double compte : Momo Hinamori
Date d'inscription : 20/08/2008
Fiche Technique : Fiche Ima (V2)

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Yami Ni Tori
Niveau: Combattant Puissant / LVL 5
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue5150/5150Retour au calme Empty_bar_bleue  (5150/5150)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptySam 21 Nov - 16:48

Ses yeux… Deux sphères sombres et haineuses... Elle ne voyait que ça, ne pensait qu’à cela. Ces iris la transperçaient, elle était leur marionnette. Elle avait l’impression que c’étaient elles qui contrôlaient sa respiration, la forçant à haleter… Elle était devenue leur prisonnière. Peut importait le nombre de coups qu’Hisoka venait de lui affligeait, peut importait ce corps qui la faisait souffrir, seules ces deux pupilles occupaient son esprit. Le reste n’était que des informations floues qu’elles n’arrivaient à déchiffrer.
Il avait beau faire tourner sa tête, toucher son œil, la forcer à fermer les paupières, elle ne pouvait détacher son regard du sien. Il avait tout les pouvoirs sauf celui-ci.
Elle était totalement à sa merci, incapable de bouger un membre ou même d’émettre un son. C’était très simple, ce regard la tuait. Depuis qu’il lui avait lancé ce message de mort, les paupières de la jeune femme s’étaient légèrement écarquillées sous l’effet de la surprise et depuis n’avait pas bougés. Elle ne clignait des yeux que très rarement, trop captivée par les sentiments que reflétaient ceux d’Hisoka.

Cet homme, elle ne le connaissait pas, il ne la connaissait pas. C’était une évidence. Et pourtant, face à ces deux prunelles, Ima ne pouvait s’empêcher de l’élevé au niveau de quelqu’un de proche.
Pourquoi ?
Elle avait juste l’impression de ressentir ce qu’il vivait car ses yeux étaient limpide, on y lisait parfaitement sa haine et encore plus facilement cette douleur qui le déchirait. C’était tellement puissant que ça la tuait…
Pourquoi… pourquoi ça la déchirait à ce point de le voir ainsi ?...
Il n’y avait plus d’humour, plus de sourire, plus de yeux pétillants, plus de plaisir, plus de Joker, plus de shinigami. Il n’y avait qu’un homme souffrant et une femme fragile qui ne pouvait supporter la douleur qui émanait de lui. Trop faible, physiquement et moralement, elle était devenue esclave de deux pupilles.

Elle eut envie de le serrer dans ses bras, de sentir les muscles de ce dernier se relâcher et que son cœur oublie la douleur, qu’il la vainc. Elle savait que qu’un tel acte était irréalisable, non seulement car elle était dans l’impossibilité d’agir, figée sur place, mais surtout parce que cet homme ne voulait pas de son réconfort, ni même de sa compassion. Pire, il ne voulait pas de son existence ! De ce faite, tout ce qu’il désirait, c’était la détruire, faire passer toute sa rage sur elle et cela sans retenue.
Alors, qu’il continue, qu’il la torture, qu’il la tue… il pouvait faire tout ce qu’il voulait d’elle tant que cette tristesse s’en aillait de son corps.
C’était l’unique chose qu’Ima demandait. Elle en avait besoin. Elle savait qu’elle ne méritait pas de réclamer quelque chose après avoir réveillé un tel sentiment dans le cœur d’Hisoka mais elle le fit quand même. Elle n’était pas croyante, elle savait qu’elle seule pouvait accéder à ses pensées et pourtant elle criait dans son esprit comme pour que quelqu’un l’entende et exauce son vœu. Elle se fichait de se sacrifiée pour lui, elle serait morte pour n’importe quelle personne avec des yeux semblables à ceux-ci…
Existait-il quelqu’un avec les mêmes yeux ? Impossible. Elle le savait, seul lui pouvait, seul son regard pouvait la mettre dans un état pareil.
Cette souffrance. Elle ne la supportait plus. Il y avait certainement un moyen pour empêcher tout ça. Comment un homme pouvait-il souffrir comme ça ? Etait-ce seulement permis ? Certainement pas. Mais existait-il quelqu’un que cela intéresse ? Y avait-il quelqu’un capable de faire régner une loi qui interdirait de tels sentiments ? Personne. Même pas une seule personne parmi ce tas de gens pourris !

Elle voulu revenir en arrière, effacer l’action qui avait réanimer cette peine… ou mieux, revenir au jour où cette douleur était née et la détruire. Mettre un terme au supplice qu’Hisoka vivait.
Elle ne pouvait pas.
Elle ne pouvait rien faire.
Cet homme était déjà mort.


Le dernier coup fut fatal, Ima atteint enfin le sol et Hisoka conclu son acte avec tout le mépris dont il était capable.
Son regard n’avait pas changé, il souffrait toujours… Pourquoi ? Pourquoi s’était-il arrêté ? Pourquoi partait-il ? Mais surtout, pourquoi cette douleur ne partait pas, elle ?
Il n’en avait pas fini, il fallait qu’il revienne et qu’il détruise ce regard !

La jeune femme était défigurée, son corps en sang ; ce sang coulant sur le sol détruit. N’importe quel médecin ou même homme, aurait compris qu’Ima allait y rester ici et maintenant ou si ce n’était pas le cas, elle ne pourrait plus bouger pendant un long moment. La douleur qui vivait en elle était bien trop grande pour qu’elle puisse la supporter lors d’un mouvement.
Et pourtant, elle se releva. Ne penser pas qu’Ima est l’un de ses héros qui peut tout faire, tout ne supporter rien qu’avec sa volonté. Elle n’était pas une déesse… Alors, je ne vous dirais pas qu’elle ne sentait pas la souffrance, je ne vous dirais pas que ses jambes étaient solides… car ce serait tout bonnement mentir. Cette douleur la transperçait, elle sentait son corps se briser sous l’effet de son propre poids. Le sang chaud qui la recouvrait ne suffisait même pas à l’empêcher de trembler de froid. Elle était dans un piteux état. Un état qu’elle avait du mal à supporter autant mentalement que physiquement. Tout son corps hurlait, tous ses membres la forçait à retomber au sol et pourtant elle tenait bon, jamais elle n’avait été si têtue… Elle devait juste rester quelque secondes de plus debout… Juste une ou deux… Sa vision pouvait bien se troubler, elle resterait debout car elle ne pouvait permettre à Hisoka de partir avec sa peine…
Elle ouvrit la bouche.


Et puis rien.
Aucun son n’en sorti.
Pas même une syllabe, une sonorité. Rien.
Elle était complètement muette. Elle ne savait quel organe Hisoka avait touché pour lui enlevé sa voix mais ce qui était certain c’était, qu’à présent, elle ne pouvait plus parler.

Les deux secondes étaient passées. Ces jambes cédèrent et son corps s’effondra dans la marre de son sang. Elle ne pouvait rien faire, ni rester debout, ni l’attraper par l’épaule, ni même l’interpeller…
Ses cheveux perdirent leur éclat, se teintèrent de rouge, ses yeux n’arrivaient plus à pleurer et son cœur à espérer.
Sa vue se brouilla et elle ne vis plus rien. Ses oreilles sifflèrent et le son des pas d’Hisoka s’évaporèrent…


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Hisoka (inactif)
Nouveau membre
Nouveau membre
Hisoka (inactif)


Masculin Nombre de messages : 218
Âge : 33
Date d'inscription : 07/11/2008
Fiche Technique : Joker

Feuille de personnage
Nom du zanpakutô/Nature du pouvoir: Shukichigai
Niveau: Combattant Surpuissant / LVL 14
Reiatsu:
Retour au calme Left_bar_bleue1200/1800Retour au calme Empty_bar_bleue  (1200/1800)

Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme EmptySam 28 Nov - 21:08

Sa démarche était étonnamment lente pour quelqu’un dont la colère et la haine avait et gardait toujours une emprise sur le corps. Il était éloigné de quelques mètres de sa victime lorsqu’il l’entendit retomber lourdement sur le sol. Alors elle s’était relevée… Il n’y avait même pas prêté attention. Qu’espérait-elle dans ce geste ? L’attaquer ? Ridicule. Sans y prêter plus d’attention, le Joker qui avait arrêté sa marche pour s’assurer de l’inactivité d’Ima, sans pour autant se donner la peine de la regarder, repris son chemin sans avoir d’objectif déterminé. Il marcha pendant près d’un bon quart d’heure en s’enfonçant dans les sous bois qui avait bordé sa lutte contre une femme qu’il avait crue doué de raison. Fatigué et ne trouvant plus d’intérêt à sa marche, il s’arrêta face à un immense chêne sur lequel il s’adossa pour se calmer. Devant lui s’étendant le petit ruisseau de tout à l’heure. Il vit passer un bref moment du sang qui s’éloignait plus loin dans les bois. Ce qu’il venait de voir passer devant lui n’était que le résultat d’une haine incontrôlé qu’il n’avait jamais voulu avant de débuter ce qui n’aurait dut être qu’un entraînement, un moyen de jauger celle qui piquait tant sa curiosité.

Baisant les yeux sur sa main vengeresse, il y vit, cacher derrière une pellicule de sang sécher, la cause de ce massacre corporel. La plume tatoué commençait déjà à cicatrisé et dans quelque jour, elle aurait totalement disparut. Il le savait depuis le début. Cette marque n’était pas indélébile mais les souvenirs qu’elle avait fait ressurgir, qui eux l‘étaient, n’avait pas su lui faire garder le contrôle de lui-même. Pourquoi avait-elle fait ça ? Maintenant qu’il n’avait plus en face de lui cette traîtresse, il prit le temps de la réflexion, mais la haine, encore trop présente y mis rapidement fin, ainsi qu’à la petite souris qui subit l’excès de colère du Joker qui l’a fit exploser sous la pression de son énergie spirituelle.

Les souvenirs manquant de la scène qu’il venait de revivre au fond de ce cachot revenaient par brides mais jamais assez nettement pour qu’il puisse se faire une idée précise de ce que son inconscient tentait de lui voir, ou plutôt revoir. Plongeant sa tête dans ses mains sales, Hisoka ne ressemblait plus à grand chose. Ses habits étaient déchirés, brûlés, salies, fondus et son corps n’était pas forcément là pour rattraper le reste. Son état était vraiment piteux. Même ses cheveux qu’il soignait du mieux qu’il pouvait étaient complètement ébouriffés et investit ça et là de sangs et de poussières. Tandis qu’il restait là, immobile contre son arbre, il entendit un bruit d’os tombant sur le sol. Intrigué par l’origine de ce son, il sortit sa tête de sa cachette pour y découvrir le masque de Suiteki. Celui-ci venait de tomber de son habit et le regardait avec un regard exprimant pitié et regret.

« Bordel, comment ce foutu masque peut me regarder comme ça ? »

Alors qu’il allait le ranger à sa place, ce fut un bruit de branche cassé qui l’arrêta dans son geste. Devant lui venait d’apparaître le propriétaire originaire de l’objet.

« Ah… c’est que toi… »

« Cool l’accueil.
T’as le droit d’être moins chiant quand tu déprimes. »


Un silence lourd suivit les propos de Suiteki qui vient s’asseoir en tailleur devant cet ami au plus bas de sa forme.

« Ca a du être dur n’est-ce pas ? »

« … »

« Revoir Macchi comme ça parce que cette fille t’a tatoué. »

« Comment tu sais ç… ? C’est vrai, tu squatte aussi ma tête. »

« Ton cœur pour être exacte… »

Après Suiteki, ce fut Sai qui apparut comme ci de rien était devant ce qui allait bientôt être la réunion d’un corps.

« Et il n’est pas le seul à y être… »

Kichi, Shu, Biscuit, Nétéro et Silva. Tous apparurent de la même manière que Sai et chacun s’assit à sa manière. Les uns plus détendu que les autres étendaient leur jambe sur l’herbe verte tandis que les plus sages marquaient dans leur posture un air supérieur. Et puis, fermant la marche de ces apparitions, une jeune femme aux cheveux d’un bleu éclatant, les yeux plein de vie, le corps fin et pourtant si puissant fit son apparition.
Macchi ne prononça pas un mot avant de s’asseoir à la droite de Suiteki.

« Mais qu’est-ce que vous foutez tous là bordel… ? »

Hisoka était presque gêner de prononcer ses paroles depuis que Macchi venait de prendre part à ce conseil improvisé mais l’état mental dans lequel il était ne pu l’empêcher de le faire.

« On est là pour te dire que nous acceptons Ima avec nous. Ton combat a été somptueux. Tu n’as peut-être pas réalisé toute les épreuves demandé mais nous nous sommes mis d’accord. »

« Le monde dans lequel tu nous fait vivre reprend doucement ses couleurs et nous… »

« Oubliez ça ! Cette fille… cette fille, n’aurait jamais du faire ça…

REGARDE CA… !

MACCHI ! »


Tandis qu’il montrait l’objet de sa colère de vraie larme coulèrent sur les joues d’Hisoka. Il était abattu. Il ne savait plus ou il était, ce qu’il était. Cette situation inconnu jusqu’à ce jour pour lui le plongeait dans une déprime inconcevable jusqu’ici. Il s’était levé pour montrer la marque et retombait maintenant à genoux sur le sol, les mains à plats sur l’herbe qu’il trempa de sa peine. Il sentait le regard de ses compagnons posés sur lui. Certains avec compassion, d’autre avec pitié, certain encore avec dégoût mais personne ne restait indifférent à sa douleur. Et puis, il senti la main chaleureuse de Macchi sur la sienne.

« Je t’ai pardonné depuis longtemps Hisoka. Tu étais trop jeune et trop faible pour me sauver à cette époque… Ne fais pas la même erreur avec cette fille que tu as laissée seul…
Hisoka !
Aide là !
Sauve là !
Elle est en danger… réveille toi… ! »


Hisoka ouvrit les yeux. Il était toujours assis en tailleur sous son arbre, le masque de Suiteki à la main. Ce n’était qu’un rêve ? Non. Depuis ces derniers temps, il lui semblait que les apparitions de Macchi n’étaient pas que de simples illusions. Il en était intiment persuader. Elle était là, quelque part. Mais comment cela était-il possible ? Elle était morte. Il l’avait tué. Non ?
Si le réveil était assez étrange, ce fut surtout la sensation désagréable d’être observé qui le gêna le plus. Il avait beau regarder partout autour de lui, il ne voyait rien. Et pourtant, il en était sur. On l’épiait. Quelque part quelqu’un jouissait d’une certaine supériorité sur le Joker. Il avait un mauvais pressentiment. Un très mauvais pressentiment. Non pas pour lui, mais pour une jeune femme qu’il avait laissé à demi morte à plusieurs mètres d’ici. Réagissant au quart de tour, il pu constater en arrivant la fiabilité de son sixième sens. Ima n’avait pas bougé d’un pouce. Elle était toujours inconsciente sur le sol mais un hollow d’à peu près sept mètres plongeait son ombre sur la silhouette inconsciente.

Le combat avait du attirer son appétit et il s’apprêtait à festoyer d’un repas qu’il ne méritait pas. Pendant un moment, Hisoka hésita à intervenir. Il regardait la scène de loin. La fin d’Ima aurait été tellement pitoyable ainsi. Elle allait payer son insolence dans une mort, il en était sur, qu’elle n’accepterait jamais. Et puis, son corps bougea tout seul et il réalisa des choses qu’il n’avait jamais cru pouvoir faire. Il était habité par quelque chose ou par quelqu’un. Il n’était plus le possesseur de son propre corps mais seulement un spectateur qui assistait à un déploiement de puissance. Ne pouvant rien faire, il se vit sortir le masque de Suiteki qu’il attacha à son visage. Il n’avait pas l’impression de gagner en puissance mais constatait un peu plus sa perte de contrôle. Après avoir perdu sa maîtrise de soi, il perdait son identité, son visage.
Entamant une course effréné vers le hollow qui avait eut le temps de prendre Ima dans sa main, le Joker la lui là découpa dans un geste ample. L’attaque fut si propre et si rapide que le holow ne remarqua sa perte qu’après avoir vu son bras roulé sur plusieurs mètres à côté de lui.

« Toi ! Un arrancar ! Attaquer ton propre frère ? Comment oses-tu ?! »

Ne paraissant pas affecté par son membre supprimé, le hollow commença son action vengeresse mais sa lourdeur, son manque de puissance et surtout l’état nouveau d’Hisoka ne le laissa pas prétendre longtemps de sa force. Il tomba sous le coup d’une seul autre attaque à la nuque qui lui fit voler la tête haut dans le ciel.

« Mon frère ?
Soit pas aussi prétentieux.
Toi là-bas ! Tu devrais fuir plutôt que de me suivre comme un pauvre clébard »


Le deuxième hollow, caché derrière un arbre et qui était les yeux gêneurs qu’avait sentit Hisoka auparavant, ne se fit pas reprendre à deux fois pour filer vers le Hueco Mundo en voyant la chute de son compère. Cependant, qu’il soit parti ou non, Hisoka avait un autre problème. Son corps ne répondait toujours pas à sa volonté et même la voix qu’il avait employée pour parler lui était inconnue.
Debout à côté d’Ima toujours inconsciente, le masque finit par chuter et Hisoka reprit les pleins pouvoirs. Ebahit par ce qu’il venait de ce passer, il mit un certain temps avant de ce décider à ramasser le masque sur le sol.
Ce furent les mouvements nerveux d’Ima qui l’arrêtèrent dans ses pensées. Elle était vraiment dans un sale état. A force de la regardé, Hisoka commença à regretter son action (mais juste un peu ^^). Si personne ne venait la secourir, elle mourrait d’ici trois jours, à moins qu’un hollow ne vienne abréger ses souffrances.
Il ne savait pas trop quoi faire. La laisser mourir pour lui faire payer son action ou la sauver ? S’asseyant à côté du corps de la shinigami, le Joker regardait son visage équimosé avec beaucoup d’attention.

La scène d’observation dura près de trois heures sans qu’Hisoka ne bouge le moindre sourcil. Des questions, des réponses, des contradictions, des idées germaient à profusion dans son esprit. Pourquoi avait-il perdu le contrôle de lui-même ? Qu’avait fait ce masque sur lui ? Devait-il pardonner à Ima ? Devait-il terminer son travail de bourreau ? Fallait-il la sauver ?
Une seule question trouva sa réponse. Elle avait beau lui avoir fait le pire des sacrilèges, il ne pouvait se résoudre à l’abandonner. Elle était une source de curiosité et de désir de savoir qu’il ne pouvait pas laisser mourir… pas tout de suite… pas encore.
De nouveau sur pieds, Hisoka prit Ima dans ses bras. Elle n’était plus qu’un poids mort, immobile et complètement soumise. Débutant une marche vers la ville de Karakura qu’ils avaient quittés, il avait prit la décision de la faire soigné dans un hôpital pour humain. Après tout, elle ne souffrait que de quelques bleues, d’entailles et de brûlures (^^). Il espérait que les médecins des mortels pourraient faire quelque chose pour elle. Arrivé sur place, il interpella l’un des médecins en le menaçant de mort si elle venait à mourir.

Alors qu’il quittait les lieux pour trouver ce qu’il savait maintenant devoir chercher, Hisoka s’arrêta et rappela le chirurgien à qui il avait gentillement promis la mort en cas d’échec.

« Quand elle se réveillera, donner lui ça.
Elle comprendra… »


Donnant son as de cœur au médecin, il y grava au préalable un message avec son réiatsu avant de partir dans la nuit noir de Karakura.

Spoiler:

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Retour au calme Empty
MessageSujet: Re: Retour au calme   Retour au calme Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour au calme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un calme moment. [Pv: Ryukku Ikari]
» Qui dit retour dit RP!
» De retour...
» Un retour au RPG
» Retour aux sources.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Rpg  :: Monde des vivants :: Karakura :: Bordure extérieure-
Sauter vers: